3 novembre 2014

Économies

Non, le PLQ n'est pas obligé de sabrer dans les écoles, les hôpitaux et les services à la population pour économiser. Voici deux façons de le faire qui ne feraient de mal à personne, bien au contraire.


Tandis que le gouvernement du Québec essaie par tous les moyens de trouver de nouveaux revenus en coupant dans les dépenses, une nouvelle étude publiée mardi soutient qu’une réduction de la consommation de pétrole dans la province permettrait de faire des économies de près de 20 milliards $ sur six ans.

(...) Les montants qui sortent de nos frontières sont astronomiques. Le Québec dépense 18 milliards $ par année pour acheter des produits pétroliers et 9 milliards $ de plus pour acquérir des véhicules qui fonctionnent à essence. C’est donc une fuite de capitaux de 27 milliards $, une situation qui risque de s’aggraver, rappelle l’étude.

(...) Les chercheurs proposent un plan de réduction du pétrole lors d’une «action modérée» qui permettrait de diminuer le pétrole de 12% dans le secteur des transports en 2020 par rapport à 2010.

Malheureusement, plutôt que d'investir dans des technologies d'avenir comme le suggère cette étude, les libéraux préfèrent permettre la construction d'un dangereux réseau de pipeline de pétrole qui émettra autant de GES que toutes les industries du Québec, qui menace déjà la survie d'une espèce menacée et dont les éventuelles fuites seront coûteuses et dévastatrices. 


Le gouvernement québécois pourrait économiser jusqu'à 4 milliards s'il rachetait les contrats des deux hôpitaux universitaires construits actuellement en partenariat public-privé (PPP) à Montréal, estime une nouvelle étude de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS).

«Selon nos hypothèses très conservatrices, le rachat serait avantageux», mentionne l'un des auteurs de l'étude, Guillaume Hébert, qui estime que Québec ferait ainsi des économies allant de 123 millions à 4 milliards, selon le scénario.

Et qui est à l'origine de ces ridicules PPP? Ben oui, les libéraux de Jean Charest!

Quand tu élis des incompétents, c'est ce que ça donne.


Aucun commentaire: