8 novembre 2014

Agressions au féminin

Deux adultes en position d'autorité manipulent et abusent sexuellement d'un naïf adolescent d'âge mineur.

Vous êtes probablement outrés de lire ça, pas vrai? Et vous prenez immédiatement pour acquis que ce sont deux salopards qui ont violé une petite fille, n'est-ce pas? Et si les deux adultes étaient beaux, est-ce que ça changerait votre perception? Bien sûr que non!

Mettez maintenant vos idées préconçues de côté. Bienvenue dans le vrai monde.

Les agresseurs dont je vous parle sont deux enseignantes plutôt jolies et la victime est un garçon de 16 ans. Aaaaah! Ça change tout! Cette nouvelle devient soudainement émoustillante et amusante! La victime n'en est plus vraiment une, il est maintenant considéré chanceux! L'idée même qu'il puisse conserver des séquelles émotives ou psychologiques devient ridicule. Voyons donc! Après tout, un gars, ce n'est rien de plus qu'une machine à fourrer tout ce qui bouge, pas vrai?



Vous en voulez d'autres des comme ça? En voilà! Et remarquez comment ces nouvelles sont rapportées! Les victimes, pourtant toutes d'âge mineur, sont considérées chanceuses et l'agression est dépeinte comme étant excitante, drôle et amusante!

Imaginez un seul instant que les rôles sont renversés et que des gens agissent ainsi en parlant d'un enseignant masculin qui aurait violé une de ses élèves d'âge mineur. Impensable, pas vrai? Pourtant, les féministes veulent nous faire croire que nous vivons dans une culture qui encourage le viol des filles et des femmes et qui blâme ces dernières pour les agressions qu'elles subissent!

En réalité, comble de l'ironie, ce que décrivent les féministes est seulement vrai lorsque la victime est un garçon et l'agresseur... une femme!












2 commentaires:

fylouz a dit…

J'avoue que, j'aurais été à la place du jeune de 16 ans...
Je sais, je sais, c'est pas bien. Et ton analyse est tout à fait correcte. C'est encore pire lorsqu'on examine les autres cas, en particulier ceux des jeunes de 13 ans. 15 ans, j'aurais du mal (on peut faire preuve de maturité à cet âge), mais 13 ! Ce sont des enfants, aucun doute là-dessus.
Pour moi, il y a sans doute un seuil psychologique, sachant qu'en France, la majorité sexuelle est à 15 ans. Mais il est certain que s'il s'était d'hommes avec des adolescentes (et je ne parle même pas de garçons), les réflexions de ces journalistes auraient été différentes. Les animations sont particulièrement répugnantes.
Étonnant comment, selon qui fait la chose avec qui, les perceptions varient. On pourrait presque établir une gradation :

Niveau 1 (Yeah !) : Une femme adulte couche avec un ado (ou pré-ado).
Niveau 2 (Mmm... (avec grimace de dégoût ou sourire en coin) : Une femme adulte couche avec une ado (ou pré-adolescente).
Niveau 3 (DEGUEULASSE (mais cool) : Un homme adulte couche avec une ado (ou pré-adolescente).
Niveau 4 : (Qu'on lui coupe les couilles !) : Un homme adulte couche avec un ado (ou pré-adolescent).
Dans tous les cas, le fait que ce soit un(e) prof constitue un facteur aggravant.

Prof Solitaire a dit…

"J'avoue que, j'aurais été à la place du jeune de 16 ans..."

Oui, fylouz, en fantasme, c'est génial. Mais dans la réalité? Imagine la souffrance et le choc massif à l'estime de soi quand ta couguar décide inévitablement qu'elle n'a plus envie de son joujou! Imagine le sentiment de honte, de rejet, le sentiment d'avoir été utilisé et exploité et manipulé... il n'y a rien de bien sexy là-dedans...

J'aime bien ta gradation, elle me semble refléter parfaitement l'opinion populaire.