5 août 2012

SEX AT DAWN de Ryan et Jetha



Je viens de terminer ce bouquin que j'ai trouvé tout simplement captivant. Et en plus d'avoir un contenu fascinant, c'est écrit en des termes clairs et avec beaucoup d'humour.

Rarement ai-je lu un livre qui a foutu en l'air autant d'idées préconçues que je croyais inébranlables depuis toujours. Les auteurs s'attaquent particulièrement à ce qu'ils appellent le "standard narrative" de la sexualité humaine: théorie selon laquelle la normalité pour notre espèce est la monogamie et la famille nucléaire (papa, maman et leurs enfants biologiques). Selon eux, lorsqu'on regarde les preuves scientifiques, on se rend vite compte que c'est de la pure foutaise.

Or, jusqu'ici, il semblerait que la science ait été extrêmement frileuse et puritaine lorsqu'il a été question de la sexualité de nos ancêtres préhistoriques. Plusieurs scientifiques auraient pratiqué ce que les auteurs appellent la "Flinstonization", c'est-à-dire la projection de notre mode de vie moderne dans la préhistoire afin de justifier notre mode de vie actuel. Bref, on nous aurait jusqu'ici dépeint une image fausse des origines de la sexualité humaine et ce livre vise à rétablir les faits.

J'ai tellement tripé que j'ai décidé de vous offrir ici un résumé plus détaillé des différents chapitres. Toutefois, si vous aimeriez lire le livre, je vous conseille d'arrêter votre lecture de ce billet ici afin de ne pas gâcher votre plaisir.

LE "STANDARD NARRATIVE"

Afin de mieux le mettre en pièces pat la suite, les auteurs explorent ce qu'ils appellent le "standard narrative". Voici donc ce scénario, qu'on nous répète inlassablement depuis l'ère victorienne et qui a complètement intégré notre culture et notre perception de ce que nous sommes: chaque femme préhistorique se choisissait un homme qui serait en mesure de la protéger et de la nourrir, elle et sa progéniture. L'homme, lui, cherchait une compagne jeune et vierge de préférence. Nos deux ancêtres acceptaient alors de former un couple pour la vie, ce qui est considéré être la "condition fondamentale de l'espèce humaine". Elle accepte alors de se soumettre et de le laisser la baiser, mais il s'agit pour elle d'une pénible obligation puisqu'elle ne possède à toute fin pratique aucune libido. En échange de son corps (ce qui fait d'elle rien de plus qu'une pute), l'homme accepte de la protéger et de lui fournir ce dont elle a besoin, tant qu'il a la conviction que les enfants sont de lui, d'où sa féroce jalousie. Mais, parallèlement, il ne se gênera pas pour baiser d'autres femmes "on the side" puisqu'il est avantageux pour lui de propager ses gênes autant que possible.

Quand on y pense bien, ce modèle n'est pas très édifiant. À toute fin pratique, le mariage ne serait rien de plus qu'un contrat d'exploitation mutuelle. Et bien qu'il puisse sembler naturel à première vue puisqu'il ne semble pas trop contredire l'histoire récente de l'humanité (individualisme, mariage, patriarcat, capitalisme, etc.), nos ancêtres préhistoriques vivaient dans des conditions bien différentes des nôtres. En d'autres termes, le "standard narrative" a tout faux.

LES BONOBOS

Pour avoir une meilleure idée de nos origines, il est pertinent de tourner notre regard vers nos plus proches parents vivants.

Les deux espèces de grands singes qui sont nos plus proches cousins sont les chimpanzés et les bonobos. Génétiquement, nous sommes plus près d'eux que les éléphants d'Afrique le sont des éléphants d'Asie et que les chiens le sont des renards. Ils sont également beaucoup plus près de nous qu'ils ne le sont des autres grands singes, comme les gorilles ou les orang-outans. Comme quoi il ne faut pas nécessairement se fier à l'apparence physique des espèces pour juger de leur proximité génétique.

Les ancêtres communs des humains, des chimpanzés et des bonobos vivaient il y a seulement cinq ou six millions d'années. C'est à ce moment que notre lignée s'est séparée de la leur. Ils sont à leur tour devenus des espèces distinctes plus récemment (entre trois millions d'années et 860 000 ans). Les similitudes frappantes qui existent entre notre espèce et les chimpanzés n'ont pas manqué d'étonner l'anatomiste Nicolaes Turp lorsqu'il a disséqué un singe pour la première fois, en 1641.



Puisque ces grands singes nous ressemblent tant physiquement et que nos ancêtres communs vivaient encore très récemment, il est très pertinent de considérer que leur mode de vie est en mesure de nous en apprendre beaucoup sur celui de nos ancêtres.

Les premiers scientifiques à tenter l'exercice se sont intéressés aux chimpanzés (on ne connaissait pas alors l'existence des bonobos). Or, ce qu'ils ont observé n'était pas toujours très beau. Les chimpanzés mâles sont parfois agressifs, forment des alliances pour repousser leurs rivaux et peuvent être très violents. Ils ont été décrits comme étant népotistes et machiavéliques. Ces bandes de mâles patrouillent de larges territoires. Les femelles sont plus nomades et ne forment pas de lien privilégié ni avec les mâles et ni avec les autres femelles.

