18 janvier 2015

Santé mentale et colonialisme

J'ai eu des conversations fort intéressantes récemment avec deux de mes anciens élèves. Jadis deux sympathiques ti-culs dans ma première classe de sixième année, Frank et Marc sont devenus, presque 20 ans plus tard, deux jeunes universitaires brillants. Est-il nécessaire de spécifier que les conversations que j'ai avec eux sont très rarement banales et sans intérêts?

Il y a quelques semaines, peu après l'attentat d'Ottawa, je discutais avec Frank. À son avis, les attaques de Saint-Jean-sur-Richelieu et Ottawa sont l'oeuvre de déséquilibrés, de types qui ont des problèmes psychiatriques. Selon lui, la religion n'est qu'un prétexte. J'ai déjà écrit ici et ici ce que j'en pense.

Il y a quelques jours, je discutais avec Marc à propos des attentats de Paris. Encore une fois, pour lui, la religion n'est pas du tout en cause. Le grand responsable, à son avis, c'est le colonialisme. Je me permets de le citer:

"on ne peut pas dissocier la montée de l'islamisme depuis les années 60-70 sans parler des effets du colonialisme et du post-colonialisme au Moyen-Orient... "

Il élabore:

"le colonialisme au Moyen-Orient se faisait par jeu d’alliances, divisions, exploitations, trahisons, fausse promesses de la part des grandes puissances ce qui a fait que les population indigènes se sont tannées de l’occident et on développé un profond ressentiment face à eux… ce qui a à son tour favorisé l’émergence de mouvements extrémistes. Par exemple, les frères musulmans, la première organisation islamiste (qui sont pacifistes comparé aux organisations radicales d’aujourd’hui) a été créée en réaction directe face à l’occupation britannique en offrant des services sociaux aux plus démunis, oubliés par le gouvernement au service de l’empire britannique. c’est pour ça que c’est devenu hyper populaire, ils on comblé un besoin… pas sorcier comme technique. Les prisons où les gouvernements corrompus envoyais les prisonniers politiques (ceux qui voulaient se débarrasser des anglais et avoir leur propre gouvernement) aussi sont devenu des camps de recrutements pour la cause islamiste."

"Quand on voit comment les Anglais on traité l’Égypte avec le canal de suez, la péninsule arabique quand l’empire ottoman est tombé en montant les arabes contres les ottomans et en divisant le territoire arbitrairement avec la France, la création unidirectionnelle d’Israël, les USA en Iran qui ont retiré de force un président démocratiquement élu (répandre la démocratie… ben oui ben oui) ce qui a directement mené à une révolution islamique, ou bien le financement des rebelles islamistes en Afghanistan dans les années 80 qui a plus ou moins directement mené aux attaques du 11 septembre… Le point commun comme tu dis, c’est les 2. Conséquences socio-économiques du colonialisme qui a favorisé l’émergence et la hausse de popularité des mouvements islamistes qui se sont radicalisés au point qu’on connait maintenant."

Avant de répliquer, je veux juste être clair sur un point. J'ai beaucoup de respect pour ces deux gars-là et je les aime beaucoup. Comme je l'ai déjà dit, ce sont deux gars éduqués et brillants. Je ne connais personne avec qui je préfère discuter et débattre. Ce n'est pas à eux comme individus que je souhaite m'attaquer, mais à leurs théories. En tout respect.

Car dans ce cas-ci, je suis complètement en désaccord avec eux. Oh! je ne dis pas que le colonialisme n'a jamais eu lieu et qu'il n'a eu aucune conséquence, bien sûr que non. Et je ne dis pas que les troubles psychiatriques n'existent pas. Mais à mon avis, affirmer que ce qui a motivé les gestes des assassins de Paris (ou de n'importe quel autre assassin islamiste des dernières années) est d'abord et avant tout la maladie mentale ou le colonialisme est profondément, profondément erroné. Et ça se démontre assez facilement.

