25 novembre 2014

Le sondage comme outil de propagande

Pour les libéraux, tous les trucs sont bons pour manipuler l'opinion publique et remporter des élections:

Le Parti québécois porte plainte auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Il se dit convaincu que le député libéral Germain Chevarie doit son élection de 2008 à une manoeuvre frauduleuse.

(...) Là où le bât blesse véritablement, souligne-t-il, c'est que l'enquête d'opinion aurait été payée par des entreprises sollicitées par la firme Roche à la demande de l'équipe de campagne du candidat.

(...) Elle rappelle que le sondage qu'elle montre du doigt donnait Germain Chevarie gagnant et qu'il a été publié quelques jours avant le scrutin général du 8 décembre 2008. Elle indique qu'il a, «selon toute vraisemblance», été commandé par l'équipe du candidat libéral et qu'il a été payé par trois entreprises sollicitées par Roche. Des factures découvertes lors d'une perquisition de l'Unité permanente anticorruption ont été déposées en preuve à la commission Charbonneau.

(...) Mme Richard, qui a par la suite été députée dans le gouvernement Marois, ne fait pas que se questionner sur la méthodologie de l'enquête d'opinion. Elle pense qu'elle a pesé dans la balance, puisqu'elle identifiait un vainqueur et que les Madelinots, ajoute-t-elle, aiment bien accorder leur appui au gagnant pressenti. Les résultats avaient été publiés sur le «Portail officiel des Îles-de-la-Madeleine» et repris par les médias locaux.



2 commentaires:

Henem a dit…

Imagine si l'UPAC découvrait que la même chose est survenue durant les dernières élections !

Prof Solitaire a dit…

À ce stade-ci, je crois que le PLQ s'en tirerait de toute façon. Aucun scandale ne colle à ces salauds...