Il faut noter que les observateurs, par leur présence, ont exacerbé certains comportements chez les chimpanzés. Ceux-ci se manifestent probablement beaucoup plus rarement lorsque l'animal vit dans son milieu naturel, sans être dérangé. Mais c'est tout de même sur la base de ces observations et de ces conclusions erronées que plusieurs généralisations à propos de nos origines ont été tirées, en particulier à propos de la nature violente de l'homme et de l'organisation sociale de nos lointains ancêtres.

Il est pourtant beaucoup plus intéressant d'observer les bonobos, qui sont aussi près de nous que les chimpanzés, et dont le mode de vie s'apparente beaucoup plus à celui qui est observé dans les anciennes sociétés de chasseurs-cueilleurs à travers le monde. En effet, les bonobos vivent dans des communautés égalitaires et pacifiques qui sont principalement maintenues par les liens très solides qui unissent les femelles et, dans un moindre degré, les femelles aux mâles. Le statut du mâle est dépendant de celui de sa mère, avec qui il entretient des liens privilégiés qui durent toute la vie. Si une hiérarchie existe chez les bonobos, elle est établit en fonction de l'âge. Les femelles plus âgées ont généralement plus d'influence que les plus jeunes.

Si les chimpanzés règlent leurs conflits sexuels avec des luttes de pouvoir, les bonobos règlent leurs conflits de pouvoir avec le sexe. La sexualité de ces grands singes est beaucoup plus qu'une simple méthode de reproduction. Il s'agit d'une façon de renforcer les liens entre les membres de la bande. Les relations sexuelles y sont très fréquentes et les femelles s'accouplent avec de multiples mâles à chaque fois. Contrairement aux chimpanzés, les bonobos s'accouplent face à face en se regardant dans les yeux. On les a observés marcher bras dessus, bras dessous et se serrer longuement en s'embrassant tendrement en utilisant la langue, comme nous avec nos French kiss. Ils s'accouplent en tout temps, indépendamment du cycle d'ovulation de la femelle.

Les bonobos démontrent plusieurs autres comportements qui sont également observables chez les humains, mais pas chez les chimpanzés. Par exemple, les bébés se développent plus lentement chez les bonobos et les humains. Ils ne commencent à jouer avec les autres que vers un an et demi, beaucoup plus tard que les bébés chimpanzés. Les femelles bonobos ne s'isolent pas après la naissance de leur bébé et ne semblent pas craindre l'infanticide (qui n'a d'ailleurs jamais été observé chez cette espèce, que ce soit dans la nature ou en captivité). Les bonobos aiment s'accoupler dans diverses positions. La vulve est située vers l'avant chez les bonobos et les humains, alors qu'elle est située vers l'arrière chez les chimpanzés et les autres primates. Le partage de la nourriture est hautement associé aux relations sexuelles. L'homosexualité est présente chez les bonobos et les humains, mais très rares chez les chimpanzés. En fait, chez les bonobos, la pratique des caresses féminines vulve contre vulve est omniprésente dans toutes les bandes observées. Finalement, si le sexe occupe d'abord et avant tout une fonction reproductive chez les chimpanzés et les autres primates, les bonobos et les humains ont recours au sexe pour des motivations sociales (réduction des tensions, renforcement des liens, résolution des conflits ou amusement pur et simple).

LES CHASSEURS-CUEILLEURS

Les différentes études menées sur le fonctionnement des sociétés de chasseurs-cueilleurs pré-agraires (le mode de vie le plus près de celui qui a caractérisé nos ancêtres pendant des millions d'années) nous font découvrir des sociétés bien différentes des nôtres. Elles exhibent également de grandes similitudes entre elles, bien qu'elles soient séparées par de grandes distances et des milliers d'années d'histoire. L'interaction entre les individus y est d'une intensité et d'une profondeur que peu d'entre nous pouvons imaginer, dans nos sociétés fondées sur les principes de l'individualisme et de la propriété privée. Loin d'être solitaire, la vie du chasseur-cueilleur en est une d'interaction constante et de complète interdépendance. Son identité elle-même est davantage collective qu'individuelle.

Et cette philosophie communautariste est clairement présence dans la sexualité. Les anthropologues y ont observé une perception très différente de la grossesse. Chez beaucoup de chasseurs-cueilleurs, toutes les femmes sexuellement actives sont considérées comme étant "un peu" enceintes. La croyance générale est que c'est par les relations sexuelles répétées et l'accumulation de sperme que le bébé est formé. Il est donc considéré avantageux pour une femme d'avoir plusieurs partenaires puisque chacun contribuera de ses forces et de ses qualités au futur bébé. Dans ce contexte, les relations sexuelles multiples sont considérées comme un devoir moral.

