28 octobre 2015

Sacs de patates et multiculturalisme

Je vous ai déjà parlé de mes jeunes amis multiculturalistes dans ce billet. Il s'agit pour la plupart d'anciens élèves à moi, maintenant jeunes universitaires brillants et à l'avenir prometteur. J'apprécie toujours les conversations que j'ai avec eux car ils me me poussent à raffiner mes positions et à ne pas m'ankyloser dans la facilité qui vient avec le fait de parler uniquement à des gens qui pensent comme soi.

Le sujet sur lequel nos opinions divergent le plus, vous l'aurez deviné, c'est le multiculturalisme. Comme la plupart des jeunes, mes amis souscrivent sans réserve à cette idéologie, ce qui donne lieu à des débats intéressants entre eux et moi.

L'événement déclencheur de nos derniers échanges a été la controverse du niqab aux dernières élections. Le contexte? En septembre dernier, la cour d'appel fédérale a accordé à une femme le droit de participer à la cérémonie d'assermentation des nouveaux citoyens canadiens en portant le niqab, c'est-à-dire ce voile intégral qui couvre de la tête aux pieds et qui cache le visage. Appelés à se prononcer en pleine campagne électorale, les partis étaient divisés sur la question. D'un côté, les multiculturalistes libéraux et néo-démocrates ont affirmé qu'ils n'y voyaient aucun problème et que "l'état n'a pas à dicter à une femme ce qu'elle peut porter ou pas!" De l'autre, les conservateurs et le Bloc ont manifesté leur désaccord citant, entre autres choses, le principe de l'égalité entre les hommes et les femmes.

Le jour du vote, en guise de protestation, plusieurs citoyens se sont rendus voter avec des masques. L'idée était évidemment de se moquer de cette décision de la cour fédérale. Certaines personnes ont d'ailleurs enfilé des sacs de patates vides sur leur tête, celles qui sont munies d'un grillage qui n'est pas sans rappeler celui du niqab. L'humoriste québécoise Nabila Ben Youssef s'est rendue à un bureau de scrutin en portant un niqab très spécial qui était muni de deux grillages: un pour ses yeux et l'autre pour ses fesses!



Personnellement, j'ai trouvé ces initiatives follement amusantes. Tout d'abord, parce que j'adore toute manifestation d'irrévérence envers les autorités religieuses! Quel bonheur de voir des libres penseurs qui refusent de respecter leurs élucubrations!

De plus, je suis toujours rassuré lorsque je vois des citoyens manifester leurs opinions de la sorte. Par exemple, j'étais fier de voir les étudiants prendre la rue en 2012 pour protester contre la hausse des frais de scolarité et j'ai ressenti la même fierté il y a deux semaines en voyant ces citoyens exaspérés qui allaient voter en portant des masques. Il me semble que ces démonstrations de dissidence sont le signe d'une démocratie saine et ils font tellement de bien au milieu du cynisme, de la grisaille et de l'indifférence qui caractérise le climat politique actuel au Québec.

Évidemment, mes amis multiculturalistes, eux-même d'anciens "carrés rouges", ne le voyaient pas du tout de cet oeil. Pour eux, il s'agissait carrément d'une manifestation de racisme et de xénophobie! L'un d'eux a partagé l'image de droite sur son compte Facebook et je n'ai pas pu m'empêcher d'y réagir en écrivant:

"Sur quoi te bases-tu pour affirmer que les gens qui ont la question du niqab à coeur ne s'intéressent à aucun autre enjeu? De plus, je te signale que les libéraux et le NPD sont en faveur du niqab aux cérémonies d'assermentation et que ce qu'ils proposent dans le cas de tous ces autres enjeux n'est pas particulièrement inspirant ni même pertinent. Ne faites pas preuve du même mépris que celui que les gens aux valeurs conservatrices vous ont servi lors du printemps étudiant de 2012. Des citoyens qui se mobilisent pour leurs convictions, c'est sain dans une démocratie."

Un ami de mes amis que je ne connais pas, appelons-le Mathias, a répondu et voici la conversation qui en a résulté.

Mathias: Même si cette conviction est à la limite du racisme et de la xénophobie?

