10 mai 2015

"Le règne des filles"

Extrait de cet article de Joseph Facal:

J’aborde la période de l’année où j’ai le plus de travaux d’étudiants à corriger à l’université.

Vais-je observer, encore cette année, ce que je constate depuis une dizaine d’années?

Dans une classe d’une soixantaine d’étudiants, 15 des 20 meilleurs résultats, plus ou moins, appartiendront à des filles. C’est assez constant d’une année à l’autre.

Leurs travaux ne sont pas plus originaux que ceux des garçons. Ils sont cependant plus soignés.

On voit qu’elles y ont mis plus de temps et d’effort. Elles sont aussi moins souvent absentes ou en retard aux cours.

Écart

Une importante étude de l’OCDE vient de confirmer que ce que je vois à l’université n’est que le prolongement de ce qui s’observe au secondaire.

Dans les 64 pays étudiés, sans exception, les filles de 15 ans sont plus avancées que les garçons du même âge en termes de compétences maîtrisées. Les mathématiques sont la seule discipline où les garçons font encore jeu égal ou sont en avance.

C’est surtout en lecture que l’avance des filles est frappante. Tous les spécialistes vous diront que c’est la compétence la plus importante, car elle est la condition de base de tous les apprentissages.

Au total, l’avance des filles équivaut approximativement à une année académique.

L’explication n’a rien de sorcier. En moyenne, les filles de 15 ans consacrent 5 heures et demie par semaine à l’étude et aux devoirs, ce qui est une heure de plus que les garçons.

Trois filles sur quatre disent lire par plaisir. Il n’y a qu’un garçon sur deux qui répond cela. L’habitude de lire baisse partout, mais elle baisse plus vite chez les garçons.

En toute logique, chez les garçons qui étudient autant que les filles, les écarts ne sont pas significatifs.

Forcément, ces différences au secondaire se répercutent sur la fréquentation universitaire. Dans les pays de l’OCDE, les filles constituent aujourd’hui 56% du total des étudiants inscrits à l’université, contre 46% en 1985.

Elles sont non seulement plus nombreuses, mais le pourcentage de celles qui complètent leur formation est aussi plus élevé.

Et nous ?

Plusieurs pays, notamment l’Australie et la Suède, sont préoccupés par le phénomène. Leurs gouvernements cherchent activement des solutions.

Chez nous, on est au courant du phénomène, mais je ne sache pas qu’il y ait un effort concerté pour s’y attaquer.

Comme le notent les auteurs de l’étude, le problème est d’autant plus aigu que les temps ont changé. Les emplois pouvant être occupés par des hommes peu qualifiés se déplacent vers les pays en voie de développement quand ils ne sont pas carrément abolis par la technologie.

Des milliers de jeunes garçons se préparent un avenir difficile. Toute la société en souffrira.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Prof,

Il suffit de désactiver le javascript pour avoir accès au contenu ;)

Prof Solitaire a dit…

Merciiiiiiiiiiii!!!!!!! :-D

fylouz a dit…

https://www.youtube.com/watch?v=PQVcY30NJew

A regarder à partir de 9 mns environ.

Prof Solitaire a dit…

Non, je n'aime pas Red Dwarf, rien à faire mon vieux! ;-)