17 octobre 2014

La religion selon Reza Aslan

Vous avez peut-être entendu parler de cet échange très houleux et hostile qui a eu lieu entre Sam Harris et Ben Affleck pendant l'émission de Bill Maher. L'extrait est ici si ça vous intéresse. Essentiellement, l'argument de Maher et de Harris était que l'Islam est la pire des religions et que les Occidentaux aux valeurs libérales devraient l'affirmer sans craindre d'être traités de racistes. La réponse d'Affleck a été exactement celle-là, il a dit qu'il trouvait ces propos racistes et dégoûtants.

Sincèrement, ce premier volet de la conversation m'a semblé plutôt inintéressant puisque les deux thèses avancées me semblent être assez simplistes. Par exemple, je ne vois pas en quoi l'Islam est fondamentalement pire que les autres religions. Elles me semblent être toutes aussi débiles les unes que les autres. À mon sens, le problème réside dans le fait qu'un plus grand nombre de musulmans croient aveuglément au dogme religieux, or cela n'est pas dû à la religion elle-même, mais plutôt au niveau d'éducation et à la réalité socio-économique de ces gens. Bref, prenez des chrétiens et placez-les dans le même contexte et vous allez vous retrouver avec le même type de fanatisme. En ce sens, l'argument de Maher et Harris me semble simpliste et inexact, tout comme leur insistance à parler du "Muslim world" comme s'il s'agissait d'un bloc parfaitement hétérogène, ce qui n'est pas le cas.

L'argument (s'il peut être appelé ainsi) d'Affleck n'est guère mieux. Ce qu'il dit, au fond, c'est que critiquer les musulmans est en soi raciste. Or, ça n'a aucun sens, premièrement parce que l'Islam n'est pas une race mais plutôt une idéologie et deuxièmement, il est parfaitement acceptable de critiquer et de dénoncer des idées. D'ailleurs, certaines idées sont si abjectes qu'il est de notre devoir de les dénoncer et de les combattre. Dans ce billet, j'ai justement cité les leaders d'un groupe d'ex-musulmans nord-américains qui disent clairement que l'Islam doit être critiqué à même titre que n'importe quelle autre idéologie.

Bref, l'échange m'a semblé plutôt simpliste. Je n'étais pas vraiment étonné venant de gars comme Affleck et Maher qui sont des entertainers d'abord et avant tout, mais j'étais un peu déçu de Harris dont les arguments m'ont toujours semblé solides dans le passé. Il revient sur cet échange dans ce texte publié sur son site, si vous êtes curieux d'en savoir plus.

Là où mon intérêt a été profondément piqué, c'est quand Reza Aslan a sauté dans la mêlée. J'ai déjà publié quelques billets à propos de ce type-là, entre autres celui-ci qui disséquait justement un débat entre lui et Harris. Comme je l'avais écrit à l'époque, j'avais trouvé les arguments d'Aslan intéressants (même si j'étais en désaccord avec plusieurs d'entre eux) et il m'avait semblé être un type intelligent et articulé.

Malheureusement, cette fois-ci, il dérape sérieusement.

Il y a tout d'abord cette attaque répugnante sur les réseaux sociaux qui qualifie Harris de "fou fasciste et génocidaire", citant un extrait hors-contexte d'un de ses livres en guise de preuve. Cette attaque frôle sérieusement l'hystérie et la diffamation.

Aslan a ensuite accordé une entrevue sur TYT dans laquelle il explique davantage son point de vue:



J'aimerais réagir à certaines des affirmations de M. Aslan:

"The issue here for a lot of these new atheists, whether we're talking about Dawkins or Harris or what have you, is a complete misunderstanding of religion in general, total misunderstanding of what religion is, how it's lived, the difference between the scripture and the lived experience of a community of faith..."

