28 février 2010

Origines surprenantes des grands oiseaux terrestres

Je me souviendrai toujours de ma surprise lorsque je suis arrivé face à face pour la première fois avec un squelette de moa, lors d'un séjour en Nouvelle-Zélande. Cet animal m'a tant fasciné que, quelques mois plus tard, je me suis retrouvé sur une ferme néo-zélandaise à creuser à la recherche d'ossements. On a finalement trouvé une vertèbre et un morceau de bassin.

On a longtemps pensé que tous les Struthioniformes (des oiseaux incapables de voler, tels que l'autruche, l'émeu, le moa, le casoar ou le kiwi) devaient avoir un ancêtre commun. Une nouvelle étude semble démontrer que non, que chacune de ces espèces aurait évolué séparément. Encore plus intéressant, le plus proche cousin du moa ne serait pas l'émeu australien, mais bien un petit oiseau qui vit toujours en Amérique du sud!

Extrait de l'article:

It's been long thought that the ancestors of ostriches, emus, and other flightless birds that once flew were flightless too. But a new study says that they only began exploring the ground in earnest after dinosaurs were wiped out about 65 million years ago. The sudden disappearance of dinosaurs opened up new, predator-free niches, where food was plentiful and flight wasn't needed for quick escapes, said study leader Matthew Phillips of the Australian National University in Canberra. The birds then got so plump that they became too heavy to fly, whether they wanted to or not, the study suggests.


Using fossil DNA, Phillips and colleagues analyzed the genome of a giant moa, an extinct flightless bird that lived in what is now New Zealand. The team found that the moa's closest relatives were tinamous—small ground-dwelling birds still found in South America that can barely fly. During most of the Cretaceous period (146 to 65 million years ago), South America, New Zealand, Australia, and Antarctica were joined as part of the massive southern continent Gondwana. About 80 million years ago, New Zealand drifted away from Gondwana. The researchers suggest that a moa ancestor may have flown from another location—possibly what would become South America—to New Zealand, where the bird hopped to the ground and eventually evolved into the moa.

That flightless birds evolved species by species, as the new research indicates, challenges a previous theory that flightless birds evolved from a common flightless ancestor, the study says. (...) The new findings also appear to solve the ancient mystery of how flightless birds ended up on various continents. "There used to be odd ideas about how [supposedly flightless] birds got over marine barriers," Phillips said. "But the fact that these birds all had independent ancestors that could fly explains how they got to different land masses—they flew."

Dino en couleurs


J'ai déjà parlé ici de cette extraordinaire découverte qui nous permet de connaître la couleur des plumes de certains dinosaures. Les scientifiques sont maintenant en mesure de connaître avec exactitude les véritables couleurs d'animaux disparus depuis des millions d'années. Ci-dessus, le premier dinosaure dont les couleurs ont été totalement reconstituées: Anchiornis huxleyi.

Trouvé ici.

Nos lointains ancêtres avaient le pied marin!

Voilà une extraordinaire découverte qui vient changer profondément l'idée qu'on se fait des connaissances technologiques des premiers habitants préhistoriques de l'Europe:

Two years ago a team of U.S. and Greek archaeologists were combing a gorge on the island of Crete in Greece, hoping to find tiny stone tools employed by seafaring people who had plied nearby waters some 11,000 years ago. Instead, in the midst of the search, Providence College archaeologist Thomas Strasser and his team came across a whopping surprise—a sturdy 5-inch-long (13-centimeter-long) hand ax. Knapped from a cobble of local quartz stone, the rough-looking tool resembled hand axes discovered in Africa and mainland Europe and used by human ancestors until about 175,000 years ago. This stone tool technology, which could have been useful for smashing bones and cutting flesh, had been relatively static for over a million years.


Crete has been surrounded by vast stretches of sea for some five million years. The discovery of the hand ax suggests that people besides technologically modern humans—possibly Homo heidelbergensis—island-hopped across the Mediterranean tens of thousands of millennia earlier than expected. Many researchers have hypothesized that the early humans of this time period were not capable of devising boats or navigating across open water. But the new discoveries hint that these human ancestors were capable of much more sophisticated behavior than their relatively simple stone tools would suggest.


"I was flabbergasted," said Boston University archaeologist and stone-tool expert Curtis Runnels. "The idea of finding tools from this very early time period on Crete was about as believable as finding an iPod in King Tut's tomb."


Even so, as researchers from the Directorate of Paleoanthropology and Speleology of South Greece and four U.S. universities combed the island, evidence of this unlikely journey kept mounting. The team found more than 30 hand axes, as well as other stone tools of similar vintage, embedded into geological deposits at nine different locations on the southwestern coast of Crete near the town of Plakias.

C'est une fois un couple de passagers sur un train...

Imbécile, mais très drôle, reçue par courriel:

A man and a woman who had never met before, but who were both married to other people, found themselves assigned to the same sleeping room on a trans-continental train.




Though initially embarrassed and uneasy over sharing a room, they were both very tired and fell asleep quickly, he in the upper berth and she in the lower.



At 1:00 AM, the man leaned down and gently woke the woman saying:


'Ma'am, I'm sorry to bother you, but would you be willing to reach into the closet to get me a second blanket? I'm awfully cold.'


'I have a better idea, ' she replied ' Just for tonight,...... let's pretend that we're married.'


'Wow!...................... That's a great idea!', he exclaimed.


'Good,' she replied. .............'Get your own fucking blanket.'


After a moment of silence, ......................he farted.

MAKAZIE ONE


Makazie One - Star Wars Fan Film from Clutch on Vimeo.

Site officiel ici.

Stormtrooper siiiiiiiiiiiiiiiiiiingin' in the rain! ;-)


Ben quoi? Ils peuvent bien avoir des moments de bonheur aussi! ;-)

27 février 2010

Démocratie chinoise

"Il n'y a pas de dissidents en Chine."

--Ma Zhaoxu, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Chine. Il a suivi cette déclaration d'une menace à peine voilée et a ensuite distribué des toutous de tigres aux journalistes.

Trouvé ici, via Lagacé.

Mélanie Delon




Trouvé ici.

La voix de Vader... avant le doublage



Trouvé ici.

Parallel Lines



Trouvé ici.

Un parlement, quossa donne?

Voici quelques extraits de cet excellent article de Louise Leduc:

«Je n'ai pas beaucoup de respect pour les usages parlementaires qui ne sont ni de notre temps ni de notre milieu, et s'il n'en tenait qu'à moi, tous ces rites poussiéreux qui encombrent et retardent nos procédures disparaîtraient au cours de la session qui commence.» Ainsi s'exprimait Daniel Johnson père en 1966, dont l'exaspération était tout aussi sentie quand il déclara, quelques mois plus tard: «Je suis assez fatigué de regarder le premier ministre!»



Le Parlement, c'est n'importe quoi, a aussi écrit Ian Hunter, professeur de droit émérite de l'Université Western, en Ontario, dans un texte sur la prorogation paru le 10 février dans The Globe and Mail: «Depuis l'avènement de la charte des droits, le Canada n'est pas une démocratie parlementaire, c'est une autocratie judiciaire. Les décisions importantes -qu'il s'agisse d'avortement ou d'euthanasie (...)- sont prises par des non-élus, dans des tribunaux. Suspendez les travaux à la Cour suprême du Canada et vous vous retrouvez avec une crise constitutionnelle. Suspendez le Parlement et vous vous retrouvez avec un interlude hivernal.»


(...) Sheila Copps serait particulièrement bien placée pour médire sur le Parlement, elle qui s'est déjà fait traiter de putain (slut) en pleine Chambre des communes. Oui, dit-elle, la période des questions, c'est du théâtre. Mais comment pourrait-il en être autrement? Les députés de l'opposition ont 35 secondes par question, les ministres, 35 secondes pour répondre. Et bien sûr, c'est à qui sera le plus percutant «puisque chacun veut avoir son petit bout à la télévision».

26 février 2010

13 énigmes qui confondent la science moderne

Je viens de me taper ce livre intitulé "13 Things That Don't Make Sense: the most baffling mysteries of our time". Le site officiel est ici.

J'ai adoré. J'ai dévoré ce bouquin comme d'autres se taperaient un roman à l'intrigue extraordinaire. Je n'ai pas de formation spéciale en science, je suis juste un type curieux, et cela ne m'a pas empêcher d'adorer et de comprendre... presque tout. Je l'avoue, y'a des bouts où le gars me perdait... mais la plupart de temps, je suivais sans problème.

L'auteur, Michael Brooks, est un journaliste scientifique britannique. Il tient également un blogue ici.

Alors, je vous sens trépigner d'impatience... quels sont ces 13 mystères que la science moderne est incapable de résoudre? Voici un court résumé des chapitres, en quelques mots.

1- L'univers manquant (ou la matière noire):
If you take our best understanding of gravity, apply it to the way galaxies spin, and you'll quickly see the problem: the galaxies should be falling apart. (...) there is not enough mass in the galaxies to produce the observed spin. The best response from physicists is to suggest there is more stuff out there than we can see, and that the gravity of this stuff is holding everything together. Just as they called the mysterious accelerating stuff dark energy, they call this mysterious gravitating stuff dark matter. We’ve been searching for dark matter for decades now, but we still have no idea what it might be.

2- L'anomalie Pioneer:
(...) the Pioneer probes are of interest (...) because they are drifting off course in a very intriguing way. In every year of travel, the probes veer 8000 miles further away from their intended trajectory (...) and decades of analysis have failed to find a straightforward reason (...) So it is possible that these errant spaceprobes are telling us something extraordinary. Maybe Newton’s law of gravitation, the law that describes how their trajectories should be playing out, is in need of an overhaul. Or is there is a new and strange force waiting to be discovered?


3- Des constantes... variables?
The laws of physics might be rather more flexible than we thought. The physical laws and constants have helped us define and tame the natural world. But what if there are no immutable laws? What if the constants aren’t constant? Or, as Webb puts it, a wry smile playing across his lips, “Who decided they were constant, anyway?”

4- La fusion froide?
Over a 10-year period from 1989, US navy labs ran more than 200 experiments to investigate whether nuclear reactions generating more energy than they consume - supposedly only possible inside stars - can occur at room temperature. Numerous researchers have since pronounced themselves believers.
 
5- Qu'est-ce que la vie?
THIS might seem like a strange thing to label as an anomaly, but no one knows what life is. Researchers have even given up trying to define it. Now they are just trying to understand it by making it from scratch. It sounds like an audacious, ridiculously ambitious project, but it isn’t really. After all, what makes you so special? You are made up of lifeless chemicals; what makes you alive?
 
6- De la vie sur Mars? Ou alors quoi?
JULY 20, 1976. Gilbert Levin is on the edge of his seat. Millions of kilometres away on Mars, the Viking landers have scooped up some soil and mixed it with carbon-14-labelled nutrients. The mission's scientists have all agreed that if Levin's instruments on board the landers detect emissions of carbon-14-containing methane from the soil, then there must be life on Mars. Viking reports a positive result. Something is ingesting the nutrients, metabolising them, and then belching out gas laced with carbon-14. According to all the criteria, this should have triggered a party: it was a sign of life on Mars. But, despite the evidence, NASA said it wasn’t life.
 
7- A-t-on capté un signal d'une civilisation extra-terrestre?
IT was 37 seconds long and came from outer space. On 15 August 1977 it caused astronomer Jerry Ehman, then of Ohio State University in Columbus, to scrawl "Wow!" on the printout from Big Ear, Ohio State's radio telescope in Delaware. And 28 years later no one knows what created the signal.
 
8- Le virus géant
IN a freezer in Marseille, France, sits a virus that is by far the biggest virus known to science; it is huge, around thirty times bigger than the rhinovirus that gives you a common cold. (...) Mimivirus doesn’t fit with the established story of how life on Earth got going. Viruses are not classified as alive, yet Mimi has a genome that, in parts, looks like yours. Mimivirus seems to be part of the story of life on Earth – and it may even rewrite the book of life itself.
 
9- Pourquoi la mort?
WHY do living things die? Obviously, things kill each other – that’s part of the natural order. But what causes “natural” death? It is a question that splits biologists. It has become like a game of ping pong – over the years, theories have been batted back and forth as new evidence comes to light.
 
10- L'énigme du sexe
NO one knows why we reproduce by having sex. All the arguments in favour of sex are countered by stronger arguments in favour of self-cloning: asexual reproduction, where an organism produces a copy of itself, is a much more efficient way to pass your genes down to the next generation. The puzzle is, why hasn’t asexual reproduction taken over? Asexual reproduction does exist in patches of the natural world, but sex is everywhere.
 
11- Le libre arbitre est-il un mythe?
EVERY day, we live under the spell of an illusion: that our conscious mind is autonomous, and in control of our bodies and decisions. We think we have free will, yet as neuroscience digs ever deeper into the mystery of the human brain, that delusion becomes harder to justify. We are, as one neuroscientist told me as he used a powerful magnet to take control of my body’s movements, brain-machines. This runs contrary to our every impulse. Our gut instinct, our experience, is that we make the decisions to move, to think, to eat, to steal, to lie, to punch and kick. We have constructed the entire edifice of our civilisation on this idea. Is science wrong when it says free will is a delusion? If not, what does it mean for our sense of self? And for our morality – can we prosecute people for acts over which they had no conscious control?

