19 janvier 2018

Le mépris de la faiblesse

Avez-vous remarqué comment de nombreuses femmes méprisent ce qu'elles perçoivent être des signes de faiblesse chez les hommes et les garçons?

Je travaille dans un milieu féminin depuis des années et ça me saute aux yeux.

Exemple le plus récent: je suis malade depuis une semaine. Congestion, mal de gorge, difficulté à dormir, douleurs musculaires, fatigue chronique, etc. Je ne suis pas du genre à me plaindre, mais le fait que je suis malade comme un chien saute aux yeux. J'ai l'air d'un zombie.

Je ne compte plus le nombre de fois que des collègues m'ont fait la sempiternelle remarque de la "grippe d'homme", toujours accompagnée d'un sourire en coin méprisant ou d'un roulement oculaire d'exaspération.

On critique souvent les hommes parce qu'ils cachent leurs émotions, jouent les gros durs et craignent de se montrer sous un jour vulnérable. Il s'agit effectivement de comportements qui peuvent être malsains.

Je soupçonne que ces phénomènes sont en grande partie dus à ce mépris qu'expriment beaucoup de femmes face à toute manifestation de faiblesse ou de vulnérabilité de la part d'un homme. Et ça commence souvent dès l'enfance avec la mère, ce fut certainement mon cas.

Elles ne sont pas toutes comme ça, évidemment, quelques-unes sont capables d'exprimer de la compassion et de l'empathie, mais dans mon expérience, la plupart optent pour des remarques empreintes de mépris.

Et le plus ironique dans le cas qui nous intéresse, c'est que ce que les femmes appellent "grippe d'homme" avec tant de mépris existe vraiment.

Extrait de l'article:

Les symptômes de la grippe semblent plus intenses chez l'homme que chez la femme, révèle un examen de la littérature scientifique, ce qui démontrerait que la «grippe d'homme» n'a rien d'imaginaire.

Un article publié dans le prestigieux British Medical Journal par un médecin canadien épluche les études réalisées sur l'impact du sexe sur la grippe. Certaines de ces études datent du 17e siècle.

Le docteur Kyle Sue a déniché des études réalisées aussi bien auprès d'humains que de souris et qui démontrent que les symptômes de la grippe sont souvent plus aigus chez l'homme.

Une étude sur la grippe saisonnière réalisée à Hong Kong entre 2004 et 2010 a ainsi témoigné d'un taux d'hospitalisation plus élevé chez les hommes.

Une étude observationnelle menée pendant dix ans aux États-Unis, jusqu'en 2007, a quant à elle constaté que les hommes sont plus susceptibles de mourir de la grippe que les femmes, même en tenant compte de facteurs comme la maladie cardiaque, le cancer, les problèmes respiratoires chroniques et les maladies rénales.

Puisque les hommes composent la moitié de la population mondiale, explique le docteur Sue, le fait de conclure qu'ils «exagèrent» l'intensité de leurs symptômes «sans preuves scientifiques rigoureuses pourrait avoir des implications importantes pour les hommes, y compris des soins insuffisants».

L'étude du docteur Sue se penche sur une hypothèse selon laquelle la testostérone limiterait l'efficacité du système immunitaire, intensifiant du fait même les symptômes grippaux.

(...) «Les hommes n'exagèrent possiblement pas leurs symptômes. Ils peuvent avoir une réponse immunitaire plus faible aux virus respiratoires (...), provoquant une morbidité et une mortalité plus élevées que chez les femmes», écrit-il en conclusion.




La violence de la gauche

Les médias sont tellement occupés à diaboliser la droite... mais ironiquement, c'est à gauche qu'on voit des gestes de violence.

Même La Presse a été obligée de l'admettre (avant de reprendre son cirque habituel).

Extraits de la nouvelle:

Plus de 1 million de dollars de matériel incendié en une nuit, des blessures graves infligées à coups de bouteille et de la machinerie sabotée : les attaques revendiquées par des groupes d'extrême gauche se multiplient depuis quelques mois au Québec, alors que tous les projecteurs sont tournés dans la direction opposée.

