8 décembre 2014

"Des écoles délabrées et des ressources insuffisantes"

Extrait de la scandaleuse nouvelle:

Aux prises avec des écoles délabrées et des ressources insuffisantes, la population francophone de Colombie-Britannique poursuit sa lutte pour l’équité. Mardi, devant la Cour suprême du Canada, les parents de l’école primaire Rose-des-Vents de Vancouver ont réclamé un établissement «équivalent» à ceux de la majorité. Le premier de deux procès intentés contre la province à cet égard.

Fondée en 2001, Rose-des-Vents accueille aujourd’hui plus de 350 élèves. Il s’agit de la seule école primaire francophone desservant l’ouest de Vancouver. Depuis 2010, les parents des élèves fréquentant l’école et le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique réclament devant la cour un établissement «de qualité équivalente aux établissements scolaires» détenus par la majorité anglophone du même secteur. En vain. 

Ils espèrent désormais que le plus haut tribunal au pays rétablira le jugement de la Cour suprême de Colombie-Britannique, et conclura que Rose-des-Vents est «surpeuplée, moins facilement accessible que les écoles de langue anglaise de la région et que ses installations [sont] de piètre qualité»

(...) Depuis la création du système d’éducation francophone provincial, en 1995, le Conseil scolaire a lui-même été impliqué dans trois poursuites. En 2010, les parents de Rose-des-Vents avaient traîné le Conseil devant les tribunaux pour remédier à la surpopulation et au sous-financement de l’école. Ce n’est que plus tard que les deux parties ont convenu de poursuivre conjointement le gouvernement à cette fin. Le Conseil poursuit actuellement Victoria dans le cas de 15 autres écoles pour les mêmes motifs.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a décliné la demande d’entrevue du Devoir.



2 commentaires:

PJ a dit…

En voyant le titre, je pensais que ça parlait du Québec en général, et de la CSDM en particulier. Remarque, on n'est pas sûr pour les ressources insuffisantes. On est certain que si ressources il y a, elles ne se rendent pas plus loin que chez les administrateurs des commissions scolaires.

Prof Solitaire a dit…

Tu crois qu'ils gardent l'école dans cet état pour que les gens se sentent comme à Montréal? ;-)