17 décembre 2014

Les CS démasquées

Je dénonce les commissions scolaires sur ce blogue depuis des années.

Je le dis et je le répète, ce sont des nids de parasites, des structures lourdes, incompétentes et inutiles qui se contre-fichent éperdument des élèves. Tout ce qui les préoccupe, c'est leurs propres fesses et leur image. Point final.

Régulièrement, on m'a dit que j'y allais trop fort. Que j'exagérais. Qu'il ne faut pas généraliser, etc.

Permettez-moi de vous prouver que je n'exagère absolument pas avec un exemple très concret et extraordinairement révélateur.

Il y a quelques jours, j'ai dénoncé cette décision délirante de la CSDM de se servir des élèves pour protester contre un redécoupage territorial. Il s'agit d'une formalité administrative qui aura un impact uniquement sur les bureaucrates eux-mêmes, pas sur les élèves. Et pourtant, la CS a encouragé les élèves à sortir avec leurs pancartes, les a amenés à Québec pour manifester, a dit aux jeunes que leurs écoles et leurs programmes seraient "démantelées", etc.

Bref, comme TOUJOURS, cette CS s'est drapée dans la vertu en prétendant que ce qui la motivait, c'était l'intérêt des élèves. Sauf que dans ce cas-ci, le mensonge crève les yeux. L'impact sur les élèves sera nul ou négligeable. Comme d'habitude, les bureaucrates de la CS ne sont intéressés qu'à une seule chose: protéger leurs jobs. Et, comble de l'ignominie, ils ont même été jusqu'à désinformer et exploiter leurs propres élèves pour y parvenir. Ces gens-là sont complètement dénués de scrupule et d'intégrité.

La preuve qu'ils se fichent de l'intérêt des élèves?

Voilà que, quelques jours plus tard, le gouvernement libéral annonce une série de mesures délirantes qui, ELLES, auront VRAIMENT un impact négatif MAJEUR et PALPABLE sur la réussite des élèves. Il n'est plus question ici de petit redécoupage territorial, mais d'augmentation du nombre d'élèves par classe, d'intégration d'un plus grand nombre d'élèves handicapés ou en grave difficulté d'apprentissage et de l'augmentation de la tâche de profs déjà brûlés.

Alors si les commission scolaires avaient véritablement à coeur la réussite des élèves, elles devraient réagir avec AU MOINS autant de force que la CSDM pour cette petite histoire de territoire, pas vrai? Elles devraient encourager les élèves à sortir avec leurs pancartes et leur noliser des autobus pour qu'ils aillent manifester à Québec, n'est-ce pas? Après tout, l'impact négatif sur les élèves est beaucoup plus profond, évident et majeur dans ce cas-ci!

Évidemment, il n'en est absolument rien. Cette fois-ci, voyez-vous, ce que propose le gouvernement n'aura aucun effet sur les bureaucrates. Il vient foutre la merde dans les écoles, mais les p'tits pousseux de crayons dans leurs bureaux climatisés ne seront pas touchés. Alors ils sont d'accord. L'intérêt supérieur des élèves? Pffft, ils s'en contre-crissent.

Ce matin, Paul Arcand recevait Bernard Tremblay, le président du comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones. Écoutez l'entrevue, ça en vaut vraiment la peine.

Le bonhomme a évidemment tout fait pour éviter de répondre clairement à la plupart des questions d'Arcand en utilisant les tactiques habituelles (déviation du sujet, évitement, utilisation de termes techniques spécialisés, etc.) Pas étonnant, puisque ses propositions sont complètement indéfendables! Pourtant, il les a décrites comme étant tout à fait légitimes. Pire, il a eu le culot de dire en ondes que "l'enfant est au coeur de nos préoccupations." Quand je vous dis que leur culot est illimité.

Arcand était totalement excédé.

Toute l'hypocrisie, toute la malhonnêteté, tout le ridicule des commissions scolaires est là. Drette là, sous vos yeux.

Ces gens-là se câlissent complètement de vos enfants. D'ailleurs, ils ne mettent que très rarement les pieds dans les écoles!

Tout ce qui les intéresse, ce sont leurs fesses. Point final.



6 commentaires:

Anonyme a dit…

Les CS sont d'accord avec le dépôt patronal puisqu'il est basé sur leurs demandes. Le CPNCF (dont Bernard Tremblay est président) a consulté les CS, les directeurs de CS et les directions d'école pour établir ses demandes.

Fred a dit…

Prof, tu généralises en faisant passer toute les CS au même niveau que la CSDM.

À ce que je sache, je n'ai pas vu d'autre CS utiliser les élèves comme la CSDM l'a fait.

Ça ne veut pas dire qu'il ne doit pas y avoir de réforme au niveau du fonctionnement des CS. Mais bon, tout ce qu'elles font n'est pas automatiquement de la bouette non plus. Ex : Cette CS en Outaouais, qui a fait l'installation de la fibre optique entre les villes et village qu'elle déssert (c'est pas BéBell ni Vidéoétron qui l'aurait fait). En bout de ligne tout le monde dans ce coins rural en bénéficie, car par ricochet les gens de la place peuvent eux aussi avoir la haute vitesse chez eux. Qui l'aurait fait si ça n'avait été de la CS en relation avec les villes? (C’est la seule en plus en Outaouais qui Est pour la fusion des 4 CS de la région.. haha)

C'est bien beau abolir les CS, mais on remplace ça par quoi? Admettons qu'on décide de laisser la gérance à la direction des écoles... Tu pense que ton ancienne directrice ferait une bonne job?

Prof Solitaire a dit…

Salut Fred,

Merci de ton commentaire.

C'est vrai que les CS n'ont pas toutes agi comme la CSDM, j'ai pris cet exemple parce qu'il était récent.

Et non, évidemment, il ne faut pas exagérer et affirmer qu'absolument TOUT ce qui sort d'une commission scolaire est de la marde. Ton exemple en Outaouais est intéressant, je n'en avais jamais parlé.

Et dans mon expérience, il est à peu près unique.

Ça fait presque 20 ans que j'enseigne et j'ai travaillé dans 3 commission scolaires distinctes. Crois-moi, je connais bien.

Ce que j'ai vu encore et encore, c'est que les bureaucrates des CS ne sont pas intéressés par le sort des élèves. Ils n'agissent pas par dévouement et par altruisme. Ils ont une job à préserver, ils veulent bien paraître, ils s'intéressent aux apparences et ça s'arrête là. Ils ne mettent à peu près jamais les pieds dans les écoles, ne viennent jamais ni nous parler, ni nous écouter, ni nous consulter. Ils s'adressent à nous quand ils ont des directives et des consignes à nous donner, point final.

Parce que même s'ils ne mettent JAMAIS les pieds dans des classes et qu'ils n'ont AUCUN contact direct avec les élèves, ils savent mieux que nous comment faire la job.

Ce sont des bureaucrates. Ils se câlissent des élèves. Et ce qui m'écoeure, c'est de les voir se draper dans la vertu de "l'intérêt des enfants" à chaque esti de fois qu'ils ouvrent la gueule! Ils ont même le culot de le faire lorsqu'ils annoncent des mesures qui vont CLAIREMENT à l'encontre des intérêts des élèves. Ils sont é-coeu-rants.

Prof Solitaire a dit…

Pour ce qui est de l'éternelle question de ce qui viendrait les remplacer, je n'ai pas de réponse claire à t'offrir. Je sais que le système actuel est à chier, ça je le sais de source sûre.

J'ai une vague idée de ce qui serait plus convenable, mais je ne me suis pas attardé à définir plus en détails mes idées parce que, de toute façon, les gens en position d'autorité n'ont absolument rien à foutre de mon opinion. Je devrais peut-être m'y mettre juste pour le fun.

Quoi qu'il en soit, et je l'ai déjà dit, l'exemple de mon ancienne directrice est le pire que l'on puisse utiliser. Si le système avait un petit peu d'allure, il aurait rapidement vu que cette femme s'acharnait sur un enseignant sans raison valable. Mais non, tout le système est venu à son aide pour m'anéantir. En d'autres termes, enlève la CS et la directrice est encore une crisse de folle, mais au moins elle n'a plus d'alliés!

Le professeur masqué a dit…

«Pour ce qui est de l'éternelle question de ce qui viendrait les remplacer, je n'ai pas de réponse claire à t'offrir.»

Voilà. ÇA ressemble à la première position de la CAQ. Jusqu'à temps que quelqu'un comprenne que les écoles autonomes allaient se regrouper de toute façon pour mettre des services en commun. Ils ont alors parlé de «centres de services» pour ne pas perdre la face...

Prof Solitaire a dit…

Ce n'est pas parce que la CAQ manque cruellement d'imagination qu'une meilleure option n'existe pas...