12- L'effet placebo
IT used to be thought of as just a manipulation, a mind-trick. Doctors wore white coats, spoke in soothing tones, exuding confidence and medical know-how, and if they told you a pill would make you better, it would. By the time you found out it was just a sugar pill, you were feeling great, so who cares? The placebo effect works. Or does it? Recent experiments suggest things are a lot more complicated than that.

13- L'homéopathie
Homeopathy’s claim is that you can take a substance of dubious properties, dilute it to the point where there are no molecules of the original substance left in the sample you have, and your sample will nevertheless have retained healing properties related to the original compound. There is no justification in all of science for this idea -- and yet there remains some slim evidence that homeopathy works.

24 février 2010

Erik Johansson


Site officiel de l'artiste ici.

30 inventions débiles



Il faut vraiment le voir pour le croire!

La face cachée de Vancouver

Extraits de cet excellent article de Caroline Touzin:

À l'entrée de «Tent City», un campement illégal improvisé au coeur du Downtown Eastside, (...) Ce squat, érigé au début des Jeux olympiques sur un terrain vacant de la rue East Hastings, est très bien organisé. (...) Un autochtone du nord de l'Alberta s'y promène en répétant qu'il est un «réfugié des sables bitumineux». Un autre, plus loin, sculpte un totem.

(...) Stella August est venue à ma rencontre en fauteuil roulant électrique. «Le Canada devrait avoir honte de dépenser 6 milliards pour des Jeux alors qu'il y a autant de pauvreté», dit cette autochtone de l'ouest de la Colombie-Britannique, qui habite dans le Downtown Eastside depuis 40 ans. Le squat se prolongera jusqu'à ce que les démunis obtiennent leur part de l'«héritage olympique», promet la femme âgée.


Assise devant un feu de camp, Louisa Neill, une Inuit de 27 ans qui vit à Montréal depuis 10 ans, squatte avec sa fille de 5 ans, Carrie. Elle est venue faire «entendre sa voix» et «découvrir celle des autres». Pendant que sa mère me parle, la petite s'amuse avec le rat apprivoisé d'Éric Castonguay, originaire de Trois-Rivières, qui vit dans l'Ouest depuis une quinzaine d'années. Il se joint à la conversation. «On est tannés de se faire regarder comme des déchets. Si les riches veulent construire des condos ici, ils doivent aussi bâtir des logements sociaux», dit-il.


(...) Le nombre de sans-abri est en croissance année après année, déplore-t-il. Les francophones y sont d'ailleurs surreprésentés (10% des 2500 à 5000 sans-abri de la ville - le chiffre varie selon les organismes).

20 février 2010

Bouchard: la belle époque

Qu'est-ce qu'il a dit au juste?

OK, ok... du calme. Avant de grimper dans les rideaux, regardons ce que l'ex-premier ministre Lucien Bouchard a vraiment dit l'autre jour:

L'ancien premier ministre Lucien Bouchard croit que le Québec doit embrasser un nouveau rêve, trouver «le tremplin de notre nouveau départ». Mais ce n'est pas la souveraineté: ce projet n'est pas une solution puisqu'il n'est pas réalisable. (...) «À vue de nez, non. Pauline Marois ne veut pas faire de référendum. Elle sait que ce n'est pas le temps. Le monde n'en veut pas à court terme; ça veut dire plusieurs années», a-t-il dit en réponse aux questions des journalistes. M. Bouchard est persuadé qu'il ne verra pas un autre référendum sur la souveraineté de son vivant. L'ancien chef péquiste est toujours souverainiste, mais la souveraineté est devenue une question hypothétique; elle n'est donc pas une solution aux problèmes du Québec.


Alors, voyons voir. Bouchard est toujours souverainiste. C'est déjà ça. Mais il dit que la souveraineté n'est pas réalisable. Pourquoi? Parce que le monde n'en veut pas.


Il me semble que quelqu'un qui se dit souverainiste, ce devrait être quelqu'un qui a la conviction que c'est la meilleure option pour le Québec, que c'est dans notre meilleur intérêt collectif, que c'est le scénario le plus souhaitable pour l'avenir, non?
 
Alors M. Bouchard, si vous l'êtes vraiment souverainiste, alors pourquoi diable aller dire des trucs du genre "ce n'est pas réalisable" et "je ne la verrai pas de mon vivant"? Quand on croit à quelque chose avec conviction, alors on est prêt à se battre contre vents et marées pour que cela se réalise, non? Pourquoi baisser les bras, comme vous le faites? Pourquoi jeter l'éponge et ce faisant, jeter du discrédit sur l'option en laquelle vous prétendez croire?
 
Règle générale, je suis heureux de voir les gens exprimer leurs points de vue sur la place publique. Même quand ils expriment un point de vue opposé au mien. J'aime le débat, je trouve ça sain.
 
Mais là, de voir Bouchard venir dire des trucs pareils à la télé, de le voir jeter un peu de terre sur une cause pour laquelle il s'est battu et à laquelle il prétend toujours croire, de le voir bougonner en pleine télé comme un vieux grincheux... c'est juste pathétique. M. Bouchard, la prochaine que vous croirez en une cause, un petit conseil: chier dessus en pleine télé va rarement aider cette dernière.
 
La caricature provient d'ici.

17 février 2010

Le signe de la lune


Je viens de terminer "Le signe de la lune" de Bonet et Munuera... et je suis ensorcelé.


Difficile de décrire cette BD et franchement, je ne suis même pas sûr d'en avoir envie. J'ai juste le goût de sourire. J'ai le goût de m'asseoir avec cette BD sur les genoux, de fermer les yeux et d'en visualiser les moments forts... en souriant.

Et franchement, même si j'avais envie de vous en parler, je ne sais pas trop par où je commencerais.

C'est une histoire double. On pourrait même dire, triple. Une histoire d'enfant qui se transforme en tragédie d'adultes. Des personnages torturés et troublants, des êtres que les terribles épreuves de la vie ont transformé soit en monstres, soit en martyrs. Une histoire où règne la magie, le mystère. Il faut laisser sa raison au vestiaire, c'est une histoire qui se lit avec le coeur, avec les tripes. Une histoire émouvante, poignante, remplie de moments forts, pénibles, déchirants, merveilleux.

Tout au long de ma lecture, je n'ai jamais su avec certitude ce qui m'attendait sur l'autre page. J'ai navigué de surprise en surprise avec délectation. Les dessins sont absolument magnifiques, expressifs, dynamiques, vivants et ce, malgré l'absence presque totale de couleurs. Seul le brun est utilisé et pour colorer un seul objet... d'ailleurs, je me creuse encore les méninges pour m'expliquer l'intention de l'artiste. Je crois qu'il voulait peut-être symboliser la honte, mais je n'en suis pas sûr. Et ça aussi, ça fait partie du plaisir de cette BD.

Bref, je me tais, je souris... et je vous le conseille fortement.

