15 mars 2016

BATTEZ-VOUS!

Si vous êtes un enseignant et que vous êtes faussement accusé d'avoir eu des comportements inappropriés avec un élève, ne vous laissez pas faire! Battez-vous!

Moi, je me suis écrasé. C'est la plus grosse erreur que j'ai commise.

Pourquoi?

Premièrement, parce que les allégations sont survenues à un moment de ma vie où j'étais vulnérable et affaibli. Je me remettais d'un violent choc post-traumatique et je consommais des antidépresseurs. Je n'étais pas, mais alors pas du tout au sommet de ma forme.

Deuxièmement, parce que personne, absolument personne, dans mon entourage professionnel ne m'a encouragé à me battre et personne n'a pris ma défense. Je me suis retrouvé complètement isolé et seul dans un état grandissant de détresse psychologique.

Troisièmement, mon syndicat m'a recommandé l'à-plat-ventrisme. Il m'a encouragé à me soumettre aux exigences de la directrice, à faire preuve de déférence à son égard et à ne pas l'affronter.

Alors, c'est ce que j'ai fait. Mais ce n'était pas la bonne stratégie à adopter.

Si vous êtes accusé ou diffamé, BATTEZ-VOUS! Ne vous laissez pas faire! Et exigez de votre syndicat qu'il se batte à vos côtés!

Ne vous faites pas d'illusion: les dés sont pipés contre vous, le système s'emballera, on vous méprisera et on vous traitera avec méfiance et soupçon, on tentera de vous priver de votre présomption d'innocence, vous serez isolé, vous serez profondément humilié, l'épreuve sera terrible... mais la seule solution, c'est de vous BATTRE.

C'est ce qu'a fait cet enseignant de Colombie-Britannique et c'est la seule façon de restaurer votre honneur et votre réputation:

Accused by a student of sadistic crimes and facing the prospect of never stepping in a classroom again, a veteran B.C. high school teacher with a spotless record decided to fight.

What emerged during an arbitration hearing earlier this year was a case of extraordinary deception by the student. Her descriptions of sexual and violent encounters? Lifted from scenes from a popular TV cop show. The diary that purported to describe years of sickening abuse? Fake.

By the time the student’s testimony was over, it became clear “to everyone,” the arbitrator wrote in a July decision, that the student could not be believed and that the fired teacher must be “made whole as soon as possible.”

The case, details of which have not been previously reported, offers a window into the handling of teacher-misconduct allegations and the challenges teachers face in restoring shattered reputations.

(...) there is no hard data on how often false accusations occur (...)

Too often, district officials automatically take the side of the student, said Jon Bradley, a professor of education at McGill University. “There’s none of this innocent until proven guilty. It’s far more, ‘We say you’re guilty, now prove you’re not,’ ” he said.



2 commentaires:

Guillaume a dit…

Cette histoire me fait penser à un collègue de mes parents, gynécologue, qui fut accusé et condamné pour agression sexuelle et qui n'a pas lâché prise. Lui aussi s'est battu pour faire reconnaître son innocence (après une condamnation hâtive par un juge qui avait une partie de golf à jouer) ainsi que faire condamner l'adolescente qui l'avait faussement accusé. Son avocat a réussi à démolir l'accusation en trouvant dans la déposition de l'accusatrice des phrases prises verbatim dand un bouquin qu'elle avait, l'histoire d'une Française agressée sexuellement. La présumée victime avait utilisé des mots dans sa déposition qu'elle ne comprenait même pas. Malheureusement, ça a détruit sa vie et sa carrière, mais il a réussi à obtenir justice, un acquittement complet et la fille a reçu une condamnation.

Prof Solitaire a dit…

Quelle histoire extraordinaire...