Loin du narratif traditionnel qui est fondé sur le besoin de protection de la femme par son mari, ce qu'on observe dans ses sociétés est fort différent. Les enfants du groupe sont les enfants de tout le monde et leur existence n'est menacée de personne. Si chaque enfant a une mère, la notion de paternité est communautaire et les enfants considèrent avoir plusieurs "pères". Loin d'être considérés des bâtards, les enfants bénéficient ainsi d'avoir un grand nombre d'hommes qui s'intéressent à eux et qui prennent une part active à leur éducation. Et loin d'être jaloux, les hommes de ces société ressentent de la gratitude envers les autres hommes qui prennent part à la création d'un bébé plus fort et en meilleure santé. Les liens entre les hommes sont d'ailleurs grandement renforcés par cette paternité partagée.

Cette forme de sexualité a été observée à travers les siècles partout sur la planète dans pratiquement toutes les sociétés de chasseurs-cueilleurs, mais également au sein des premières civilisations. La Grèce antique pratiquait encore une forme de liberté sexuelle lors des célébrations d'Aphrodite, de Dionysos et des Lénéennes. César, à son arrivée en Grande-Bretagne, a noté que les hommes avaient tous plusieurs femmes qu'ils partageaient entre eux, phénomène encore plus marqué entre frères. À Rome, les disciples de Bacchus tenaient des orgies environ cinq fois par mois. En 1769, le capitaine Cook a observé qu'à Tahiti, chacun gratifiait ses passions sans gêne avec qui il lui plaisait sans même se cacher. Les femmes mohaves ont étonné les explorateurs de l'Ouest à cause de leur grand appétit sexuel et leurs multiples partenaires. Encore de nos jours, lors d'un festival dans les îles Trobriand, les jeunes femmes initient des relations sexuelles avec des hommes des autres villages, mordant les sourcils de ceux qui repoussent leurs avances. Plusieurs îles du Pacifique continuent de pratiquer une sexualité sans contraintes, malgré les nombreux efforts de missionnaires qui ont tenté de leur inculquer un sentiment de honte. Il est important de souligner qu'il n'est pas du tout question ici d'exploitation, les femmes participaient à tout cela avec engouement et anticipation, ce qui démontre bien que la supposée réticence féminine, considérée comme normale et vertueuse chez nous, est davantage une imposition sociale qu'un impératif biologique.

On est à des années-lumière de la monogamie universelle comme élément fondamental de la nature humaine!

LE MYTHE DE LA MONOGAMIE

Les auteurs se questionnent à propos de la persistance de ce discours qui perdure non seulement dans la conscience populaire, mais également dans plusieurs écrits scientifiques.

Pourtant, soulignent-ils, ce ne sont pas les preuves du contraire qui manquent. En plus de tout ce qui a été mentionné ci-dessus, ils nous rappellent que le nombre d'espèces de primates qui vivent en groupes sociaux et qui pratique la monogamie est de précisément ZÉRO. On peut considérer que 3% des mammifères sont monogames et que seulement une espèce de vertébrés sur 10 000 peut être considérée monogame.

De plus, l'infidélité a été observée dans absolument toutes les sociétés humaines modernes et demeure une des causes principales de divorces dans le monde. Pourtant, la monogamie continue d'être considérée comme "la normalité" et les relations extra-conjugales comme des manifestations de comportements déviants.  À travers le monde, les grandes religions promulguent punitions, tortures et exécutions pour tenter d'éradiquer le fléau adultère (surtout chez les femmes), sans succès. Dans la Bible, le Lévitique déclare que les hommes et les femmes adultères doivent être mis à mort. Le Deutéronome précise que dans le cas de relations sexuelles pré-maritales, c'est la femme qui sera lapidée devant la maison de son père.

Et pourtant, malgré ces punitions sanguinaires et barbares, le phénomène est toujours très répandu. Si la monogamie était un aspect fondamental de la nature humaine, de telles mesures coercitives seraient-elles nécessaires?

ÉGALITARISME


La théorie traditionnelle est fondée sur la croyance que les femmes se soumettent à un homme afin d'obtenir nourriture et protection pour elles et leurs enfants. Or, tout ce que nous connaissons des sociétés de chasseurs-cueilleurs pointent vers un égalitarisme complet où la notion de propriété privée est complètement absente et où tout est partagé également entre les membres du groupe. De plus, les enfants obtiennent la protection de tous, sans exceptions. Dans ce contexte qui est celui dans lequel notre espèce a évolué jusqu'à sa forme actuelle et dans lequel nos lointains ancêtres ont vécu pendant des millions d'années, une monogamie motivée par un désir féminin de protection ou de nourriture n'avait tout simplement aucune raison d'exister. Nos ancêtres n'étaient pas égalitaires parce qu'ils étaient plus nobles ou admirables que nous, mais tout simplement parce qu'il s'agissait de la meilleure façon d'assurer la survie et la sécurité du groupe et l'épanouissement de chacun.

Les scientifiques ont observé que la réceptivité sexuelle des femelles bonobos réduit drastiquement les tensions et les conflits entre les mâles, comparativement aux autres groupes de primates chez qui les femelles sont beaucoup moins accessibles. Dans le contexte des bonobos, l'abondance d'opportunités sexuelles rend complètement inutiles les combats de mâles pour y avoir accès. Inutile également de se regrouper en bandes de mâles pour faire fuir la compétition, comme c'est le cas chez les chimpanzés. Bref, la cohésion sociale du groupe s'en retrouve grandement renforcée. Les premiers hominidés vivaient dans des conditions similaires. Les femelles étaient également capables de faire l'amour en tout temps, ce qui laisse entendre qu'il s'agit là de l'état naturel dans lequel notre espèce s'est développée et pour lequel elle est le mieux adaptée.

Il est également intéressant de noter que chez les bonobos et les humains, et seulement chez ces deux espèces, aucun signe extérieur ne signale l'ovulation de la femelle, ce qui explique que celles-ci sont toujours sexuellement réceptives.

Lorsque la sexualité humaine est observée sous cet angle, c'est-à-dire comme une façon de tisser des liens entre les individus et d'assurer la cohésion sociale (plutôt qu'une simple méthode de reproduction), l'homosexualité devient également beaucoup moins étrange et incompréhensible.

ÉDUCATION DES ENFANTS

L'étude des anciennes sociétés de chasseurs-cueilleurs démontrent que le modèle de la famille nucléaire qui fait norme dans nos sociétés modernes est non seulement artificiel, mais ne constitue probablement pas la meilleure façon d'élever des enfants. Dans un contexte d'égalitarisme et de partage total, les enfants sont ceux de la tribus. Tous les adultes participent à leur éducation et à leur protection. Dans plusieurs cas à travers le monde, on rapporte que les enfants se promènent d'une hutte à l'autre, sans problème. Ils sont chez eux partout et tous les adultes leur font preuve de la même affection. Chez les enfants, ce contexte crée un puissant sentiment d'appartenance et plusieurs autres bénéfices psychologiques y sont associés. Encore de nos jour, lorsque nous voyons un bébé ou un jeune enfant qui nous est inconnu, cet instinct d'affection et de protection est toujours présent chez la plupart d'entre nous.

Au 17e siècle, lorsque le père Paul Le Jeune faisait la morale à un Montagnais à propos de l'immoralité de leurs traditions polygames puisqu'il ne pouvait pas savoir avec assurance que ses enfants étaient vraiment de lui, ce dernier lui répondit que ce qu'il disait n'avais aucun sens, que tous les enfants de la tribu était ses enfants et qu'il les aimait tous.

Est-il possible que ce soit ça, la structure familiale originelle et naturelle pour notre espèce? Se pourrait-il que l'aberration soit plutôt la cellule familiale nucléaire refermée sur elle-même? Cela expliquerait certainement beaucoup de problèmes.

LA JALOUSIE

Difficile pour nous d'imaginer des relations sexuelles libres qui ne créeraient aucune jalousie. En effet, ce sentiment est si commun et répandu chez nous qu'il semble être tout naturel, au point où des chansons comme "When a man loves a woman" et "Every breath you take" qui décrivent pourtant des comportements obsessionnels et malsains, sont considérés être de belles chansons d'amour.

La jalousie est également observable chez les petits lors de la naissance d'un autre enfant. Or, il est possible de rassurer le premier enfant, de lui faire comprendre que l'on ne l'aime pas moins, que le nouveau venu ne représente pas une menace pour lui et qu'il y a suffisamment d'amour pour tout le monde.

Alors, demandent les auteurs, n'est-il pas possible d'imaginer le même phénomène dans le contexte de l'amour entre adultes? Pourquoi l'amour pour les enfants serait-il infini mais celui pour un autre adulte très limité? Et si nous vivions dans une société où l'amitié sexuelle était acceptée et dépourvue de toute honte? Et si une femme n'avait pas à craindre pour son bien-être ou celui de ses enfants en mettant fin à une relation? Et si nous n'avions pas à nous inquiéter de l'avenir parce que nous saurions que nous ne serons jamais seuls et qu'il se trouvera toujours une multitude de gens pour nous aimer? Et si nous grandissions non pas avec la notion qu'il existe un prince charmant pour nous quelque part, mais plutôt que nous pouvons retirer différentes gratifications de différentes relations? Et si nous vivions dans une société où la dignité, l'autonomie et la liberté des gens que nous aimons était une valeur primordiale? Si on enlève la peur de la jalousie, demandent les auteurs, que reste-t-il de cette dernière?

LA VIE PRÉHISTORIQUE

Ce billet commence à prendre des proportions gargantuesques, alors je vais passer plus rapidement là-dessus, bien que le sujet soit tout simplement fascinant. Les auteurs s'attaquent à cette affirmation de Thomas Hobbes, encore de nos jours considérée comme véridique, selon laquelle la vie préhistorique était "solitaire, pauvre, cruelle, brutale et courte."

Preuves à l'appui, les auteurs s'emploient à démontrer que la période préhistorique semble avoir plutôt été le véritable âge d'or de notre espèce. Nos ancêtres vivaient des jours heureux dans des groupes étroitement liés et dans une abondance de ressources. Les guerres étaient quasi-inexistantes. D'excellente santé, nos ancêtres préhistoriques étaient aussi grands que nous et vivaient plus longtemps que la plupart des humains modernes.