14 février 2010

Pauvre Mike...


Si vous ne comprenez pas ce qu'il y a de drôle, dites le nom du bonhomme à haute voix.

Trouvé ici.

Le big bang et les fanas...


Ben oui, le big bang ne s'est jamais produit parce qu'il n'y a ni photos, ni vidéos sur l'Internet...

La bêtise des fanatiques religieux ne connaît donc pas de limites...

Trouvé ici.

Un peu de vaudeville fédéraliste

Je m'étais promis de ne rien publier sur les jeux olympiques (dont je me câlisse comme de l'an 40)... mais celle-là est trop bonne:

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a joint sa voix à ceux qui auraient souhaité que la langue française soit plus présente lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Vancouver. (...) Le Secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, a d'ailleurs exprimé sa volonté que ces Jeux soient en quelque sorte exemplaires. (...) Une centaine de personnes ont assisté à l'événement mis sur pied par l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Fait à noter, le discours en anglais du directeur général du COVAN, John Furlong, à cet événement en a fait sourciller plus d'un. D'ailleurs, plusieurs ne l'ont même pas écouté tellement le bruit des chuchotements était perceptible dans la salle.

Cette anecdote est très amusante pour plusieurs raisons:

1- Quelqu'un se surprend encore de constater que le français est invisible partout au Canada, à l'extérieur des frontières du Québec? Ben voyons... réveillez-vous, baptême!

2- Charest n'a rien à dire sur le sort désespéré des francophones de l'extérieur du Québec qui s'assimilent à une vitesse alarmante, mais il s'indigne de l'absence de notre langue lors d'un spectacle idiot?

3- Charest n'a rien à dire sur le déclin du français dans notre propre métropole, Montréal (pire, il le nie) mais verse une larme lorsqu'on oublie de parler français pendant un show à Vancouver?

4- Les fédéralistes sont hilarants. Au fond, ils ne veulent pas voir la réalité en face: le Canada N'A JAMAIS ÉTÉ, N'EST PAS ET NE SERA JAMAIS un pays bilingue. Mais au fond, ce que les fédéralistes comme Charest souhaitent, ce n'est même pas ça... ce qu'ils veulent c'est L'APPARENCE d'un pays bilingue. Il faut, après tout, maintenir une illusion parfaite pour éviter que le peuple en vienne à réaliser qu'il n'est pas chez lui dans ce pays et qu'il recommence à parler de séparation.

5- Relisez le paragraphe ci-dessus. La réunion organisée par l'OIF n'a attiré qu'une centaine de personnes (moins de monde que le moins fréquenté des événements de Vancouver), le premier ministre canadien ne s'y est même pas présenté et l'un des invités s'est adressé aux convives uniquement en anglais.

L'absurde est maître.

Être père au Québec

L'autre jour, j'étais assis dans la salle du personnel et j'essayais de lire pendant qu'une gang de femmes discutait. L'une d'elle, Jackie (hyper-sympathique), était en train de se lamenter qu'elle n'avait pas de chum et qu'elle souhaitait avoir des enfants. Alors "Mathilde" (oui, la même esti de folle enragée dont j'ai parlé ici) lui a répondu, le plus naturellement du monde: "Tu n'as pas besoin de chum pour ça. Va dans un bar, choisis un gars pour la nuit et c'est aussi simple que ça."

Bienvenue dans le royaume matriarcal du Québec, où le rôle d'un père n'a pas plus de considération ou de valeur qu'une partie de fesses anonyme. Contrairement au rôle de la mère qui est toujours qualifié d'essentiel, de vital, de presque mystique, celui du père est vu comme un luxe pas trop nécessaire.

Ce qui s'inscrit, à mon avis, dans ce plus large (et très malsain) contexte québécois dans lequel toute critique  des femmes est impensable, mais vomir les pires ignominies sur les hommes est tout à fait socialement acceptable et ne surprend plus personne.

Bref, tout ça pour en venir à ce constat fort désolant (pour ne pas dire carrément scandaleux) du Regroupement pour la valorisation de la paternité au Québec:

Dans le Programme national de santé publique de 2003-2012, mis à jour en 2008, pas un mot sur les pères. Les mères, elles, sont nommées 56 fois. Même constat dans le Plan stratégique du ministère de la Famille et des Aînés de 2008-2012. Dans la Politique de périnatalité 2008-2018, une seule orientation vise les pères. Et elle n'est pas prioritaire. Le rapport annuel du Conseil de la famille constate même une «rareté des statistiques» sur la paternité. «On ne sait même pas combien il y a de pères au Québec», se désole Raymond Villeneuve, président du Regroupement pour la valorisation de la paternité au Québec, qui a compilé toutes ces données pour lancer le colloque annuel de son regroupement, mardi prochain. Nous sommes dans un discours rempli de contradictions, dit-il. Alors que, socialement, on demande de plus en plus aux pères de s'engager, leur contribution continue de ne pas être reconnue officiellement. Quand on parle de famille, le père demeure une figure secondaire.»

Iiiiiiiiiiincroyable, n'est-ce pas?

Ça me fait penser à un ex-collègue de travail. Nous avions des enfants d'âges similaires, alors nous avions décidé d'organiser une rencontre de familles pendant la fin de semaine. Je me présente donc là avec ma douce et tendre épouse (qui, en passant, ne m'empêche nullement de jouer un rôle aussi important que le sien dans la vie de nos enfants parce que pour elle, je suis un partenaire égal, pas une menace à son sacro-saint statut de mère... il faut dire qu'elle n'est pas québécoise!) Bref, retour à cette rencontre... ma femme et moi étions complètement horrifiés par les propos de la conjointe de mon collègue qui nous expliquait, le plus naturellement du monde, que pendant des mois, elle avait carrément interdit à son chum de tenir le bébé parce qu'il "s'y prenait mal" et parce que c'était son bébé à ELLE.

Et encore, je ne vous parle pas de ma propre mère qui, scandalisée de me voir si affectueux et si impliqué dans la promulgation des soins à mon premier bébé, m'avait carrément dit que je représentais un obstacle à l'épanouissement du lien (magique) entre mon bébé et sa mère... et que mon fils deviendrait gay.

Complètement dément, que j'vous dis...

Mon épouse me demande souvent quelle mouche a piqué les femmes du Québec. Je cherche encore la réponse à cette triste énigme.

L'image provient d'ici.

13 février 2010

LOGORAMA

Les logos que vous connaissez si bien prennent vie le temps de cette animation délirante, signée François Alaux and Hervé de Crécy.

Trouvé ici.

Et si Marty avait dit oui?

Et si Marty avait cédé aux avances de sa mère lorsqu'il a remonté le temps jusqu'en 1955? La réponse délirante est ci-dessous, trouvée ici:


Qu'est-ce que tu fais quand tu viens de te faire pogner la main dans le sac?