PS: Premièrement, l'Islam n'est pas une race ni une origine ethnique, alors ces deux termes ne sont pas adéquats. Deuxièmement, il est possible de critiquer les idéologies et les pratiques religieuses sans que cela soit motivé par la haine. Moi, je trouve ridicule que les prêtres cathos ne puissent pas se marier et que les Sikhs puissent porter le kirpan à l'école, est-ce que cela fait de moi un xénophobe et un raciste?

Mathias: Premièrement, je trouve que tu rationalises très bien cette conviction afin d'essayer de montrer que ce n'est pas une conviction raciste/xénophobe. Deuxièmement, l'interdiction de prêter serment à visage couvert vise uniquement les femmes musulmanes, qui par hasard, sont plus souvent qu'autrement non-caucasiennes et viennent principalement d'une certaine région du monde. Selon l'UNESCO la xénophobie est «la peur de ce qui vient de l’extérieur». Donc, cette conviction est raciste et xénophobe puisqu'elle vise des gens qui viennent d'une région très spécifique du monde et qui sont différent des québécois dit "de souche".

PS: Fascinant... alors avant de critiquer une idéologie, il faudrait toujours que je m'informe d'abord sur l'origine ethnique des gens qui la véhiculent. Si ce sont des caucasiens, alors pas de problème, je peux critiquer jusqu'à plus soif! Ah! mais si ce ne sont pas des caucasiens, alors cette idéologie doit être protégée de toute critique et les gens qui s'en moquent ou qui manifestent un désaccord sont automatiquement étiquetés comme des xénophobes! En d'autres termes, la valeur de l'idéologie elle-même a moins d'importance que la couleur de la peau des gens qui la véhiculent! Bienvenue dans le monde du multiculturalisme superficiel où les apparences ont plus d'importance que le contenu! Misère...

Mathias: En effet, il est important de considérer quel groupe discrimine envers quel(s) autre(s) groupe(s). Ça s'appelle un biais pro endogroupe et c'est un concept de base nécessaire à la compréhension de la discrimination envers toutes sortes de groupes (équipe de hockey, femme, homosexuel, handicapé, noir, musulman, etc.). Je vais même prendre les devants et te dire que l’un de mes projets de doctorat en psychologie vise à comprendre la discrimination envers les immigrants. Bref, je sais de quoi je parle.

PS: Mais je ne nie pas que la discrimination existe et je suis convaincu que votre thèse de doctorat sera des plus pertinentes et des plus intéressantes. Mais je ne parle pas de discrimination, je parle du fait de critiquer ou de se moquer des préceptes d'une religion. Ce que je dis, c'est qu'on ne doit pas s'empêcher de critiquer une idéologie sous prétexte qu'elle est véhiculée par un groupe ethnique minoritaire. Il est illogique qu'une personne soit qualifiée de "libre-penseur" lorsqu'il s'oppose aux délires de la religion catholique, mais qu'il soit taxé de "xénophobe raciste" s'il s'oppose aux délires de l'Islam, du sikhisme, du judaïsme ou de n'importe quelle autre religion minoritaire. Une société libre et moderne ne devrait pas avoir peur de critiquer les idéologies obscurantistes. D'ailleurs, la seule discrimination que je vois dans toute cette histoire, c'est celle que subissent certaines femmes musulmanes en étant forcées (dans certains cas) à porter un niqab pour quitter la maison. Je suis loin d'être le seul à l'affirmer, de nombreuses femmes issues de groupes ethniques minoritaires le font également! Vous connaissez Ayaan Hirsi Ali? Djemila Benhabib? Nabila Ben Youssef? Maryam Namazie? Sont-elles xénophobes et racistes elles aussi? Ou sont-elles à l'abri de telles accusations parce qu'elles sont elles-mêmes issues de groupes ethniques minoritaires?

Mathias: Le but de mon argumentaire était de te montrer que ta croyance que "[d]es citoyens qui se mobilisent pour leurs convictions c'est sain dans une démocratie", est erronée quand il s'agit d'une conviction visant à limiter les droits d'une minorité. Puisque tu ne fais aucun effort pour comprendre mon argument (ou l'attaquer), que tu ne fais que détourner le sujet avec chacune de tes réponses, ceci est mon dernier commentaire.
Bonne journée.

Comme vous pouvez le voir, on peut dire que la conversation s'est terminée assez abruptement. Je vous laisse le soin de juger par vous-mêmes si Mathias avait raison d'affirmer que je n'ai fait "aucun effort" pour "comprendre ou attaquer" son argument et que je ne faisais que "détourner" le sujet ou s'il n'a tout simplement pas apprécié d'être mis face à ses propres contradictions.

