11 février 2016

Lise Payette strikes again!

J'ai déjà dédié un billet aux délires féministes de Lise Payette. Vous vous souvenez? C'est lorsqu'elle nous a éclairé de sa grande sagesse pour nous expliquer la violence des hommes, dont TOUS les hommes sont responsables, et qui laissent à chaque semaine des cadavres d'enfants et de femmes sur les bords des routes et dans des boisés? Ne me dites pas que vous avez manqué ce grand moment?

Et voilà qu'elle s'y remet.

À ce qu'il paraît, Mme Payette a fait un passage marqué à l'émission TLMEP dimanche dernier. Elle y a multiplié les déclarations débiles:

«Je veux que les femmes s’unissent. Si elles comprenaient la force qu’elles représentent quand elles sont unies... Elles sont la plus importante partie des êtres humains québécois.»

Les femmes sont plus importantes que les hommes.

Tout simplement.

Quand je vous dis que le féminisme est carrément devenu un mouvement suprémaciste. En voici une preuve de plus.

«Nous exigeons que les partis politiques soient obligés d’avoir autant de femmes que d’hommes comme candidats. Et que le financement des partis soit lié au nombre de femmes élues.»

Oui, rien de plus important que les organes génitaux quand vient le temps de se choisir des représentants politiques. Toutes les autres considérations sont secondaires. Et comme le disait l'autre jour cette autre grande féministe et ex-politicienne, Madeleine Albright: "Il y a un endroit spécial en enfer pour les femmes qui ne voteront pas pour Hillary Clinton!"

«On entend beaucoup qu’il faut que les femmes soient compétentes. Moi, j’éclate de rire. S’il fallait qu’on demande aux hommes d’être compétents avant d’être ministres, on ne serait pas sorti du bois...»

Personne ne dit que seules les femmes doivent être compétentes, vieille bique! Ce qu'on dit, c'est que la compétence d'un candidat ou d'une candidate devrait peser plus lourd dans la balance que le contenu de ses sous-vêtements! Est-ce si difficile à comprendre?

«Les femmes, même dans le gouvernement Trudeau, sont moins payées que les hommes. Elles occupent aussi des postes moins importants.»

Vous voyez ça? Même avec l'équité forcée de Justin Trudeau, celle-là même qui fait du sexe le premier critère quand vient le temps de choisir des ministres et qui crée une profonde discrimination envers les élus masculins... même cela ne satisfait toujours pas les féministes.

Et en plus, Payette ment. Malgré que plusieurs d'entre elles occupent des postes de ministres d'États, le gouvernement Trudeau a annoncé qu'elles toucheraient le même salaire que les autres ministres, ce qui est encore une fois une sombre farce. Mais depuis quand les féministes s'embarrassent-elles des faits et de la réalité dans leurs beaux discours?

«Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement du Québec, on a perdu des acquis pour les femmes. Pensez à ce qui arrive aux enseignantes, aux infirmières, aux CPE... Tout ça va priver des femmes d’aller sur le marché du travail.»

Et ceci n'affecte que les femmes, c'est bien ça? Parce que les mesures d'austérité des libéraux n'affectent que les enseignantes! Les profs masculins comme moi sont complètement épargnés! C'est magique! De la même façon l'austérité ne touche que les infirmières, pas les infirmiers! De plus, seules les femmes ont besoin de soins de santé, c'est bien connu! Et pour ce qui est des CPE, seules les femmes ont recours à ce service et elles seules en paient les frais, évidemment! Ça ne concerne les hommes d'aucune façon... calvaire...

«L’affaire des Yvette a réglé mon cas. Il n’y a pas un collègue qui s’est levé pour me défendre. J’ai dit ce que je pensais. Mais je me suis échappée. C’était un accident de parcours. Et j’ai payé pour.»

Avec votre déclaration stupide et mesquine, inspirée de votre insipide idéologie, vous avez été la meilleure alliée du camp fédéraliste! Évidemment que vous avez payé pour! Vous le méritiez! En fait, nous avons tous payé pour votre bêtise, Mme Payette, et nous payons encore! Vous avez saboté des années et des années d'effort et de travail! Et vous auriez voulu que vos collègues masculins accourent à votre rescousse sur leurs destriers blancs? Quoi? Les femmes ont besoin que les hommes viennent à leur secours? Vraiment? Pas très féministe, ça, Mme Payette!

«Je pense que les hommes aiment penser qu’ils ont changé. Le problème, c’est que le changement, il n’est pas évident.»

Les hommes n'ont pas changé? Vous croyez vraiment que mon rôle au sein de ma famille est essentiellement le même que celui de mon grand-père?

Vous êtes complètement ridicule, Mme Payette.

«On ne peut pas protéger toutes les femmes une par une. Mais qu’est-ce qu’on fait pour faire comprendre aux hommes que le corps des femmes n’est pas un buffet?»

Oui, il faut FAIRE COMPRENDRE aux hommes que le corps des femmes N'EST PAS UN BUFFET! Car à leur état naturel, les hommes sont tous de dangereux prédateurs qui voient les femmes comme des biens de consommation, d'alléchants objets inanimés qui sont là pour être dévorés et baisés sans même leur demander leur avis! Il faut APPRENDRE aux hommes que les femmes sont aussi des êtres humains! Autrement, ils ne s'en rendront jamais compte par eux-mêmes! Ce sont des bêtes sauvages! Tout le monde sait ça!

«Laissez les filles tranquilles. Laissez les femmes tranquilles. Les viols, la violence, on ne tolérera plus ça bientôt ici.» 

Oui, parce que, comme chacun sait, les viols et la violence contre les femmes SONT PRÉSENTEMENT TOLÉRÉS. Oui, oui, c'est considéré parfaitement acceptable au Québec. L'autre jour, j'étais à l'épicerie et j'ai vu un type agresser une femme dans le rayon des fruits et légumes. Tout le monde a passé son chemin sans rien dire. Un employé a même demandé à la dame d'arrêter de hurler parce que ça importunait les autres clients. Non mais c'est vrai, quel manque de considération!

Le viol est parfaitement toléré au Québec! Ce n'est même pas perçu comme un crime! Non, non, c'est vu comme un passe-temps! Tous les vendredis soirs, les hommes se réunissent et se demandent: "Qu'est-ce qu'on fait en fin de semaine, les boys? On se fait une partie de hockey? On va au cinéma? Ou on viole des femmes?"

Le viol est complètement toléré! Il n'y a aucune loi qui l'interdit! Les gens qui s'en rendent coupables ne sont jamais punis! Personne n'a jamais la moindre compassion envers les victimes! Et si une femme accuse un homme de viol, ce dernier ne voit pas sa réputation immédiatement traînée dans la boue et sa vie complètement anéantie avant même le début des procédures judiciaires, ben non! Il devient plutôt une espèce de héros populaire!

Mais attention, bande de sales violeurs! Soyez sur vos gardes! Parce que BIENTÔT, on ne tolérera plus les viols et la violence ici! Ça s'en vient! C'est Lise Payette qui le dit!

C'est pas croyable être aussi con...

Et pour une fois, un chroniqueur québécois qui possède une tribune dans un média important se décide ENFIN à dénoncer ces conneries.

Je n'ai pas toujours été d'accord avec Richard Martineau, mais après ceci, tout est pardonné!

Extrait de sa chronique:

Marcel Aubut n’est pas «les hommes», c’est un homme. Marc Lépine n’est pas «les hommes», c’est un homme. Guy Turcotte n’est pas «les hommes», c’est un homme. Mon père était un homme gentil, ouvert et aimant. Mon fils sera un homme gentil, ouvert et aimant. Et tous les gars que je connais et que je fréquente sont des hommes gentils, ouverts et aimants. Ras-le-bol de ce discours féministe revanchard !

(...) Avant, quand j’entendais des féministes comme vous cracher leur venin sur les hommes, je faisais comme la plupart des gars, je haussais les épaules et je passais à autre chose. Plus maintenant.

Ras le pompon de voir des hommes traités comme des épais finis dans les pubs. Ras le pompon de voir des étudiants décrocher dans l’indifférence générale. Ras le pompon de voir des garçons qui aiment se bousculer à la récréation ou jouer au Roi de la montagne se faire envoyer chez le psy pour soigner leur excès d’agressivité.

(...) Moi, je suis fier du chemin que les hommes ont parcouru au Québec. Nous sommes maintenant l’une des sociétés les plus égalitaires au monde. Malheureusement, à vous entendre, on a l’impression qu’il n’y a aucune différence entre l’Arabie saoudite, l’Iran et le Québec.

Est-il possible que les gens commencent enfin à se réveiller?



2 commentaires:

Hénèm a dit…

Lise Payette strikes again again ce matin, Prof. Elle a accordé une entrevue au journal de Montréal et elle en rajoute une couche.

La meilleure phrase, c'est "on ne veut pas leur enlever de droits, on veut leur enlever des privilèges". De quels privilèges parlez-vous madame Payette et qui les obtiendra maintenant? M'enfin, maintenant je m'abstiendrai de parler avant toute femme présente et je demanderai systématiquement aux femmes de pratiquer le man-spreading dans les autobus.

Prof Solitaire a dit…

Tabar... un autre billet en perspective! :-P