25 août 2015

Harper et le français

Apparemment, il est primordial que les électeurs anglophones comprennent les propos de leur premier ministre. Mais pour les électeurs francophones, ça a moins d'importance:

Le chef conservateur a mis en garde lundi, alors qu'un journaliste anglophone l'invitait à répéter en français la réponse qu'il s'apprêtait à donner, qu'il ne prendrait pas l'habitude de se traduire. «Habituellement, je réponds en français à une question en français, mais pour cette fois, je peux répéter», a dit M. Harper, alors qu'il se trouvait à Markham, Ontario, pour défendre la diversité religieuse. Lorsqu'une seconde question a été posée en anglais, et que le journaliste a invité le chef conservateur à répondre dans les deux langues officielles, ce dernier ne s'est pas exécuté. Question en English, réponse en English only.

Pourtant, lorsque M. Harper se fait interroger en français, il se traduit systématiquement dans la langue de Shakespeare (sauf lorsqu'il est au Québec), sans que personne n'ait à le lui demander. «Let me repeat this in English» conclut invariablement ses réponses en français. Ce fut encore le cas lundi matin.

Cette nouvelle politique pourrait constituer un problème lorsque la campagne électorale gagnera en intensité, car le Parti conservateur ne s'est pas engagé à ce qu'au moins une question quotidienne soit réservée à un francophone.