On s'engage sur la voie du raisonnement d'Aslan ici. On n'a pas encore droit à ses arguments réels, mais on a la prémisse: les athées qui rejettent la religion n'y comprennent absolument rien, mais LUI, Reza Aslan, comprend ce qu'est vraiment la religion. Hum. Je vais essayer de faire fi du sentiment d'horreur qui m'envahit dès qu'un individu prétend détenir LA vérité afin de donner sa chance au coureur et je vais le laisser élaborer.

"The reason that Sam Harris is a fundamentalist, like any other fundamentalist, is because he reads the scripture the way a fundamentalist reads the scripture. He reads the scripture and believes that it is litteral and inherent and if anybody disagrees with the litteral inherency of it, then they are not really a Muslim, they are not really a Christian. You know who else believes that? Fundamentalists believe that." (11:15)

Lorsqu'il affirme ceci, Aslan ment. C'est aussi simple que ça.

Il est totalement faux de prétendre que seuls les intégristes croient que les textes religieux sont vrais. J'ai moi-même grandi dans la religion catholique et je peux affirmer qu'on m'a toujours présenté la Bible comme étant la biographie factuelle d'un personnage historique bien réel. La religion chrétienne, toutes dénominations confondues, affirme que Jésus a vraiment existé, qu'il était une incarnation de Dieu dotée de pouvoirs magiques et qu'il a réellement accompli les miracles qui sont décrits dans la Bible. À AUCUN moment de mon enfance ou de mon adolescence m'a-t-on suggéré que tout ceci n'était peut-être qu'une jolie parabole ou une fiction. JAMAIS. Au contraire, lorsqu'on est endoctriné dans une religion, le doute est fortement déconseillé et la foi aveugle est encouragée comme s'il s'agissait de la plus merveilleuse des vertus. Voilà la vérité à propos des religions. Aslan le sait très bien et il est carrément malhonnête lorsqu'il affirme que seuls les intégristes pensent de cette façon. Selon sa définition, TOUS les chrétiens que j'ai connus dans ma vie sont des intégristes, mon père est à ce jour un intégriste et je l'ai été moi-même pendant des décennies! C'est complètement ridicule.

Bref, à écouter Aslan, on comprend que, à ses yeux, tout le monde est con sauf lui. Les gens religieux qui croient que leurs textes sacrés sont divins et qu'ils exposent des faits véridiques sont des intégristes et des imbéciles. À l'opposé, les athées qui osent affirmer que ces textes ne sont pas d'inspiration divine et que les faits qu'ils relatent relèvent de la fiction sont également des intégristes et des imbéciles. pour Reza Aslan, il n'y a que Reza Aslan qui a raison. Quelle est la véritable nature de la religion selon lui? Voici comment il la décrit:

"It's a set of symbols and metaphors that provides a language for which to express which is inexpressible and that is faith. (...) It's a language, that's all it is." (19:38)

Non, cela n'est pas la nature de la religion. C'est peut-être ce que REZA ASLAN souhaiterait que la religion soit, mais ce n'est pas la définition d'une religion. Il mélange tout et je soupçonne qu'il le fait de façon intentionnée. Demandez à n'importe quel croyant de n'importe quelle religion et je vous défie d'en trouver un seul qui vous dira que sa religion n'est rien de plus que l'équivalent d'une langue. Pour les croyants, leur religion est essentiellement l'histoire de la création de l'univers, le récit d'événements historiques miraculeux véritables et une série de lois dictées par Dieu lui-même, qui définissent le bien et le mal, ce qui est permis et ce qui est interdit et qui dictent aux humains comment ils doivent se comporter. C'est ça une religion, point final. La définition d'Aslan est une véritable joke qu'il est le seul à comprendre.

Il est d'ailleurs intéressant de souligner que, s'il tenait de tels propos dans certains pays musulmans, sa tête serait mise à prix par ses coreligionnaires.

La religion n'est pas une langue. La preuve, c'est qu'elle a besoin d'une langue pour se propager. Le judaïsme a eu besoin de l'hébreu, le christianisme a eu besoin du latin, l'Islam a eu besoin de l'arabe, etc. Ce sont ces langues qui contiennent les mots nécessaires à l'expression des idées. Et les religions ne sont rien de plus qu'une idée. Une idée fausse, mais une idée quand même. Et lorsqu'on exprime des idées religieuses, on utilise les mots d'une langue. La religion n'est pas elle-même une langue.

Non mais, sans blague... quel tissus de foutaise.

Et vous savez quoi? Même si la religion ÉTAIT une langue! À quoi servirait-elle? À parler de dieux, d'anges, de saints, d'âmes, de démons et d'autres merveilleuses entités magiques, invisibles et imaginaires? De paradis, d'enfer, de purgatoire ou d'autres endroits chimériques dont absolument rien ne prouve l'existence? De lois célestes dictées par un être divin au mieux improbable qui s'avèrent être simplistes au point d'être puériles et inférieures à la moralité inhérente à l'espèce humaine? À quoi servirait donc cette langue? Qui a besoin d'une telle langue et des fabulations idiotes qu'elle véhicule?

Pour le reste, Aslan multiplie les déclarations fallacieuses. Par exemple, il déclare que le maoïsme, le stalinisme, le Pol Potisme, le fascisme et le socialisme ont causé la mort de 25 millions de personnes "au nom de l'athéisme" (14:45). Cet argument est d'une malhonnêteté hallucinante. S'il est vrai que ces mouvements comportaient un aspect athée (à part pour le fascisme qui était catho), ce dernier n'était d'aucune façon la raison d'être de ces mouvements. Affirmer le contraire est aussi cave que le fait de dire que Staline et Hitler ont massacré des millions de gens au nom de la moustache. Aslan est suffisamment éduqué pour savoir cela et il fait preuve d'une mauvaise foi extraordinaire ici.

Il déclare ensuite que l'athéisme est un système de croyances au même titre que les religions (15:35). Encore une fois, ceci est complètement ridicule. Est-ce que c'est Hitchens qui disait que si l'athéisme est une religion, alors l'abstinence est une position sexuelle? L'athéisme ne se base pas sur des croyances et des superstitions, il s'appuie sur des observations scientifiques de la réalité. Encore une fois, Aslan devrait savoir ceci et il devrait être en mesure de reconnaître la stupidité d'une affirmation pareille.

Il déclare également que la religion n'a rien à voir avec ce qui est "vrai", dans le sens moderne et factuel du terme. Il postule que les gens qui ont écrit le Nouveau Testament ne croyaient pas qu'ils écrivaient des faits réels, mais plutôt une histoire qu'ils savaient être mythologique. Premièrement, j'ignore sur quoi Aslan se base pour affirmer connaître les intentions des auteurs de textes vieux de presque 2000 ans. C'est tout de même extraordinaire comme affirmation! Deuxièmement, s'il ne s'agit que de mythologie, alors pourquoi accorder tant d'importance aux religions? Rabaissons-les au statut de mythologies, aux côtés des Odin, Zeus, Bastet et Osiris et qu'on en finisse! Troisièmement, les religions prétendent TOUTES être exactes dans les faits, alors si elles mentent pourquoi ne pas les dénoncer? Pourquoi ne pas les exposer pour ce qu'elles sont véritablement? Pourquoi monter aux barricades pour les défendre comme le fait Aslan?

Ne croit-il pas que les compagnies malhonnêtes qui inventent de fausses propriétés bénéfiques à leurs produits doivent être dénoncées? Ne croit-il pas que les politiciens qui mentent et déforment la réalité pour manipuler l'opinion publique méritent d'être démasqués? Ne croit-il pas que les gens qui disent des faussetés, qu'ils le fassent avec des bonnes ou des mauvaises intentions, doivent être corrigés? Pourquoi rien de tout cela ne s'appliquerait à la religion? Pourquoi la religion devrait-elle obtenir un traitement privilégié à cet égard?

Aslan s'est récemment plaint d'avoir reçu des messages menaçants de la part d'athées. Les Ex-Muslims of North America ont décidé de lui montrer ce que sont de véritables menaces. Allez voir ça, vous ne le regretterez pas.


