15 mai 2015

Prioriser les filles!?!

Ce n'est pas un secret, rien ne va plus avec les garçons. Les statistiques s'entendent toutes pour nous dire que la plupart des enfants en difficulté à l'école sont des gars, que la plupart des enfants dont le comportement est jugé problématique sont des gars, que la plupart des enfants médicamentés sont des gars et que la majorité des décrocheurs sont des gars. Ceci a été clairement établi et s'est vérifié encore et encore dans toutes les études. C'est sans équivoque.

Alors, que propose l'un des principaux syndicats d'enseignants du Québec pour remédier à cette situation catastrophique qui affecte surtout les garçons?

Réponse: prioriser les filles.

Extrait de la nouvelle:

Une élève qui décroche est une future mère qui influencera le parcours scolaire de ses enfants, garçons ou filles. Voilà pourquoi la lutte contre le décrochage scolaire des filles doit devenir la pierre angulaire de la stratégie gouvernementale, plaide la Fédération autonome de l’enseignement (FAE).

Si vous avez eu la même réaction que moi en lisant ceci, alors vous êtes en train de récupérer votre mâchoire inférieure sur le plancher.

Le sexisme de cette affirmation est répugnant à tellement de niveaux... 

Les jeunes filles sont des futures mères qui influenceront un jour le parcours scolaire de leurs enfants? Et les jeunes hommes, eux, ne sont-ils pas de futurs pères? Les pères n'ont-ils pas une valeur, eux aussi? N'ont-ils aucune influence sur le parcours scolaire de leurs enfants? 

Le mépris des hommes est si flagrant qu'il aveugle quiconque est doté d'un iota de bonne foi. Ce qu'affirment ces gens, sans la moindre gêne, c'est que seules les mères ont de l'importance et que le rôle des pères est négligeable et dérisoire. Ce qu'elles nous disent sans détour, c'est que les filles et les femmes ont plus de valeur pour la société que les garçons et les hommes. Elles nous disent qu'investir auprès des filles est plus bénéfique pour la société qu'investir auprès des garçons. C'est carrément ça que ces gens-là affirment! C'est complètement dément. C'est de la discrimination ouverte, avouée et affirmée publiquement sans la moindre hésitation. Comme si ça allait de soi. Complètement hallucinant...

Imaginez juste une câlisse de seconde si les rôles étaient inversés. Comme chacun sait, il y a beaucoup plus de jeunes hommes que de jeunes femmes qui étudient en ingénierie. Imaginez si un syndicat ou un groupe quelconque affirmait publiquement que la solution, c'est de prioriser le recrutement des jeunes hommes afin qu'un jour, lorsqu'ils seront pères, ils puissent encourager leurs enfants, filles et garçons, à s'intéresser à l'ingénierie. On voit ici à quel point cet argument est complètement débile et quiconque proposerait une connerie pareille serait immédiatement ridiculisé. Ah! mais inversez les rôles et subitement, ce serait plein de bon sens?

Sans parler du fait que la proposition stupide de la FAE est basée sur une théorie fumeuse dont l'efficacité réelle ne sera pas vérifiable avant 20 ans! Pas grave! Continuons à ignorer les garçons et à se contre-câlisser des obstacles à leur réussite scolaire pendant les deux prochaines décennies et priorisons les filles, tabarnak! Au pire, si on s'est trompé c'est seulement une génération entière d'hommes qui sera hypothéquée mais c'est sans importance, ce sont juste des hommes. Ce sont des êtres inférieurs qui n'ont qu'une influence négligeable sur leurs enfants et une valeur moindre pour la société de toute façon!

Évidemment, la FAE n'est pas seule à proposer cette vomissure, vous pouvez être sûrs que nos bonnes féministes y participent activement:

Dans une analyse publiée jeudi en collaboration avec l’organisme Relais-femmes, la FAE revient sur une étude qu’elle avait réalisée en 2012 et qui détaillait les causes et les conséquences du décrochage scolaire des filles.

