7 mars 2015

La maison de Jésuuuuuuuuuuuuus!!!


Je ne sais même pas comment introduire adéquatement ce billet. OK, vous savez quoi? Je vais juste citer l'article et commenter.

Ce serait une découverte incroyable. Le Dr Ken Dark, archéologue britannique de la Reading University, aurait retrouvé la maison d'enfance de Jésus, celle où il aurait grandi, comme l'explique le HuffPost américain.

Est-ce que vous réalisez l'ampleur de la bêtise de cette affirmation? Essentiellement, ce bonhomme est en train de vous dire qu'il a découvert une habitation et qu'il est capable de prouver qu'une personne en particulier (dont l'existence n'est même pas démontrée hors de tout doute raisonnable) y a vécu.

Cette affirmation serait complètement délirante même s'il était question d'une personne dont l'existence ne fait aucun doute! Prenons par exemple, mon ancêtre qui est né à Rouen, en Normandie. Il a quitté la France vers 1640, on parle donc d'une personne qui a vécu beaucoup plus récemment que Jésus. De plus, son existence ne fait aucun doute puisque des documents historiques factuels et objectifs attestent de son existence. D'ailleurs, des milliers de descendants portent toujours son nom, lui doivent leur existence et sont les preuves vivantes de la sienne. En d'autres termes, l'existence de mon ancêtre n'est remise en question par absolument personne. Et malgré cela, si je me rendais à Rouen, que je découvrais les ruines d'une petite demeure qui date du XVIIe siècle et que j'affirmais qu'il s'agit de la maison où a grandi mon ancêtre, sans qu'aucun document fiable ne l'atteste, ce serait une affirmation complètement ridicule.

Alors imaginez à quel point il est délirant de faire la même affirmation à propos d'une demeure quatre fois plus ancienne et d'une personne dont l'existence est remise en question.

Voyons donc quelles sont les "preuves" sur lesquelles cet "archéologue" se base pour affirmer qu'il s'agit de la maison de ce bon vieux Jésus.

La maison, faite de pierres et de mortiers, date du premier siècle. Taillée dans un flanc de colline calcaire, elle renferme une série de pièces et d’escaliers. Une partie du sol original, de la vaisselle ainsi que l'entrée, fabriqués en craie, ont été retrouvés presque intactes.

Il s'agit d'une découverte très intéressante qui nous offre une fenêtre fascinante sur le mode de vie des gens qui habitaient cette région il y a 2000 ans. Point.

C'est à l'aide de méthodes archéologiques classiques (étude de terrain, de matériel) qu'il a débuté ses recherches où il a découvert que les ruines de la maison ont été incorporées dans des églises de l’époque byzantine. Ce qui suggère que le site avait une importance particulière.

Ah! Voici sa première "preuve". Le site a été incorporé à une église, il a donc une importance sacrée. Hum...

Même dans un endroit aussi récent que Montréal, on retrouve des sites qui ont tour à tour été voués à le multiples usages. Quiconque a déjà visité le musée Pointe-à-Callières, par exemple, a vu que des édifices ont été construits sur le premier cimetière de la ville, un site pourtant hautement sacré. Mais voilà, les villes évoluent, les populations augmentent et elles utilisent l'espace comme elles le peuvent. Les nouvelles constructions n'ont souvent absolument rien à voir avec les anciennes qu'elles remplacent ou qu'elles incorporent. Cela est particulièrement vrai d'anciennes civilisations qui n'étaient pas soumises à des règles d'urbanisme.

De plus, les églises byzantines ont été bâties plusieurs siècles APRÈS la mort supposée de Jésus. Cela indique que même si on pouvait démontrer que ces gens ont bâti leur église à cet endroit parce qu'ils croyaient qu'il s'agit de la maison où a grandi Jésus, qu'est-ce qui nous prouve qu'ils avaient raison? Sur quoi se sont-ils basés pour le déterminer? Pourquoi accorder de la crédibilité aux croyances et aux aux assertions d'une bande de paysans ignares et superstitieux de l'Antiquité?

En d'autres termes, cette "preuve" n'en est pas une. Le fait que ce bâtiment ait été incorporé à des églises ne signifie pas automatiquement qu'il s'agit de la maison de Jésus.

"De grands efforts ont été faits pour inclure les vestiges de ce bâtiment. A la fois les tombes et la maison ont été décorées de mosaïques à l’époque byzantine, ce qui laisse penser qu’elles étaient d’une importance spéciale, et peut-être vénérées", écrit Dark dans Biblical Archaeological Review (numéro mars-avril), des propos rapportés par le Times of Israel.

Même si ces efforts architecturaux et ses mosaïques indiquaient clairement que les constructeurs du site croyaient qu'il s'agissait de la maison de Jésus (ce qui n'est pas le cas), nous nous retrouverions devant la même question: pourquoi accorder une quelconque crédibilité à ce que croyaient ces gens?

Les Grecs anciens croyaient que Zeus vivait au sommet de l'Olympe. Si un archéologue y découvrait un éclat de poterie et qu'il affirmait que celle-ci a appartenu au dieu du tonnerre, serait-il pris au sérieux? Son affirmation ferait-elle l'objet d'articles de journaux à travers le monde? Ben voyons...

Il explique également qu'un texte du 7ème siècle soutient son affirmation que la maison était bien celle de Jésus. Rédigé en 670 après J.C par l'abbé irlandais Saint Adamnan, le De Locis Sanctis (Au sujet des Lieux Saints) retrace les voyages en Terre Sainte du moine gaulois Arculf. Il y décrit la maison du Christ comme étant entre deux tombes et sous une église, toujours selon le Times of Israel. Ce que confirme l'archéologue.

Ce type (qui n'est pas un scientifique, mais un moine chrétien doté d'un zèle religieux suffisamment puissant pour justifier un voyage long et périlleux) a visité le site 670 ans après la naissance présumée de Jésus et décrit un site qui ressemble à celui découvert par les archéologues. Cela soulève deux questions.

Premièrement, peut-on se fier à l'impartialité du témoignage d'un zélote religieux qui a vécu en l'an 670? On n'a qu'à écouter les propos de nos zélotes contemporains pour se rendre compte que non.

Deuxièmement, même SI la description du moine est fidèle et SI les ressemblances entre sa description et le site découvert ne sont pas le fruit du hasard et SI il dit vrai en disant que les gens qui occupaient le site considéraient qu'il s'agissait du lieu où avait vécu Jésus... encore une fois, on est en droit de se demander sur quelles preuves ces gens se basaient-ils pour l'affirmer!

Vous voyez le cirque? On gambade d'une conjecture à l'autre, mais RIEN, absolument RIEN ne constitue l'ombre d'une preuve suffisante pour affirmer que cette maison a vu grandir Jésus. On n'est même pas certain que les gens qui occupaient le site à l'époque byzantine le croyaient eux-mêmes! Même ça, c'est de la conjecture!

Bref, s'il n'y a aucune preuve, il n'y a que des hypothèse fumeuses, alors pourquoi ceci fait-il l'objet d'articles dans les médias? Pourquoi rapporte-t-on cette nouvelle comme s'il s'agissait d'une grande découverte? Pourquoi exploite-t-on cette série d'affirmations vides pour donner l'impression au public que l'existence de Jésus ne fait aucun doute et qu'on sait même où il a grandi? C'est carrément malhonnête!

Les médias qui rapportent cette nouvelle bidon manquent à leurs obligations et à leurs devoirs.

Pire, le HuffPost sombre alors dans le ridicule en nous offrant une galerie de photos intitulée "Les meilleures appartions de Jésus en 2014". Vous y apprendrez que ce bon vieux Jésus a récemment été aperçu dans un nuage, dans un nain de jardin, dans un tronc d'arbre, dans la fumée d'un édifice en flammes et sur une poitrine de poulet.

Une poitrine de poulet, calvaire! Si vous n'êtes pas des chrétiens convaincus après ça, je ne sais pas ce que ça prend!



3 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

Comment peux-tu douter?

une autre preuve: https://www.youtube.com/watch?v=cm61jRhJnfs

Guillaume a dit…

Il faudrait expliquer à bien des croyants qu'un lieu associé à une histoire sacrée a posteriori n'est pas même l'ombre d'une preuve de l'authenticité de cette association. J'ai vu la tombe de Merlin, est-ce que cela veut dire que Merlin a existé? On trouve pleins d'endroits en Angleterre ou au Pays de Galles associés à la légende arthurienne, ça ne veut pas dire que le roi Arthur a existé.

Incidemment, j'ai étudié à Reading.

Prof Solitaire a dit…

@PM: Hahahaha, pardonne mon incrédulité! ;-)

@Guillaume: J'espère que les autres profs de cette université sont un peu plus sérieux! :-P