Tout d'abord, il y a le fait que le Moyen-Orient n'a pas été la seule région à connaître le colonialisme dans son histoire. En fait, aucun continent n'a été épargné de ce fléau. Prenons par exemple l'Amérique du Sud dont l'histoire n'est pas sans rappeler plusieurs des événements auxquels fait référence mon ami. Je pense, entre autres, aux manigances pour favoriser la révolution panaméenne et permettre la construction du canal de Panama, le financement et l'armement des Contras, le renversement de gouvernements de gauche comme celui de Salvador Allende, de Jacobo Árbenz Guzmán ou de João Goulart, le soutien à des régimes totalitaires tel que celui d'Augusto Pinochet ou de Jorge Ubico, la tentative d'invasion de Cuba à la Baie des Cochons et les tentatives répétées de la CIA d'assassiner Castro, la vente d'armes massive à des despotes tels que Vladimiro Montesinos, l'attentat à la bombe de La Penca, l'entraînement de Florencio Caballero par la CIA, la collaboaration de la CIA et de Manuel Noriega et j'en passe et des meilleures. Depuis des décennies, les USA jouent avec les destinées des peuples sud-américains comme on joue aux échecs!

Alors si le colonialisme est le principal problème dans le cas du Moyen-Orient, ne devrait-il pas provoquer des conséquences similaires en Amérique du Sud? Ils ont certainement AU MOINS autant de raisons de détester l'Occident que les musulmans! Pourquoi ne voit-on pas d'équivalent latino d'Al Qaeda attaquer les États-Unis? Pourquoi ne voit-on pas d'équivalent latino de Boko Haram terroriser les populations locales en les soumettant de force aux lois les plus déjantées de la Bible? Pourquoi ne voit-on pas d'équivalent latino de l'État Islamique tenter de créer une théocratie catholique en Amérique du Sud?

Pourquoi ne voit-on pas non plus ce phénomène en provenance de pays africains non-musulmans? Ou d'anciennes colonies asiatiques bouddhistes? Ou de Polynésiens des îles du Pacifique? Ou des Amérindiens d'Amérique du nord? Ou des Aborigènes d'Australie? Pourquoi est-ce que les terroristes fanatiques religieux sont-ils tous musulmans?

La réponse est toute simple. Les Sud-Américains sont catholiques et malgré ses nombreux défauts, absolument RIEN dans le dogme catholique moderne ne justifierait des gestes pareils. Même chose pour les autres peuples énumérés ci-haut. Les musulmans, eux, retrouvent toutes les justifications aux agressions armées du Jihad dans leurs textes religieux, principalement le Coran et les hadîths.

Le colonialisme est un phénomène scandaleux qui doit être dénoncé. Mais ce n'est de toute évidence pas le noeud du problème dans le cas qui nous intéresse. Le problème, c'est le fanatisme religieux musulman.

De la même façon, la maladie mentale n'explique pas les violentes attaques islamistes. Si c'était le cas, on verrait des déséquilibrés commettre des attentats pour une variété de causes diverses! On verrait des gens assassiner au nom de la scientologie, d'autres faire sauter des autobus au nom du marxisme, d'autres encore massacrer des dessinateurs parce qu'ils ont insulté leur politicien préféré! Pourquoi les déséquilibrés choisiraient-ils tous systématiquement de tuer au nom de la même cause? Coïncidence? Comment expliquer cela?

La maladie mentale et le colonialisme existent, mais ils ne sont ni l'un et ni l'autre au coeur de cette vague d'attentats terroristes. Ce que ces attaques ont réellement en commun, c'est la religion musulmane! Ça crève les yeux.

Évidemment, à chaque fois que je dis ça, la réaction de mes deux amis est exactement la même. Plutôt que de reconnaître cette évidence, ils me regardent comme si j'étais fou. Comme s'ils me soupçonnaient d'être secrètement devenu une espèce de raciste xénophobe et islamophobe d'extrême-droite. La réaction est immédiate et toujours la même. C'est comme un réflexe automatique. Lors de notre dernière conversation, mon ami Marc s'est lancé sans la moindre hésitation dans cette diatribe pour me démontrer que les musulmans NE SONT PAS TOUS COMME ÇA:

Je trouve que tu généralise un peu là… De quel islam tu parle? Il y a mille et une saveurs… Sunnites, Chiites, Soufistes, Salafistes, Wahhabistes, Usulistes, Alawites… Ils sont 1,6 milliards, sont certainement pas tous arriérés et leurs pays ne sont pas tous cauchemardesques seulement à cause de ça… Il ont vraiment pas la même interprétation du coran ou de la charia… Ceux qui prennent les écrits religieux à la lettres sont les Salafistes et les Wahhabistes et ce movement date d’un peu plus de 100 ans seulement… un peu comme les puritains d’extrême droite aux USA qui prennent la bible à la lettre (c’est ironique comment il s’entendraient bien si ils arrêtaient de se taper dessus… en tout cas, joke à part). Les Chiites en Iran et du Liban (Hezbollah) en ont rien à foutre des caricaturistes, même que l’Iran a condamné les attaques… pis la majorité des Indonésiens aussi… il y a même un érudit musulman Pakistanais qui a publié un avis urique contre le terrorisme en disant que c’était contre l’islam (qui a sûrement fâché les extrémistes)

C'est toujours la même chose. Dès que je critique l'Islam, ils me répondent un truc du genre. Généralisation!!!!! Les musulmans ne sont pas tous comme ça!!!!!

Or, je n'ai jamais dit que tous les musulmans étaient des fanatiques religieux dangereux. Je n'ai jamais dit ça. Comment le pourrais-je? Après 20 ans d'enseignement à Montréal, j'en ai connu des tonnes de musulmans et à part de rares exceptions, je les ai bien aimés, autant comme élèves que comme parents d'élèves que comme collègues de travail. Je n'ai absolument rien contre eux comme personnes. En fait, je me suis souvent beaucoup mieux entendu avec eux qu'avec des soi-disant Québécois de souche. Mon collègue préféré dans ma pénultième école était un musulman fraîchement arrivé d'Algérie, un type formidable!

Je ne diabolise donc pas du tout les musulmans! J'observe simplement quelque chose qui est une évidence, mais que beaucoup de gens refusent de voir, c'est-à-dire que la très vaste majorité (pour ne pas dire la totalité, je pense ici au Myanmar) des terroristes fanatiques religieux sont des musulmans. C'est un fait indéniable!

De plus, s'il est vrai que la majorité des musulmans ne sont pas des terroristes violents, il est également vrai que beaucoup d'entre eux sont parfaitement d'accord avec l'idéologie qui a motivé les gestes des terroristes. C'est pour cela qu'un si grand nombre d'entre eux, des soi-disant "modérés", ont déclaré ces derniers jours qu'ils n'approuvaient pas de la violence, MAIS qu'il ne faut pas insulter le prophète et que le geste doit être puni (ici, ici, ici et ici)! Et la seule solution que nous proposent les musulmans d'ici au problème du terrorisme religieux musulman, c'est l'endoctrinement religieux! Ridicule...

Le problème, à la base, c'est l'Islam! C'est en son sein que se trouvent les doctrines exécrables qui justifient ces agressions sauvages. C'est en son sein que tous les islamistes trouvent la justification de leurs gestes. Ils n'inventent RIEN, tout est là! Les terroristes islamistes ne sont pas motivés par le colonialisme et ils ne sont pas fous au sens clinique du terme. Les assassins de Charlie Hebdo n'ont pas hurlé "Justice pour le canal de Suez!" ou "Vengeance pour les victimes  irakiennes de torture!" Ils ont hurlé qu'ils tuaient pour défendre l'honneur de leur prophète! Et "Allah Akbar!" Ils l'ont hurlé à plusieurs reprises celle-là aussi. Ne sont-ils pas les mieux placés pour nous expliquer quelles sont leurs véritables motivations? Qui sommes-nous pour prétendre savoir mieux qu'eux quelles sont les "vraies" raisons de leur geste?

Pourquoi mes deux amis, pourtant si intelligents et éduqués, refusent-ils obstinément de le voir? Pourquoi continuent-ils à chercher si désespérément d'autres raisons pour expliquer cet interminable bain de sang?

Ils cherchent sans relâche à exonérer la religion musulmane en déterrant d'autres responsables comme le déséquilibre mental ou le colonialisme occidental. Ils refusent catégoriquement de voir que le problème est religieux. Ils refusent même d'entendre les djihadistes eux-même qui HURLENT que leurs actions sont motivées par la religion. Ils qualifient immédiatement toute observation critique envers l'Islam de grossière généralisation raciste.

Pourquoi?

Pour un paquet de raisons, à mon humble avis.

Étant des Québécois de la génération Y, ils ont grandi dans un environnement largement laïque. Pour eux, la religion est essentiellement un truc culturel, folklorique et inoffensif. Ils ne connaissent pas l'endoctrinement puisqu'ils ne l'ont jamais vécu et ils n'ont jamais eu à s'en libérer. Ils ne comprennent pas le magnétisme malsain dont la religion est capable et le contrôle extraordinaire qu'elle exerce sur l'esprit des croyants. Tout cela est complètement étranger à leur expérience de vie. Et, par projection, ils ne peuvent pas concevoir qu'un être humain puisse tuer pour des raisons purement religieuses. Ils cherchent donc des raisons ailleurs, des motivations politiques, historiques ou sociales. Parce que ces motivations-là, leur expérience et leur éducation leur permet de les concevoir.

Il y a aussi le fait que ces gars-là ont fait leur apprentissage de la politique internationale sous l'ère de George W. Bush. Et naturellement, quand tu apprends à comprendre le monde alors qu'un zigoto pareil est à la tête de l'état le plus puissant sur terre et qu'il agresse un pays étranger sans justification valable, c'est assez difficile de ne pas voir les musulmans comme de pauvres victimes et l'Occident comme un éternel agresseur.

Tout ça a grandement influencé leur vision du monde. Mais le noeud du problème, à mon humble avis, c'est qu'ils ont grandi dans une société où le multiculturalisme a été élevé au rang de Vertu Absolue. J'oserais même dire qu'ils y ont été endoctrinés. Avec les meilleures intentions du monde, évidemment.

En effet, depuis leur plus jeune âge, on leur a inculqué que toutes les cultures (étrangères) et toutes les religions (étrangères) constituaient une grande richesse pour l'humanité et qu'aucune n'était supérieure ou inférieure à aucune autre. Qu'il ne faut jamais les juger, surtout pas avec nos valeurs occidentales!

Paradoxalement, on leur a appris à être critique envers leur propre culture, créant une mentalité d'auto-dérision qui les pousse à voir leur propre civilisation en des termes essentiellement négatifs.

Demandez à ces gars-là de vous parler du monde musulman et la réponse est ci-dessus. Ils vous en parleront en des termes positifs et argumenteront que les aspects, disons, plus problématiques de ces sociétés sont provoqués par des influences extérieures (occidentales). Mais demandez-leur de parler du Québec, des États-Unis ou de l'Occident et vous verrez le ton changer. Lorsqu'il est question de l'Occident, leur sens critique se réveille brutalement et les blâmes ne manqueront pas. Ils vous parleront de l'immobilisme, de l'ignorance et de la bêtise des Québécois, des injustices sociales, des méfaits du capitalisme, du saccage de l'environnement, du colonialisme et de l'extrême-droite, etc. Frank déteste Stephen Harper (pourtant un politicien démocratiquement élu) bien plus qu'il ne détestera jamais n'importe quel assassin djihadiste!

Et je ne suis pas en train de vous dire que ces critiques ne seront pas justes ou méritées, car elles le seront souvent! Elles manquent parfois de nuance, mais elles ne sont pas sans fondement. Ce que je trouve déroutant, c'est de les voir suspendre ce même sens critique lorsqu'il est question des non-Occidentaux! Traiter un Américain de con, c'est bien vu. Traiter un musulman de con, même lorsqu'il a commis les gestes les plus abjects, c'est de l'Islamophobie. En d'autres termes, lorsque le problème est ici, c'est de la faute de l'Occident. Lorsque le problème est ailleurs, c'est encore de la faute de l'Occident. C'est de l'autodérision et de la haine de soi à un niveau épique.

On dirait presque des victimes de viol qui tentent de défendre leur agresseur. "Ce n'est pas de sa faute, M. l'agent, il n'était pas dans son état normal et je l'ai provoqué avec mes vêtement révélateurs, c'est de ma faute au fond!"