Une chose est certaine, on peut affirmer sans hésiter que sa position est purement multiculturaliste. On est dans le relativisme le plus complet.

Selon lui, il ne faut pas manifester son désaccord avec une idéologie si cette dernière émane d'un groupe minoritaire. Quiconque enfreint cette règle est un xénophobe raciste redneck.

Selon lui, le contenu d'une idéologie a moins d'importance que l'origine ethnique de la personne qui la véhicule. Si une idée est mise de l'avant par un caucasien natif, alors pas de problème, cette idée peut être débattue, opposée et tournée en dérision sans le moindre problème. Mais si l'idée est véhiculée par des gens qui constituent une minorité quelconque ou qui sont nés ailleurs, alors elle devient complètement intouchable. Quiconque ose en débattre, s'y opposer ou la tourner en dérision doit être automatiquement taxé de xénophobe raciste redneck.

Selon lui, le fait d'interdire aux nouveaux citoyens de se présenter à la cérémonie d'assermentation en se voilant le visage n'est rien de moins que l'imposition d'une "limite" aux droits d'une minorité, et cela ne peut être motivé que par la xénophobie et le racisme des rednecks.

On est dans l'idéologie multiculturaliste la plus dogmatique et la plus intransigeante qui soit. Et, comme toute idéologie qui se respecte, elle s'accompagne de la traditionnelle diabolisation de tous les gens qui pensent autrement. Dans ce cas-ci, ce sont des xénophobes racistes rednecks.

Moi, ce que j'avance, c'est qu'il est légitime dans certaines situations d'exiger qu'un citoyen porte un vêtement ou encore qu'il retire un vêtement inapproprié. Je crois que, dans certains cas, il est légitime d'exiger qu'un citoyen retire un masque afin que son identité puisse être confirmée. Je crois que la cérémonie d'assermentation, la prise de photo du permis de conduire, la comparution en cour et le vote constituent des situations (parmi d'autres) où il est clairement essentiel que le citoyen se démasque. Ça me paraît être une évidence des plus élémentaires.

Ce que je dis également, c'est que TOUTES les idées peuvent être débattues, confrontées, critiquées et tournées en dérision! TOUTES! La valeur d'une idée n'est ni accentuée et ni affaiblie selon que la personne qui la véhicule soit issue d'un groupe minoritaire ou non. L'idée que la terre est plate est ridicule, peu importe que la personne qui l'affirme soit caucasienne, noire ou asiatique! L'idée que les hommes et les femmes doivent posséder les mêmes droits et les mêmes obligations est juste et équitable, peu importe que la personne qui l'affirme soit chrétienne, musulmane, bouddhiste ou athée! Une idée est une idée et il est important de la juger selon ses propres mérites en faisant complètement abstraction des caractéristiques physiques ou de l'appartenance religieuse de la personne qui la met de l'avant. La religion ne devrait JAMAIS être un argument magique qui donne le droit d'affirmer n'importe quoi, de se soustraire au débat et d'être à l'abri de toute critique.

À mon avis, lorsqu'une personne se sert de son apparence physique, de son origine ethnique ou de sa religion pour faire la démonstration de la validité d'une idée, c'est que cette idée ne peut pas tenir sur ses propres mérites intrinsèques. Elle a besoin de béquilles artificielles pour tenir debout. Et donc, elle ne vaut rien et mérite toutes les moqueries qui sont dirigées contre elle.

Pour Mathias, une société non-raciste est une société où les idées des minorités bénéficient d'une protection spéciale qui les met à l'abri de la critique. Pour moi, une société non-raciste est une société dans laquelle on fait abstraction de l'origine ethnique des citoyens et qu'on les considère tous également. C'est aussi une société dans laquelle toutes les idées sont débattues et critiquées librement, sans considération pour l'origine ethnique des gens qui les véhiculent. À mon humble avis, sa vision mène au totalitarisme et la mienne mène à la liberté.

Pour moi, les citoyens qui allaient voter avec des masques étaient des citoyens engagés qui ont le droit d'exprimer leur désaccord, de manifester leur opposition et leur dissidence librement. Pour Mathias, il s'agit de gestes honteux et répréhensibles qui ne devraient pas se produire et qui justifient qu'on traite ces gens de xénophobes racistes rednecks.