La réponse, quand tu es un ministre libéral au royaume de la corruption, c'est que tu mens et tu traites ceux qui t'ont pogné de racistes!

Voici un résumé des faits:

Lors de la période des questions ce matin, Nicolas Girard est revenu à la charge avec des allégations qu'il avait lancées l'automne dernier. Joe Magri, ami d'enfance du ministre Tomassi et maire de l'arrondissement Rivière-des-Prairies, a obtenu 70 places subventionnées pour son projet de garderie à Montréal-Nord en 2008. Or Nicolas Girard a révélé que ce projet a reçu la cote D pour sa faisabilité et la qualité du service mais aussi pour chacun des six critères prioritaires identifiés par la ministre d'alors, Michelle Courchesne. «Est-ce que je dois comprendre que la seule note positive obtenue par Joe Magri pour son projet fut décernée par le cabinet de l'ex-ministre de la Famille, un A pour 'ami de Tony?'», a lancé Nicolas Girard.


(...) Nicolas Girard a souligné que 1600 places ont été accordées en 2008 à 32 garderies privées dont les administrateurs ont versé 112 000 $ au PLQ depuis 2003. Il a ajouté ce matin que 400 de ces 1600 places - 25% - ont été octroyées à des résidents de Lafontaine - la circonscription de Tony Tomassi - dont les projets avaient aussi reçus plusieurs cotes D. Il a nommé Loredana et Josephine Primiani, Ernesto et Anna Maria Buscemi. «Est-ce le fruit du hasard si des résidents de LaFontaine donateurs, organisateurs ou proches du ministre ont obtenu autant de places en garderie à but lucratif à Montréal, en Montérégie, dans les Laurentides et également dans Lanaudière?»
 
Bref, ça saute aux yeux, cette affaire sent mauvais. Très mauvais. Maintenant que les faits sont établis, que fait le ministre pour clarifier la situation ou, à tout le moins, écarter les doutes quant à son intégrité?
 
Il déclare que l'opposition péquiste s'acharne sur lui parce qu'elle est raciste contre les Italiens.
 
Incroyable.
 
Je cite Lagacé qui commente l'affaire ici avec une ironie mordante:
 
Selon cette logique, l’attaque du PQ est également une sortie en règle contre les hommes affichant une évidente surcharge pondérale puisque M. Tomassi a une surcharge pondérale. Il s’agit aussi d’une charge vicieuse du PQ contre les hommes portant des lunettes puisque M. Tomassi porte des lunettes. En fait, c’est une attaque contre tous les hommes du Québec. Et peut-être même contre les hommes au grand complet. Dans cette affaire de subventions qui tombent dans les mains de personnes finançant le parti au pouvoir, c’est bien clair que le PQ est contre les races, contre les personnes obèses, contre la myopie et contre les hommes. Le lien possible entre des gens qui financent le PLQ et des décisions favorables touchant des garderies qui appartiennent à ces gens n’a rien à voir dans l’équation.

 
Et l'affaire ne s'arrête même pas là! On apprend maintenant que Tomassi est un maudit menteur et un manipulateur qui tente de cacher ses subventions frauduleuses de façon carrément grossière:
 
Le 2 décembre, M. Tomassi avait promis de donner aux associations de garderies les rapports d'évaluation de chaque projet soumis cette année-là «pour dissiper tout doute» sur l'attribution des places. (...) Tony Tomassi a dit avoir respecté son engagement. «Nous avons démontré aux associations, hors de tout doute, que le processus qui avait été établi par le Ministère a été respecté. Les associations ont été satisfaites des rencontres», a-t-il affirmé en Chambre.
 
Or, l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) contredit le ministre. «On n'est ni ravis ni satisfaits. On leur a dit que c'était une procédure inappropriée», a dit son directeur général, Jean Robitaille, en entrevue à La Presse.



Il a raconté le déroulement de la rencontre survenue à la mi-décembre. «Le Ministère nous a soumis une pile de 30 cm de papiers avec des tableaux où il n'y avait aucun nom. C'était des colonnes avec des cotes, des lettres. On nous donnait une heure pour regarder ça. On ne pouvait pas partir avec les documents. Alors, on a refusé de participer à cet exercice qui ne nous permettait pas de porter un jugement.» Contrairement à ce qu'a dit le ministre, l'AQCPE estime qu'«un doute a été soulevé» au sujet du processus d'attribution des places et que le Ministère n'a encore rien fait pour le dissiper. Elle demande que les rapports d'évaluation complets soient transmis aux médias, ce que refuse M. Tomassi.

 
Et, claironnez trompettes, le règne libéral se poursuit, inexorablement.

Vader versus le lapin Energizer



Trouvée ici.

12 février 2010

Accommodements débiles

Martineau s'attaque à la dernière manoeuvre de Courchesne ici et ici, en voici des extraits:


Selon Le Devoir, si la Ministre de l'Éducation voulait chambouler le calendrier scolaire et permettre aux écoles de donner des cours la fin de semaine, c'était pour accommoder... des écoles juives ultra orthodoxes illégales!!! (...) un État qui est prêt à changer le calendrier scolaire de TOUTE LA POPULATION pour accommoder des écoles ILLÉGALES! Bordel! Si c'est pas faire la carpette devant des ultra religieux, je me demande ce que c'est... Au lieu de dire à ces écoles: "Vous entrez dans le rang", c'est le Québec au grand complet qui doit se tasser! (...) Quand la ministre avait annoncé qu'elle permettrait l'école les fins de semaine, tout le monde s'est demandé pourquoi, d'où cette idée farfelue sortait. Maintenant, on le sait...



(...) Il y a DEUX accommodements débiles, là-dedans.

1) Des écoles ultra religieuses juives sont dans l'illégalité car elles ne consacrent pas suffisamment d'heures à l'enseignement du français, des maths, de l'Histoire, etc. Pourquoi? Parce qu'elles consacrent TROP d'heures à l'enseignement de la religion juive. Au lieu de dire à ces écoles: "Vous allez couper dans les heures d'enseignement religieux pour couvrir les autres matières", l'État a dit: "Pas de problème, on va vous permettre d'ouvrir votre école et de donner des cours le dimanche." Ça, c'est l'accommodement débile numéro Un.
2) Et pour permettre à ces écoles ULTRA RELIGIEUSES d'offrir des cours le dimanche, l'État a décidé de chambarder le calendrier de TOUTES LES ÉCOLES! Ça, c'est l'accommodement débile numéro Deux.



Les bras m'en tombent...

Enseignement: engagez-vous, qu'ils disaient...

