15 juillet 2015

DON CARTOONE: un parfum de corruption


Quiconque est un tant soit peu familier avec la BD québécoise connaît Mario Malouin. Ses personnages sont facilement reconnaissables: ils sont hideux, ont les yeux exorbités et souffrent généralement d'un surplus chronique de salive. J'aime particulièrement cette série intitulée "Guerre... Épais!" qu'il avait créée pour Safarir. Son pastiche de Godzilla intitulé "Grokon le monstre" était également très amusante.

Sa plus récente BD, parue chez Vents d'Ouest et profondément inspirée de la commission Charbonneau, met en scène un mafieux nommé Don Cartoone. Lorsque ce dernier découvre que l'un de ses associés a été assassiné et coulé dans un trottoir de béton, il jure de venger sa mort en éliminant le responsable: un criminel appelé Jos Cantino (qui ressemble étrangement à Lino Zambito). Il engage plusieurs assassins qui, tour à tour, essaient tant bien que mal d'éliminer Cantino. Pendant ce temps, l'inspecteur Bonneau mène l'enquête.

Plusieurs des personnages sont des caricatures de personnalités publiques, bien que je dois vous avouer ne pas les avoir toutes reconnues. On retrouve France Charbonneau (inspecteur Bonneau), Zambito, Jean Charest, Claude Poirier, etc. On voit également brièvement Accurso et Philippe Couillard sur un bateau dans les Caraïbes.

Évidemment, dans le contexte actuel, cette BD est amusante, mais elle est si ancrée dans l'actualité récente qu'elle n'aura probablement pas une très longue vie. Pour quelqu'un qui ignore tout de la commission ou des gens qui sont caricaturés, il s'agira d'une BD un peu loufoque sans grand intérêt. Les gags sont souvent assez faciles et le scénario d'Éric Laflamme est sans grande surprise... à part peut-être à la toute fin.

Malouin est fidèle à lui-même et il nous offre ici des personnages affreux et grimaçants à souhait. Je devine que la lecture de cette BD sera un véritable exutoire pour tous ceux qui ont suivi de près les travaux de la commission et qui ont encore des frustrations à exorciser.



Aucun commentaire: