15 juillet 2015

LA GROSSE TÊTE


Lorsque j'au vu cette BD, je n'ai pas pu résister et je l'ai achetée. J'ai été agréablement surpris par les BD de Spirou récemment et celle-ci, dessinée dans un style qui rappelle Zep, a immédiatement piqué ma curiosité.

Ça m'apprendra à acheter une BD sans préalablement en lire les critiques.

En gros, ça raconte l'histoire de Fantasio qui décide d'écrire un livre sur ses aventures avec Spirou. Le roman fait chou blanc, mais un producteur de films s'y intéresse et décide d'en faire un long métrage. Le hic, c'est que Fantasio, qui s'était donné le beau rôle dans le bouquin, se retrouve plutôt au second plan dans le film. En effet, le réalisateur souhaite que Spirou soit le héros.

S'ensuit alors une longue histoire de jalousie grandissante et de mesquinerie entre les deux copains. Ouais, c'est ça le coeur du récit. Une animosité de plus en plus toxique entre Spirou et Fantasio. Parce que Spirou est plus populaire et Fantasio ne le digère pas.

C'était tellement... tellement mauvais!

C'est comme ces pitoyables émissions de vedettes qui font des shows de télé-réalité... appliqué à des personnages de BD. Enlève les aventures intéressantes, les péripéties excitantes, les rivaux colorés... enlève tous les artifices et garde seulement le petit quotidien plate et emmerdant que personne ne veut voir, à part les voyeurs bizarres, et c'est ça que ça donne.

Totalement sans intérêt.

Les personnages sont à peu près tous superficiels, cons, hypocrites, manipulateurs et désagréables. Même Spirou se comporte comme une petite starlette insupportable.

Ce n'est ni divertissant, ni drôle, ni amusant, ni intéressant...

Les seuls moments qui m'ont en tantinet intéressés, ce sont les rares et timides clins d'oeil à l'album "La mauvaise tête" de Franquin. Mais même ces moments ont provoqué de la frustration en me forçant de constater à quel point cette BD est inférieure à l'originale qui l'a inspirée.

C'est carrément mauvais. Vous êtes avertis.



1 commentaire:

Guillaume a dit…

Spirou, ça inspire le meilleur et le pire. J'ai toujours pas digéré Machine qui Rêve.