2 août 2015

L'axe d'espionnage anglo-saxon

Merci à Fylouz pour ce lien troublant:

Les services secrets canadiens disposent à l’étranger de 25 stations d’interception des échanges sur internet et Ottawa a récemment déboursé 21 millions de dollars pour les rénover, selon un document confidentiel publié par le groupe de pirates informatiques Anonymous. 

(...) Dans son article, le National Post relève qu’Ottawa n’a jusqu’à présent reconnu l’existence que de trois stations d’opération du SCRS à l’étranger: à Washington, Londres et Paris. Le réseau est donc bien plus vaste et comprend «beaucoup» de stations d’interception «établies dans des pays en développement et/ou instables», est-il noté. Le site du SCRS avait été visé fin juin par une cyber-attaque et quelques jours plus tôt le groupe de pirates informatiques avait revendiqué la paralysie de plusieurs portails internet d’agences fédérales. 

Le Canada forme, avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le groupe des «Five Eyes», une alliance de services de renseignement dont la puissance a notamment été mise en lumière par les révélations de l’ancien analyste de la NSA Edward Snowden.



Aucun commentaire: