29 mai 2011

Les 10 meilleurs films de guerre de tous les temps?

Que pensez-vous de cette liste de Popmatters?

#10: Das Boot

#9: The Big Red One

#8: Letters from Iwo Jima

#7: The Battle of Algiers

#6: La Grande Illusion

#5: Platoon

#4: Saving Private Ryan

#3: The Thin Red Line

#2: Dr. Strangelove, or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb

#1: Apocalypse Now


Moi, je trouve qu'il y a plusieurs absents. J'aurais trouvé une place pour Gettysburg, Enemy at the Gates, Waltz with Bashir et 300 là-dedans. Et Schindler's List, s'agit-il d'un film de guerre ou plutôt d'un drame qui se déroule en temps de guerre?

Le gouvernement Charest est pa-thé-ti-que...

Non mais quelle bande de losers. Faut-y avoir du temps à perdre en esti? Pis faut-y être croche pis manipulateur en crisse?

Extrait de la pathétique nouvelle:

Le bureau du premier ministre Jean Charest essaie d'influencer les sondages en ligne qui le concernent.



Ce matin, une adjointe aux communications du bureau de M. Charest a envoyé un courriel à une liste de contacts. Comme la liste est confidentielle, on ignore combien de personnes l'ont reçu. Le titre du courriel: «Faire suivre: Question Cyberpresse». Il portait la mention «urgent».


Il traite d'un sondage en ligne sur Cyberpresse depuis ce matin. Ce sondage traite du palmarès des urgences du Québec publié ce matin dans La Presse. L'attente n'a pas été réduite, constations-nous dans notre dossier.


Le sondage posait donc la question suivante aux internautes: Le ministre Yves Bolduc espère toujours réduire à 12 heures le temps d'attente dans les urgences. Y croyez-vous? Dans son court courriel, l'adjointe aux communications écrit: «Allez répondre S.V.P., le non domine ... Merci!»


Image trouvée ici.

Avant la pilule...

Trouvé ici.

Hawkman: le film?



Trouvé ici.

Quand le Canada sert de caniche à Israël

Harper ne se contente pas d'être l'espion d'Israël, il sert également de caniche à ses heures! Extrait de la nouvelle:

Le président américain Barack Obama avait suggéré, dans un discours prononcé plus tôt en mai, de reprendre les négociations d'accord de paix entre Israël et la Palestine en se basant sur les frontières existant en 1967. La déclaration finale du G8 sur le sujet ne comportait toutefois aucune mention des frontières. L'agence Reuters a rapporté que cette omission serait due à l'opposition de M. Harper, une information qu'il n'a pas confirmée ni niée.



Selon Haaretz, le premier ministre israélien aurait affirmé à M. Harper qu'aborder la question des frontières serait nuisible aux intérêts de son pays, en plus d'être perçue comme une récompense pour les Palestiniens.

Je regarde ça et deux observations me viennent à l'esprit: 1- S'opposer aux États-Unis pour appuyer Israël? À quoi joue Harper exactement? Où est l'intérêt du Canada là-dedans? 2- Une véritable solution de paix au Moyen-Orient ne fera jamais l'affaire d'Israël qui ne veut faire aucune concession. Donc, prendre aveuglément le parti d'Israël de cette façon, c'est saboter le processus de paix au Moyen-Orient, c'est aussi simple que ça.

Le Canada est devenu un obstacle à la paix dans le monde, esti!

26 mai 2011

Les Français et leurs élites...

"Une fois de plus, les élites françaises se scandalisent du fonctionnement de la justice quand elle s’applique à l’un d’eux. (…) Mais la première injustice du système judiciaire américain ne réside pas dans ce traitement, qui est tout à fait ordinaire aux Etats-Unis. Ce qui paraît brutal, vu de France, n’est que l’absence de prise en compte, dans ce pays étranger, de considération sociale dans la façon de traiter le suspect. Ce qui paraît violent au public français n’est que l’absence d’égards dus, pense-t-on, à la “caste sociale” de l’intéressé."

--Jacques Follorou, extrait d'un article paru dans Le Monde. Trouvé ici.


Alors, les cousins français? Qu'est-ce que c'est que cette histoire de considération de castes sociales en 2011? Pourquoi y aurait-il une justice pour les élites et une autre pour le p'tit peuple? La révolution a servi à quoi, exactement? "Égalité, fraternité", c'est juste un slogan?

23 mai 2011

The Science of Self Delusion

L'autre jour, je blaguais à propos de ce groupe de fanas américains qui attendait fermement la fin du monde, samedi dernier. Yves, mon loyal sidekick, m'a fait parvenir un lien vers un article fascinant. L'auteur est un psychologue qui s'est intéressé à un culte qui prétendait être en contact avec des extra-terrestres dans les années 50. Thème récurrent: les aliens prédisaient la fin du monde mais promettaient de sauver les membres de la secte. L'apocalypse devait avoir lieu le 21 décembre 1954. Lorsque rien ne s'est produit à cette date, les membres de la secte n'ont pas remis en question leurs croyances, ils ont plutôt continué à s'enfoncer dans leurs croyances débiles. L'article est ici.

Citation:

"A man with a conviction is a hard man to change. Tell him you disagree and he turns away. Show him facts or figures and he questions your sources. Appeal to logic and he fails to see your point."

--Leon Festinger, psychologue de l'Université Stanford.

WOW!



Je ne regarde à peu près jamais la télé... mais là, sincèrement, je suis très impressionné. Ça a l'air tout simplement génial. Trouvé ici.

Star Wars: The Old Republic *DECEIVED*



C'est triste à dire, mais ça a l'air meilleur que les plus récents films de George. Dommage que ce soit un jeu en ligne. Trouvé ici. La première bande-annonce est disponible ici.

22 mai 2011

X-Muppets


Trouvé ici.

"They don't give a fuck about you"



Trouvé ici.

Tintin et le secret de la Licorne



Plus prometteur que ça, tu meurs! Trouvé ici.

La goutte


Vendredi dernier, j'ai été convoqué à une énième réunion à propos d'Abou (nom fictif), l'un des élèves les plus difficiles de ma classe dont j'ai déjà parlé ici.

Il y avait le directeur adjoint, la technicienne en éducation spécialisée (TES), une intervenante de la DPJ qui travaille avec la famille (afin de leur montrer comment élever convenablement leurs enfants) et un psychoéducateur qui a été impliqué dans le dossier.

Ça a duré une heure. Plus le temps passait, plus je sentais ma tension augmenter. J'étais assis là, les bras croisés, mâchoire serrée, à bouillir sur ma chaise. Pourtant, j'essayais sincèrement de me dire que ces gens ne voulaient que le bien du jeune... que ses intérêts passent en premier... mais malgré cela, ma colère ne faisait qu'augmenter avec chaque minute qui passait et à ce moment-là, je ne savais pas trop pourquoi. Quelque chose m'horripilait à propos de cette réunion et sur le coup, je n'étais pas certain de comprendre ce que c'était.

J'y réfléchis depuis plusieurs jours et je pense que je commence à comprendre ma frustration.

En gros, le véritable but inavoué de la réunion, c'était de me dire comment je devais agir avec ce jeune-là. Évidemment, ils n'ont jamais utilisé la deuxième personne du singulier, ils utilisaient plutôt le "on". Mais il s'agissait à peu près tout le temps de choses que JE devais faire. On m'a demandé d'utiliser une approche plus conciliante avec lui, de créer une complicité. Puis, on m'a suggéré d'être moins sévère avec ses comportements dérangeants, de lui donner la chance de le corriger avant de le foutre à la porte. On m'a suggéré de créer un système de récompense pour encourager ses bons comportements. On m'a demandé de trouver ou de créer des travaux adaptés pour lui puisqu'il n'est clairement pas capable de faire des exercices de niveau 6e année. On veut que je sois plus compréhensif, que j'invente un code secret pour lui faire savoir discrètement comment il va (ils voulaient que je passe la journée à lui donner des trombones dont la couleur indiquerait si ça va bien ou non, crisse). Etc. Etc. Etc.

Plus ils parlaient, plus la pression du volcan augmentait. Pourquoi donc cette réunion m'a-t-elle frustré à ce point?
 
Je commence à comprendre.
 
Premièrement, il y a le simple fait qu'à peu près toutes les suggestions qu'ils m'ont faites à propos de cet élève (à part leurs esti de trombones) sont des trucs que j'ai essayés pendant l'année scolaire... sans succès. Tout ce qui a donné des résultats, c'est la tolérance zéro et la conséquence immédiate: tu déranges la classe = t'es dehors. Point. Pas de négociation et pas d'appel. C'est dur, c'est bête, c'est plate, mais ça marche. Ce n'est pas la première chose que j'ai essayée, c'est un dernier recours, mais ça a donné des résultats.
 
Deuxièmement, je ne compte plus le nombre de réunions auxquelles j'ai assisté à propos de ce kid-là et de l'autre cas psychiatrique dont j'ai déjà parlé, Nicéphore. Je ne les compte plus. Et je suis vraiment écoeuré. T'sais, j'aime les jeunes et je n'ai pas choisi ce métier pour seulement m'occuper des petits élèves idéaux et parfaits. Mais crisse, je ne suis pas psychiatre non plus! Ces jeunes-là sont des cas problématiques MAJEURS. On parle psychiatrie, DPJ, orthophonie, etc. Ça dépasse totalement mes compétences. Ils ne devraient absolument pas être dans une classe de 6e année régulière, c'est aussi simple que ça. Alors, t'sais, c'est plate à dire, mais quand je réalise que je ne peux rien faire face à un problème, je sonne l'alarme et je m'arrange pour que les élèves soient vus et évalués. Pis s'ils les laissent parkés dans ma classe pour le reste de l'année scolaire, qu'est-ce que tu veux que je fasse? Moi, ma job, c'est d'enseigner, de motiver et de m'assurer que les jeunes sont dans un climat propice au travail. Pas psychanalyser, crisse! Que les gens compétents s'occupent d'eux et qu'on me laisse faire ma câlisse de job!
 
Troisièmement, ces gens-là ne semblent pas réaliser que je n'ai pas seulement deux élèves, j'en ai 24 cette année! Dont la moitié se dirigeait directement vers des échecs majeurs en français et en maths! Motiver, former et intéresser ces jeunes-là à quoi que ce soit est une tâche titanesque! Il s'agirait d'une classe incroyablement difficile même sans Abou et Nicéphore et j'en ai plein le cul d'investir autant d'énergie et de temps avec ces deux jeunes-là, surtout quand rien ne semble donner de résultats probants. Il y en a d'autres élèves qui ont besoin de moi dans la classe et ça serait l'fun que je puisse m'occuper d'eux aussi! Sans parler des quelques bons élèves que je tente de ne pas négliger à travers tout ça et à qui j'essaie d'offrir le petit extra dont ils ont besoin pour ne pas complètement décrocher dans cette classe de mongols. En bref, mon temps et mon énergie sont des ressources limitées. Si je les gaspille (c'est plate à dire, mais c'est ça) avec Abou et Nicéphore, ben ça en fait moins pour les autres, crisse. C'est aussi simple que ça.
 
Quatrièmement, je suis écoeuré de me faire dire que je dois en faire plus, encore plus, toujours plus. Personne n'a aucune considération pour moi, ni pour le travail que je fais. Sur les 12 élèves qui coulaient systématiquement toutes mes évaluations, seuls QUATRE ont eu un échec dans mon dernier test de maths (qui n'avait rien de facile, croyez-moi). Cela représente des mois de travail acharné et j'ai les poches sous les yeux pour le prouver! Je suis crevé, crisse. Vidé. Je n'ai plus d'appétit, je dors mal, je suis stressé et j'espère juste finir l'année sans me ramasser à l'hôpital comme en juin dernier. Mais non seulement tout ce travail n'est absolument pas reconnu, mais en plus personne ne se soucie de mes limites. "Envoèye, le cave, travaille plus fort, fais-en plus, change ta façon de faire, v'là du travail suppémentaire!" Tabarnak... pis ils te tiennent par les sentiments, évidemment. "C'est dans l'intérêt du jeune, il a besoin de toi, tu ne peux pas le laisser tomber, il t'en sera reconnaissant..." Le pire, c'est que je suis très (trop) sensible à ce genre d'argument. Mais au point où j'en suis, j'ai vraiment pas besoin de ça. J'ai comme l'impression qu'une goutte serait suffisante pour faire déborder le vase et ça me fiche la trouille...
 
Cinquièmement, on est au mois de mai, sacramant! T'sais, en octobre, tu dis pas non, tu es prêt à essayer plein d'affaires pour sauver l'année du jeune. Mais là, le mois de mai achève! Est-ce qu'on pourrait juste être réaliste deux secondes et admettre qu'à ce stade-ci, avec si peu de temps, mettre en place un paquet de nouvelles affaires ne servirait à rien? Que je devrais peut-être m'investir avec des jeunes pour qui ça fera une réelle différence?
 
