29 mars 2015

Un gym réservé aux femmes

Je dois bien dire que l'Université McGill m'a agréablement surpris dans ce dossier:

Soumia Allalou qui s’est fait refuser par la direction de McGill d’instaurer des plages horaires seulement pour les femmes au centre sportif entend continuer son combat et est persuadée que l’université changera d’avis.

«Ce qui est le plus fâchant, c’est que le centre sportif avait trouvé une solution tout à fait acceptable», affirme l’étudiante en droit.

Selon elle, le centre sportif à qui elle avait fait part de sa demande avait trouvé un autre local servant aux équipes sportives, qui pourrait être mis à la disposition des femmes quelques heures par semaine.

Cette "solution" était peut-être tout à fait acceptable à vos yeux, Madame, mais de toute évidence, elle ne l'est pas aux yeux de tout le monde, dont les miens!

D'ailleurs, vous savez ce qui est le plus choquant dans ces maudites demandes d'accommodements religieux? C'est que c'est toujours aux autorités de justifier leur refus. Pourquoi est-ce que ça ne serait pas aux demandeurs de justifier leurs requêtes? Pourquoi le fardeau de la justification n'est-il pas de leur côté? Il me semble que cela serait préférable puisque, aux yeux de n'importe quelle personne raisonnable, il n'y absolument aucune justification valable et raisonnable de mettre en place des politiques discriminatoires. Absolument aucune.

C'est vrai, comment voulez-vous qu'on justifie que cet espace sportif soit interdit à la moitié de la population étudiante de l'université? Il serait injustifiable d'interdire l'accès aux femmes et il est tout aussi inacceptable de le faire pour les hommes. La ségrégation EST INJUSTIFIABLE! Mais voilà, les gens religieux n'ont généralement pas à se justifier, ils ne sont pas mis face à leur propre intolérance et ce sont les autorités qui doivent justifier leur refus et qui passent pour les intolérants. En d'autres termes, on taxe d'intolérance ceux-là même qui prennent position CONTRE la discrimination, la ségrégation et le sexisme! Bienvenue dans le monde à l'envers de la logique multiculturaliste!

Mais à part les étudiants musulmans, qui peut bien appuyer cette dame dans sa démarche?

L’étudiante musulmane déplore que la direction voie cet enjeu seulement comme un accommodement religieux. «J’ai reçu des dizaines de messages de femmes qui étaient mal à l’aise de fréquenter le centre sportif, parce qu’il était dominé par des hommes. Et à la faculté de droit, 70% des étudiants sont en accord avec ma demande.»

Ah! ben voyez-vous ça! Quel autre groupe, à part les musulmans, serait en faveur de privilèges octroyés aux étudiantes et dont seraient privés les hommes? Réponse: les féministes, évidemment! Quelle surprise!

Oui, les féministes, ces grandes guerrières de l'égalité et pourfendeuses du patriarcat unissent leurs forces à celles de l'Islam, la religion la plus sexiste, la plus patriarcale et la plus discriminatoire envers les femmes, pour que soient créés des petits ghettos exclusifs de femmes à l'Université McGill. Fascinant, n'est-ce pas?

Ayant vécu à Toronto pendant de nombreuses années, Soumia Allalou a été surprise de constater qu’aucune plage horaire n’était réservée aux femmes au centre sportif universitaire de McGill. Elle constate que le Québec est beaucoup moins inclusif que l’est par exemple l’Ontario, où habitent toujours ses parents et son mari. «Ici, je me fais souvent dévisager de la tête aux pieds, surtout à Laval, où j’habite. Mais à Toronto, ça ne m’arrive jamais!»

Oui, voilà une autre similitude entre l'idéologie féministe et l'Islam: l'agression des regards!

Les hommes agressent les féministes en les regardant et les kafirs agressent les musulmanes en les "dévisageant".

Belle gang d'éternelles victimes...



3 commentaires:

fylouz a dit…

Tiens, un article qui aurait pu s'intituler : "Quand une féministe du XVIIIème siècle se tire dans le pied."

http://sexes.blogs.liberation.fr/2015/02/06/mefiez-vous-des-femmes-qui-aiment-les-os/

Extrait : "Lorsqu’elle publie ces planches révolutionnaires, Madame d’Arconville n’a certainement pas l’intention de nuire à son propre sexe, au contraire. Le problème, c’est que ces planches favorisent l’idée que la femme possède un squelette à part. De nos jours encore, il est courant de penser que les femmes ont «par nature» des hanches plus larges, une cage thoracique plus étroite, une tête plus petite et un cerveau plus léger (normal, vu le peu de place). C’est ce que démontre brillamment Evelyne Peyre dans son article : lorsque le «beau sexe» se voit disqualifié en «sexe faible», des illustrateurs s’emparent des planches de Madame d’Harcourt et en donnent des versions remaniées qui frisent la caricature."

Prof Solitaire a dit…

Très intéressant, merci!

fylouz a dit…

A lire aussi, le paragraphe "De quoi ont peur les femmes qui ont beaucoup d'amants ?" de cet article :

http://sexes.blogs.liberation.fr/2015/02/24/peut-enqueter-sur-le-sexe-sans-y-toucher/