7 septembre 2015

Un peu de sagesse féministe

Oui, le moment est venu de se ressourcer en lisant quelques jolies citations de féministes bien connues. Voyez ça comme un petit bouillon de poulet de misandrie pour l'âme. Vous verrez, ça fait tout chaud en dedans...

"Marc Lépine n'était pas qu'un fou: c'est la misogynie et l'inégalité entre les sexes qui ont permis au tireur de Polytechnique de croire qu'il avait le droit de tuer 14 femmes le 6 décembre 1989 (...) Je ne veux pas faire de rapprochements qui seraient inexacts, mais j'ai vécu moi-même un attentat. Mon engagement politique était attaqué, mais je crois que le fait que je sois une femme jouait aussi."

Pauline Marois, ex-première ministre du Québec

"Vous faites souvent semblant que ça ne vous concerne pas, mais en fait, les hommes portent tous la responsabilité du comportement des autres hommes." 

Lise Payette, ex-ministre, auteure

"Racisme, violence verbale et physique, manque flagrant de sensibilité. On pourrait aussi ajouter homophobie et sexisme qui font généralement partie du package patriarcal toxique."

Geneviève St-Germain, chroniqueuse au Journal de Montréal

"Les harceleurs s'en sortent mieux que leurs victimes!"

Marie-Claude Malboeuf, journaliste à La Presse

"Pour que les abus cessent, il faut que les abuseurs se reconnaissent. Tout comme les victimes sont nos sœurs, nos mères, nos amies, nos modèles, il faut reconnaître que nos abuseurs sont nos frères, nos pères, nos amis et parfois, comme dans le cas de Ghomeshi, ce sont nos modèles."

Sophie Bérubé, auteure, avocate, animatrice

“I feel that ‘man-hating’ is an honorable and viable political act, that the oppressed have a right to class-hatred against the class that is oppressing them.”

—Robin Morgan, éditrice de Ms. Magazine

“And let’s put one lie to rest for all time: the lie that men are oppressed, too, by sexism–the lie that there can be such a thing as ‘men’s liberation groups.’ Oppression is something that one group of people commits against another group, specifically because of a ‘threatening’ characteristic shared by the latter group–skin, color, sex or age, etc. The oppressors are indeed ****ED UP by being masters, but those masters are not OPPRESSED. Any master has the alternative of divesting himself of sexism or racism–the oppressed have no alternative–for they have no power but to fight. In the long run, Women’s Liberation will of course free men–but in the short run it’s going to cost men a lot of privilege, which no one gives up willingly or easily. Sexism is NOT the fault of women–kill your fathers, not your mothers”.

—Robin Morgan

“I want to see a man beaten to a bloody pulp with a high-heel shoved in his mouth, like an apple in the mouth of a pig.”

—Andrea Dworkin

“Under patriarchy, every woman’s son is her potential betrayer and also the inevitable rapist or exploiter of another woman.”

—Andrea Dworkin

“Men are rapists, batterers, plunderers, killers; these same men are religious prophets, poets, heroes, figures of romance, adventure, accomplishment, figures ennobled by tragedy and defeat. Men have claimed the earth, called it ‘Her’. Men ruin Her. Men have airplanes, guns, bombs, poisonous gases, weapons so perverse and deadly that they defy any authentically human imagination.”

—Andrea Dworkin, Pornography: Men Possessing Women


“Rape is nothing more or less than a conscious process of intimidation by which all men keep all women in a state of fear.”

—Susan Brownmiller, Against Our Will

“When a woman reaches orgasm with a man she is only collaborating with the patriarchal system, eroticizing her own oppression.”

—Sheila Jeffrys

“And if the professional rapist is to be separated from the average dominant heterosexual (male), it may be mainly a quantitative difference.”

—Susan Griffin, Rape: The All-American Crime

“As long as some men use physical force to subjugate females, all men need not. The knowledge that some men do suffices to threaten all women. He can beat or kill the woman he claims to love; he can rape women … he can sexually molest his daughters … THE VAST MAJORITY OF MEN IN THE WORLD DO ONE OR MORE OF THE ABOVE.”

—Marilyn French, auteure et conseillère lors de la campagne présidentielle de Al Gore

“My feelings about men are the result of my experience. I have little sympathy for them. Like a Jew just released from Dachau, I watch the handsome young Nazi soldier fall writhing to the ground with a bullet in his stomach and I look briefly and walk on. I don’t even need to shrug. I simply don’t care. What he was, as a person, I mean, what his shames and yearnings were, simply don’t matter.”