Sixièmement, ce qui me fait le plus chier je pense, c'est le jugement. Vous auriez dû leur voir la face quand je leur ai expliqué qu'avec Abou, j'en suis au point où je n'exige de lui qu'une seule chose: qu'il ne dérange pas ma classe. Il est assis là, il ne dit rien, il ne fait rien et il ne dérange personne. Ils trouvent ça épouvantable, sont scandalisés, me soulignent que c'est "NOTRE mandat de l'éduquer", qu'il ne faut pas l'abandonner, etc. Ces gens-là ne savent pas ce que c'est que d'être au front, les deux pieds dans la marde. Ils ne réalisent pas que, dans le cas d'Abou, le fait qu'il ne dérange plus la classe constitue une amélioration MAJEURE en soi! Il était absolument insupportable, sabotait mes cours sans cesse, faisait le con à longueur de journée! Maintenant, il est assis là et il ferme sa yeule. Les autres peuvent travailler, écouter et apprendre sans qu'il les déconcentre sans cesse. C'est une grosse amélioration et personne n'avait jamais réussi à accomplir cela avec ce jeune avant moi. Mais non, c'est pas encore assez, faudrait que j'en fasse un premier de classe hyper-performant et un futur avocat, crisse!

Septièmement, bien que j'en aie vu d'autres dans ma carrière, cette année est la première où je me retrouve devant un aussi grand nombre de problématiques en même temps. C'est la première fois que je ne réussis pas à amener une classe là où je veux l'amener. C'est la première fois que je remets sérieusement en question mes compétences, mon talent, ma capacité de faire cette job efficacement. Et c'est très dur. Et comme je suis très sévère avec moi-même, je n'ai pas besoin par dessus le marché de me faire traiter comme un incapable par des gens qui sont complètement extérieurs à ma situation. La plaie est assez vive, j'ai pas besoin qu'ils viennent crisser leurs gros doigts sales dedans.

Bref, pour toutes ces raisons, j'étais assis sur ma chaise et je rageais. Et le problème, c'est que quand je suis en tabarnak, je suis incapable de diplomatie, je ne peux pas cacher ma frustration et je ne mâche pas mes mots, disons. Et en plus, j'ai du mal à réfléchir au "pourquoi" de cette frustration, alors je gueule mais je ne sais moi-même pas exactement pourquoi. Je me suis mal exprimé, ça sortait tout croche. Je ne suis pas très fier de ce que j'ai dit pendant cette réunion. J'ai probablement passé pour un con qui se fiche complètement du jeune. Si la directrice avait été là, elle m'aurait crucifié. Et elle aurait probablement eu raison.

Parfait couronnement pour une année de cul...

J'aurais dû fermer ma yeule, opiner du chef, les remercier de leurs "judicieux" conseils et retourner dans ma classe, au front, seul comme d'habitude, à tenter de survivre à cette classe de fous. Mais je n'ai pas été capable. C'était la goutte de trop. Ça a débordé et j'ai eu l'air cave.

21 mai 2011

Fausse alerte!


Mes adieux solennels s'avèrent inutiles. Le Jugement Dernier n'était pas pour aujourd'hui, finalement. Je me console en me disant que j'ai quand même l'air moins con que ce gars-là:

Gregory LeCorps est allé jusqu'à abandonner son travail dans un «établissement médical» et s'est lancé sur les routes, avec sa femme et ses cinq enfants, pour avertir les gens que la montée au ciel des justes était imminente, a rapporté The Journal News, vendu dans la banlieue nord de New York.

Adieu!


Bon, ben... avec la fin du monde qui débute cet après-midi, je voulais juste vous souhaiter bonne chance au Jugement Dernier et tout ça... j'ai bien aimé vous connaître. Mais à moins que vous alliez rôtir en enfer vous aussi, je crains qu'on ne se revoit pas. Et si vous venez me rejoindre dans la rôtisserie éternelle, ça se peut que je sois trop occupé à souffrir et à hurler pour vous saluer, alors je le fais maintenant.

Ça fait chier, j'avais plein de beaux projets pour cet été. Mais au moins, je serai débarrassé de ma classe de zoufs un mois plus tôt que prévu!

Les 5 choses qui me manqueront le plus après la fin du monde:
1- Mes enfants (qui seront au Paradis avec leur mère)
2- Baiser
3- Manger du saumon
4- Jouer dans l'eau
5- Camper

15 mai 2011

Le droit de mourir

«Le droit de mourir est une affaire privée, qui ne concerne ni l'État et encore moins l'Église»

--Bernhard Sutter, vice-président de l'association suisse d'aide au suicide Exit.

Les électeurs du canton de Zurich se sont exprimés dimanche à une large majorité pour le maintien de l'aide au suicide, alors que plusieurs partis conservateurs et chrétiens évangéliques avaient milité contre «le tourisme de la mort». Les Zurichois ont toutes mes félicitations et toute mon admiration. Si vous êtes également de cet avis et que vous aimeriez posséder cette ultime liberté, cliquez ici.



Trouvé ici.

14 mai 2011

L'influence malsaine de Power Corporation

Quand ça sort de la bouche d'un maudit séparatisse, personne ne le prend au sérieux. Mais on ne peut tout de même pas taxer un ambassadeur américain de séparatisse! En passant, ce n'est évidemment pas sur Cyberpresse que je l'ai trouvée, celle-là, mais plutôt dans Le Devoir:

L'influence de Power Corporation sur les politiques énergétiques des gouvernements fédéral et provincial est «indéniable», peut-on lire dans un câble diplomatique envoyé à Washington en décembre 2009 par le nouvel ambassadeur des États-Unis au Canada, David Jacobson. Ce câble a été intercepté par WikiLeaks.


Dans ce document, dont Le Devoir a obtenu copie, l'ambassadeur Jacobson, en poste depuis octobre 2009, s'interroge sur les pressions qui auraient pu être exercées sur le premier ministre Jean Charest et qui expliqueraient qu'il a soudainement cessé de tirer à boulets rouges sur la position du gouvernement Harper durant la conférence sur les changements climatiques de Copenhague, qui venait de se terminer le 12 décembre 2009.