Finalement, remarquez comment Mathias passe complètement sous silence ma remarque à propos de Ayaan Hirsi Ali, Djemila Benhabib, Nabila Ben Youssef et Maryam Namazie. Les multiculturalistes sont complètement incapables de répondre à cet argument-là parce qu'il vient complètement court-circuiter leur vision dogmatique du monde. C'est un cas classique de dissonance cognitive.

Pour un multiculturaliste, la majorité caucasienne occidentale est source d'oppression dont les pauvres minorités ethniques vulnérables doivent être protégées. Malheur aux membres de la majorité qui OSENT formuler la moindre critique à l'égard des idéologies, des traditions ou des valeurs de la minorité! Ils seront immédiatement taxés de sales xénophobes racistes rednecks. Pour un multiculturaliste comme pour tous les idéologues, c'est très très clair: tu as les gentils d'un côté et les méchants de l'autre.

Mais que faire lorsque les mêmes critiques émanent de membres de la minorité? Que faire quand des femmes musulmanes émettent les mêmes critiques à l'égard des idéologies, des traditions ou des valeurs de la minorité dont elles sont issues? Doit-on les taxer de xénophobes racistes rednecks envers elles-mêmes? Does not compute, does not compute, does not compute! Court-circuit total. C'est pour cela que les les multiculturalistes préfèrent ignorer ces femmes-là et faire comme si elles n'existaient pas. C'est plus simple que de remettre en question leur propre idéologie ridicule.

Après Mathias, ce fut au tour d'un autre ami de mes amis de réagir.

Simon: Je trouve que Xénophobe va pas mal bien à la situation moi. Le fait d'avoir une opinion ne signifie pas être xénophobe. Même si aller voter avec un sac de patates sur la tête peut être une forme de critique sociale, elle se classe à mon avis au même niveau que de chier dans un sac en papier, y mettre le feu et le laisser devant l'Assemblée Nationale ou le Parlement. Cela ne propose rien pour faire avancer le débat, simplement une incompréhension profonde et une peur de l'inconnu caractéristiques de la xénophobie. par ailleurs, même s'il est possible que les gens qui se mettent des sacs de patates sur la tête (ou autre objet masquant partiellement ou totalement leur identité) aient d'autres enjeux à coeur, c'est celui-là qu'ils ont choisit comme cheval de bataille pour aller voter. Ç'aurait tout aussi bien pu en être un autre, mais force est de constater que cet individu n'a pas un chandail pronant ces autres valeurs. Finalement, quand tu dis ''les gens'', sache que tu es le seul qui ait explicitement décidé qu'il s'agissait d'une généralisation et non simplement d'un commentaire visant l'homme que l'on voit sur la photo (bien qu'en toute bonne foi, j'admette que je les mettrais volontiers tous dans le même panier).

Le premier reproche que formule Simon à l'égard des protestataires du niqab, c'est qu'ils "ne proposent rien pour faire avancer le débat." Or, de toute évidence, c'est complètement faux. Je trouve, au contraire, que ce qu'ils proposent est d'une clarté aveuglante. Ces protestataires s'opposent à ce que des gens puissent porter un masque lors de certains événements importants tels que la cérémonie d'assermentation des nouveaux citoyens ou encore pour aller voter. Ils y voient une aberration. On peut donc facilement conclure qu'ils proposent assez clairement que cette pratique ne soit pas tolérée. C'est l'évidence même.

Simon affirme ensuite que les protestataires sont motivés par "une incompréhension profonde et une peur de l'inconnu caractéristiques de la xénophobie." C'est tout de même fascinant de voir comment il se croit capable de dresser un portrait fidèle des opinions de gens qu'il n'a jamais rencontrés et à qui il n'a jamais parlé en se basant uniquement sur... des photos!

Fort à parier que, il y a quelques années, Simon et Mathias faisaient partie de ces jeunes étudiants qui sont descendus dans la rue pour manifester contre la hausse des frais de scolarité. À l'époque, certains individus aux valeurs conservatrices n'ont pas hésité à les qualifier de bébés gâtés, d'enfants-rois, de petits cons jamais satisfaits, de maudits fauteurs de trouble et ce, sans jamais leur parler et en se basant uniquement sur des images aperçues à la télé. Apparemment, Simon et Mathias n'ont tiré aucune leçon formative de cette expérience car voilà qu'ils réservent exactement le même traitement aux citoyens qui manifestent leur opposition au niqab.

Est-il possible que le type sur la photo avec le sac de patates sur la tête soit motivé par des considérations racistes et une haine des musulmans? Bien sûr! Peut-on toutefois l'affirmer sans l'ombre d'un doute avec une simple photo? Absolument pas!

De plus, que dire de Nabila Ben Youssef qui est allée voter avec son niqab à deux fenêtres? Est-elle raciste? Xénophobe? Redneck? Si c'est bon pour les uns, c'est bon pour les autres, non?

Simon affirme également que "les gens qui se mettent des sacs de patates sur la tête (ou autre objet masquant partiellement ou totalement leur identité)" ont peut-être "d'autres enjeux à coeur", mais que "c'est celui-là qu'ils ont choisit comme cheval de bataille pour aller voter" et que le type sur la photo "n'a pas un chandail prônant ces autres valeurs." Je veux bien, mais le problème avec l'affirmation de Simon c'est qu'elle est extrêmement réductrice de l'opinion des autres. Il choisit de réduire le message des protestataires à une déclaration de haine envers les musulmans. Moi, j'y vois de nombreux enjeux de société importants et fondamentaux: l'égalité entre les sexes, les limites de la tolérance religieuse, la liberté d'expression, l'intégration à la société d'accueil, la séparation de la religion et de l'état, le prosélytisme religieux, le mérite du respect des croyances, la justice sociale, etc. Tous ces enjeux sont présents à mon avis et je crois que Simon a tort de réduire tout ça à une bête question de haine raciale.

Ce fut ensuite au tour de mon bon ami Frank de réagir:

"Les appuis au NPD ont dégringolé de près de 20% à partir du moment où les conservateurs ont sorti la "question" du niqab sur la place publique et que le NPD ne s'est pas montré favorable à légiférer là-dessus. Changer son intention de vote sur cette question-là, surtout considérant les enjeux de l'élection de cette année, me semble être le signe d'un manque de jugement. C'est exactement ce que les stratèges conservateurs voulaient, c'était calculé, et ça n'aurait pas pu mieux marcher pour eux. Ils ont dû bien rire dans leur barbe. C'est un non-enjeu, C'est de la poudre aux yeux. On aurait dû en parler 30 secondes puis passer à autre chose, peu importe la conclusion. Ça c'est sans compter que les gens ONT à se dévoiler pour l'assermentation...c'est seulement pour la cérémonie après qu'ils peuvent s'habiller selon leur désir. (...)  Je ne méprise pas les citoyens qui se mobilisent pour leurs convictions, je méprise le "short-sightedness" qu'on voit ici."

C'est ce cher Frank qui est sans contredit l'auteur du commentaire le plus pertinent jusqu'à maintenant, à mon humble avis. Toutefois, son raisonnement n'est pas sans failles.

Tout d'abord, beaucoup de gens ont affirmé que les conservateurs avaient prévu que la décision de la cour fédérale serait rendue publique pendant la campagne électorale et qu'ils avaient planifié s'en servir pour détourner le débat et marquer des points dans l'électorat. Ce n'est pas impossible, les conservateurs ont certainement prouvé dans le passé à quel point ils peuvent être d'impitoyables stratèges. Toutefois, sans preuve concrète, ceci n'est rien de plus qu'une supposition plausible.

De plus, même si cela s'avérait véritablement être une stratégie conservatrice, cela n'enlèverait rien à la valeur de l'enjeu. Supposons, par exemple, que le parti vert soit au pouvoir et qu'il déclenche des élections en sachant qu'un rapport important à propos du réchauffement climatique sera publié en plein milieu de la campagne électorale. On peut bien sûr se questionner à propos de l'honnêteté d'une telle manoeuvre, mais est-ce que cela signifie que le réchauffement climatique n'est pas un enjeu valable? Bien sûr que non! Alors, dans la même logique, on ne peut pas affirmer que la question du niqab est un "non-enjeu" et rien de plus que "de la poudre aux yeux" simplement sous prétexte qu'elle est exploitée par les stratèges conservateurs!

