14 mars 2015

Le drapeau de la propagande

Ces dernières semaines, le gouvernement canadien a souligné le 50e anniversaire du drapeau, ce qui a donné lieu aux affirmations les plus extraordinaires:

Plusieurs cérémonies se déroulent (...) partout au pays pour souligner le 50e anniversaire du drapeau canadien actuel. (...) Le drapeau original fait aujourd'hui partie de la collection patrimoniale de la Chambre des communes, et est exposé dans le Hall d'honneur du parlement jusqu'au 1er mars. Le premier ministre Stephen Harper a annoncé dimanche qu'il remettrait 50 drapeaux à 50 Canadiens et organisations en reconnaissance de leur contribution remarquable pour le pays.

«Le drapeau du Canada symbolise les valeurs de paix, de démocratie, de liberté et de justice qui nous définissent et nous unissent comme Canadiens, a-t-il fait valoir dans un communiqué. Il constitue un point de ralliement commun durant les grands moments de l'histoire de notre pays, et il témoigne de notre ingéniosité et de nos réalisations ici comme sur la scène internationale.»

(...) Jean Chrétien, qui était membre du conseil des ministres de M. Pearson à l'époque, a déclaré que le drapeau actuel symbolisait l'espoir et la générosité. (...) Le gouverneur général du Canada, David Johnston, a quant à lui profité de cette Journée du drapeau pour participer au lancement d'une pièce de monnaie et d'un timbre commémoratifs. «La feuille d'érable, entre ces bandes rouges, est si intimement intégrée à la vie des Canadiens, si représentative de notre engagement national, que nous ne pouvons pas imaginer notre pays sans elle, a-t-il soutenu dans un communiqué. Elle raconte le peuple que nous sommes, les valeurs que nous chérissons et la terre qui est la nôtre».

Oui, ce bout de tissus sur lequel ne figure qu'une feuille d'érable et deux bandes rouges trouve le moyen de symboliser la paix, la démocratie, la liberté, la justice, l'ingéniosité, nos réalisations, l'espoir, la générosité, notre engagement national, nos valeurs, notre terre et raconte aussi le peuple que nous sommes. Wow, impressionnant. Il ne manque que le hockey, Laura Secord, la gendarmerie royale et les beignes Tim Horton et tout y est! On m'avait toujours dit que le drapeau ne symbolisait que 10 provinces entre deux océans, je dois manquer cruellement d'imagination...

J'ai bien apprécié cet article de L'Actualité qui nous rappelle les véritables circonstances dans lesquelles ce drapeau a été adopté et vous ne serez pas étonnés de retrouver cette bonne vieille haine anti-Québec au coeur de la controverse:

L’unifolié était hissé pour la première fois il y a 50 ans, dans l’acrimonie
par Lee-Anne Goodman

Lorsque Lester B. Pearson a affiché sa préférence pour le nouveau drapeau canadien, en juillet 1964, dans une salle de la légion à Winnipeg, il a été accueilli par des huées, des sifflets et des quolibets de vétérans présents, qui l’ont accusé de vendre le Canada aux «pea soups» — les Canadiens français.

(...) Mais pour certains Canadiens anglais, la manoeuvre venait certainement des «pea soups», qui voulaient ainsi rompre tous liens avec la Grande-Bretagne — même si un député québécois, un certain Pierre Elliott Trudeau, leur rappelait que les Québécois n’en avaient «rien à foutre».

(...) Quand même: le 15 février 1965, lorsque le drapeau unifolié a été hissé pour la première fois sur la colline du parlement, le premier ministre Pearson était ému aux larmes.

John Diefenbaker, lui, pleurait de déception. Son personnel politique avait lu «des milliers et des milliers de lettres» de Canadiens qui suppliaient le chef conservateur de s’opposer au nouveau drapeau, se souvient Mme LeBreton, qui était âgée de 25 ans à l’époque, et qui appuyait cette idée que le Canada se dote de son propre drapeau — elle avait un faible pour le «fanion de Pearson».



9 commentaires:

Guillaume a dit…

Ca me rappelle une anecdote que mon père m'a racontée. Ca date de quelques années, il était médecin (maintenant il a pris sa retraite) et l'un des résidents avec qui il travaillait était un fédéraliste convaincu et il avait une grande déférence pour le drapeau canadien. Mon père lui a demandé: "Tu sais au moins ce qu'il représente?" L'autre lui répond: "Pour moi, c'est la liberté". Mon père de répondre: "Où vois-tu la liberté là-dedans?" Bien entendu, l'autre en était réduit à quia. Alors mon père lui a expliqué: la bande rouge à droite, c'est l'Atlantique, celle de gauche, le Pacifique, la feuille d'érable étant le Canada, chacune des pointes de la feuille représentant les dix provinces, les deux pointes de la tige les deux territoires (à l'èpoque de sa conception il n'y avait pas le Nunavut). L'unifolié est par ailleurs, comme bien des drapeaux modernes, librement inspiré du tricolore français (une de ses vertus je dirais, quoique ce soit fort de café que le Canada ait un drapeau d'inspiration républicaine alors qu'il n'est pas une république).