"Ils ont massacré des dessinateurs français sans défense, mais ce n'est pas vraiment de leur faute, ils souffrent de troubles mentaux! Et en plus, les dessinateurs les ont provoqués avec leurs dessins islamophobes et irrespectueux! C'est de leur faute au fond! Et celle de l'Occident qui a colonisé leur pays d'origine!"

Étant des membres de la génération Y, on leur a également appris à faire preuve, en tout temps et dans toutes circonstances, de l'ouverture d'esprit la plus totale et la plus complète. À première vue, ça semble être une bonne idée. Mais comme ils disent en anglais, "keep your minds open, but not so open that your brains fall out." Parce que oui, l'ouverture d'esprit est bien dans une certaine mesure, mais elle ne signifie pas que toutes les idées ont la même valeur. Certaines idées sont géniales, certaines sont intrigantes et d'autres sont complètement ridicules. Et il est parfaitement possible qu'une idée complètement ridicule et détestable émane d'une autre culture ou d'une autre idéologie que la nôtre! Comme par exemple, de l'Islam. Et le fait de l'affirmer ne fait pas de celui qui le dit un extrémiste, un raciste ou un xénophobe de droite. Il y a tout de même des limites à tout relativiser!

On leur a également appris à respecter aveuglément toutes les religions. On leur a dit qu'elles se valent toutes. Que les religions méritent d'être respectées. Qu'elles ne sont pas un choix, mais qu'elles font partie de l'identité d'une personne, comme sa couleur de peau ou sa langue maternelle. Que les critiquer est essentiellement une forme de racisme envers les croyants. Que ça leur fait de la peine et que faire de la peine aux autres, c'est pas bien. Comparer une religion à une autre, dans leur esprit, c'est aussi grotesque que comparer qualitativement des Noirs et des Blancs en affirmant que l'un est supérieur à l'autre. Pourtant, les religions ne sont rien d'autres qu'une collection d'idées, de propositions et d'édits. Or, à ce que je sache, les idées, les propositions et les édits sont éminemment critiquables! On a le droit de les décortiquer, de les comparer et de tourner en dérision les aspects les plus stupides! Il n'y a pas de racisme là-dedans!

Critiquez les idées du parti conservateur canadien devant mes deux amis et je vous garantis qu'ils ne s'empresseront pas de vous répondre: "Hé! Attention! Tu généralises! Ils ne sont pas tous comme ça!" Alors pourquoi sauter à la défense de L'Islam dès que l'on profère l'ombre du début d'une critique? L'Islam n'est-il pas une idéologie bien plus conservatrice, bien plus discriminatoire, bien plus sexiste, bien plus violente, bien plus destructrice et bien plus dangereuse que le PCC et le parti républicain réunis? Vous avez déjà entendu Stephen Harper déclarer que les lois de la Bibles priment sur celles des hommes? Pourtant, c'est ce que croient un grand nombre de musulmans soi-disant "modérés"! Alors qui est le fanatique le plus dangereux?

Moi, je ne suis pas un raciste et je ne suis pas un multiculturaliste. Je suis un humaniste et je traite tous les êtres humains également, sans considération pour leur ethnicité, leur sexe ou leur appartenance religieuse. Si tu dis une connerie, je vais le dénoncer. Si tu véhicules des idées toxiques, je vais le décrier. Et si tu choisis de faire une connerie, je vais t'en tenir ultimement responsable.

Le problème qui est au coeur de la vague d'attentats commis par des fanatiques religieux qui s'abat sur le monde, c'est L'ISLAM! C'est le point commun entre la vaste majorité de ces atrocités. Ça crève les yeux!

Et il y a beaucoup de gens bien plus intelligents et bien mieux informés que moi qui l'affirment sans détour!

Comme Abdelwahab Meddeb, le "Voltaire arabe" qui dit que «l'islamisme est la maladie de l'islam, mais les germes sont dans le texte.»