—Marilyn French, The Woman’s Room

“All men are rapists and that’s all they are.”

—Marilyn French

“The media treat male assaults on women like rape, beating, and murder of wives and female lovers, or male incest with children, as individual aberrations … obscuring the fact that all male violence toward women is part of a concerted campaign.”

—Marilyn French

“I believe that women have a capacity for understanding and compassion which man structurally does not have, does not have it because he cannot have it. He’s just incapable of it.”

—Barbara Jordan, élue au Congrès américain

“I feel what they feel: man-hating, that volatile admixture of pity, contempt, disgust, envy, alienation, fear, and rage at men. It is hatred not only for the anonymous man who makes sucking noises on the street, not only for the rapist or the judge who acquits him, but for what the Greeks called philo-aphilos, ‘hate in love,’ for the men women share their lives with–husbands, lovers, friends, fathers, brothers, sons, coworkers.”

—Judith Levine, My Enemy, My love

“All men are good for is fucking, and running over with a truck.”

—Administratrice de la University of Maine, citée par Richard Dinsmore, qui poursuivit l'université et remporta sa cause.

“We are, as a sex, infinitely superior to men.”

—Elizabeth Cady Stanton

MALE: … represents a variant of or deviation from the category of female. The first males were mutants … the male sex represents a degeneration and deformity of the female.

MAN: … an obsolete life form … an ordinary creature who needs to be watched … a contradictory baby-man…

—Définitions tirées d'un dictionnaire féministe publié en 1985.

"Such a prospect is attractive to women who feel that if they bear sons no amount of love and care and nonsexist training will save those sons from a culture where male violence is institutionalized and revered. These are women saying, “No more sons. We will not spend twenty years of our lives raising a potential rapist, a potential batterer, a potential Big Man."

—Sally Miller Gearhart, professeure de women’s studies à la San Francisco State University, fondatrice de l'un des premiers programmes de women and gender studies programs aux États-Unis. Propos tirés de son livre, The Future, If There Is One, Is Female.

"The proportion of men must be reduced to and maintained at approximately 10% of the human race."

—Sally Miller Gearhart

"If life is to survive on this planet, there must be a decontamination of the Earth. I think this will be accompanied by an evolutionary process that will result in a drastic reduction of the population of males."

—Mary Daly, professeure de women’s studies à la University of Boston pendant 19 ans. Propos cités dans un article intitulé “No Man’s Land"

"In a radical attempt to restore world peace and unite the human population in love and harmony, the female constituents of the United States of America hereby nominate Proposition 777: The Temporary Extermination of Man."

—Rebecca Carter, “Proposition 777″

"Would a world without men really be so bad? With scientists now claiming they can make sperm in a lab, does the world need men any more?"

Tanya Gold, chroniqueuse au journal The Guardian

Vous en voulez plus? Essayez un de ces billets:

7 citations féministes débiles


Le Prof versus le féminisme




7 commentaires:

Guillaume a dit…

Marilyn French fut un temps l'auteure préférée de ma mère. Mais elle ne comprenait pas pourquoi, après que French ait divorcé de son mari (qui la maltraitait semble-t-il), elle ait néanmoins gardé son nom. Ce que French a écrit ici est profondément odieux. Je peux comprendre (un peu) la colère de Pauline Marois envers certains hommes: j'en ai entendu des commentaires phallocrates (il n'y a pas d'autres mots) quand elle était chef du PQ. Je n'ai jamais trouvé qu'elle était une grande leader, mais j'en ai lu et entendu des commentaires de mononcles à propos d'elle et elle ne méritait pas ça. Mais les autres, mettons que c'est dans l'ensemble stupide.

(Incidemment, c'est une des raisons pour laquelle je n'arrive pas à complètement détester Denise Bombardier, même si j'ai souvent de la misère avec elle. Elle n'est jamais tombée dans le piège de la misandrie, allant même jusqu'à parler contre celle-ci.)

Pierre Vachon a dit…

N'importe qui qui étudie la psychologie un peu va te dire que ces femmes sont des misandres qui haissent les hommes,de plus elles sont souvent des lesbiennes frustrées qui ont été riddiculisées dans leurs enfance par des hommes.Nombreuses d'entre elles ont subis de l'alliénation parentale de leur mère envers leurs pères et ont été privés du contact de leur père, non pas par abandon de celui-ci, mais plutôt par rejet de la mère qui interdit à sa fille de voir son père par égocentrisme.