Finalement, lorsque Frank écrit que le fait de prioriser cet enjeu face aux autres est "le signe d'un manque de jugement", c'est là son opinion, rien de plus. À chacun de choisir quel enjeu il considère prioritaire ou non. Tout dépend des critères de chacun. Selon mes propres critères, l'enjeu du niqab est très important. Le seul enjeu qui m'a semblé nettement plus important dans la dernière campagne fédérale, c'est la question de l'oléoduc Énergie Est et du réchauffement climatique.

Pourquoi est-il important? Pour plusieurs raisons.

Premièrement, une société occidentale laïque et moderne ne devrait pas compromettre ses valeurs pour éviter de froisser les convictions et les superstitions obscurantistes de groupes religieux. Ce qui devrait être valorisé, c'est ce qui a fait la grandeur de la civilisation occidentale depuis les Lumières: la science, la raison, la démocratie. Notre pays devrait être une oasis pour les gens progressistes de toutes origines, pas un refuge pour des sectes de fanatiques intolérants.

Deuxièmement, les religions tentent constamment de s'immiscer dans les affaires de l'état et dans la vie des citoyens et elles doivent être combattues sans relâche. On doit combattre la religion catholique qui souhaite nous priver de la liberté de mourir dans la dignité (encore et encore et encore) ou qui prêche la discrimination envers les femmes et les homosexuels. On doit combattre les sectes orthodoxes juives qui endoctrinent et maltraitent leurs enfants et qui réduisent les femmes à l'état de bétail reproducteur qui n'a même pas le droit d'emprunter le même trottoir que les hommes. On doit combattre le sikhisme qui veut nous forcer à accepter le port du couteau cérémonial dans nos écoles et dans nos rues. On doit combattre les cérémonies de mutilations des hindouistes. On doit combattre toutes les religions qui persistent à circoncire les bébés sans aucune raison médicale et sans le moindre respect du droit à l'intégrité physique des enfants. On doit combattre les religions qui insistent pour que des animaux soient abattus dans des conditions inhumaines et souffrantes pour satisfaire les exigences de leurs dieux imaginaires. On doit combattre la scientologie qui exploite et détrousse les naïfs et les personnes vulnérables. On doit combattre pour que la raison triomphe sur les croyances et les superstitions.

Troisièmement, les multiculturalistes auront beau le nier, mais les islamistes tentent bel et bien d'infiltrer les démocraties occidentales et d'utiliser leurs propres institutions à leur avantage. C'est la stratégie établie par les Frères musulmans et qui a inspiré de nombreux groupes d'islamistes radicaux. Nous avons le devoir de protéger nos jeunes et nos concitoyens vulnérables contre l'endoctrinement religieux de ces fanatiques. Nous avons le devoir de protéger la laïcité de nos institutions contre l'infiltration religieuse. Nous avons le devoir d'empêcher que des capitaux québécois soient acheminés à des groupes fanatiques à l'étranger. Il faut rester vigilant et ceci ne relève pas de la paranoïa, la preuve:

La femme au niqab qui a fait dévier la campagne électorale œuvre au sein d’un organisme lié au Jamaat-e-Islami, un parti islamiste pakistanais que plusieurs pays occidentaux considèrent comme une organisation terroriste. (...) Les spécialistes considèrent cette organisation comme une filiale nord-américaine du Jamaat-e-Islami, un parti islamiste pakistanais dont le bras armé est considéré comme une organisation terroriste, notamment par l’Union européenne. (...) L’organisme a donné 633 000$ aux projets de la fondation Al-Khidmat, le bras de bienfaisance du Jamaat-e-Islami au Pakistan.

Quatrièmement, le niqab est une aberration totale et les pays occidentaux ne sont pas les seuls à ressentir un profond malaise face à cet accoutrement. Tout récemment, l'Égypte a interdit aux femmes de porter le niqab au moment de voter et le recteur de l’université du Caire interdit le niqab pour les enseignantes! Est-ce à dire que les Égyptiens sont des xénophobes racistes islamophobes rednecks? Ben voyons! Toute personne progressiste devrait dénoncer le niqab sans la moindre hésitation! Mathieu Bock-Côté le fait d'ailleurs beaucoup mieux que moi:

Il faut appeler un chat un chat et une offensive islamiste une offensive islamiste. Le combat pour porter le niqab à tout prix participe à cette dernière, consciemment ou inconsciemment. Celle qui veut le porter à tout prix au moment de prêter son serment de citoyenneté envoie un message clair: elle ne veut rien savoir de sa société d'accueil. Le politiquement correct empêche pourtant les élites médiatiques et intellectuelles de constater cela. Elles sont persuadées que «l’intolérance» occidentale devant la diversité est le grand problème de notre époque. Et lorsqu’elles consentent à nommer l’islamisme comme problème, elles n’y voient souvent qu’une réaction malheureuse mais inévitable devant le refus de la différence. Le commun des mortels n’a pas de telles œillères. Il peut lui arriver de parler maladroitement. Mais il veut surtout qu’on lui parle franchement.