Comme le professeur David B. Cooke, spécialiste de l'histoire de l'Islam, qui écrit: "In reading Muslim literature -- both contemporary and classical -- one can see that the evidence for the primacy of spiritual jihad is negligible. Today it is certain that no Muslim, writing in a non-Western language (such as Arabic, Persian, Urdu), would ever make claims that jihad is primarily nonviolent or has been superseded by the spiritual jihad. Such claims are made solely by Western scholars, primarily those who study Sufism and/or work in interfaith dialogue, and by Muslim apologists who are trying to present Islam in the most innocuous manner possible."

Comme Sam Harris qui a brillamment illustré l'hypocrisie des gens qui sont toujours prêts à critiquer l'Occident et à exonérer l'Islam.


Harris écrit encore: "There is no such thing as Islamophobia. Bigotry and racism exist, of course—and they are evils that all well-intentioned people must oppose. And prejudice against Muslims or Arabs, purely because of the accident of their birth, is despicable. But like all religions, Islam is a system of ideas and practices. And it is not a form of bigotry or racism to observe that the specific tenets of the faith pose a special threat to civil society. Nor is it a sign of intolerance to notice when people are simply not being honest about what they and their co-religionists believe."

Comme le tonitruant Christopher Hitchens qui démontre ici, de manière presque prophétique, que la doctrine musulmane contient des éléments violents et dénonce le fait que l'Occident marche sur la pointe des pieds pour éviter de les offenser, plutôt que de se battre pour conserver sa liberté de parole.

Comme le philosophe Abdennour Bidar qui, dans sa "Lettre ouverte au monde musulman", écrit ceci: "Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant «État islamique»? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres - pires encore que celui-ci - aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l'admettre et à attaquer enfin cette racine du mal !

Même les intellectuels occidentaux, quand je leur dis cela, ont de la difficulté à le voir : pour la plupart, ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion - en bien et en mal, sur la vie et sur la mort - qu'ils me disent «Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc.». Ils vivent dans des sociétés si sécularisées qu'ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur du réacteur d'une civilisation humaine!"

Comme l'extraordinaire Ayaan Hirsi Ali qui a dit:


Elle ajoute: “In the real world, equal respect for all cultures doesn't translate into a rich mosaic of colorful and proud peoples interacting peacefully while maintaining a delightful diversity of food and craftwork. It translates into closed pockets of oppression, ignorance, and abuse.”

Elle a également écrit: “Many well-meaning Dutch people have told me in all earnestness that nothing in Islamic culture incites abuse of women, that this is just a terrible misunderstanding. Men all over the world beat their women, I am constantly informed. In reality, these Westerners are the ones who misunderstand Islam. The Quaran mandates these punishments. It gives a legitimate basis for abuse, so that the perpetrators feel no shame and are not hounded by their conscience of their community. I wanted my art exhibit to make it difficult for people to look away from this problem. I wanted secular, non-Muslim people to stop kidding themselves that "Islam is peace and tolerance.” 

En entrevue avec un quotidien québécois, elle a également dit: «Le multiculturalisme trahit les femmes et les enfants (...) Un multiculturalisme descriptif dans lequel chacun mange ce qu'il veut, se marie avec qui il veut, décore sa maison comme il veut est bénin. Là où il y a un problème, c'est avec le multiculturalisme dans lequel des minorités sont exemptées des obligations que tous les autres ont. Quand ils ont des droits spéciaux que personne d'autre n'a.»

À propos des attaques du 11 septembre à New York, elle écrit: “The morning after the 9/11 attacks...we began talking about the Twin Towers attack. Ruud shook his head sadly about it all. He said, "It's so weird, isn't it, all these people saying this has to do with Islam?" I couldn't help myself...I blurted out, "But it *is* about Islam. This is based in belief. This is Islam." Ruud said, "Ayaan, of course these people may have been Muslims, but they are a lunatic fringe. We have extremist Christians, too, who interpret the bible literally. Most Muslims do not believe these things. To say so is to disparage a faith which is the second largest religion in the world, and which is civilized, and peaceful." I walked into the office thinking, "I have to wake these people up."...The Dutch had forgotten that it was possible for people to stand up and wage war, destroy property, imprison, kill, impose laws of virtue because of the call of God. That kind of religion hadn't been present in Holland for centuries. It was not a lunatic fringe who felt this way about America and the West. I knew that a vast mass of Muslims would see the attacks as justified retaliation against the infidel enemies of Islam.” 