Mon père à dit au résident: "Tu vois, je suis séparatiste et je connais mieux ton drapeau que toi". C'est la morale de l'histoire.

Prof Solitaire a dit…

J'a-do-re! :-)

Nik a dit…

Belle anecdote, mais ton père est dans l'erreur, les pointes ne representes pas les provinces (il y a 9 pointes).
Les pointes de representes rien selon propagande Canada http://www.pch.gc.ca/fra/1363611514087/1363611591238

Guillaume a dit…

Ah peut-être, mais c'est quand même pas la liberté qui est représentée, c'est le Canada, point.

Nik a dit…

On s'entend là-dessus.

fylouz a dit…

Si je puis me permettre quand ce monsieur dit à propos du drapeau canadien : "Pour moi, c'est la liberté". Faut-il le prendre au pied de la lettre ? Faut-il considérer qu'il considère la couleur rouge, le blanc ou la feuille d'érable comme un symbole de liberté ? Il me semble que non. C'est le drapeau en tant que tel, en tant que rapport à son pays (par rapport aux drapeaux russe ou chinois, par exemple).
Prenez le drapeau français. Le bleu et le rouge sont les couleurs de Paris (provinciaux, allez vous faire voir) et le blanc représente... la royauté. Ben oui. Evidemment il date d'avant l'exécution de Louis XVI, et par la suite, avec le rétablissement de la monarchie, il a permis de rassembler à peu près tout le monde. En tout cas, quand je regarde mon drapeau, je fais abstraction de ces "détails", disons déplaisants.

Guillaume a dit…

Le résident n'avait aucune idée de ce que l'unifolié représentait, donc il a dit un cliché pour parler de sa signification. La question était légitime, la réponse était niaise. Je ne m'attendais pas à qu'il ait une connaissance étendue du drapeau canadien, il a aussi le droit de l'aimer, mais qu'il vénère un drapeau sans avoir une traître idée de ce qu'il veut dire, c'est assez pathétique. Bon, c'est mieux que Jean Chrétien qui pensait que la feuille d'érable était associée... au sirop d'érable.

Quant a drapeau français, la signification de ses couleurs a changé. Les drapeaux tirent leur apparence, en général, de l'histoire du groupe qu'ils représentent, la signification des attributs peuvent changer avec le temps. Le bleu du fleurdelisé ne représente pas/plus la Vierge Marie.

Prof Solitaire a dit…

Excellent point, Fylouz, tu as raison de dire que chacun est bien libre de voir tout ce qu'il veut dans n'importe quel symbole donné. Le crucifix par exemple est sans doute un symbole bien différent aux yeux des chrétiens qu'aux miens et ce qu'évoque un drapeau est sans doute très personnel et basé sur les valeurs, l'identité et les connaissances historiques d'une personne.

Ainsi, si quelqu'un précédait son interprétation de l'unifolié par les mots "Pour moi, ce drapeau signifie..." j'avoue que son interprétation personnelle serait alors aussi difficile à démanteler que son amour de la musique country.

Tu me fais bien réfléchir parce qu'au fond, c'est exactement mon cas. Au cour des années, le drapeau canadien est devenu pour moi un symbole de domination, de colonisation et d'oppression et pourtant, aucun des symboles qui y figurent ne représente clairement ces concepts. Ma perception est colorée par mon expérience, mon vécu ainsi que par les agissements et les paroles de ceux qui le brandissent.

Toutefois, lorsque ce sont des politiciens qui assignent des valeur à un drapeau comme s'il s'agissait de faits indiscutables et qui devraient être évidents à tous, là, ça me semble être autre chose. On n'est plus dans le domaine de l'interprétation personnelle. On est dans la propagande à grande échelle.

En passant, tu me jettes à terre avec le tricolore... moi qui croyait que les couleurs évoquaient la trinité des valeurs françaises: Liberté, Égalité, Fraternité... sti que je suis déçu! Ça m'apprendra à idéaliser la France! ;-)

fylouz a dit…

Et ben voilà, encore un Québécois déçu par la France. Et c'est d'ma faute en plus.

Maintenant, qu'un (ex)PM Canadien voit dans son drapeau du sirop d'érable, je trouve ça... poétique, dans le sens surréaliste. Pour la France, on pourrait dire que les couleurs symbolisent "le cieeeelll (bleu), le soleil (blanc) et la meeeerr (euh... rouge ?)."

https://www.youtube.com/watch?v=-w-I4zGaxsw