La police s'intéresse à une plateforme virtuelle où des anarchistes de tout le Québec se vantent de leurs exploits, a appris La Presse. Le site en question, « Montréal Contre-Information », enseigne aussi comment fabriquer des cocktails Molotov et saboter des oléoducs à la perceuse, et il appelle à profiter des tempêtes de neige majeures pour semer le « chaos social ».

(...) Cachée derrière un mur informatique qui préserve l'anonymat de ses gestionnaires, cette plaque tournante de l'extrême gauche recense des dizaines d'attaques parfois inconnues jusqu'à maintenant et qui s'ajoutent au vandalisme à répétition perpétré contre des commerces qualifiés de « bourgeois » installés dans des quartiers populaires.

Des anarchistes y expliquent notamment avoir incendié des installations d'exploration pétrolière dans le Bas-Saint-Laurent en juillet dernier. Selon leur propriétaire, les pertes ont été évaluées à 1,2 million. Un chantier d'Hydro-Québec dans Lanaudière a été la cible de saboteurs en février : 50 000 $ en dommages, selon la société d'État. Un autre communiqué publié sur le même site revendique un « déboulonnage extrême » afin d'affaiblir des pylônes.

Des automobiles ont aussi été visées : des pneus tailladés dans une rue de « propriétaires de condos » en mars dernier et deux autos de luxe incendiées dans Saint-Henri en juillet.

(...) En plus des dizaines d'attaques contre des bâtiments ou de l'équipement recensées sur cette plateforme, La Presse a appris que deux agressions armées survenues au mois d'août à Montréal - et qui font l'objet d'avis de recherche - étaient liées à l'extrême gauche.

Dans la nuit du 5 au 6 août, un homme aurait été attaqué à sa sortie du Bar L'Astral après avoir discuté de ses opinions politiques d'extrême droite avec son assaillant. Selon nos informations, la police soupçonne notamment un individu actif sur la scène musicale anarchiste, ainsi que deux femmes. « À un certain moment, le suspect prend la victime en encolure et la projette au sol », indique l'avis de recherche du SPVM.

«Pendant que la victime est maintenue dans cette position, les deux femmes la frappent avec un objet contondant, lui infligeant plusieurs lacérations sévères à la tête, à la main gauche, aux jambes et au corps.»

Puis, dans la nuit du 26 au 27 août, un groupe d'individus a été ciblé dans un bar du Plateau Mont-Royal par des militants « antifascistes ». « Ils sont venus dehors en tentant d'expliquer qu'ils n'étaient pas racistes », explique un communiqué envoyé à « Montréal Contre-Information ». « Après cinq secondes, une bouteille de bière était déjà cassée sur la tête de l'un d'entre eux. » Le texte conclut fièrement : « Disons qu'ils étaient tous en sang et pas mal amochés, trois d'entre eux ont été hospitalisés gravement. » Dans cette affaire, le SPVM recherche deux assaillants armés de bâtons télescopiques et un troisième armé d'une bouteille de bière.

(...) Selon un expert en sécurité nationale et ex-agent des services de renseignement canadiens, les attaques commises par l'extrême gauche sont actuellement en recrudescence.

« Les statistiques démontrent bien que c'est en augmentation, » a affirmé Michel Juneau-Katsuya en entrevue téléphonique.

(...) M. Fiset n'hésite pas à faire le lien avec la mouvance islamiste. « C'est tout à fait similaire à un blogue djihadiste qui incite à aller en Syrie, a-t-il dit. La différence est dans la motivation idéologique, mais il n'en reste pas moins qu'un agent de radicalisation utilise un site pour inciter des gens à s'engager dans des actes de violence. »

(...) Si les attentats anti-embourgeoisement font la manchette de temps à autre, le contenu du site « Montréal Contre-Information » montre bien que les militants d'extrême gauche revendiquent des attaques un peu partout sur le territoire québécois.

