13 août 2015

La Finlande abandonne l'enseignement de l'écriture cursive

Quelle merveilleuse initiative! Bravo! Espérons que ceci inspirera le ministère québécois (j'en doute, mais je carbure à l'espoir, je suis ainsi fait).

Extrait de la nouvelle:

(...) Le gouvernement finlandais a décidé que l’on n’enseignerait plus l'écriture cursive aux élèves dans les écoles du pays. Désormais, les petits finlandais apprendront la frappe sur clavier et l’écriture script.

Les autorités finlandaises estiment en effet que l'envoi de SMS, de tweets et de messages tapés sur un clavier d'ordinateur sont devenus les principaux moyens de communication de notre époque. 

(...) La Finlande devient ainsi l'un des premiers pays à ne plus rendre obligatoire l'enseignement de l'écriture cursive dans les classes, mais ce n'est pas le seul: plusieurs Etats américains ont déjà stoppé cet enseignement.

Une étude britannique récente a montré qu'un tiers des répondants n'avait rien écrit manuellement au cours des 6 mois précédents. 

C'est déjà suffisamment difficile de motiver les élèves, c'est déjà un défi suffisamment énorme de leur donner le goût d'écrire, si on peut éliminer un obstacle aussi ridicule et inutile, pourquoi ne le ferait-on pas?

Dans ma classe, je ne l'ai JAMAIS exigé. J'ai souvent été le seul et j'ai souvent dû le faire en cachette de mes collègues qui n'approuvaient pas. Mais je ne l'ai jamais exigé. Vous devriez voir les visages des élèves en début d'année lorsqu'ils apprennent qu'ils peuvent écrire comme ils le veulent. Le soulagement dans leurs yeux lorsque je leur dis que le contenu de leur texte a plus d'importance à mes yeux que son apparence. Si seulement vous pouviez voir ça...

Et comme papa, j'ai dû me battre contre l'école de mon fils aîné qui éprouve des difficultés à l'école et à qui on continuait d'exiger qu'il écrive en lettres attachées malgré tout, bien que cela quadruplait la difficulté de la tâche pour lui et quintuplait le temps d'exécution. Oui, il a fallu que je me batte pour ça, calvaire!

Et pourquoi l'exige-t-on? Pourquoi les enseignantes ont-elles une fixation là-dessus? Elles l'ignorent elles-mêmes. Ça a toujours été comme ça, c'est tout. Mentalité constipée conservatrice. Il ne faut jamais rien remettre en question. Jamais.

À lire également:



* * * * *

AJOUT:

Suite au commentaire fort pertinent d'une lectrice, j'aimerais clarifier mes propos. Je ne m'oppose pas à l'enseignement de l'écriture cursive elle-même. Mon opposition est à l'enseignement et à l'obligation d'utiliser deux méthodes d'écriture distinctes. On apprend généralement aux enfants à écrire en lettres détachées, puis juste comme ils commencent à le maîtriser et à s'exécuter avec une bonne vitesse, on les oblige à tout recommencer à zéro en apprenant une seconde méthode: les lettres attachées. C'est à cela que je m'oppose pour les jeunes élèves du premier cycle du primaire. C'est particulièrement scandaleux dans le cas des élèves qui éprouvent déjà des difficultés et qui n'ont pas besoin qu'on vienne mettre des obstacles supplémentaires, aléatoires et inutiles dans leur chemin.

Pour les plus vieux, je m'oppose au fait d'exiger une méthode plutôt qu'une autre. Ce que je dis, c'est que le défi avec ces élèves-là est de les motiver et de leur communiquer la passion d'écrire. On devrait donc les laisser écrire en lettres attachées ou détachées, à leur choix. J'espère que ma position est plus claire et je remercie cette lectrice pour son commentaire.



8 commentaires:

Mam'Enseignante a dit…

Je le trouve triste ce message. Je fais partie de ces "mechantes" enseignantes qui imposent l'écriture curaive dès l'entrée a l'école de mes premières années. Ce choix n'est pas un choix strictement personnel, mais professionnel. Il est documenté (Pettinati, Montesinos Gelet) et j'ai reçu de la formation pour bien l'enseigner.

L'écriture curaive se base sur le premier dessin de l'enfant qui sont des boucles et des vagues. L'écriture scripte est contre-nature pour l'enfant. Des études ont aussi été faites et elles ont démontré une amélioration de la rétention des mots de vocabulaire, une meilleure vitesse d'écriture et une personnalisation du geste.

Ce qui est contre-productif, c'est d'enseigner deux méthodes d'écriture. C'est difficile pour l'enfant de s'y retrouver: c'est un double apprentissage inutile. Et surtout, il faut l'enseigner a chaque annee: le geste graphique ne s'imprime pas dans le cerveau avant 12-13 ans (Pettinati).

Évidemment, j'ai eu à faire du cas par cas. J'ai deux enfants jusqu'à maintenant où en deux ans nous ne sommes pas arrivés a quelque chose de satisfaisant en cursif. Et un coco qui semblait un cas désespéré mais qui avait au final une bien plus belle calligraphie en cursif.

En tout les cas, choisir d'enseigner le cursif, n'est surtout pas un ego-trip personnel. Vouloir le démoniser pourrait en être un...

Prof Solitaire a dit…

Salut Mam. Merci pour ton commentaire. Oui, tu as raison, mon billet n'est pas clair. Ce qui m'écoeure, c'est qu'on enseigne les lettres détachées aux enfants et puis, juste comme ils commencent à les maîtriser, on leur dit: "ok, c'est fini, maintenant on écrit en lettres attachées."

Je souhaite qu'on enseigne UNE méthode. Je préférerais les lettres détachées, mais je serais capable de vivre avec les lettres attachées si c'était la seule méthode.

Désolé de ne pas avoir été clair. Mon autre billet, pour lequel j'ai mis un lien au bas du texte, était plus clair sur ce point.

PJ a dit…

Comme mentionné ailleurs, s'il fallait choisir une seule forme d'écriture, j'irais pour l'écriture cursive aussi, pour les mêmes raisons. Il faudrait peut-être que les ordis se convertissent aussi à ce style. On a passé l'époque des dactylos après tout. Mais je comprends ceux qui préfèrent le script.

PJ a dit…

Parlant de l'utilité de l'écriture cursive dans un contexte particulier.

Prof Solitaire a dit…

Très intéressant...

fylouz a dit…

C'est bien de faire cette précision. L'abandon de l'écriture cursive me semble relever d'une étrange décision. Ça me parait être un recul, d'autant que le prétexte invoqué n'a rien avoir avec les raisons que tu avances mais plutôt du recours massif des jeunes générations aux claviers d'appareils électroniques. Je crains de voir apparaître une génération d'analphabètes dans peu de temps, si ce n'est déjà fait.
En tout cas, c'est pas prêt d'arriver en France au vu de la levée de boucliers quand le gouvernement a annoncé son intention d'abandonner l'enseignement du latin et du grec au secondaire.

Prof Solitaire a dit…

L'utilisation d'un clavier ne mène pas nécessairement à l'analphabétisme... bien sûr, les jeunes utilisent toutes sortes de raccourcis, mais ce n'est pas parce qu'ils s'expriment ainsi dans un contexte familier qu'ils sont incapables d'écrire correctement dans un contexte plus formel. La langue écrite est comme la langue orale, il y a des niveaux de langage...

Guillaume a dit…

C,est à cause de l'écriture cursive que j'écris comme un médecin (même si mes parents le sont, médecins). Ou comme un cochon.