7 février 2016

Mélanie Joly, propagandiste en chef


L'art de réécrire l'histoire selon la recette libérale!

Extrait de l'article de Bock-Côté:

Mélanie Joly n’en est pas à sa première déclaration ubuesque. Elle est en voie de devenir la comique en chef du gouvernement. Elle vient d’en dire un peu sur la commémoration du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, en 2017. Je la cite lorsqu’elle parle de John A. Macdonald: «Je vous invite à en apprendre davantage sur sa vie et sa vision d’un pays qui valorisait la diversité, la démocratie et la liberté.»

(...) Les conservateurs, alors qu’ils étaient au pouvoir, avaient un plan: il fallait dessiner un Canada néo-britannique et guerrier fidèle à ses origines anglaises.
Les libéraux imagineront plutôt un passé idéal où le Canada deviendra le Disneyland éternel du multiculturalisme mondial.

(...) Pour les Québécois, 2017 devrait être l’occasion d’une démystification.
L’objectif: rappeler que le Canada a étouffé partout ses minorités canadiennes-françaises. Qu’il n’a promu des francophones qu’à condition qu’ils se retournent contre le Québec. Qu’il n’a jamais reconnu le Québec comme peuple fondateur et a entravé son développement.



1 commentaire:

Prof Solitaire a dit…

http://ici.radio-canada.ca/emissions/le_15_18/2015-2016/chronique.asp

John A. Macdonald, tout sauf un démocrate

« C'est un raccourci que de présenter John A. Macdonald comme un démocrate, défenseur des libertés et de la diversité culturelle et sociale... c'est plutôt le contraire! », affirme l'historien. Contre la « tyrannie des masses », très fortement opposé au suffrage universel, ayant un intérêt notable pour l'esclavage, John A. Macdonald n'est certainement pas un démocrate tel qu'on l'entend aujourd'hui, explique Jean-François Nadeau.