Bref, je considère que toute tentative des religions de s'immiscer dans les affaires de l'état et dans le quotidien des gens doit être condamné et combattu. Cela me semble être d'une importance capitale et primordiale pour la survie même de ce qui reste de nos démocraties.

Les jeunes Québécois n'ont pas connu la dictature théocratique catholique de l'avant-Révolution tranquille, ils n'ont pas connu l'endoctrinement religieux et ils sous-estiment le danger.

À lire également:

Ayaan Hirsi Ali dénonce le multiculturalisme
«Le multiculturalisme trahit les femmes et les enfants»

Lettre ouverte de Djemila Benhabib
Je suis d'avis que cette lettre ouverte de Djemila Benhabib mérite d'être lue

Le gouvernement Charest et les droits des femmes
T'sais, quand c'est rendu que même une association musulmane a plus de couilles pour défendre les droits des femmes que le gouvernement Charest...

Foglia sur la laïcité de l'espace civique
Foglia, dans sa dernière chronique, répond à Gérard Bouchard et aux autres grands chantres du multiculturalisme à la Canadian. Savoureux

Quand le Globe parle du Québec... et nous compare aux TALIBANS!!!
But it’s okay. It’s Quebec. Say what you want.

Quand la CBC donne dans le Québec-bashing...
Mais oui, la CBC a récemment profité de la fameuse controverse du niqab pour diffuser un reportage biaisé et malhonnête.

Niqab: deux poids, deux mesures...
Les plus récents débats à propos du niqab au Canada anglais ont mis au jour deux réalités intéressantes... et choquantes.

Laïcité : infâme au Canada, légale en Europe
Les journalistes, chroniqueurs, professeurs de droit — bref, la classe médiatique —, de même que les juristes, s’opposent très majoritairement à la laïcité.

Nous sommes une terre d'accueil pour les cultes de timbrés
Un groupe aux «thèses apocalyptiques» dont le gourou a été condamné au criminel et que l'État français recommande d'avoir à l'oeil prend de l'expansion au Québec depuis 10 ans, tout en bénéficiant d'exemptions fiscales et en distribuant des reçus aux fins d'impôt.

Des mosquées et des écoles entre les mains des islamistes
Ensemble, l’Association musulmane du Canada (AMC) et l’Islamic Society of North America (ISNA) détiennent des propriétés abritant sept lieux de culte et quatre écoles privées à Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivières.

Saïd Jaziri
Un imam controversé et interdit de territoire au Canada pour le reste de sa vie a toujours la mainmise sur sa mosquée montréalaise à partir de la Tunisie, a conclu la Cour supérieure dans un récent jugement.

Financer les fondamentalistes
Deux organismes religieux fondamentalistes qui ont financé des organisations terroristes ont reçu un cadeau fiscal de 500 000$ de la part des villes de Montréal, Trois-Rivières et Sherbrooke l’an dernier.

La religion mérite-t-elle notre respect?
Richard Dawkins

Le multiculturalisme selon Pat Condell
Les pays islamiques peuvent-ils nous donner des leçons en droits humains?

Se moquer de la religion
C'est essentiel, selon Christopher Hitchens

Roy Brown
Personne n'a à respecter les religions.

Ayaan Hirsi Ali
Sur l'importance de critiquer les religions

La terreur d'être traité de raciste
Le récent débat québécois à propos de la Charte de la laïcité a bien illustré le phénomène: toutes les personnes qui ont OSÉ prendre la parole en faveur de cette charte ont été qualifiés de RACISTES et de XÉNOPHOBES.

Il faut critiquer l'Islam
Qui de mieux pour remettre Aslan à sa place que les deux co-fondateurs de l'organisme Ex-Muslims of North America, c'est-à-dire Muhammad Syed and Sarah Haider.