«La controverse qui a éclaté sur la position agressive du Québec [à l'endroit de celle du gouvernement Harper] à la conférence de Copenhague a jeté un éclairage surprenant sur [l'influence] de puissants intérêts provinciaux dans les sables bitumineux. Les deux plus importants journaux de Montréal ont eu des échanges musclés sur les liens financiers de la firme québécoise Power Corporation et l'influence alléguée sur les positions du premier ministre Charest à Copenhague».


L'ambassadeur fait ici état de l'opinion de certains éditorialistes de La Presse, qui avaient taxé la position du premier ministre Charest à l'endroit de la position canadienne «d'arrogante», allant jusqu'à la qualifier «d'irresponsable et de déloyale envers Ottawa», selon les citations apparaissant dans le câble diplomatique.


Le 17 décembre, La Presse, rappelle le câble de l'ambassadeur, a même défendu la position fédérale à Copenhague, et en particulier sa position dans le dossier des sables bitumineux, une industrie alors jugée vitale pour le Canada et le Québec. Cette position, ajoute David Jacobson, «en a fait sourciller plusieurs au Québec: le journal est fédéraliste, mais rarement aussi rapide à se porter à la défense du gouvernement fédéral», en plus d'être généralement sensible à la défense de l'environnement.


«Est-ce que M. Charest a été influencé par Power Corp. pour baisser ainsi le ton de ses critiques à l'endroit du gouvernement fédéral, ce n'est pas clair, poursuit le câble de l'ambassadeur Jacobson, mais l'influence sur le milieu fédéral et provincial de cette société est indéniable».


(...) L'ambassadeur rappelle qu'il a récemment rencontré, juste avant qu'éclate cette controverse, plusieurs dirigeants de Power Corp., «un holding qui détient des intérêts financiers substantiels dans les sables bitumineux». Il précise à l'intention de ses supérieurs de Washington que la Financière Power a eu des revenus de 37 milliards $US en 2008 et que Paul Desmarais père et ses deux fils, André et Paul, «sont parmi les Canadiens les plus influents en plus d'avoir des liens familiaux et politiques avec d'éminents libéraux fédéraux au Canada et avec le président Sarkozy».


«Même si La Presse a défendu son impartialité, ajoute l'ambassadeur étasunien, il était difficile de nier l'existence des intérêts financiers de Power dans les sables bitumineux. Power Corp. est le principal actionnaire privé (4,5 %) de la pétrolière française Total S.A. et y exerce une influence supplémentaire du fait que Paul Desmarais fils siège au conseil de direction.»


«Il est difficile de dire, poursuit le câble diplomatique, si Charest réagissait à la position de La Presse, à une pression de la famille Desmarais, ou en fonction d'autres facteurs, mais à la fin de la conférence, il a adopté un profil bas [he lay low], laissant passer plusieurs occasions médiatiques de critiquer le gouvernement Harper. Dès lors, il a évité de parler des politiques environnementales du Canada, mettant plutôt l'accent sur son propre plan de réduction des émissions du parc automobile du Québec.»


Rappelant son entrevue quelque temps plus tôt avec André Desmarais et quatre de ses cadres dans ses «somptueux bureaux» de Montréal, le diplomate américain souligne que la famille Desmarais a été liée de longue date aux premiers ministres canadiens Pierre Elliott Trudeau, Jean Chrétien et Paul Martin, ainsi qu'au président français, Nicolas Sarkozy.


Les liens entre la famille Desmarais et le gouvernement québécois ont été mis en relief quand Québec a défendu, même avant les audiences publiques du BAPE, le projet Rabaska. Le consortium qui pilotait ce projet réunissait Enbridge, Gaz de France-Suez et Gaz Métro. Les groupes Gaz de France (GDF) et Suez — fusionnés avec la bénédiction de l'Élysée — possèdent 17 % des actions de Gaz Métro, une société québécoise qui appuie aujourd'hui de tout son poids le développement des gaz de schiste au Québec. Quant au groupe GDF-Suez, il est contrôlé par le financier Albert Frère et le groupe Desmarais via le groupe Bruxelles-Lambert et Pargesa, deux sociétés aussi contrôlées par le tandem Frère-Desmarais. Total S.A., ajoute la note diplomatique, a investi 6 milliards dans l'exploitation des sables bitumineux et prévoit ajouter 20 autres milliards dans cette industrie dans les 20 prochaines années.


Le président Sarkozy, qui a séjourné au domaine Saagard de la famille Desmarais au Saguenay, a décerné en février 2008 la grand-croix de la Légion d'honneur — la plus haute distinction honorifique, qui n'a jamais été décernée à un autre Québécois — à Paul Desmarais père. Le premier ministre Jean Charest était aussi à Paris, mais à titre officieux. Le président Sarkozy avait alors déclaré: «Si je suis aujourd'hui président, je le dois en partie aux conseils, à l'amitié et à la fidélité de Paul Desmarais.»


Si vous êtes dégoûté de cette nouvelle mais que vous ne savez pas quoi faire, cliquez ici.

Jusqu'où va l'influence de Power?

"Whether [Jean] Charest was influenced by Power Corp to tone down his criticism of the federal government is unclear, but the corporation’s provincial and federal influence is undeniable. [...] Power Corp is the largest individual shareholder (4.5%) in the French company Total S.A. [...] Total  S.A. has invested 6 billion USD in Alberta’s oil sands to date [...]. [...] by the end of the conference [Charest] lay low, passing on further media opportunities to criticise Harper. [...]"

--David Jacobson, ambassadeur des États-Unis au Canada, dans un câble diplomatique intercepté par WikiLeaks.


Trouvé ici.

Vous ne méritiez pas ça...

«J'ai été triste, affligé. Ça a été difficile, douloureux (...) Mais c'est la vie. Quand on donne des coups, on s'attend à en recevoir. Et j'en ai reçus.»

--Gilles Duceppe

Trouvé ici.

Sa voix n'avait plus de force. Ça m'a brisé le coeur de voir ça. Si je pouvais lui parler, je lui dirais qu'il ne méritait pas ça. Que des hommes de conviction et d'intégrité tels que lui sont rarissimes. Je lui dirais qu'il n'a aucune raison d'avoir honte, qu'il a été authentique, honnête et fidèle à ses convictions jusqu'au bout. Que je le comprendrais de tourner le dos à la vie publique, mais que j'espère sincèrement le revoir éventuellement. Et puis je le remercierais d'avoir porté le rêve sur son dos, envers et contre tous, pendant tout ce temps. De s'être battu pour ceux-là même qui viennent de le traiter avec une telle ingratitude.

La belle époque...



Trouvé ici.

"Alerte au Québec"

"Sans doute observe-t-on sur toute la planète la même obstination maniaque à détruire l'environnement. Mais on ne connaît pas d'autres lieux où elle soit aussi concentrée qu'au Québec - dans une ambiance au demeurant délétère de corruption, de conflits d'intérêts et de financement du parti au pouvoir. Et pourtant, répètent ici écologistes et chercheurs, des alternatives existent, dans la sobriété, l'efficacité énergétique et un fort potentiel d'énergies nouvelles."


--Hervé Kempf, journaliste et auteur, propos tirés de cet article du quotidien Le Monde.

GET BACK TO YOUR PROVINCE FRENCH PEOPLE!



Je sais, je sais... c'est juste un ti-cul ignorant qui déconne devant son ordi. Qui n'a pas fait de conneries à 14 ans? Je ne veux pas m'acharner sur un kid et franchement, ce n'est pas tellement ce petit vidéo lui-même qui me fascine. Ce sont plutôt les préjugés qu'il y a derrière ça, le racisme qui inspire ces propos. Parce que tout ça n'est pas une pure invention de ce ti-cul-là. Il n'a pas subitement inventé ces conneries haineuses ce matin-là, en bouffant ses céréales. Ce sont des réalités qui sont présentes dans la culture anglo-canadienne depuis plus de deux siècles et qui refont surface épisodiquement. Et ce vidéo idiot et anecdotique d'un ti-cul insignifiant nous rappelle que ces préjugés sont encore bien vivants en 2011.

Si le vidéo ci-dessus devient inactif (ce qui n'est probablement qu'une question de temps), cliquez ici pour en découvrir l'édifiant contenu. Notez que le ti-cul s'est excusé depuis. C'est tout à son honneur. J'espère qu'il a appris une bonne leçon. Mais la haine qui a inspiré sa montée de lait puérile existe et demeure.

Et je ne manquerai jamais une occasion de m'en indigner.

«What's the French word for 'douchebag'?»



C'est rendu qu'on se moque des décisions de Charest jusqu'aux États-Unis! Extraordinaire! La nouvelle est ici.

L'évolution du Movie Geek

Trouvé ici.

Jodorowsky’s Dune



Documentaire à propos d'un film qui ne fût jamais réalisé...

Trouvé ici.

Kenobi est mort


Très amusant ce site qui s'inspire de la récente nouvelle à propos de ben Laden pour nous servir une version à la sauce Star Wars. Tout y est, il y a même des fausses galeries de photos et des pubs imaginaires. Le bout où il est question d'absence de cadavre est particulièrement bien pensé, quand on se souvient de la mort d'Obi-Wan dans le film...

Trevor Hennington



Son portfolio est ici.

La décapitation


Trouvé ici.

9 mai 2011

Herz und Mund und Tat und Leben (Jesus bleibet meine Freude)



Bach joué par une petite bille de bois! Génial... mais je dois avouer que j'ai été un peu déçu, à la fin, de réaliser que cet étonnant chef-d'oeuvre était en fait... une vulgaire pub de téléphone! Ça m'a semblé lui enlever quelque chose...

Merci à Yves pour cette trouvaille!

The Harper Empire


Trouvée ici.

8 mai 2011

Les anglos jubilent

La défaite du Bloc fait plaisir à beaucoup de monde au Canada anglais, ça ne surprendra personne.

Après les élections, les éditoriaux triomphalistes se sont succédés d'un océan à l'autre, comme le souligne cet article:

(...) l'éditorial du Calgary Herald commence tout en nuances : «Lundi soir, Stephen Harper a finalement reçu le gouvernement majoritaire que le Canada mérite.» Le quotidien reconnaît ensuite le «mérite» de Jack Layton d'avoir «lancé un pieu au coeur de Gilles Duceppe et au Bloc québécois séparatiste, au moins pour l'instant. Tout parti qui existe dans le but de briser le Canada mérite d'être marginalisé».


(...) The Globe and Mail: «Après des années d'obscurantisme bloquiste, les Québécois expriment leur désir de participer aux affaires de la nation - du Canada. Mais il faut aussi faire très attention. Le Québec est passé de pâle aspiration pour le NPD à fournir la majorité de son caucus. Cette influence [...] est sans précédent.»


(...) L'éditorialiste du Toronto Star se réjouit que le Bloc ne puisse plus tenir la politique canadienne en «otage». «Parmi les éléments positifs de ces élections, la chute dramatique et soudaine du Bloc se classe très haut. Depuis trop longtemps, les Québécois se sont tenus à l'écart en donnant leur allégeance à l'obstructionnisme, cette force futile.»

Un pieu au coeur du méchant vampire séparatiste... la fin des années d'obscurantisme... mais attention à l'influence malsaine que pourraient avoir ces maudits frogs au sein du NPD... on se croirait en plein maccarthysme dans les années 50, mes amis!

Mais ce n'était que le début. Ce n'était que la danse initiale de la victoire. Parce que maintenant que le chien de garde est mort, certains aiguisent déjà leurs couteaux:

Plusieurs journaux de l'entreprise Sun Media, dont le Toronto Sun et le Calgary Sun, ont publié samedi un éditorial demandant au premier ministre Stephen Harper «d'achever» le Bloc québécois. Pour l'auteur (...), il est nécessaire de donner «le coup fatal» au Bloc québécois en abolissant le financement public des partis politiques. «Mettre un terme à ces subventions forcera les libéraux à vendre des stylos au coin de la rue, et le Bloc n'aura plus que ses 20 ans de souvenirs à voler l'argent des contribuables canadiens pour financer leur trahison

Mais les propos les plus dégueulasses, les plus écoeurants et les plus choquants proviennent du Post:

Dans le quotidien torontois National Post, le chroniqueur Lorne Gunter propose aux conservateurs de réduire le plus tôt possible le nombre d'élus dans la province québécoise afin d'amoindrir l'influence politique du Québec dans la fédération canadienne.



Il fait ici référence au projet de loi fédéral C-12 du Parlement défait ce printemps, qui vise la création de 30 nouvelles circonscriptions : 18 en Ontario, sept en Colombie-Britannique et cinq en Alberta. «Ces 30 sièges supplémentaires réduiront encore davantage l'influence du Québec et de sa population stagnante.»


Il reprend à son compte l'expression «What does Quebec want?» («Que veut le Québec?») et répond que désormais «ce que le Québec désire n'a plus besoin d'être autant considéré» que par le passé.