Puis Djemila Benhabib:



Ou encore Salman Rushdie: "This paranoid Islam, which blames outsider, 'infidels', for all the ills of Muslim societies, and whose proposed remedy is the closing of those societies to the rival project of modernity, is presently the fastest growing version of Islam in the world."

Rushdie écrit encore: "Ibn Rushd's ideas were silenced in their time. And throughout the Muslim world today, progressive ideas are in retreat. Actually Existing Islam reigns supreme, and just as the recently destroyed "Actually Existing Socialism" of the Soviet terror-state was horrifically unlike the utopia of peace and equality of which democratic socialists have dreamed, so also is Actually Existing Islam a force to which I have never given in, to which I cannot submit. There is a point beyond which conciliation looks like capitulation. I do not believe I passed that point, but others have thought otherwise."

Suite à l'apparition de Ben Affleck à l'émission de Bill Maher, pendant laquelle il avait qualifié les critiques adressées à l'Islam de "répugnantes" et "racistes", une blogueuse d'origine pakistanaise lui a répondu ceci: "Noble liberals like yourself always stand up for the misrepresented Muslims and stand against the Islamophobes, which is great but who stands in my corner and for the others who feel oppressed by the religion? Every time we raise our voices, one of us is killed or threatened. I am a blogger and illustrator, no threat to anyone, Ben, except for those afraid of words and drawings. I want the freedom to express myself without the very real fear that I might be killed for it. Is that too much to ask?"

En réaction aux propos de l'apologiste islamiste Reza Aslan, les deux co-fondateurs de l'organisme Ex-Muslims of North America, Muhammad Syed et Sarah Haider, ont écrit: "There are true Muslim reformists who are willing to call a spade a spade while working for the true betterment of their peoples — but their voices are drowned out by the noise of apologists who are all-too-often aided by the Western left. Those who accept distortions in order to hold on to a comforting dream-world where Islamic fundamentalism is merely an aberration are harming reform by encouraging apologists."

Et cette paranoïa des Occidentaux d'être taxés de racistes a des conséquences dévastatrices dans nos pays aussi: "Fear of being branded racist and Islamophobic prevented British officials from prosecuting Muslim gangs engaged in the rape and sexual trafficking of children in the northern English town of Rotherham."

Regardez ce qu'a à dire Hasan Butt, l'ancien porte-parole d'un groupe islamiste au Royaume-Uni:


Le premier pas qu'il faut franchir pour régler ce problème, c'est de regarder la réalité en face et de voir le problème pour ce qu'il est. Nous sommes aux prises avec des fanatiques religieux musulmans. L'esprit des djihadistes, empoisonné par les dogmes toxiques, violents, anachroniques, arriérés et racistes véhiculés par leur religion, croit sincèrement que le fait de commettre ces atrocités est la volonté de leur dieu, qui n'est pas un vague concept dans leur esprit, mais un être aussi réel et aussi vivant que vous et moi. Leur religion leur confie une mission sainte et ils l'accomplissent en échange de promesses malhonnêtes et libidineuses de paradis idyllique et de vierges éternelles. Cette idéologie est malsaine, toxique, mensongère, déjantée, raciste, misogyne, anti-démocratique et dangereuse.

L'Islam doit être tenu responsables des violents assassins fanatisés qu'elle engendre!

Il ne faut pas avoir peur de critiquer les délires de l'Islam! Les humains ont le droit au respect, pas les IDÉES!

C'est en critiquant, en ridiculisant et en se moquant de la religion que les Occidentaux ont réussi l'extraordinaire exploit de mettre fin à l'obscurantisme du Moyen Âge. C'est de cette façon qu'on jette une religion en bas de son piédestal et qu'on la dépouille de cette capacité d'endoctrinement assez puissant pour créer des monstres.

Ce n'est pas en se mettant la tête dans le sable, en cherchant des excuses et des faux-fuyants, en relativisant tout et en défendant l'endoctrinement au nom de la tolérance et du multiculturalisme que nous mettrons fin au régime de terreur de l'Islam dont les musulmans sont les premiers à souffrir!