Ce qui est venu mettre fin à cet Eden, c'est l'adoption de l'agriculture. C'est hyper-intéressant et si cela vous chante, j'y reviendrai dans un futur billet.



LES PREUVES PHYSIOLOGIQUES DE NOTRE PASSÉ SEXUEL

Les auteurs se tournent ensuite vers l'étude de l'anatomie humaine à la recherche de preuves qui viendraient valider ou invalider l'hypothèse de notre passé polygame.

Il est d'abord question de dimorphisme sexuel. Chez les espèces où la compétition est féroce pour l'obtention des femelles, les mâles sont beaucoup plus grands que celles-ci. Les gorilles mâles, par exemple, sont deux fois plus gros que les femelles. Chez les humains et les bonobos, bien que le dimorphisme soit encore observable, il n'est pas aussi frappant et démontre que nos ancêtres n'ont pas eu à se battre pour avoir accès aux femelles pendant plusieurs millions d'années.



LA GUERRE DES SPERMATOZOÏDES

Une autre question que soulève la polygamie de nos ancêtres, c'est son apparente contradiction du principe de sélection naturelle de Darwin. En effet, sans compétition des mâles, tout semble à première vue s'écrouler.

Or, il ne s'agit pas d'une contradiction du tout, mais plutôt d'une lutte qui se déroule au niveau moléculaire. Le concept est le même: lorsque les spermatozoïdes de plusieurs mâles sont présents dans l'utérus d'une femelle en ovulation, ce sont ces spermes qui entrent en compétition les uns contre les autres. Dans ce contexte, il n'est donc pas nécessaire que le mâle victorieux soit plus gros ou plus fort que les autres, mais plutôt qu'il produise davantage de spermatozoïdes, afin d'avoir plus de billets pour la grande loterie de la vie. Dans ce contexte, les mâles possèdent également des testicules plus massives situées dans un scrotum externe et ont des éjaculations plus volumineuses qui contiennent une plus grande concentration de spermatozoïdes, ce qui est le cas des chimpanzés et des bonobos, mais pas des autres primates pour qui les femelles ne s'accouplent qu'avec un seul mâle par cycle.

La comparaison de la taille des testicules par rapport à la masse corporelle est utilisée pour établir avec exactitude les habitudes sexuelles des différentes espèces. Le principe est simple: des relations sexuelles fréquentes exigent de plus gros testicules. Et dans les espèces où plusieurs mâles s'accouplent avec la même femelle (compétition spermatique), les testicules sont ENCORE plus gros.

Cela se vérifie facilement en prenant, par exemple, un gorille et un bonobo. Bien que physiquement plus imposant, le pénis du gorille ne mesure que 2,5 cm et ses testicules sont de la taille de haricots. Le bonobo, pourtant beaucoup plus petit, a un pénis trois fois plus long et des testicules de la taille d'oeufs de poules!



Les humains se situent quelque part à mi-chemin entre le gorille et le bonobo pour ce qui est de la taille relative des testicules. Cela signifie-t-il que nous sommes plus près de la polygynie du gorille ou de la polygamie du bonobo? En d'autres termes, le scrotum humain est-il à moitié vide ou à moitié plein? Les auteurs nous révèlent une série d'études qui démontrent que les testicules sont des organes capables d'une évolution très rapide à de nouvelles conditions. Ils arguent donc que les testicules de nos ancêtres préhistoriques étaient beaucoup plus gros que les nôtres qui vivons dans des sociétés monogames depuis très longtemps.

Mais, bien que les testicules de nos ancêtres ne se soient pas fossilisés, de nombreuses preuves de notre passé subsistent. Par exemple, l'analyse chimique du sperme révèle que la première giclée de sperme contient une substance qui protège le sperme d'une attaque chimique. De quelle attaque chimique est-il question? Des substances présentes dans les dernières giclées de sperme du mâle qui a précédé. La compétition spermatique semble donc être anticipée dans la constitution chimique de l'éjaculat.

L'intérêt de plusieurs hommes pour la pornographie qui met en scène une femme est plusieurs hommes est également avancée comme preuve par les auteurs. Ils citent également une étude qui a démontré que la concentration de spermatozoïdes est plus grande dans l'éjaculat d'un homme exposé à du matériel porno où figurent une femme et deux hommes.

LE PÉNIS HUMAIN

Le pénis humain est unique chez les grands singes, tant par sa taille que par sa forme. Comme j'en ai déjà parlé ici, je ne vais pas m'éterniser là-dessus. La forme du pénis et les mouvements vigoureux de va-et-viens ont comme fonction d'éjecter du vagin le sperme de l'amant précédent afin d'y déposer le sien. Encore une fois, les preuves ne pointent pas du tout vers un passé monogame.

LA SEXUALITÉ FÉMININE

Les auteurs consacrent une section fort intéressante aux mythes et aux tabous entourant la sexualité des femmes. Il y est question de "l'hystérie" qu'on diagnostiquait aux femmes frustrée sexuellement (certains médecins masturbaient leurs patientes jusqu'aux années 1920, pratique supplantée par l'invention du vibrateur en 1902), en passant par l'interdiction qui pesait sur les femmes de se masturber elles-mêmes! En 1858, un médecin réputé de Londres est allé jusqu'à déclarer que cette pratique pouvait causer la folie et la mort et a effectué de nombreuses clitorectomies sur ses patientes). En 1936, un manuel de médecine recommandait encore l'ablation du clitoris pour mettre fin à la masturbation des jeunes filles.

Or, si des mesures aussi radicales sont avancées pour supprimer un phénomène, il est clair que le phénomène en question est d'une force prodigieuse. La réalité, bien sûr, c'est que l'appétit sexuel des femmes est beaucoup plus grand que ce que l'on peut croire et, arguent les auteurs, plus grand même que ce que bien des femmes sont prêtes à s'avouer à elles-mêmes. Cette puissante libido serait un héritage de nos ancêtres féminines qui ont évolué dans des bandes où la polygamie était la norme.

Les cris que poussent les femmes lorsqu'elles font l'amour en serait une première indication. Ces vocalisations sonores, dangereuses parce que susceptibles d'alerter des prédateurs, doivent bien avoir une fonction importante qui contrebalance le risque. Les scientifiques relèvent que ce type de cris chez les animaux et en particulier chez les primates sert d'appel et vise à attirer l'attention des autres mâles, ce qui vient soutenir la thèse des relations sexuelles en rafale avec plusieurs hommes. Les cris d'une femme en plein orgasme ont d'ailleurs un effet immédiat et puissant sur n'importe quel homme hétérosexuel à sang chaud qui les entend.

Les seins possèdent évidemment une puissance d'attraction extraordinaire pour les hommes, rien de bien surprenant ici. Et encore une fois, avoir des seins est une adaptation qui cause plusieurs problèmes, des maux de dos à un grand inconfort quand vient le temps de courir, par exemple. Si l'évolution en a tout de même encouragé le développement, c'est qu'ils doivent également être d'une grande importance. Il ne s'agit clairement pas simplement d'organes producteurs de lait, les humains sont d'ailleurs les seuls mammifères chez qui les femelles développent leurs glandes mammaires avant même de tomber enceintes. Leur rôle sexuel est indéniable. Certains scientifiques soupçonnent que le développement des seins ait été rendu nécessaire par le développement de la bipédie. En effet, la posture quadrupède met en évidence le postérieur des femelles, ce qui n'est pas le cas de la position verticale. Une autre façon d'exciter la convoitise des mâles aurait alors été nécessaire. Les auteurs attirent d'ailleurs notre attention sur la ressemblance entre les seins et les fesses, ce qui pourrait appuyer la thèse.

L'orgasme féminin n'est pas exclusif aux humains, mais est présent chez plusieurs autres primates. On observe également, en toute logique, que les espèces où les femelles sont le plus orgasmiques sont celles où la promiscuité entre les individus est la plus grande. La capacité pour une femme d'atteindre l'orgasme à répétition (contrairement aux hommes qui ne l'atteignent qu'une fois en relativement peu de temps) est un autre indicateur de la polygamie de nos ancêtres. Le corps de la femme aurait tout simplement évolué pour fonctionner de cette façon. Cela expliquerait bien des problèmes sexuels qui apparaissent dans un contexte de monogamie, que ce soit l'éjaculation précoce ou la difficulté de nombreuses femmes d'atteindre l'orgasme.

Plusieurs autres études de l'appareil reproducteur féminin viennent renforcer la théorie de la compétition spermatique. Il est tout d'abord intéressant de noter qu'environ 35% du sperme s'écoule du vagin dans la demi-heure qui suit la relation sexuelle, un pourcentage très élevé. Le corps de la femme est également plutôt hostile au sperme qu'il perçoit comme des antigènes et qui les attaque à coups de leucocytes. Ajoutez à cela la compétition avec les spermatozoïdes des autres donneurs et vous avez une course à obstacles pratiquement insurmontable. Pourtant, de récentes études indiquent que le corps de la femme serait capable de détecter les combinaisons d'ADN les plus favorables et de les favoriser. Ces mécanismes permettraient au corps de ces dames de déterminer, au niveau cellulaire, qui ferait le meilleur père génétique de leur enfant. Mais pour que ce système soit efficace, encore faut-il qu'il y ait plusieurs contributeurs. Et une indication de plus!

D'autres études ont démontré que les hormones qui sont sécrétées lors de l'orgasme ont des effets fort différents sur les hommes et les femmes. En effet, si la production de prolactine cause chez l'homme une satisfaction temporaire (qui a également pour effet de laisser la voie libre aux autres mâles), la plupart des femmes, elles, demeurent excitées et réceptives à d'autres orgasmes. Loin de la notion victorienne de l'absence de libido chez la femme, tout indique plutôt que les femmes ont le potentiel d'être tout simplement insatiables et que ses capacités dépassent largement de n'importe quel homme.