Pierre Vachon a dit…

En clair,souvent ces femmes sont de graves malades atteintent d'une pathologie mentale.

Henem a dit…

Pas mal certain que certains de ces propos ne passeraient pas le test de la loi inutile de Couillard sur les appels à la violence et les discours extrémistes. Au moins, si ça peut servir... :p

Anonyme a dit…

"Les harceleurs s'en sortent mieux que leurs victimes!"


Pour avoir connu des filles qui ont dénoncé des abus sexuels faits par des hommes, cette réplique est vraie. Désolée, il n'y a rien de misogyne ou faux là-dedans. Quand un juge dit à une gamine de 12 ans que son frère a violée que c'est de sa faute à elle, qu'elle l'a allumé... Quand une fille violée doit non seulement prouver ce qui s'est passé mais se défendre d'être une fille face à des commentaires comme : comment étiez vous habillée, pourquoi vous marchiez seule la nuit, etc....

La plupart des filles que je connais ne dénoncent pas, elles préfèrent être détruites une fois et non une deuxième fois lors du procès.


Je ne dis pas qu'il n'y a pas de folles ici-bas. Je dis seulement qu'il est vrai que les harceleurs s'en sortent plutôt bien. On fera leur procès pour le viol qu'ils auraient commis, pas de leur vie, contrairement aux victimes. Et cela est aussi vrai pour les victimes masculines...

Prof Solitaire a dit…

@ Guillaume: En ce qui concerne Marois, je pense que si ça phrase peut se comprendre, elle ne peut pas toutefois être considérée acceptable. J'en ai entendu des commentaires sexistes formulés à mon égard en 19 ans de métier et la misandrie de quelques femmes m'a poussé jusqu'à la dépression, avec toutes les séquelles terribles que cela entraîne. Est-ce que cela rendrait acceptable que je généralise en accusant toutes les femmes d'être des misandres? Non.


@ Pierre: Je ne suis pas certain d'être d'accord avec toi là-dessus. Je pense que ces citations sont la suite logique de gens qui ont accepté l'idéologie féministe, tout simplement. Une fois que tu décides de croire que la vision du monde de cette idéologie est vraie, tu en viens alors à l'inévitable conclusion que si les hommes sont responsables de tous les maux, alors le monde serait mieux sans eux. Il est possible que certaines d'entre elles aient des problèmes de santé mentale, je l'ignore, mais pas toutes. C'est simplement la conclusion logique de la pensée féministe.

@ Henem: Je préparais un billet là-dessus, mais si j'ai bien compris, il a reculé. Il a dit que son projet de loi ne concernerait que des appels à la violence je crois. Et comme les menaces sont déjà punies par la loi, son projet de loi sera donc aussi inutile que l'autre qui permettra essentiellement aux employés de l'état de porter tout ce qu'ils veulent.

@ Ano: Le problème avec l'affirmation de Mme Malboeuf, c'est que son article vient contredire son affirmation. Elle commence par dire que les harceleurs s'en sortent mieux et ensuite, elle nous dresse la liste d'un paquet de femmes qui ont porté plainte et qui ont TOUTES été reconnues et compensées. Plusieurs des harceleurs dont parle le texte ont subi des conséquences. Donc, le titre de l'article est mensonger.

Je ne mets pas en doute ce qu'ont vécu vos amies, mais avez-vous des liens vers des cas documentés ou des articles de journaux qui racontent des cas où les juges ont "détruit" des femmes qui poursuivaient pour harcèlement? Autrement, si on ne parle que de ouï-dires, on n'avance pas vraiment.

De plus, j'ai déjà parlé du fait que dans une procédure de justice, l'avocat de la défense va inévitablement tenté de discréditer la plaignante, c'est normal, c'est comme ça que fonctionne la justice. Je n'ai pas poursuivi mon ancienne directrice pour les mêmes raisons, je n'avais pas la force de faire face à sa diffamation une fois de plus, alors je ne comprends que trop bien. Mais quelle est l'alternative? Qu'on abolisse la présomption d'innocence? Ça n'a pas de sens...

Anonyme a dit…

Pour des preuves, motivée, ce que je ne suis pas..., suffit d'aller lire les minutes de procès... Je ne parle pas de ouï-dires, je parle de personnes proches, de gens de confiance qui ont accompagner des victimes.

Il y a une marche entre présomption d'innocence et détruire le/la plaignante...