11 avril 2015

Manif féministe interdite aux hommes

À chaque fois que j'écris un billet à propos de mes bonnes amies les féministes, je me dis ensuite que je ne veux plus en parler pour un bout de temps. Il y a autre chose de plus intéressant dans le monde que ces harpies, me dis-je à chaque fois.

Et à chaque fois, il arrive quelque chose de nouveau que je ne peux passer sous silence.

J'ai affirmé à plusieurs reprises sur ce blogue que le mouvement féministe n'est pas en faveur de l'égalité, comme il le prétend, mais qu'il s'agit plutôt d'une idéologie sexiste, haineuse et toxique qui blâme les hommes pour tout et qui souhaite que les femmes bénéficient d'un traitement de faveur. Et ça n'a jamais été aussi clair que cette semaine.

Extrait de la nouvelle:

Une manifestation «interdite» aux hommes s'est déroulée mardi soir à Montréal, à l'invitation d'une organisation féministe, pour s'opposer aux mesures d'austérité du gouvernement Couillard. 

Vous avez bien lu. Une manifestation interdite aux hommes. 

Imaginez une manif qui serait interdite à n'importe quel autre groupe, comme une manif interdite aux Noirs, une manif interdite aux Juifs, une manif interdite aux handicapés. Imaginez une manif d'hommes qui serait interdite aux femmes. La discrimination haineuse saute aux yeux dans ces cas-là. Imaginez l'ampleur du scandale médiatique.

Mais quand il s'agit d'une bande de féministes enragées qui interdisent aux hommes de participer, ça, c'est vu comme correct? 

Rarement la haine féministe des hommes a-t-elle été aussi transparente et évidente. Habituellement, dans une manif, tu veux avoir le plus grand nombre de participants possible! Mais dans ce cas-ci, la haine et la misandrie sont suffisamment puissantes pour justifier qu'on interdise aux hommes d'y participer. Peu importe que tu partages les convictions des féministes ou pas, peu importe que tu aies envie d'épouser leur cause ou pas, peu importe que tu sois un militant de longue date de cette cause ou pas! Toute personne qui a eu le malheur de naître avec des organes génitaux externes plutôt qu'internes est sommée de ne pas se pointer. Tu es un homme donc, par définition, tu es l'ennemi. Tu ne peux rien dire, ni rien faire pour changer cela.

Ça, c'est de la discrimination et de la haine à l'état pur, mes amis.

(...) Tout au long de la soirée, les policiers ont tenté de canaliser le trajet des manifestantes en bloquant plusieurs rues. Les manifestantes ont à plusieurs reprises crié leur indignation face à la tactique policière: «Ce n'est pas les hommes qui vont nous dire quoi faire».

Leur problème, ce n'est pas que la police tente de restreindre leur droit de manifester. Leur problème, ce n'est pas la répression policière. Leur problème, ce n'est pas l'usage à la force excessive contre des manifestants désarmés. 

Non, leur problème, c'est que ces policiers sont des hommes. Et ce n'est pas des hommes qui vont leur dire quoi faire. Si c'était des femmes qui leur donnaient des ordres et qui les tabassaient, alors là, ce serait correct.

Si la haine ne vous crève pas les yeux, imaginez ceci dans n'importe quel autre contexte. Imaginez des Blancs qui refuseraient d'obéir à des policiers en disant: "Ce ne sont pas des Noirs qui vont nous dire quoi faire." 

(...) Avant le début de la manifestation, les organisatrices avaient lancé un avertissement sur Facebook: les manifestants mâles et les journalistes masculins ne seraient «pas tolérés» dans la marche. Il semble que le mot d'ordre a été respecté.

Même les journalistes masculins ne seront pas tolérés! C'est absolument dément. Est-ce que vous percevez l'ampleur de la haine de ces femmes-là?

Et le pire, c'est que les médias se sont pliés à cette exigence sexiste, haineuse, discriminatoire et misandre. C'est tout simplement ahurissant.

Plusieurs féministes préfèrent se regrouper en non-mixité, peut-on lire sur le groupe Facebook dédié à l'événement pour justifier le refus d'accueillir des manifestants masculins.

Oui, elles appellent ça la "non-mixité". Ça sonne mieux que "misandrie", "sexisme", "discrimination", "ségrégation" et "intolérance haineuse", vous ne trouvez pas?

(...) «Manifestons entre féministes de façon non-mixte pour dénoncer l'austérité patriarcale, les mesures gouvernementales sexistes, transphobes, homophobes, colonialistes et racistes, la culture du viol et nos oppressions quotidiennes», ont écrit les organisatrices de l'événement pour expliquer leurs motivations.

Oui, l'austérité est "patriarcale". C'est tellement ridicule que j'en rirais si je n'étais si indigné et outré. Ces connasses-là vivent vraiment dans un univers parallèle. Leur vision manichéenne est tellement simpliste, puérile et idiote que ça dépasse l'entendement. Le Bon est féminin et le Mal est masculin. On n'aime pas l'austérité, alors elle est "patriarcale".

Peu importe que plein d'hommes sont contre l'austérité, peu importe que plein de femmes sont en faveur, toutes ces subtiles nuances n'ont aucune importance aux yeux de ces harpies haineuses. L'austérité est "patriarcale". 

Et elles nous garochent en plus leur bonne vieille "culture du viol" par la gueule, une fantaisie féministe complète selon laquelle les hommes sont des prédateurs qui sont prêts à violer à tout moment et les femmes sont de pauvres petites victimes innocentes et naïves qui sont agressées sauvagement à tous les jours. Et ce, quelques jours seulement après que la pire accusation de viol récente, rapportée par le magazine Rolling Stones, se soit avérée être... un mensonge sans aucun fondement.

Quelles misérables créatures tordues par leur monstrueuse haine et leur mépris sexiste répugnant...



1 commentaire:

fylouz a dit…

Je ne sais plus si je t'avais recommandé cet article :

http://sexes.blogs.liberation.fr/2012/09/24/ne-plus-avoir-peur-de-sortir-seule-la-nuit/