5 commentaires:

Guillaume a dit…

J'ajouterais à ça que quoi qu'on dise sur le colonialisme et tout le mal que ça a pu engendrer, Charlie Hebdo n'y a jamais pris part. Utiliser une des tares du passé de l'Occident pour expliquer un acte terroriste est déjà assez stupide, quant à moi, l'utiliser pour expliquer un crime commis envers des gens de gauche, humanistes et anti establishment est complètement absurde.

Même chose pour l'argument de la pauvreté. Comme l'a dit un Français que je connais via des forums en ligne, si la pauvreté, l'exploitation et l'exclusion étaient des causes du terrorisme, alors les attentats commis en France et ailleurs en Europe seraient le fait de Bohémiens.

fylouz a dit…

"Les polarisations, les manichéismes et les simplifications, parfois sous des colorations demi-savantes, que j’ai passés en revue ont souvent une intersection. Ils tendent à rabattre l’ensemble des problèmes rencontrés sur un seul axe d’analyse. Il n’y aurait pas de complications dans la vie sociale, pas de pluralité de facteurs explicatifs, pas de diversité de dimensions, mais tout pourrait être aligné sur un fil unique, où tout finirait par se tenir. Par exemple pour certains : le capitalisme néolibéral, l’impérialisme américain, le colonialisme, la politique d’apartheid de l’État d’Israël, les racismes, les intégrismes religieux, etc.

On veut croire au conte d’un Mal unique et d’un seul Ennemi, alors que nous sommes confrontés à des maux et à des adversaires, qui peuvent avoir des interactions mais qui n’obéissent pas exactement à la même Logique, supposée toute-puissante et omnisciente. C’est en tout cas ce que nous rappelle l’humilité des sciences sociales contemporaines, en substituant au fantasme d’une totalité organisée autour d’un seul axe la cartographie d’un global pluriel."

Philippe Corcuff in "Après Charlie : bal tragi-comique à gauche radicale-sur-Seine"

http://rue89.nouvelobs.com/2015/01/19/apres-charlie-bal-tragi-comique-a-gauche-radicale-seine-257188

Prof Solitaire a dit…

Très bon point mon cher Fylouz. Tu as parfaitement raison, il est vrai qu'il ne faut pas sur-simplifier un problème complexe.

Mais j'argumenterais que, de la même façon, il est tout à fait possible qu'un phénomène complexe ait une cause principale qui a plus d'influence que les autres ou, à tout le moins, un événement déclencheur significatif.

J'avancerais également que, dans notre recherche de la vérité, il importe sans doute de prendre les facteurs secondaires en considération, mais qu'il y a également danger d'élargir et d'élargir et d'élargir au point de donner de l'importance à des facteurs qui n'ont plus qu'une influence bien minime et bien indirecte sur le phénomène observé. Et que vu la complexité de l'univers, on pourrait poursuivre cet exercice d'élargissement et tout mettre sur le dos du Big Bang pendant qu'on y est!

De plus, si on est en mode "recherche de solution", il importe à mon avis d'identifier la cause principale afin de pouvoir agir là-dessus efficacement. Autrement, on identifie un paquet de causes, certaines d'entre elles aussi vagues que "le colonialisme" et "la santé mentale" et on est alors impuissant d'y changer quoi que ce soit.

Non?

fylouz a dit…

"Verbe, qui avez été fait chair, qui avez été attaché à la croix, qui êtes assis à la droite de Dieu le Père, je vous conjure par votre saint Nom, à la prononciation duquel tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans les enfers, exaucez les prières de ceux qui mettent leur croyance et confiance en vous ; daignez préserver cette créature, le Prof Solitaire, par votre saint Nom, par les mérites de la Sainte Vierge votre Mère, par les prières de tous les Saints, de toute attaque et maléfice de la part des Sidekicks et des malins Esprits, vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père en l'unité du Saint-Esprit. Ainsi soit-il !"

Prof Solitaire a dit…

Hahahaha, c'est une remontrance ou une éloge? J'sais plus! ;-)