50 000 $ EN DOMMAGES

Le 7 novembre dernier, à Verdun, des assaillants ont cassé la vitrine du magasin d'équipement de sécurité PSP, rue Wellington à Verdun, et ont aspergé la marchandise de peinture bleue. Le commerce « fournit les forces policières », justifient les responsables dans un communiqué publié sur Montréal Contre-Information. « À la suite de la montée de l'extrême droite au Québec, la police a défendu les racistes tout en leur permettant de répandre leur haine. » « Ils ont fait à peu près 50 000 $ de dommages », a expliqué Jason Campoli, copropriétaire, joint par La Presse. C'est son partenaire d'affaires qui a envoyé la lettre de revendication à la police.

DEUX VOITURES DE LUXE INCENDIÉES

Alors que la plupart des communiqués de revendication restent discrets sur le mode opératoire des responsables, les anarchistes qui disent avoir incendié deux voitures de luxe dans la rue Léa-Roback, dans le quartier Saint-Henri, décrivent la marche à suivre en détail, visiblement pour en inspirer d'autres. « Tout le matériel a pu être trouvé dans un magasin de camping », explique le texte. La photo publiée montre bien l'intensité des flammes. « Ne soyez pas surpris qu'on mette le feu à vos démonstrations de privilège éhontées », ajoute le communiqué. En tout, quatre voitures ont été endommagées.

1,2 MILLION  EN DOMMAGES

L'événement était passé inaperçu jusqu'ici, mais de l'équipement de forage a été incendié en juillet dernier à Sainte-Jeanne-d'Arc, dans le Bas-Saint-Laurent, faisant 1,2 million en dommages. L'attaque a eu lieu sur un terrain de la firme d'exploration Squatex, mais l'équipement appartenait à l'entrepreneur Forages de l'Est. « Ils ont signé sur des conteneurs, cette gang de clowns-là », a expliqué le propriétaire de l'entreprise, Jacques Pelletier, sans préciser le nom utilisé. Selon un communiqué de revendication publié sur Montréal Contre-Information, les responsables se sont baptisés « Forces écosocialistes ». M. Pelletier a précisé que les enquêteurs lui auraient fait comprendre qu'en l'absence de témoins, l'enquête risquait d'être ardue.

PNEUS CREVÉS

Le 15 mars dernier, alors que le Québec affrontait une tempête d'une force rarement vue, un groupe d'anarchistes crevait les pneus de « près d'une douzaine de propriétaires de condos ». Le texte ne précise pas dans quel quartier de Montréal les méfaits ont été perpétrés. « Un peu moins de la moitié des voitures garées dans les stationnements des condos que nous avons visités avaient clairement une marque de luxe. Nous avons lacéré les pneus de toutes les voitures. Plusieurs yuppies décident de démontrer leur richesse autrement que par des BMW et des Mercedes », se justifie le groupe.

PYLÔNES AFFAIBLIS ?

La plus spectaculaire des attaques revendiquées sur la plateforme virtuelle date de septembre 2016 : « environ trente pylônes ont été les sujets d'une opération de déboulonnage » afin de les affaiblir, explique le texte accompagné d'une photo de dizaines de boulons et d'une autre de barres de fer. Le tout afin de protester contre une nouvelle ligne à haute tension. « On a ça sur notre radar », a expliqué Geneviève Chouinard, d'Hydro-Québec. Mais on s'interroge à la société d'État : « On n'a pas trouvé de vandalisme sur nos installations et même qu'après l'analyse de la photo, on doute que ce soit des pièces de nos équipements ». Fausse alerte ?

