4 octobre 2015

Les Québécois, ces sales racistes...

Dans la longue liste des préjugés que beaucoup d'anglophones entretiennent à propos des Québécois, deux de ceux qui reviennent le plus souvent sont que nous sommes "racistes" et que nous sommes "des bébés gâtés" qui se plaignent pour rien.

Ce sont les deux préjugés que l'on peut voir refaire surface dans les propos du candidat du NPD Noah Richler, fils le l'éminent écrivain anti-Québécois Mordecai Richler:

Le 27 février dernier, Noah Richler a commenté sur les réseaux sociaux un article selon lequel 20% des Québécois reconnaissaient être racistes.

«Les partisans de Chelsea ont des partenaires naturels, n'est-ce pas? Qu'ils se croisent dans le métro de Paris et se poussent sur les rails. (En quoi la livrée bleu et blanc encourage-t-elle les racistes?)», a-t-il écrit.

Noah Richler faisait référence à une vidéo diffusée quelques jours plus tôt qui montrait des partisans de cette équipe de soccer britannique expulser un homme noir du métro de Paris tout en chantant: «Nous sommes racistes et nous aimons cela».

M. Richler voit un vidéo dans lequel des partisans d'une équipe de soccer BRITANNIQUE expulsent un homme noir du métro de PARIS et la première chose qui lui vient à l'esprit est: les Québécois sont racistes!

Parfaitement logique.

Pour ce qui est du sondage selon lequel 20% des Québécois se considèrent racistes, je crois qu'il faut prendre ce nombre avec un grain de sel. 

Bien sûr que certains Québécois sont racistes. Des racistes, il y en a partout. Il y a des Canadiens racistes également. Mais ce qu'il faut comprendre, c'est que le mot "raciste" ne veut pas dire la même chose pour tout le monde.

J'ai déjà connu une enseignante, par exemple, qui disait régulièrement: "Je suis raciste". Pourtant, elle avait des élèves issus de plusieurs origines ethniques et elle ne les traitait pas différemment les uns des autres. Éventuellement, j'ai compris que ce qu'elle voulait dire, c'est qu'elle était contre les accommodements accordés aux minorités religieuses. Et comme les gens qui ont cette opinion sont régulièrement taxés de "racistes" par les fanatiques du multiculturalisme à tout prix, elle reprenait donc cette insulte pour elle en affirmant qu'elle était "raciste", comme si ce mot signifiait simplement qu'on s'oppose aux accommodements religieux. 

Bref, cette femme se qualifiait elle-même de "raciste" et l'aurait sans doute fait dans ce sondage, mais pourtant dans sa vie de tous les jours, elle s'entendait très bien avec tout le monde comme par exemple un autre prof maghrébin, l'autre d'origine haïtienne ou le concierge d'origine laotienne. Elle n'était donc pas "raciste" au sens propre du terme. Il faut faire très attention au sens que les gens donnent à ce mot.

En anglais, le mot "racist" est une injure terrible qui est toujours prise au sens propre. Mais au Québec, j'ai connu plusieurs personnes qui utilisent le terme comme s'il signifiait autre chose que la haine raciale. Je ne dis pas que c'est une bonne idée d'utiliser ce mot à tort et à travers, je dis simplement que c'est ainsi.

Mais évidemment, comme le Québec n'inspire que dédain et mépris à des gens comme Noah Richler, ils ne se donnent pas la peine de se poser la question. Ils sont toujours prêts à croire le pire.

Et soyons réalistes. Si un Québécois sur cinq était réellement raciste, ne verrait-on pas des agressions verbales et physiques de minorités ethniques dans les rues de nos villes à toutes les semaines? Or, ce n'est évidemment pas du tout le cas. 

D'autres commentaires de Noah Richler sur les réseaux sociaux visaient aussi le Québec. «Je crois que plusieurs Québécois comprennent que le reste du Canada est tanné [...] et qu'il peut imaginer sans aucune peine la vie sans le Québec actuel», a écrit sur Twitter Noah Richler quelques jours avant les élections d'avril 2014.

J'ai toujours trouvé extrêmement amusant de voir ce double discours des fédéralistes.

Lorsqu'il y a une possibilité de victoire péquiste ou un référendum à l'horizon, ils disent toujours: "le Canada aime le Québec, nous sommes frères! Les séparatistes tentent de nous diviser!"

Le reste du temps, c'est plutôt: "le Canada en a mare du Québec et se débrouillerait très bien sans lui." En d'autres termes, vous devriez vous considérer chanceux qu'on vous tolère encore, bande de maudits frogs. Alors fermez vos gueules et dites merci.

Quelques semaines plus tôt, il a également écrit «qu'aucun Canadien n'est meilleur qu'un Québécois pour réclamer des choses». Il commentait ainsi le nombre élevé de priorités établies par les organisateurs du Forum national sur les arts littéraires, organisé en février 2014 à Montréal.

Et pour couronner le tout, le bon vieux stéréotype anglo-canadien du Québécois bébé gâté qui passe son temps à se plaindre et à exiger toujours plus. Comme un enfant qui hurle dans un magasin pour que ses parents bienveillants lui achètent un joujou.

Le message étant clairement que, tout comme un enfant-roi, le Québec vit aux dépends des Canadiens anglais, qu'il ne doit pas être pris au sérieux et qu'il doit plutôt être discipliné. 

L'art de dénigrer tout un peuple sans la moindre gêne, mes amis. Et après ça, M. Richler va venir nous dire que les Québécois sont des racistes.

Les messages controversés ont rapidement disparu des réseaux sociaux après les appels de La Presse.

Ah! ben... quelle surprise! Il y a des élections qui s'en viennent et on a besoin des votes des maudits frogs racistes et geignards! Vite! Effacez les tweets! Ils ne doivent pas entendre ce que l'on pense vraiment d'eux!

Il n'a pas été possible de s'entretenir directement avec M. Richler, hier. Il a toutefois fait parvenir à La Presse une déclaration dans laquelle il a dit «présenter [ses] sincères excuses à tous les Québécois qui ont été offensés par des commentaires [qu'il a] émis dans le passé sur Facebook».

Oui, Richler s'excuse d'avoir offensé des gens et il s'empresse d'effacer ses propos, mais il ne les renie pas du tout. De plus, il s'excuse par communiqué afin de ne pas avoir à répondre à des questions gênantes qui mettraient au jour son mépris et ses préjugés. 

Le candidat explique avoir rédigé ces messages dans le cadre des dernières élections québécoises. «Le Parti québécois de [Pauline] Marois proposait une Charte des valeurs avec laquelle j'étais, et je reste, profondément en désaccord. Je ne vous cacherai pas que les questions identitaires sont extrêmement importantes pour moi, ayant passé ma vie professionnelle à étudier et célébrer les liens qui nous unissent à travers notre merveilleux pays.» Il ajoute avoir «une réaction viscérale quand on prône l'exclusion».

Ben voilà! Il n'était pas d'accord avec un projet de loi à propos de la laïcité! Pour un fanatique multiculturaliste canadien, c'est de L'EXCLUSION! Et ça lui donne le droit de dénigrer tout un peuple en les traitant de racistes et d'enfants gâtés. Ça tombe sous le sens, pas vrai?

Remets en question des dogmes religieux et tu vas immédiatement avoir des croyants fanatiques qui vont te traiter d'impie, d'infidèle et de suppôt de Satan. 

De la même façon, remet en question le saint évangile du multiculturalisme canadien et tu vas immédiatement avoir des fédéralistes fanatiques qui vont te traiter de raciste, de xénophobe et de nazi.

C'est exactement la même chose. Les fanatiques sont toujours si aveuglés par leur propre idéologie et ils sont si profondément convaincus qu'elle est parfaite que quiconque ose la critiquer doit être systématiquement diabolisé et associé au Mal. 

Pour M. Richler, la seule activité valable est "l'étude et la célébration" de "tout ce qui nous unit" dans notre "merveilleux pays." 

Et si tu oses remettre quoi que ce soit en question dans tout ça, ben t'es un raciste et un éternel chiâleux, c'est aussi simple que ça. Il ne s'attardera même pas à écouter tes arguments ou à tenter d'avoir une conversation! Non, non, il va te traiter, toi et tout le peuple auquel tu appartiens, de raciste qui ne fait que se plaindre.

Parce que, ironiquement, pour les multiculturalistes canadiens, il ne faut jamais formuler la moindre critique envers quelque groupe culturel que ce soit... SAUF quand il s'agit des Québécois. Dans ce cas-là, toutes les insultes sont permises. Après tout, ces salopards osent critiquer notre mantra multiculturel et la perfection absolue de notre merveilleux pays, alors ils sont nécessairement le Mal incarné.

Le NPD a dénoncé les propos de son candidat. «Les commentaires de Noah Richler sont blessants et inacceptables. Ils ne représentent pas l'opinion du NPD, qui reconnaît la nation québécoise. Cela dit, M. Richler s'est excusé pour ses commentaires inappropriés et on pense que ses excuses sont sincères», a indiqué une porte-parole de la formation politique, Valérie Dufour.

Il s'est "excusé" pour ses "commentaires inappropriés" alors il peut rester au sein du NPD.

En passant, c'est faux. Il n'a jamais reconnu que ses propos étaient inappropriés et il ne s'est pas excusé pour ce qu'il a dit. Il s'est excusé d'avoir "offensé" des gens. Ce n'est pas du tout la même chose.

Imaginez qu'un politicien tienne des propos semblables à propos des Noirs, des Juifs, des musulmans ou de n'importe quelle autre minorité. Imaginez s'il disait que "les Juifs sont des racistes qui se plaignent tout le temps et qui ne sont jamais contents." Vous croyez vraiment qu'une simple excuse d'avoir "offensé" serait suffisante? Vous croyez qu'on se contenterait d'un communiqué? Vous croyez que personne ne lui demanderait de se rétracter? Vous croyez que ce politicien serait toujours le bienvenue au sein de sa formation politique?

Ah! mais insulter les Québécois, ça, ce n'est pas grave...

Faites suivre ce billet à vos amis qui ont voté ou qui songent à voter pour le NPD. Il me semble important qu'ils voient bien à qui ils donnent leur vote.



2 commentaires:

Guillaume a dit…

S'excuser d'avoir offensé quelqu'un, c'est dire que tu penses ce que tu as dit, mais que tu t'excuses au cas où certains que tu vises auraient la mèche courte.

Mon prof de Krav Maga est un partisan de Chelsea, est-il raciste aussi?

Prof Solitaire a dit…

Exactement. Ce n'est pas une rétraction.