Arrêtons de marcher sur des oeufs lorsqu'il faut critiquer l'Islam
Voici une extraordinaire lettre qui a été adressée à Ben Affleck par une auteure et blogueuse musulmane suite à son intervention et ce n'est pas pour le remercier

Aveuglement volontaire
L'exercice d'aveuglement volontaire auquel s'adonnent les médias et les politiciens, au nom de la tolérance et du multiculturalisme dogmatique, est exaspérant.

Le droit de critiquer la religion
On veut interdire juridiquement le dénigrement des religions, comme si chacune était en droit d’inscrire ses tabous et ses dogmes dans le droit et d’obliger ceux qui n’y croient pas à s’agenouiller devant eux.



4 commentaires:

Anonyme a dit…

Les multiculturaliste sont raciste anti-blanc
les féministes sont sexistes anti-homme.

Ca se résume pas mal a cela.
C'est se que j appelle les marxiste-culturels.

Ils sont aussi en parti élitiste car ils méprisent les classe populaires ou les *régions*
On peut aussi embarquer la dedans la religion écologique, car ces gens ne protestent jamais la pollution des vrais grands pays pollueur étrangers non-blanc.

C'est malheureusement ca, la *nouvelle-gauche*.

Anonyme a dit…

Et ca n a rien a voir avec la défense des droits des minorité.
Quand les blancs sont ou devienne minoritaire...ils se mettent pas a défendre les blancs.
Les quebecois de souche sont minoritaire a montreal...si demain ils forment un groupe de defense...les gauchiste marxiste culturel va mettre le feu a leur local... et les faire congedier de leur emplois.

Autre preuve avec le feminisme
Quand les femmes sont les privilégié, les majoritaires, ou les méchantes.
Le feminisme se met pas a defendre les hommes.

fylouz a dit…

Prof, une fois de plus je suis renversé par la puissance de ton raisonnement. De toute évidence tu as engrangé un remarquable dossier qui te permet de réfuter avec une grande pertinence les arguments de tes contempteurs. Je suis également fortement impressionné par ta patience (notamment face à Mathias dont la dernière réponse peut se traduire par "Zen ai marre ke tes méssant, ze vais bouder, pffrrrttt..."). Je serais bien incapable de répondre à leurs arguments (fort intéressants par ailleurs) avec l'efficacité dont tu fais preuve. Cela m'impressionne d'autant plus que le sujet est particulièrement brûlant et casse-gueule. Tes "amis Facebook" le démontrent fort bien en balançant d'entrée l'accusation de racisme/xénophobie qui revient dans les faits à lancer un "Ta yeule le raciste !" bien senti. Il est regrettable qu'en France, seul le Front National ose (avec délectation) s'emparer de ce sujet. Automatiquement, les accusations de racismes sont lancées et le FN peut se poser en martyre, en pourfendeur de la "pensée unique". Comme on l'a souvent entendu, le FN pose les bonnes questions (des questions que se posent de nombreuses personnes déboussolées par l'absence de réponse de la part de la classe politique "respectable") mais apporte les mauvaises réponses. Il est tout de même remarquable que tes interlocuteurs ne semblent pas reconnaître dans la stratégie du sac de patates une belle démonstration d'ironie. C'est triste d'être si jeune et déjà vieux.

PS : Tu n'en n'as pas marre des commentaires anonymes qui accusent tout ce qui dépasse de leur vision étriquée du monde d'être marxiste ?

Prof Solitaire a dit…

Merci du fond du coeur pour ce commentaire mon cher... j'apprécie vraiment parce que, sincèrement, il m'arrive de me demander si je fais fausse route. C'est peut-être inévitable quand on est à peu près le seul à dire Bleu et que tout le monde dit Rouge...

Cela étant dit, pour avoir lu plusieurs de tes commentaires, tu sous-estime ta propre efficacité d'argumentation. Tu sais être incisif et impitoyable, et souvent beaucoup plus pertinent que moi. Je ne compte plus le nombre de fois où tes commentaires étaient meilleurs que les billets qui les avaient engendrés.

Pour ce qui est des commentaires à propos des marxistes... sincèrement, je ne comprends pas vraiment quel est le lien que ce(s) lecteur(s) tente d'établir, alors je préfère passer sous silence...