Les résultats de cette étude vous surprennent? Pas moi:


Une étude réalisée par Nathalie Houlfort, professeure à l'ENAP, montre qu'un enseignant sur cinq travaille chaque jour dans un état de détresse psychologique, soit près du double de ce que l'on trouve dans la population en général. Près de 60% des enseignants éprouvent des symptômes d'épuisement professionnel au moins une fois par mois, et 20% en font l'expérience au moins une fois par semaine. Résultat: un instituteur sur quatre songe à quitter l'enseignement dans les cinq ans à venir.



Pourquoi? Plusieurs facteurs sont en cause, souligne Pierre St-Germain, président de la Fédération autonome de l'enseignement. «Il y a d'abord eu une réforme mal foutue qui a laissé des séquelles importantes chez les enseignants», dit-il.



L'intégration des élèves en difficulté a aussi fait peser un très lourd poids sur les épaules des enseignants. (...)

La gestion de classe pose ainsi d'importants problèmes aux enseignants, souligne Nathalie Houlfort. «Le manque de respect des élèves, le manque de motivation affecte les profs», dit-elle. Le manque d'autonomie atteint aussi leur moral. «On remet toujours nos compétences en question. Le système cultive notre sentiment d'incompétence. Il y a un regard très méprisant de la part de ceux qui pensent l'éducation face à ceux qui la pratiquent», témoigne Marie-France Levac.



(...) L'épuisement professionnel génère des coûts importants: une centaine de millions de dollars par an pour les commissions scolaires à l'échelle du Québec. Pourtant, les solutions sont simples, croit le président de la FAE: réduire le nombre d'élèves dans les classes, embaucher plus de professionnels pour épauler les enseignants avec les élèves en difficulté, redonner aux enseignants leur autonomie professionnelle, mettre définitivement la hache dans la réforme. «On s'attend à ce que le gouvernement bouge.»



Image trouvée ici.

Chapleau croque Courchesne


Trouvée ici.


11 février 2010

Courchesne: à quatre pattes devant les fanas

J'ai écrit, il y a deux jours, à propos du dernier projet de loi de la ministre Courchesne... projet de loi que je trouvais complètement inutile et déconnecté de la réalité.

Ben toute cette histoire est encore pire que ce que je le croyais. Après avoir tenté de nous cacher la réalité en prétendant que "les changements proposés visent d'abord la formation professionnelle et l'éducation aux adultes, afin d'offrir davantage de cours le soir et la fin de semaine à une clientèle qui travaille souvent du lundi au vendredi" et gna-gna-gna, la véritable raison pour ces changements saugrenus est enfin sortie au grand jour:

La grogne s'amplifiait, jeudi, dans les rangs de l'opposition et des centrales syndicales, contre le projet de règlement de la ministre de l'Éducation, qui vise, officiellement, à assouplir le calendrier scolaire, ouvrant la porte à des activités pédagogiques durant le week-end. Dans les faits, et la ministre l'a finalement reconnu, il aura aussi pour effet de régulariser la situation des écoles juives orthodoxes, où l'enseignement de la religion prime, au détriment des matières de base.

Madame la ministre modifie les lois qui régissent le système d'Éducation québécois pour accomoder une minorité religieuse fanatique, tellement obsédée par ses textes sacrés qu'elle balance tout le reste par la fenêtre! Pas croyable. La bonne nouvelle dans tout ça, c'est que l'opposition au projet a été rapide et musclée:
 
En Chambre, la chef de l'opposition, Pauline Marois, a accueilli avec consternation les changements proposés et dénoncé le climat de confusion entretenu par Mme Courchesne dans ce dossier. Selon elle, la ministre de l'Éducation a «induit sciemment en erreur cette Chambre sur les raisons véritables qui motivent son changement au calendrier». Le porte-parole péquiste en éducation, Pierre Curzi, a renchéri pour considérer que le nouveau règlement rendra possible l'expression des extrémismes religieux de tout acabit dans les écoles.


Quant à lui, le président de la CSQ, Réjean Parent, trouve scandaleux le geste de la ministre. Il dit avoir eu des pressions de la part de ses membres pour exiger la démission de Mme Courchesne, qui n'inspirerait plus confiance. «Le chat a sorti du sac», selon M. Parent, qui estime que Québec vient ainsi «d'ouvrir la porte à la reconfessionnalisation du système scolaire par la porte du privé». Or, un geste d'une telle portée ne doit pas se «faire à la sauvette» par des «ententes secrètes», a déploré le leader syndical, en point de presse.

Maudits libéraux à marde... plus malhonnêtes, cachottiers et crosseurs qu'eux, tu meurs...
 
Abreuvez-vous ci-dessous aux autres bêtises de notre merveilleuse ministre de l'Éducâtion, des loésirs et des spows:
 
Le plan "révolutionnaire" de Courchesne
Si c'est un banquier qui le dit...
Les aventures de Courchesne

9 février 2010

SCHOOL de Supertramp



I can see you in the morning when you go to school

Don't forget your books, you know you've got to learn the golden rule
Teacher tells you stop your play and get on with your work
And be like Johnny-too-good, well don't you know he never shirks
He's coming along!


After School is over you're playing in the park
Don't be out too late, don't let it get too dark
They tell you not to hang around and learn what life's about
And to grow up just like them, won't let you work it out
And you're full of doubt


Don't do this and don't do that
What are they trying to do? Make a good boy of you
Do they know where it's at?
Don't criticize, they're old and wise
Do as they tell you to
Don't want the devil to
Come out and put your eyes


Maybe I'm mistaken, expecting you to fight
Or maybe I'm just crazy, I don't know wrong from right
But while I am still living, I've just got this to say
It's always up to you if you want to be that...
want to see that...
want to see that way
You're coming along!

Greg Horn



Horn est un illustrateur de talent qui a réalisé plusieurs couvertures mémorables pour les comics de la maison d'éditions Marvel (entre autres). Un recueil de ses oeuvres sera bientôt publié et le site Newsarama nous en offre ici une douzaine de pages.

La découverte éventuelle de formes de vies extra-terrestres et l'avenir des religions

Ça peut paraître farfelu pour certains, mais je trouve ce genre de questionnement philosophique fascinant:

On ne s'étonne pas qu'un congrès sur la vie extraterrestre, la semaine dernière à Londres, spécule sur la biologie et la chimie, sans parler de l'astronomie. Mais la religion? Une enquête s'est intéressée à ce qu'il adviendrait des grandes religions du monde si on découvrait un jour une forme de vie étrangère.


Et l'optimisme est de rigueur. Croyants ou non-croyants, bouddhistes ou chrétiens, seule une minorité croit que sa religion ou ses croyances personnelles seraient ébranlées - encore que les catholiques soient plus nombreux (22%) à croire que cela affecterait leur religion. Pas aussi nombreux, toutefois, que les 205 non-croyants interrogés, qui sont 69% à croire que cela causerait une crise... chez toutes les religions!

(...) Chose certaine, c'est le moment où jamais de s'adapter pour les religions, parce que tous les éléments semblent se mettre en place pour les préparer à une grande découverte. Par exemple, est venu souligner le président de la Société royale, Martin Rees, d'ici deux ou trois ans, le nouveau télescope spatial Kepler pourrait détecter la présence de planètes de même taille que la Terre autour d'autres étoiles - une recherche qui n'existait pourtant même pas au début des années 1990.

Mais certains sont beaucoup moins enthousiastes que d'autres : et si les E.T. étaient méchants? Un journaliste de Nature nous présente le paléobiologiste Simon Conway, de l'Université Cambridge : «Il cite des exemples d'évolutions convergentes dans l'histoire biologique de la Terre comme preuves qu'il existe un nombre limité de solutions aux problèmes d'organisations [physiologiques] et sociaux... La vie sociale ailleurs pourrait être aussi violente que sur la Terre, où les fourmis font du pillage et où les humains se font la guerre. "Si le téléphone sonne, dit-il, ne répondez pas."»

Polygamie made in U.S.A.


Article très intéressant (et sidérant) sur une secte polygame américaine, trouvée ici sur le site de National Geographic.

Le Québécois moyen est-il un sombre crétin ignorant?

Bon, je sais que ceci n'est rien de plus qu'un truc d'humoriste, que ça n'a rien de scientifique et que le gars a évidemment choisi les pires hurluberlus qu'il a pu trouver sur la rue... mais quand même, quelle collection de taches!

Il y en a peut-être qui trouvent ça drôle, mais moi (déformation professionnelle peut-être), ça me donne plutôt envie de pleurer.

En passant, je trouve l'utilisation du terme "pure laine" offensante, je suis écoeuré de ce terme à saveur raciste... pas vous?



D'autres morons ici (histoire) et ici (connaissances générales).

Grosses priorités éducatives

Ce ne sont pas les problèmes et les défis qui manquent dans le système éducatif québécois... mais au lieu de s'y attaquer sérieusement, le merveilleux ministère de l'Éducation s'amuse à sortir de son chapeau des changements de calendriers scolaires qui ne riment à rien:

Le ministère de l'Éducation a déposé mercredi un projet de règlement qui vise à calculer l'année scolaire en nombre d'heures plutôt qu'en nombre de journées. Au lieu de se rendre à l'école 180 jours par année, les enfants du primaire et du secondaire recevraient de 900 à 1000 heures d'enseignement réparties sur 180 à 200 jours. Les «jours de congé» des élèves seraient abolis, ce qui ouvrirait la porte à la tenue «d'activités éducatives» la fin de semaine. Ces nouvelles dispositions s'appliqueraient au privé et au public dès la prochaine année scolaire.


(...) La secrétaire générale de la Fédération nationale des enseignants et enseignantes, qui représente une part des enseignants du secteur privé, craint que la mesure soit trop compliquée à implanter. «C'est tout un changement de culture! a souligné Caroline Senneville. C'est déjà assez compliqué de concilier le travail, les familles reconstituées, le service de garde et les activités parascolaires. Si les enfants font une activité obligatoire durant huit heures le samedi, il faudra qu'ils prennent congé huit heures ailleurs dans la semaine. Qui va prendre soin des enfants ces jours-là? Qui va s'occuper des autobus scolaires? Des installations? Déjà que c'est la folie lors des journées pédagogiques.»

Bienvenue dans l'ère du N'IM-POR-TE-QUOI...

7 février 2010

Alex Andreyev



Les oeuvres de cet artiste sont parfois troublantes, mais elles méritent vraiment le détour. Son site est ici. Trouvé via Dockera.

La page Facebook de Darth Vader



Vraiment drôle, je me roulais à terre en lisant ça...

Une création du site Mauvais Oeil, trouvé via Lagacé.

Avengers 2010

Pour faire la promotion de sa nouvelle équipe de Vengeurs, Marvel a dévoilé cinq pin-ups pour chacun des membres du groupe. Les dessins, du brillant John Romita Jr, sont accompagnés d'une citation qui permet de comprendre un peu la motivation de chacun des personnages.

C'est très réussi. Trouvé ici.

Jennifer Maestre

Non, ceci n'est pas une nouvelle forme de vie sous-marine. C'est une sculpture réalisée avec des bouts de crayons de couleurs! Magnifique! Trouvé ici.

Objectif: attirer l'attention des médias


Mission accomplie! La nouvelle est ici.

Martin Bispels

Marché de Barcelone. Trouvé ici.

Le français québécois expliqué aux Coréens



Je regarde des gens qui parlent de nous, je ne comprens rien à ce qu'ils disent mais je suis complètement fasciné.

Ça doit être ça aussi la mondialisation...

6 février 2010

The Lindbergh Child

Je viens de me taper la BD de Rick Geary intitulée The Lindbergh Child et j'ai franchement adoré. Le problème, c'est que je ne sais pas exactement pourquoi.

Il s'agit du récit du célèbre enlèvement du bébé de Charles Lindbergh, survenu en 1932. Oui, les dessins de Geary sont très habiles, mais plutôt statiques. L'histoire est fascinante, mais racontée de façon très précise et technique, presque encyclopédique. Les dialogues y sont d'ailleurs presque complètement absents et les faits nous sont relatés par un narrateur. À peu près pas de scènes d'action, Geary ne manipule pas non plus le récit pour y ajouter suspense ou rebondissements, pas plus qu'il ne laisse de place à la fiction ou à une version "romancée" de l'histoire... et dans ce cas-ci, puisqu'il s'agit d'un crime horrible qui a véritablement eu lieu, je crois que cette approche est de mise.

Bref, je ne sais pas exactement pourquoi, mais grâce à l'habileté indiscutable du bédéiste et aux détails fascinants de l'affaire elle-même (entre autres choses), j'ai tout simplement adoré cette BD. Geary a d'ailleurs signé plusieurs BD qui racontent d'autres crimes célèbres des XIXe et XXe siècles et je me promets bien de mettre la main là-dessus éventuellement.

Divin t-shirt

Stark Tower Defense

Nouveau petit jeu trouvé ici.

Jim, ce grand défenseur de l'environnement

Jim, Jim, Jim... c'est vrai que, lorsqu'on est à Calgary pour faire un discours, faire preuve de mépris à l'égard du Québec est très politiquement rentable. Mais si, par la même occasion, tu t'en prends aux initiatives environnementales de la province, ça va te péter au visage, mon homme:

La tension est vive entre Québec et Ottawa, qui s'accusent mutuellement de ne pas agir convenablement dans le dossier climatique. En entrevue hier, la ministre québécoise de l'Environnement, Line Beauchamp, s'est dite «très, très étonnée» par les commentaires de son homologue fédéral, qui a qualifié son règlement sur les autos de «sottise».