SABOTAGE DE 50 000 $

Dans un communiqué qui relate « des rumeurs » plutôt que de revendiquer directement l'action, des opposants à la construction de cette nouvelle ligne à haute tension affirment que des équipements situés sur un chantier d'Hydro-Québec à Saint-Émélie-de-l'Énergie, dans Lanaudière, ont été sabotés en guise de protestation. Vérification faite, « effectivement, il y a des véhicules qui ont été vandalisés », a expliqué la porte-parole Geneviève Chouinard. « On parle de dommages d'environ 50 000 $. » Ils appartenaient à un entrepreneur travaillant sur un projet de la société d'État. « Il paraît que le sous-contractant d'Hydro-Québec ne pourra prendre sa retraite comme prévu cette année à cause des dommages coûteux sur ses machines », se réjouit le texte.

MYSTÉRIEUX MÉFAIT

Le même communiqué mentionne « un sabotage du canon à neige de la station de ski Val Saint-Côme », toujours dans Lanaudière, toujours sans le revendiquer. « Il semble que les destructeurs de l'environnement n'ont pas de répit », indique le texte. Maxime Legros, directeur de la station, s'est dit surpris par le rapprochement avec l'extrême gauche. « Nous, on croyait plutôt que ça pouvait venir d'anciens employés ou d'employés insatisfaits », a-t-il dit, indiquant que les dommages étaient si importants que l'ouverture complète de la station a dû être retardée de 11 jours l'hiver dernier. Il estime les dommages totaux à 75 000 $.

PROJET MONTRÉAL ATTAQUÉ

Les restaurants et les épiceries fines ne sont pas les seuls à faire les frais de la lutte anti-embourgeoisement. Un groupe se vante d'avoir attaqué les bureaux de Projet Montréal dans Saint-Henri, le 19 mai dernier. « On s'était fait lancer deux ou trois roches, une dans le logo et une dans la vitrine à l'avant », a confirmé Youssef Amane, responsable des communications de la formation politique. Projet Montréal joue un rôle « dans la gentrification du quartier en sortant l'argument de la mixité sociale », dénoncent les auteurs de l'attaque. Le même soir, un supermarché IGA du coin a aussi été attaqué (« la bouffe y est trop chère »), tout comme un restaurant.

ATTAQUE À L'EXTINCTEUR

L'attaque à la peinture semble un modus operandi prisé des anarchistes. Au début du mois de juillet, des militants se sont vantés d'avoir coloré un train de VIA Rail en marche parce que sa locomotive arborait les couleurs du 150e anniversaire du Canada. Une vidéo diffusée sur la plateforme montre deux individus s'approchant de la voie ferrée et activant des extincteurs remplis de peinture. « Le Canada essaie de blanchir 150 années de violence coloniale », explique leur texte de revendication.

SABOTAGE DE MACHINERIE LOURDE

En août, la plateforme a diffusé un communiqué revendiquant le « sabotage de machinerie lourde » sur un terrain vague d'Hochelaga-Maisonneuve où est planifié un agrandissement du port de Montréal. « Trois machines ont été sabotées de plusieurs manières - des filtres à air ont été enlevés, des réservoirs d'antigel et d'essence ont été contaminés, d'autres réservoirs de fluides ont été vidés et des câbles électriques cachés ont été déconnectés », explique le texte. C'est l'entreprise Ray-Mont Logistics qui doit s'installer sur le terrain, mais elle fait face à une opposition citoyenne. L'entreprise n'a toutefois pas rappelé La Presse.



Atwood H. Townsend

Comment le bilinguisme fonctionne

Voici les femmes qui ont gâché Star Wars...


Extraits de cet article de Marc Geppert:

Suffice to say, and it’s been over two weeks now, Star Wars: The Last Jedi was met with not the greatest audience response.

A 51% audience score on Rotten Tomatoes , 6% lower than Star Wars Episode 2: Attack of the Clones and a sharper box-office drop than the Rogue One standalone film. 

The reception is understandable: Nobody asked for a Star Wars movie with yo momma jokes, a crazy ghost Yoda that can call lightning from the sky by giving a thumbs up, or Porgs trying to make Chewbacca a vegetarian. Nor a scene where Luke milks Lena Dunham.

