3 septembre 2015

Chuuuuuuuuuuut!

Guy, un lecteur de ce blogue, m'a envoyé un lien vers cet article qui en dit long sur l'atmosphère qui règne dans nos écoles primaires. Extrait:

À l’école primaire Notre-Dame-du-Canada, les élèves défilent en silence dans les corridors. Une règle toute simple qui a permis de réduire l’intimidation et d’améliorer la discipline.

Vous voyez ça? L'exigence du silence complet dans les corridors. Pas le droit de parler. Jamais. Pas un mot. Pas question de saluer un ami, de lui demander comment il va, de lui faire une innocente petite blague pour le faire sourire. Non, non, non! SILENCE! Bienvenue au monastère!

Et la journaliste n'y voit évidemment que du feu! Une jolie petite règle toute simple! Comme c'est merveilleux!

En passant, n'allez pas croire que ceci est un cas isolé! Dans TOUTES les écoles primaires où j'ai travaillé, sans aucune exception, des profs ont souhaité imposer le silence aux enfants. Et malheureusement, dans la plupart des écoles, elles réussissent. À l'école où je travaille présentement, c'était l'entrée en silence complet jusqu'à tout récemment. Il y a a eu un petit assouplissement depuis, mais disons que cela ne donne pas les résultats escomptés. Les matrones continuent à crier après les enfants...

En juin dernier, j'ai appelé quelques directions d'écoles primaires afin de vérifier s'ils avaient des ouvertures en 6e année. Bien que je n'aie jamais soulevé la question de la discipline, l'une de ces directions m'a carrément annoncé sans détour: "Ici, c'est le silence et la discipline. Alors si tu n'es pas à l'aise avec ça, ce n'est pas ta place!"

Ça a le mérite d'être clair.

Mais pourquoi donc exiger le silence?

Comme d'habitude dans le monde de l'éducation, les gens prétendent qu'ils agissent dans l'intérêt des enfants, même quand c'est faux. Dans l'article, on a droit à deux justifications.

1- Réduire l'intimidation

Ça a l'air d'un objectif noble quand on ne s'y attarde pas trop. Je suis certain que la vaste majorité des parents et des lecteurs de cet article n'y a vu que du feu. Après tout, qui ne voudrait pas réduire l'intimidation? Tu ne peux pas être contre la vertu! On a ici un exemple parfait de la tactique la plus souvent utilisée par les profs et les directions de primaire pour tout justifier: "On le fait dans l'intérêt de l'enfant!" C'est toujours, toujours, toujours le même cirque.

Mais réfléchissez-y quelque secondes. Croyez-vous vraiment qu'empêcher les enfants de PARLER est une façon intelligente de combattre l'intimidation?

Pourquoi ne pas faire de la sensibilisation auprès des enfants? Pourquoi ne pas leur enseigner l'empathie et le respect des autres? Pourquoi ne pas les outiller afin qu'ils puissent régler les conflits et éviter l'escalade? Pourquoi ne pas mettre en place un système efficace qui détecte les cas d'intimidation et qui réagit rapidement et efficacement?

Ben non! Pour les profs de cette école, la solution c'est le silence tabarnak!

Et cette logique tordue ne s'arrête pas là! Pour éviter que des enfants tombent dans la cour d'école, interdisons-leur de courir et de jouer! On va dire que cette mesure vise à "réduire les blessures"! C'est pour leur propre sécurité, pas vrai? On ne peut tout de même pas être contre "la sécurité"!

En classe, les enfants n'apprennent qu'à obéir. Tu t'assois, tu écoutes ce que dit l'enseignante et tu obéis. Point. On fait ça pour "favoriser la réussite des élèves"! Qui pourrait être contre la réussite?

Et que faire des enfants plus bouillonnants, créatifs, originaux et rêveurs? Ben c'est simple, substituons-nous aux médecins et suggérons fortement aux parents de médicamenter leurs enfants! Des zombies, c'est tellement plus facile à gérer! Vous allez voir, leurs notes vont monter!

Arrêtez de croire ces gens-là! Ça va faire! Quand des profs et des directions d'école se comportent comme des tyrans avec vos enfants tout en vous disant que c'est "pour leur bien", arrêtez de les croire!

La VÉRITÉ, c'est que ces mesures coercitives ne sont pas mises en place dans l'intérêt de vos enfants! C'est tout le contraire! Elles vont complètement À L'ENCONTRE des intérêts fondamentaux de vos enfants! Ils ont BESOIN de parler, de s'exprimer, de créer des liens, de socialiser et de jaser! Ils ont BESOIN de courir, de jouer, de s'amuser et de parfois s'écorcher un genou! Ils ont BESOIN de développer leur propre personnalité, de découvrir qui ils sont et d'être acceptés et aimés pour ce qu'ils sont!

Les gens qui leur interdisent de s'épanouir ne sont pas des gens qui ont leur véritables intérêts à coeur!

Mais alors, pourquoi agissent-ils ainsi? La véritable raison, leur vraie motivation, se révèle dans la deuxième justification qu'ils donnent pour expliquer l'imposition du silence:

2- Améliorer la discipline

AH! Elle est là la réalité! Ce qui intéresse ces gens, c'est la DISCIPLINE! L'OBÉISSANCE! LA SOUMISSION! LA DOCILITÉ! LE CONFORMISME! Habituellement, elles appellent ça "le respect". C'est pour cette raison que nos enfants ont recommencé à les appeler "Madame" et "Monsieur" et à les vouvoyer, C'est pour cette raison que les règlements coercitifs se multiplient, régissent chaque minute et chaque aspect de leur journée et les étouffent. C'est pour ça que tant d'enfants, surtout des petits garçons, se révoltent. C'est pour ça qu'un si grand nombre d'entre eux ont besoin d'être médicamentés! C'est ÇA la réalité!

Les gens qui imposent des règlements comme ceux-là à vos enfants n'agissent pas dans leur intérêt! Ils agissent ainsi parce qu'ils aiment LE POUVOIR. Et le pouvoir rend beaucoup de monde complètement fou. Parce que quand ils en ont, ils en veulent toujours PLUS!

Tout le problème actuel des écoles primaires est là.

Cette obsession des règles n'a rien à voir avec l'intérêt des enfants ou de qui que ce soit. Pas plus tard qu'aujourd'hui, je discutais avec mon nouveau collègue en montant l'escalier et deux collègues nous ont interrompu sèchement pour nous dire: "Hey! On ne monte pas de ce côté!" Exactement comme si nous étions des enfants. J'ai 42 ans et il en a 33. Il n'y avait absolument personne d'autre dans l'escalier et aucun enfant dans les parages. Vous croyez vraiment qu'elles vont jusqu'à imposer leurs petits règlements débiles aux adultes de l'école parce que c'est dans notre intérêt? Ben voyons. C'est toujours une question de POUVOIR.

Je suis dans ce système depuis 19 ans, j'ai travaillé dans cinq écoles primaires situées dans des régions très variées, et je peux vous affirmer que dans mon expérience, c'est toujours la même chose. Je me bats contre ces gens-là depuis des années et j'ai payé ma dissidence très, très chère, comme les lecteurs et lectrices de longue date de ce blogue le savent. Je l'ai payée de ma santé.

La réaction habituelle des enseignantes qui entendent des propos qui remettent en question leurs règlements, c'est de les ridiculiser et de les caricaturer. Elles diront des âneries du genre: "On ne va tout de même pas les laisser faire ce qu'ils veulent!" "Tu veux les laisser courir et crier dans l'école!" "Si on n'a pas de règlements, ça va être l'anarchie et le chaos!"

Comme si j'étais en train de dire que TOUS les règlements doivent être abolis! Comme si la seule alternative à leur petit état policier était l'anarchie la plus totale! Comme s'il n'était tout simplement pas envisageable de remettre en question la pertinence de certains règlements et de se demander s'ils sont véritablement nécessaires, sains et souhaitables!

Lorsqu'elles sont un peu plus honnêtes, elles diront des choses comme: "Les parents ne leur apprennent plus le respect, alors nous devons le faire!" "On ne va pas leur donner le contrôle de l'école!" "On n'est pas là pour les aimer, on est là pour les éduquer!"

Je les ai entendus aussi ces arguments-là. Ce ne sont pas ceux qui sont habituellement donnés en public, mais ce sont ceux qu'on entend entre nous. Ils sont horribles mais au moins, ont l'avantage d'être honnêtes parce qu'ils parlent du VRAI enjeu: LE POUVOIR et le CONTRÔLE.

Pourtant, des enseignantes et des enseignants qui ne sont pas là pour jouir du pouvoir, qui ont véritablement à coeur le bien-être des enfants et qui sont inconfortables avec ce genre de règlements, il y en a! Je suis l'un d'eux!

Mais la plupart du temps, ils se taisent. Et le pire, c'est que dans le climat actuel, c'est peut-être la meilleure chose à faire. Tu fermes ta gueule. Parce que si tu parles, tu vas payer. Si tu affrontes les harpies sur leur petit power trip, tu vas en manger toute une. Tu vas être ridiculisé, ostracisé, intimidé, isolé... ta réputation va être diffamée... je sais de quoi je parle! Certaines collègues et certaines directions nous font passer un très mauvais quart d'heure (ultime ironie, tout en affirmant qu'il faut mettre fin à l'intimidation!) Alors la plupart des gens préfèrent compromettre leurs convictions, se taire et acheter la paix. Et pour avoir payé le prix de la dissidence, je ne peux que comprendre.

Si vous êtes des parents et des grands-parents, défendez les intérêts de vos enfants et de vos petits-enfants! Si on impose des règlements coercitifs, abusifs, tyranniques et étouffants à vos enfants, unissez-vous aux autres parents et plaignez-vous! Exigez des explications! Et n'acceptez pas de vous faire remplir avec des mensonges! Personne n'a le droit d'écraser et de brimer vos enfants en vous disant que c'est "dans leur intérêt"! Ce n'est pas LEUR école, c'est VOTRE école! Elle vous appartient, c'est vous qui la financez et vous avez le droit de vous faire entendre!

Espérons qu'un jour, cet horrible vent traditionaliste et conservateur cessera de souffler sur nos écoles. Un jour, j'espère que le balancier reviendra un peu à gauche et que les idées progressistes, humanistes et libertaires seront à nouveau les bienvenues dans nos écoles. D'ici là, ne vous surprenez pas de voir des situations démentes comme celle-ci se multiplier et être applaudies.

Et ne vous étonnez pas de voir tous ces gens se gratter la tête et se demander pourquoi tant d'enfants doivent être médicamentés pour survivre dans ce système de merde...

Si ce sujet vous intéresse, alors vous adorerez mon livre qui paraîtra au printemps. Les billets suivants devraient également vous intéresser au plus haut point:

Le petit monde du primaire 

SIIIIIIILEEEEENCE! 



Utilisez la peur pour gérer votre classe, sinon...

«Il faut des sanctions contre les profs qui rabaissent leurs élèves!»

P.S.: Si j'utilise parfois le féminin dans le texte, ce n'est pas pour diaboliser les femmes. Je suis convaincu qu'il y a des profs masculins tyranniques. Si j'utilise le féminin, c'est premièrement parce que les femmes sont la très vaste majorité des profs de primaire (plus de 90%) et deuxièmement, c'est par exactitude, puisque dans mon expérience, les gens qui privilégient ces approches coercitives ont toujours été des femmes. Veuillez donc ne pas voir de misogynie où il n'y en a pas.



10 commentaires:

Fred a dit…

"Ce n'est pas LEUR école, c'est VOTRE école!"

J'adore :-)

Pierre Vachon a dit…

Tu a encore fait un excellent article, tu es très doué pour exprimer clairement et honnêtement une situation désolante.Je suis content de voir qu'il existe encore ce genre de prof masculin. Par contre je trouve dommage pour toi le rejet que tu sembles vivre provenant de ces bonnes femmes controlantes. Les personnalités controlantes ont un problême psychologique selon les psy.
Dommage que tu travaille avec des malades!
Par chance, toute les femmes ne sont pas comme ca, et des hommes contrôlant et avide de pouvoir, ca existe aussi!
C`est agréable de te lire, tu es intéressant.

Gc a dit…

Salut,

Juste une correction. Je te lis je pense depuis 2005. J'ai juste jamais mis mon nom de famille dans la section commentaire. :-) Facebook m'a démasqué.

Prof Solitaire a dit…

@ Fred: Et c'est vrai en plus!

@ Pierre: L'école dans laquelle je travaille présentement est beaucoup moins pire que les autres. Les précédentes étaient cauchemardesques...

@ Gc: Désolé Guy, je n'avais pas fait la connection. J'ai modifié le billet pour protéger ton identité.

Le professeur masqué a dit…

Argument 1: Qui te dit que ces profs ne font pas aussi du dépistage, de la sensibilisation et de l'intervention? Tu présumes sans savoir.

Argument 2: Associer la médication reliée au TDA ou au TDAH d'un grand nombre de garçons a un besoin de discipline est exagéré. Je suis au secondaire. Les élèves que je connais depuis des années, garçons et filles, ont des difficultés à se concentrer sur une tâche parfois très simple.

Prof Solitaire a dit…

Salut collègue, merci du commentaire si pertinent, comme toujours.

1- Tu as entièrement raison là-dessus, c'est de la pure présomption de ma part. Toutefois, si de telles initiatives ont été mises en place et que, malgré ces dernières, l'intimidation persiste au point où on juge que l'imposition du silence soit nécessaire pour y mettre un terme, permets-moi de remettre sérieusement en question leurs efforts.

2- Oui, bien sûr, lorsqu'il s'agit d'un problème de concentration, c'est différent. Quoique dans ces cas-là, une approche moins traditionnelle et moins ennuyeuse peut avoir un impact majeur, du moins au primaire. Mais je fais plutôt référence aux cas de comportements, sur lesquels j'ai souvent vu des gens s'acharner, ce qui n'avait pour effet qu'envenimer la situation, favoriser la confrontation et provoquer d'inévitables explosions. Étrangement, sans médication, ces jeunes-là arrivent dans ma classe, un milieu pas du tout axé sur la discipline, la confrontation cesse et ils sont tout à fait fonctionnels.

paola a dit…

Suggestion: allez enseigner dans une école alternative. Vous semblez vous acharner sur une situation qui va à l'encontre de vos valeurs fondamentales. C'est une peu comme poursuivre une relation qui ne nous apporte plus rien. C'est néfaste pour vous et pour ceux qui vous entourent.
Bonne route.
Paola :)

paola a dit…

Suggestion: allez enseigner dans une école alternative. Vous semblez vous acharner sur une situation qui va à l'encontre de vos valeurs fondamentales. C'est une peu comme poursuivre une relation qui ne nous apporte plus rien. C'est néfaste pour vous et pour ceux qui vous entourent.
Bonne route.
Paola :)

JFC a dit…

Je crois qu'une des raisons et que plusieurs parents ont la gachette rapide sur les poursuites et les réprimande envers les professeurs et les institut scolaire. C'est un genre de catch-22 ou tout le monde est entrain de perdre mais d'une manière différente.

Prof Solitaire a dit…

@ Paola: il m'arrive souvent d'y penser... mais il n'y en a pas encore dans mon coin. De plus, il me semble que ma vision n'est pas extrême... respecter les enfats et les traiter comme des être humains à part entière, est-ce si révolutionnaire?

@ JFC: Pas faux...