Ça a le mérite d'être clair. Voilà ce que vous pouvez attendre du Canada...

Une chance que le ridicule ne tue pas...


La lune de miel aura été de courte durée, pour ne pas dire inexistante.

Ce n'était pas suffisant que la députée du NPD dans Berthier-Maskinongé soit A) incapable de parler français, B) jamais venue dans le comté et C) en voyage à Las Vegas pendant la campagne! Non, il fallait une gifle de plus:

René Young est catégorique: ni lui ni sa femme n'ont signé l'acte de candidature de Ruth Ellen Brosseau, la nouvelle députée néo-démocrate de Berthier-Maskinongé. Pourtant, leurs noms figurent en toutes lettres sur la liste des 100 signatures requises pour se lancer dans la course électorale. «Dans le cas de ma femme, c'est l'évidence même: il y a une faute dans son nom écrit en lettres moulées, et ce n'est pas du tout sa signature. Ce n'est même pas lisible», soutient l'enseignant à la retraite de Trois-Rivières-Ouest. M. Young admet que, dans son cas, la signature est plus ressemblante. Mais il croit avoir été victime d'une usurpation. Il y a quelques semaines, on lui a fait signer un document qui n'avait rien à voir avec les élections. «J'imagine que c'est là que ça s'est joué», dit-il. D'autres électeurs, joints par des militants libéraux de la circonscription, pensaient avoir signé une pétition, et non un acte de candidature.

Réaction de Thomas Mulcair? S'inquiète-t-il de ces accusations? Exige-t-il que la lumière soit faite immédiatement sur cette affaire? Pas du tout. Il déclare:

«C'est un truc impensable, irréaliste, ça n'a jamais eu lieu. C'est absurde, c'est une fausse nouvelle.»


N'en déplaise à M. Mulcair, Élections Canada enquêtera sur cette affaire. Et si l'accusation s'avère fondée, il va avoir l'air cave en crisse!

Quand ça crève les yeux...

Les Québécois et les Canadiens sont-ils si différents que ça? Leurs intérêts sont-ils si opposés? Leurs opinions sont-elles si irréconciliables?

Absolument. Et ce matin, je viens de mettre la main sur une démonstration qui crève les yeux.

J'ai déjà parlé ici de la boussole électorale. Ce que je ne savais pas, c'est que les résultats ont été colligés et rendus publics sous forme de graphiques. J'en reproduis quelques-uns ci-dessous. Notez que plus une circonscription est noir foncé, plus elle est en désaccord. À l'opposé, plus elle est bleu foncé, plus elle est d'accord.

Question 1: Toutes les troupes militaires canadiennes devraient-elles être retirées de l’Afghanistan immédiatement?

Question 2: Le Canada devrait-il augmenter sa présence militaire dans l’Arctique?


Question 17: Le registre des armes à feu devrait être aboli?

Question 25: Le gouvernement fédéral devrait avoir son mot à dire dans les décisions concernant la culture au Québec?

Question 26: Le Québec devrait être formellement reconnu en tant que nation dans la Constitution?

Question 27: Le Québec devrait devenir un État indépendant?


Pour voir les résultats aux autres questions, cliquez ici.

Fascinant, n'est-ce pas? Dans tous les cas, le Québec et le Canada se situent presque complètement à l'opposé l'un de l'autre. Il est donc dérisoire de penser que le gouvernement canadien ou encore qu'un parti fédéraliste comme le NPD puisse défendre notre vision, nos valeurs et notre identité. C'est tout simplement impossible.

Évidemment, on peut se demander si ces résultats sont représentatifs de la réalité. Or, compte tenu du nombre très élevé de participants (1,1 millions), je crois qu'on peut affirmer que ces résultats sont fiables.

7 mai 2011

The Fog of War



Imaginez que vous vous retrouvez assis, face à face, avec un personnage historique très important, à jaser de façon assez informelle de sa vie, de ses succès, de ses erreurs, de ses regrets... et qu'il vous répond, candidement. Que vous apprenez à connaître l'être humain derrière la façade publique.

Disons que c'est plutôt rare.

Le documentaire Fog of War nous offre toutefois cette chance unique. Ce documentaire est en fait une conversation avec Robert McNamara, personnage politique incontournable des années 60 puisqu'il fut secrétaire à la Défense sous Kennedy et Johnson, pendant la crise des missiles de Cuba et au début de la guerre du Viet-Nam, sans contredit l'opération militaire américaine la plus controversée et la plus désastreuse du XXe siècle. Pas banal du tout, le bonhomme. On est loin de l'observateur neutre, on a vraiment à faire à un acteur de premier plan.

J'ai absolument adoré ce documentaire, j'étais complètement hypnotisé. Le film s'articule autour de 11 leçons que tire McNamara à propos de la guerre, de la nature humaine et de l'avenir de l'humanité. C'est honnête, direct, franc. Bien sûr, par moment j'aurais aimé qu'il aille un peu plus loin dans ses confidences, mais on est déjà chanceux qu'il ait accepté d'en dire autant.

Bref, un docu fascinant, instructif, éclairant, choquant, émouvant... je me le retape avant longtemps, ça c'est certain.

True love


Trouvé ici.

Classic Rock


Tellement vrai! Trouvé ici.

Le Hamas et ben Laden

Si vous vous questionnez à savoir si le Hamas est une organisation terroriste ou plutôt une organisation de patriotes combattant pour la liberté, voici votre réponse:

“We condemn the assassination of a Muslim and Arab warrior and we pray to God that his soul rests in peace. (...) We regard this as the continuation of the American oppression and shedding of blood of Muslims and Arabs.”

--Ismail Haniya, premier ministre de la Bande de Gaza.

Trouvé ici.

L'horrible agression de Lara Logan



Qu'est-ce qui est pire qu'être une femme au Moyen-Orient?

Réponse: être une femme occidentale au Moyen-Orient.

Trouvé ici.

The President's Speech



Hilarant. On dira ce qu'on voudra d'Obama, mais quel sens de l'humour!  Trouvé ici.

Deleted scene


Trouvée ici.

Le zodiaque du Geek


Génial! Enfin une forme d'astrologie qui m'intéresse! ;-) Je suis un sorcier: sage, mondain, naturaliste. Pas trop sûr pour le deuxième, mais les deux autres adjectifs me vont plutôt bien. Défauts: distant, moralisateur, clandestin. OK pour les deux premiers, mais clandestin? Il me semble que non. D'un autre côté, on pourrait dire que ce blogue anonyme a quelque chose de clandestin...

Et vous? Vous êtes quoi? Ça vous ressemble?

Trouvé ici.

The National Parks Project



Pour célébrer le centenaire de la création des parcs nationaux canadiens, des artistes ont été réunis et ont créé une oeuvre qui semble des plus intéressantes. La bande-annonce est ci-dessus. Le site web, l'un des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir, est ici. Évidemment, tout est uniquement en anglais. Ça va de soi, voyons. Quelle question!

Avez-vous déjà visité l'archipel de Mingan? Moi, pas encore, mais c'est définitivement une future destination de camping quand mes lutins seront un peu plus vieux. Est-ce aussi extraordinaire qu'on le dit?

3 mai 2011

Lendemain d'élections...


Quelle journée de merde... Harper majoritaire, le Bloc anéanti... j'ai l'impression d'être coincé dans un mauvais rêve particulièrement réaliste.

Je dois dire que je n'ai pas regardé la soirée électorale, hier. J'étais crevé et franchement, j'avais un mauvais feeling, alors je me suis couché tôt. Mais lorsque mon réveil-matin a sonné ce matin à 5h30, c'étaient les nouvelles. Et la première chose que j'ai entendue, c'est Duceppe qui démissionnait. Réveil brutal.

Je suis complètement sous le choc. Je ne sais plus quoi penser, ni quoi ressentir. Et contrairement à Pierre-Jean-Jacques, je n'ai pas de grande théorie à mettre de l'avant. Juste quelques réflexions éparses et décousues que voici.

1- Le sort Duceppe est non seulement cruel et crève-coeur, mais également injuste et bien peu mérité. Il va rejoindre dans l'histoire tous les grands leaders de l'histoire du Québec qui auront commis l'erreur de faire passer les intérêts du peuple avant les leurs: Papineau qui a été forcé à l'exil, Chevalier de Lorimier éxécuté, Honoré Mercier faussement accusé de corruption par le gouvernement canadien, Henri Bourassa qui passa sa carrière isolé dans l'opposition, Lévesque que la défaite référendaire poussa à la déchéance et à une mort précoce, Parizeau traité comme un lépreux depuis 1995 pour avoir osé dire l'indéniable vérité... et maintenant Duceppe, forcé de quitter dans la disgrâce pour avoir défendu les intérêts du Québec loyalement pendant vingt ans, avec une intégrité irréprochable.

Cette citation écrite à popos d'Henri Bourassa me revient à l'esprit: "S'il était né dans un pays souverain, et non pas dans une colonie de la Couronne, il aurait sûrement joué un rôle prééminent dans les affaires internationales. Quoi qu'il ait été, il ne fut qu'un simple député d'un parlement étouffé par les rênes de l'Empire."

Au Québec, seuls les politiciens véreux, opportunistes, manipulateurs, fourbes, menteurs et arrogants sont récompensés: Cartier, Laurier, Trudeau, Chrétien, Bourassa, Johnson, Charest. Ceux-là finissent avec honneurs et richesses. Les vrais héros finissent dans la dèche.

2- Qu'est-ce que c'est que ce comportement de banc de poissons qui existe au Québec? C'est incompréhensible. Comment tant de gens peuvent-ils subitement changer de direction, comme ça, sans raison apparente, en deux semaines? Simultanément! D'un bout à l'autre du Québec! Au point d'élire de parfaits inconnus, de toute évidence sans l'ombre de qualifications adéquates, dont certains sont même unilingues anglophones! Sans parler de celle qui a passé la campagne en vacances à Vegas! Non mais faut vraiment être cave en tabarnak! Et ceux qui me font le plus chier depuis ce matin, ce sont ces p'tits commentateurs politiques Know-it-all qui ne l'ont pas vu venir plus que moi mais qui nous inondent de leurs grandes théories "éclairées".

Le Québec, aujourd'hui, me fait penser à un patient atteint d'une maladie incurable, qui sait que ses heures sont comptées et qui décide de tout balancer par la fenêtre et d'agir spontanément, sans réfléchir et en se fichant totalement des conséquences. Il lâche sa job, trompe sa femme, prend une brosse, défonce ses cartes de crédit et va sauter en bungee. Et au fond, c'est peut-être exactement ça qui se passe. Les Québécois sont condamnés à un lent déclin, à une inéluctable minorisation et à une assimilation éventuelle tant qu'ils seront partie intégrante du Canada multiculturel. Au fond, tout le monde le sait. Mais comme ils n'ont pas le courage de prendre les décisions qui s'imposent, alors ils se résignent à leur triste sort et ils déconnent, ils fuient leurs responsabilités, ils s'envoient en l'air avec le NPD et ses candidats inconnus pour profiter du peu de temps qu'il leur reste. Pathétique.

3- Avez-vous vu la carte des résultats électoraux? Regardez la rivière des Outaouais. Bleu d'un côté, orange de l'autre. Même en faisant les cons, on se retrouve encore une fois isolés dans l'opposition mais cette fois-ci, avec des élus qui se câlissent complètement des intérêts nationaux du Québec.

4- Harper majoritaire, sacramant. Imaginez-vous ce qui nous attend? Remarquez que je devrais peut-être m'en réjouir. Après quatre ans de Harper, les Québécois vont peut-être finir par réaliser que ce pays ne leur ressemble plus du tout! Et peut-être qu'avec son efficacité à nous défendre bec et ongles, le Bloc nous conférait un faux sentiment de sécurité? Peut-être que sans lui, on va davantage prendre conscience de notre situation précaire? Peut-être qu'on a besoin d'être à nouveau trahis et abandonnés par les fédéralistes pour se réveiller? Peut-être que tout ce gâchis nous rapprochera du pays qui semble, depuis ce matin, plus loin que jamais?

Ou peut-être que j'essaie désespérément de m'accrocher à quelque bribe d'espoir pour ne pas sombrer dans la déprime totale...

Ah! Quelle journée de merde...

2 mai 2011

Marketing


Comment des gens arrivent-ils à ne pas voir cette grossière manigance de marketing du Vatican pour ce qu'elle est: une stratégie digne d'un vendeur véreux de chars usagés? Une manoeuvre qui vise simplement à redorer son image corporative?

Tous les viols d'enfants, les mensonges, les tentatives de cover-up, les scandales... tout ça est soudainement oublié parce que Jean-Paul II est "béatifié"?