Dans un discours prononcé lundi à l'Université de Calgary, le ministre Jim Prentice a soutenu que les normes québécoises d'efficacité énergétique des véhicules, édictées en décembre dernier, constituent «l'un des plus flagrants exemples de la sottise (folly) d'essayer d'agir seul dans une économie intégrée».


Ces commentaires ont fait bondir l'opposition à Ottawa, les écologistes et le gouvernement Charest, qui les ont condamnés pour leur «inexactitude», voire leur «ridicule».


En ce sens, Équiterre estime que M. Prentice «s'est couvert de ridicule» et qu'il gagnerait à faire preuve de plus de cohérence dans ses interventions, plutôt que de se livrer à «de la petite politique mesquine», selon Steven Guilbeault.


À Ottawa, le député néo-démocrate Thomas Mulcair, lui-même ancien ministre de l'Environnement du Québec dans le gouvernement Charest, est allé jusqu'à demander que Jim Prentice soit remplacé immédiatement. «C'est inimaginable d'avoir un ministre qui est censé être responsable de l'environnement reprocher à une province de trop bien protéger l'environnement», a-t-il lancé.


Tout comme M. Mulcair, les autres partis de l'opposition ont dénoncé la contradiction d'un gouvernement fédéral qui s'attaque à une province qui agit en matière d'environnement, alors que lui-même est incapable de le faire. «(Le gouvernement conservateur) est en train de faire la preuve que le Québec ne voit pas ses intérêts bien servis dans le Canada, ni sur le plan économique, ni sur le plan environnemental», a lancé le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe.


(...) Par ailleurs, en entrevue avec La Presse, Mme Beauchamp a tenu à «rétablir les faits» avancés par M. Prentice. À commencer par l'isolement présumé du Québec, accusé d'agir en solitaire. Elle a rappelé que pas moins de 15 États américains, représentant plus de 40% du marché automobile des États-Unis, ont adopté le règlement californien sur lequel Québec a calqué sa nouvelle norme. Deux autres États étudient la possibilité d'en faire autant. «La position d'Ottawa est vraiment désolante, car elle démontre que M. Prentice ne comprend tout simplement pas le règlement québécois», a confirmé le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle, qui a précisé que deux provinces canadiennes songent aussi à emboîter le pas.

Les séparatistes du Vermont s'organisent

Nos voisins immédiats au sud réaliseront-ils leur souveraineté avant nous? Tout dépendra des prochaines élections au Vermont:

On Jan. 15, in the state capital of Montpelier, nine candidates for statewide office gathered in a tiny room at the Capitol Plaza Hotel, to announce they wanted a divorce from the United States of America. "For the first time in over 150 years, secession and political independence from the U.S. will be front and center in a statewide New England political campaign," said Thomas Naylor, 73, one of the leaders of the campaign.


A former Duke University economics professor, Naylor heads up the Second Vermont Republic, which he describes as "left-libertarian, anti-big government, anti-empire, antiwar, with small is beautiful as our guiding philosophy." The group not only advocates the peaceful secession of Vermont but has minted its own silver "token" — valued at $25 — and, as part of a publishing venture with another secessionist group, runs a monthly newspaper called Vermont Commons, with a circulation of 10,000. According to a 2007 poll, they have support from at least 13% of state voters. The campaign slogan, Naylor told me, is "Imagine Free Vermont." In his fondest imaginings, Naylor said, Vermonters would not be "forced to participate in killing women and children in the Middle East."

Second Vermont Republic's gubernatorial candidate is Dennis Steele, 42, a hulking Carhartt-clad fifth generation Vermonter and entrepreneur. He owns Radio Free Vermont, an Internet radio station, and honchos an online venture called ChessManiac.com. Steele says that, if elected, his first act in office would be to bring home Vermont's National Guard from overseas deployments. "I see my kids going off to fight in wars for empire 10, 15, 20 years from now," said Steele, who served three years in the U.S. Army. "People in Vermont in general are very antiwar, and all their faith was in Obama to end the wars. I ask people, 'Did you get the change you wanted?' They can't even look you in the eyes. We live in a nation that is asleep at the wheel and where the hearts are growing cold like ice."

(...) With 20 or so mostly middle-aged attendees looking on, the candidates each stood at the podium to deliver a remarkably unified message: The U.S. government, they said, was an immoral enterprise — engaged in imperial wars, propping up corrupt bankers and supersized corporations, crushing small businessmen, plundering the tax-base for corporate welfare, snooping on the private lives of citizens — and they wanted no more part of it.

(...) "It's an abusive relationship we have with the central government," says Peter Garritano, a square-jawed 54-year-old Subaru sales manager who is running for lieutenant governor. "We know it's scary to leave the abusive nest. It's a comfort zone in its own way. But we think we'll do better leaving."

An independent Vermont, the group believes, would exploit its already highly developed local small-scale agriculture, its "locavore" farm exchanges, with a tax structure reformed to incentivize small business and industry (and to make life difficult for large out-of-state corporations). By 2020, they foresee Vermont producing at least 75% of its own electricity and heat, using wind-, solar-, biomass- and hydro-power. They want to establish a Bank of Vermont owned by the people of Vermont — freed from the arbitrary controls of central bankers — as well as a local alternative currency, with Vermont pension and operating funds invested not in Wall Street but in locally owned financial institutions. "We favor devolution of political power from the state back to local communities, making the governing structure for towns, schools, hospitals and social services much like that of small, decentralized states like Switzerland," declares the group's "21st Century Statement of Principles."

Seven secessionist candidates declared for seats in the state senate. Among them is Robert Wagner, 46, an economist who is also a computing consultant with Oracle Inc. Wagner, who homesteads with his wife and six-year-old son in the Green Mountains, says that current U.S. law enables multinational corporations to abuse Vermont as a "resource colony." Citing a 2008 study by the University of Vermont, Wagner says the state stands to gain over $1 billion a year in revenue by taxing equitably the corporate behemoths that exploit Vermont's "commons," which includes everything from the state's groundwater, surface water, wildlife and forests, to the public spectrum of the airwaves. According to the UVM study, for example, Coca-Cola, Nestle and Perrier and other refreshment manufacturers avoid $671 million in taxes for the environmental damage incurred by their siphoning of state groundwater.

But what about that comfort zone of Social Security, Medicare, Medicaid and food stamps, plus the infrastructure currently funded by the federal government, including bridges, roads and particularly the interstate highways? One analysis by a researcher at the University of Vermont found that the state only gets 75 cents back for every dollar it hands over to the federal center. The secessionists say they'd prefer to save their money and keep it at home. "Not only would an independent Vermont survive," says Naylor, "It would thrive, because it would free up entrepreneurial forces heretofore held in abeyance. We're not preaching economic isolationism. We want to confront the empire, and that doesn't mean just owning a Prius and keeping a root garden."