There are people to blame for this franchise stumbling so early, but the most important of all is the Star Wars story group. This group, led by Kathleen Kennedy, the president of Lucasfilm, is supposed to rule over the franchise’s canon, story and make sure the continuity and consistency is seamless.

It seems they were busy promoting the diversity on their team instead of guaranteeing success for the franchise. In an interview with Fortune, she explained:

“Fifty percent of our executive team are women. Six out of eight of the people in my Story Group are women. I think it’s making a huge difference in the kind of stories we’re trying to tell.”

While she ran around with “The force is female” t-shirts and staffed her story group with women, she apparently forgot to actually plan out this franchise.

In an interview with Deadline, director Rian Johnson revealed that there was no big outline on the trilogy, and that he had full creative freedom to do whatever he wished in The Last Jedi. Meaning Disney and the Star Wars story group left the fate and success of this multi-billion dollar franchise to chance and at the whim of whichever director & writer happened to be directing at the time.

It doesn’t help matters that Disney apparently temporarily scared off director and writer J. J. Abrams who is a big Star Wars fan and the safest bet to direct this new trilogy. It is unlikely that his absence in writing and directing The Last Jedi was planned.

It is unknown why he is returning to direct and write the finale of this trilogy, but fans speculate that Disney got cold feet after the shoot for the latest film was completed.

The characters in The Last Jedi mirror this mess. Admiral Holdo, nicknamed by critics as Admiral SJW, is the definition of leadership as explained by someone with critically low testosterone: a person who must not explain herself, is expected to be followed blindly and without question, and must not be upstaged.

This character’s utter failure to show she deserves to be in charge, that she has some sort of plan, and failing to build-up the rebels confidence, leads to a chain of events where countless rebels die. All because she could not be bothered to explain that she has everything under control and a plan in motion.

But not before she has to finally sacrifice herself in a move that invalidates all other movies as she breaks the universe of Star Wars by hyper-space ramming a dreadnought.

It is no wonder that this same character believes in astrology –a children’s game focused around tarot cards and zodiac signs that is about as valid as the reading of chickenbones and pig guts.

Whether some female writer thought inserting some hocus pocus she believes in into Star Wars to validate herself, or somebody confused astrology with astronomy, is unknown.

The question remains, which one is more pathetic?

The final character, Rose, a small asian woman isn’t much better as we spend 30 minutes with her on a casino planet sequence that is ultimately pointless and ends with them saving space-dog-horses and Rose pretending that this effort was worth it. Interesting note, that was preferred to saving the enslaved children who cared for these pod-race replacement animals.

In the finale, Rose blocks a certain male character from sacrificing himself to save hundreds of rebels, dooming them all to their death and stopping said character from having an actual arc. She explains her reasoning in a line that rivals Anakin’s famous monologue about sand in idiocy:

“We’re going to win this war not by fighting what we hate, but saving what we love.”

It seems Disney went too far in a few places, and already their newly flagship franchise is stumbling. If the executives at Disney wish to course-correct and not end up like DC’s cinematic universe, it would be wise for them to start with the person who did not plan this trilogy ahead of  time, and the team who failed to do their job in securing consistency from one movie to the next.  



Si les films de Marvel avaient été tournés à une autre époque...

Batman, version japonaise

Fire and Ice (1983)


J'ai du mal à croire que j'ai traversé 44 ans d'existence sans jamais entendre parler de ce film...

Ralph Bakshi! Frank Frazetta! Scénario de Gerry Conway et Roy Thomas! Décors peints par James Gurney!

Si vous n'avez jamais vu ça vous non plus, attachez votre tuque avec d'la broche parce que c'est un vrai petit bijou!




Une autre vedette accusée d'agression sexuelle!



Donato Giancola III


D'autres sublimes oeuvres ici et ici.

Trouvé ici.