EN CONCLUSION

En terminant, les auteurs passent en revue les effets sociaux néfastes causés par le fait de prendre pour acquis un modèle sexuel qu'ils jugent irréaliste, utopique et contraire à la nature de l'être humain.

Il y est question du tabou entourant la sexualité des adolescents, qui est une contradiction majeure entre les dictats de la société et les exigences biologiques. Les auteurs citent plusieurs études qui semblent démontrer que cette diabolisation de la sexualité des adolescents (surtout aux USA) cause de graves problèmes, allant d'une augmentation de la violence chez les jeunes hommes, frustrations et confusion sexuelles, combat dévastateur de l'éducation sexuelle par certains groupes religieux, etc.



Comme exemple extrême de la lutte à la sexualité des jeunes, les auteurs citent John Harvey Kellogg. Comme diabolisation de la sexualité, il se fait difficilement mieux que ce coucou-là.

Une autre conséquence de ce refus de voir notre nature pour ce qu'elle est, selon les auteurs, est le haut taux d'infidélité dans les couples mariés.

En effet, qu'est-ce qui pourrait bien pousser tant d'hommes mariés et heureux à tout risquer (couple, famille, amis, réputation, etc.) pour une aventure? La réponse, selon les auteurs, est simple et incontournable: la variété et le changement est l'épice nécessaire à l'épanouissement sexuel des hommes.

Une explication intéressante est avancée pour expliquer ce désir de nouveauté. Afin d'éviter la stagnation génétique et les relations sexuelles avec des individus de la famille, nos ancêtres auraient développé un intérêt marqué pour la nouveauté sexuelle et une robuste aversion pour les individus trop familiers. Il s'agirait d'une réaction normale et logique dans un contexte de polygamie, mais hautement problématique dans celui de la monogamie.

La monogamie, avancent les auteurs, a un effet dévastateur sur les niveaux de testostérone et sur la libido des hommes. Des études ont démontré que les niveaux de testostérone étaient beaucoup plus bas chez les hommes mariés que chez les célibataires et que même une brève conversation avec une jolie femme inconnue faisait ce niveau de testostérone de 14%! La monogamie, selon eux, mène inexorablement à la monotonie et cela n'a rien à voir avec l'attirance ou l'amour ressentis pour la conjointe. Il s'agirait tout simplement cet intérêt programmé pour la nouveauté.

Le véritable drame de la répression de cette réalité, expliquent les auteurs, est que cette baisse graduelle de testostérone crée chez les hommes une baisse de libido, d'énergie et une distanciation vis-à-vis des plaisir de la vie. Puis, la hausse drastique de libido qui accompagne une aventure extra-conjugale ramène avec force tout ce qui semblait avoir été perdu. Or, certains hommes sont si chavirés par l'expérience qu'ils croient être amoureux, ce qui est rarement le cas. Plus souvent qu'autrement, ces hommes réalisent (trop tard) que leur épouse constituait une compagne beaucoup adéquate que leur maîtresse. De plus, la nouvelle relation avec la maîtresse mène elle aussi, éventuellement, à la monotonie. Le cercle vicieux causé par ce déni de la nature humaine se perpétue ainsi, inlassablement.

Alors que faire?

Il est temps, déclarent les auteurs, de repenser le modèle monogame artificiel imposé par la société et les religions. Il est temps de lever les tabous et de regarder la réalité en face.

Or, chers lecteurs, pour quelqu'un comme moi qui (je l'avoue) a toujours été un croyant convaincu et preux défenseur de la monogamie, pour avoir jugé tous les autres modèles comme des déviances, la lecture de ce bouquin a été tout un choc.

Et il y a peu de choses que j'aime plus qu'un livre de science qui vient foutre en l'air tout ce que je croyais savoir et que je prenais pour acquis!

Beaucoup de matière à réflexion dans ce livre fascinant.

Évidemment, comme tout autre ouvrage, il n'est pas à avaler tout cru comme s'il s'agissait de la Vérité absolue. Certains scientifiques n'y vont d'ailleurs pas de main morte dans leurs critiques:

''The book was criticized for "biased reporting of data, theoretical and evidentiary shortcomings, and problematic assumptions" in a book review by Ryan Ellsworth in the journal Evolutionary Psychology. Ellsworth concludes the review by saying, "if promiscuity even slightly approaching bonobo levels were characteristic of (post-Homo erectus) ancestral sexuality, there would be much more evidence for it than Sex at Dawn manages to drum up," and urges scientists to pay more attention to popular accounts such as Sex at Dawn which he believes present "a distorted portrayal of current theory and evidence on evolved human sexuality" to the general public.''

Mais cela n'enlève rien à l'intérêt des questions posées. Et tout ce qui fait réfléchir est, à mon humble avis, une maudite bonne affaire.

J'ai dévoré ce livre avec une fascination grandissante à chaque page et je vous le recommande fortement.






16 commentaires:

Sidekick a dit…

Eh bé...
Bouche bée je suis...
Quelques jours de camping et voilà ce que ça donne!!!
La nature sauvage a un effet boeuf sur toi...;-);-);-)

SDK;-)

Yvette a dit…

Devrais-je appeler la DPJ?

Yvette;-)

Sidekick a dit…

Mais non chouchoune, c'est juste ses hormones post-séjour-en-forêt!

Chu sûr que Profette est là pour veiller au grain (grain...la pognes-tu?)
:-)

SDK;-)

Prof Solitaire a dit…

@SDK: La vie en forêt éveille l'hominidé préhistorique qui sommeille en moi! ;-) Mais sérieusement, là, je suis le seul à trouver ça absolument fascinant?

@Yvette: ?????

anoukette a dit…

j'ai lu et j'ai trouvé ca très intéressant, j'essaie de voir si le livre est disponible en français, mais je n'ai pas trouvé.

Par contre, ça ne me fait pas du tout changer de point de vue sur la vie aujourd'hui et la monogamie. je vois plus ça comme une étude de notre passé et de notre évolution plutôt que d’adhérer à la théorie disant que la monogamie est un gros mensonge pour dissimuler notre "véritable" nature qui pourrait être moins reluisante

Prof Solitaire a dit…

Salut Anoukette.

Je doute qu'il ait déjà été traduit, c'est très récent comme publication.

En fait, les auteurs mettent carrément en opposition le modèle de la monogamie et ce qu'ils considèrent être la "véritable nature humaine". Et, à leur avis, toute tentative de faire comme si cette nature n'existait pas est vouée à l'échec.

Chasse le naturel et il revient au galop, en d'autres termes.

Mais en bout de ligne, ils laissent les questions ouvertes à propos de ce qu'il est sage de faire avec cette information.

Une chose est sûre, on ne se débarrassera pas de la monogamie du jour au lendemain. Mais en regardant ce qui se passe et en sachant d'où l'on vient, on peut se demander si c'est un modèle qui n'est pas voué la la disparition éventuelle. Nos descendants nous regarderont peut-être comme une bande d'étranges naïfs qui s'auto-torturaient à essayer d'aimer une seule personne toute notre vie! ;-)

Sidekick a dit…

"une bande d'étranges naïfs qui s'auto-torturaient à essayer d'aimer une seule personne toute notre vie! ;-)"

j'aimerais bien entendre l'opinion de Profette là...;-)

SDK ;-)

Prof Solitaire a dit…

Ma douce m'a gentiment écouté lui parler de ce livre, puis quand j'ai eu terminé, elle m'a dit: "What a load of crap." ;-)

J'ai pas l'impression que les trips de groupe sont pour bientôt! ;-)

Sidekick a dit…

Elle me plaît la Profette!!! Euh...

SDK;-)

Prof Solitaire a dit…

T'as du goût! ;-)

Mais t'sais, j'veux pas donner l'impression que j'endosse tout ce que dit le livre, là, je n'ai fait que traduire et résumer les propos des auteurs.

Je suis et je demeure profondément monogame. Je n'ai aucune envie de me faire une virée d'cul avec d'autre monde.

Ce livre m'a simplement ouvert à la possibilité que cette conviction profonde que la monogamie constitue la normalité est peut-être juste culturelle et plutôt contraire à l'état naturel de notre espèce. C'est tout.

Sidekick a dit…

"..que la monogamie constitue la normalité est peut-être juste culturelle et plutôt contraire à l'état naturel de notre espèce."

Oké, bin présenté de même ça ressemble drôlement à de l'enfonçage de porte ouverte!;-)

SDK;-)

Prof Solitaire a dit…

Pour moi, la porte était très fermée et verrouillée. J'ai grandi dans un environnement très chrétien-conservateur, depuis que je suis p'tit gars que je rêve d'avoir UNE compagne et de me marier. Toute ma vie, c'était cela le modèle à suivre, l'idéal à atteindre.

Alors pour moi qui suis ce que je suis, ce bouquin me crisse vraiment en bas d'un escalier.

Sidekick a dit…

-"...grandi dans un environnement très chrétien-conservateur".
-"Toute ma vie, c'était cela le modèle à suivre, l'idéal à atteindre."

Donc c'est bien une construction culturelle, mais qui a toujours été traditionnellement étayée par des justifications "naturelles" de plus en plus remises en question par les recherches scientifiques.

SDK

Prof Solitaire a dit…

Bingo!

Sidekick a dit…

Ben céskejdis: rien de nouveau sous le soleil!
Qu'on ait déjà été des animaux polygames oubedon mono, ça change quoi d'un point de vue civilisationnel?
Nos comportements restent socialement et culturellement acquis.
À moins qu'en assumant pleinement sa liberté individuelle, chacun ait le courage de vivre selon ses inclinaisons, en dépit du regard des autres (et parfois des lois).

SDK

Sidekick a dit…

En passant, celle-là personne va la croire:

http://main.makeuseoflimited.netdna-cdn.com/tech-fun/wp-content/uploads/2012/08/abortion.jpg?54b313

SDK (J'espère, sinon...);-)