3 commentaires:

Guillaume a dit…

Quant à moi, j'ai bien aimé Bill Maher et Sam Harris, leur argument était simple: si l'on défend une société démocratique et libre, alors il faut la défendre contre les obscurantistes, peu importe l'excuse religieuse ou culturelle de ceux-ci. Ils parlaient de l'Islam en particulier, parce que c'était le sujet de la discussion et parce que si les "libéraux" aux États-Unis n'ont pas de souci à s'en prendre aux fondamentalistes chrétiens, ils sont plus timides envers les fous d'Allah. Ce qu'Aslan n'a pas compris, ou ne voulait pas comprendre. Comme Ben Afgleck d'ailleurs.

Aslan a raison sur un point: les auteurs de la Bible et du Coran ne cherchaient pas à faire le récit d'une vérité historique. Ils voulaient convaincre, pas prouver. Mais ça n'a pas d'importance: quand un texte prétend à une vérité universelle et absolue, que cette vérité soit littérale ou métaphorique, ça n'a aucune importance. C'est la prétention qui peut être criticable. La plupart des chrétiens et des musulmans ne sont pas des fanatiques. Mais les religions chrétienne et musulmane sont absolutistes. Et, dans le cas de l'islam, ce sont les fondamentalistes qui ont le haut du pavé et qui sont trop souvent excusés par des musulmans "modérés" comme Aslan, mais par une certaine gauche.

Prof Solitaire a dit…

Je comprends l'idée qu'il faut dénoncer les obscurantistes ici et ailleurs, mais ce sont les généralisations qui sont puériles et maladroites. T'sais, qu'ils arrêtent de parler de "Muslim world" et qu'ils parlent des cas spécifiques qui méritent d'être décriés. Il n'y a pas de Muslim world, c'est un ensemble de pays hétéroclites aux langues diverses et aux valeurs dissemblables. Lorsqu'un phénomène inacceptable survient en Occident, on ne parle pas de chrétienté! Lorsque des horreurs surviennent au Myanmar, on ne parle pas de "Buddhist world". C'est ça qui m'énerve. C'est plus facile de voir toutes les nuances à l'intérieur du groupe auquel on appartient et de croire des généralités simplistes à propos des autres groupes.

Je veux bien croire que les auteurs de ces textes sacrés voulaient convaincre et pas prouver, mais de là à dire qu'ils SAVAIENT qu'ils étaient en train d'écrire de la mythologie et donc des oeuvres de fiction, il y a un pas que je ne suis pas près à franchir. À mon avis, les auteurs de la Bible croyaient vraiment que ce qu'ils décrivaient s'était vraiment produit, cela est particulièrement probable compte tenu du temps considérable qui s'est écoulé entre la vie supposée de Jésus et la rédaction de certains de ces textes.

Pour ce qui est de l'absolutisme, entièrement d'accord avec toi.

Guillaume a dit…

Parfois il faut généraliser à cause du format de l'émission, mais je comprends que c'est un jeu dangereux. Mais en même temps, quand une majorité importante de la population d'un pays majoritairement musulman comme l'Égypte croit que les apostats devraient être exécutés, il est difficile de faire dans la nuance: où est la modération chez les tenants de cette religion de paix?

Pour les auteurs de textes sacrés, il est difficile de connaître leurs intentions, ils sont morts et on ne sait même pas qui ils sont. Ils ne pênsaient pas faire de la fiction, mais de là à croire qu'ils pensaient qu'ils écrivaient une histoire factuelle, il y a une marge. L'historiographieà l'époque était un genre tenu à édifier, et on parle ici de gens qui cherchaient (sincèrement) à convaincre que Jésus était le Messie ET Dieu. Ils n'avaient aucun scrupules à interpréter librement la Torah, à inventer des passages qui n'y étaient pas, à inventer des traditions qui n'existaient pas et des évènements historiques qui ne sont jamais arrivés. Ils ont peut-être fini par y croire, mais comme le disait Anthony Burgess, ils étaient bons propagandistes, mais piètres historiens.