Comment cette tactique peut-elle ne pas crever les yeux, même du plus convaincu des cathos? Ils ne se demandent même pas si c'est normal que l'attribution de ces "grades de sainteté" revienne à un panel de prêtres? Ils ne trouvent pas ça bizarre une seule seconde? Est-ce que la décision ne devrait pas revenir à leur dieu lui-même? Ce dernier aurait-il délégué cette responsabilité aux humains parce que son horaire est trop chargée? Seraient-ils mieux placés que leur propre dieu pour décider qui est méritant et qui ne l'est pas? Quels autres aspects de l'administration du paradis ont été confiés à cette bande de curés, cloîtrés dans leur palais doré? La gérance des heures supplémentaires des anges? Les bonus de productivité pour les chérubins qui travaillent fort? La collecte des ordures divines le mardi?

Et tout ça devant devant une foule estimée à un million de pèlerins réunis sur la place Saint-Pierre! Il n'y en a donc pas un câlisse qui se rend compte que ces p'tits vieux à cols romains se foutent carrément de leur gueule? Que c'est une colossale fumisterie aussi abjecte que la vente des indulgences ou les théories vire capot à propos des limbes?

Sacramant que le monde est épais...

La courageuse recherche de la vérité...

“Our weapons are the ironic mind against the literal; the open mind against the credulous; the courageous pursuit of truth against the fearful and abject forces who would set limits to investigation (and who stupidly claim that we already have all the truth we need)”

--Christopher Hitchens, célèbre journaliste et auteur, combat présentement un virulent cancer. Extrait d'une lettre envoyée à la American Atheists conference.

Trouvé ici. Richard Dawkins a signé cet article à propos de Hitchens.

Lisée a 5 questions pour Layton

Extraits d'un billet de Lisée qui mérite d'être lu:

Question No 1:

Comme vous le savez aussi, le consensus québécois est assez large pour rejeter, au Québec, le principe de multiculturalisme qui préside à la politique identitaire fédérale. En juin 2008, le Bloc Québécois a déposé en Chambre un projet de loi visant à exempter le Québec de l’application de ce principe. (...) Or vos députés ont tous voté contre. Pourquoi ? N’aurait-il pas été tout simple de voter oui et d’exprimer ainsi votre reconnaissance concrète de la différence québécoise?


Question No 2:

M. Layton, vous avez déclaré lors du débat des chefs en français et depuis que «vous n’entrez pas dans des discussions constitutionnelles avant d’avoir des chances de succès». Comme vous le savez, un sondage indiquait il y a 10 jours que, parmi ceux qui ont une opinion, deux Québécois sur trois souhaitent la réouverture de négociations, alors que plus des deux-tiers des autres Canadiens s’y refusent. Selon vous, le risque d’échec de ces négociations pendant votre premier mandat serait-il de plus de 50%, de plus de 65% ou de plus de 80%? Si vous avez dit plus de 50%, dites-nous pourquoi vous prendriez le très grave risque politique de réouvrir ces négociations ?


Question No 3:

Comme vous le savez, M. Layton, une des revendications historiques du Québec, y compris du gouvernement de Jean Charest, est que chacun soit responsable de ses propres pouvoirs: Ottawa des pouvoirs fédéraux et le Québec des pouvoirs provinciaux. Le Québec réclame donc la fin, ou du moins l’encadrement du pouvoir fédéral de dépenser, de façon à ce que le Québec reçoive une juste compensation, sans condition, pour les programmes fédéraux qui empiètent sur ses pouvoirs. (...) Un gouvernement Layton pourrait décider, sans changer la constitution, d’accorder au Québec ce droit de retrait pour les programmes fédéraux actuels et à venir. Êtes-vous prêts à vous engager à le faire? Si oui, pouvez-vous nous expliquer pourquoi, il y a à peine six mois, tous les députés de votre parti ont voté contre une motion du Bloc québécois qui affirmait justement ce principe ?


Question No 4:

(...) vous refusez de permettre l’application de la loi 101 aux quelque 100 000 salariés québécois d’entreprises privées, sous juridiction fédérale, qui ne sont pas protégées par les mécanismes de la loi 101. Pourquoi refusez vous d’appliquer, sur ce point crucial de la langue, le fédéralisme asymétrique dont vous vous réclamez?



Question No 5:

Si, pendant votre mandat de Premier ministre, le Oui l’emporte avec plus de 50% des voix, reconnaîtrez-vous la décision des Québécois ? Ou allez vous affirmer que le Québec ne peut devenir souverain sans l’approbation de la Chambre des communes et des autres provinces ?

Ben Laden est mort!

Bravo! Un salopard de moins sur terre, chers amis! Mais on n'est pas au bout de nos peines. Regardez, par exemple, la réaction complètement ridicule d'une autorité islamique en Égypte qui, au lieu de dénoncer ce monstre et de s'en dissocier, s'inquiète plutôt du traitement qu'aurait subi le cadavre:

«S'il est vrai que l'on a jeté son cadavre en mer, l'islam est tout à fait contre», a déclaré à l'AFP Mahmoud Azab, conseiller du grand imam Ahmad al-Tayeb pour le dialogue inter-religieux (...) Le corps d'un musulman doit être lavé par des hommes de confession musulmane et inhumé dès que possible, généralement dans les 24 heures suivant le décès. En général, un linceul blanc recouvre le corps.

Non, mais... sans joke, là! Quel sombre crétin! Mahmoud s'est-il inquiété du traitement réservé aux cadavres des victimes du 11 septembre 2001?

Remarquez que sa réaction est moins pire que celle des Talibans:

«Nous ne pouvons pas confirmer le martyre d'Oussama Ben Laden, quand nos propres sources nous le confirmeront, alors nous serons en mesure de dire quelque chose», a déclaré le porte-parole du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), Ehsanullah Ehsan, dans un entretien téléphonique avec l'AFP depuis un lieu inconnu. «S'il a connu le martyre, nous vengerons sa mort et lancerons des attaques contre les gouvernements américains et pakistanais ainsi que leurs forces de sécurité, ces gens sont en fait les ennemis de l'islam», a-t-il poursuivi.

Comme quoi, au royaume des débiles, Mahmoud fait probablement figure de modéré!

En ce qui me concerne, y'a des jours comme ça où j'aimerais être plus naïf et religieux afin de croire que ce crotté brûle dans un enfer qui n'existe malheureusement pas...

Question sans réponse: aurait-il été préférable de le capturer vivant et de lui faire subir un procès?