Et regardez-moi cet extrait-là:

Pour s’attaquer au décrochage scolaire des filles, la FAE et Relais-femmes (...) souhaitent que Québec analyse les données du décrochage scolaire en s’attardant à la réalité des jeunes filles. « Le gouvernement a produit des statistiques, mais n’a pas fait l’analyse plus pointue pour obtenir le portrait réel », dit Mme Bertrand.

Les statistiques disent toutes la même chose!!!!!!!!!!!!! Ce sont en majorité DES GARÇONS qui décrochent! Des GARÇONS! T'sais, ces êtres insignifiants et répugnants qui forment 50% de l'humanité? Ça vous dit quelque chose, bande de connes?

Tiens, tant qu'à y être, appliquons donc cette logique féministe de paumées à tous les problèmes qui touchent surtout les hommes!

La majorité des enfants qui sont sur-médicamentés sont des petits garçons? Pas de problème! Priorisons la recherche de solutions alternatives pour les petites filles afin qu'elles influencent éventuellement leurs enfants à ne pas avoir besoin de médication!

La majorité des travailleurs qui meurent ou qui sont gravement blessés au travail sont des hommes? Pas de problème! Priorisons la sécurité des femmes au travail afin qu'elles influencent éventuellement leurs enfants à choisir des métiers plus sécuritaires!

La majorité des sans-abris sont des hommes? Pas de problème! Priorisons les interventions auprès des femmes itinérantes afin qu'elles influencent éventuellement leurs enfants à éviter de se retrouver dans la rue!

La majorité des gens qui se suicident sont des hommes? Pas de problème! Priorisons la prévention du suicide auprès des femmes afin qu'elles influencent éventuellement leurs enfants à être moins dépressifs!

La totalité des gens qui souffrent du cancer de la prostate sont des hommes? Pas de problème! Priorisons la détection et la prévention du cancer du sein chez les femmes afin qu'elles influencent éventuellement leurs enfants à adopter une alimentation qui prévient le cancer!

Non mais, quelle bande d'esti de folles...



6 commentaires:

Jonathan Livingston a dit…

J'aime vraiment ceci:«Si vous avez eu la même réaction que moi en lisant ceci, alors vous êtes en train de récupérer votre mâchoire inférieure sur le plancher.»

Anonyme a dit…

Et elle font quoi les mères? Personne réellement ne réagit une à telle mentalité? Enfin si, certaines mères agissent chacune de leur côté pour défendre leurs fils. Vous défendez les garçons. N'y a-t-il pas une possibilité de s'unir contre cette masquarade contre les garçons?

Prof Solitaire a dit…

S'unir? Éventuellement, oui. Mais je crois qu'il faut commencer par éveiller les consciences. Les gens ne se rendent pas compte de ce qui se passe, c'est pour cette raison que j'espère qu'un éditeur voudra publier mon livre. Il faut réveiller les gens et ça presse...

Anonyme a dit…

J'espère que vous réussirez! Vous faites déjà du bon travail!

Anonyme a dit…

Je suis d'accord pour la prise de conscience, mais des petits garçons souffrent aujourd'hui, dans l'immédiat; c'est inadmissible. Ca risque de prendre bien encore des dizaines d'années la seule prise de conscience. Dans certains pays, il existe des associations de parents d'élèves disons assez influentes; à d'autres endroits, on inculque aux enseignants des outils pour enseigner et non des imbécilités orientées... Je pense que ce que vous dénoncez sur votre blog/livre, ce que des mères et pères dénoncent sur Facebook... tout cela devrait pouvoir être "réunis". Les parents ne sont pas naïfs, bien au contraire et savent ce qui se passe. Les aînés également (d'ailleurs je trouve que ce sont eux qui ont le plus de bon sens). Il suffit d'une étincelle...

Prof Solitaire a dit…

Je partage votre indignation... j'essaie de l'allumer cette étincelle, avec mon blogue et mon livre... mais je n'y crois pas trop dans le climat actuel...