12 mars 2016

Paranoïa

La paranoïa de la pédophilie est un problème majeur et dévastateur pour notre société. Extraits de cet article de Pierre Trudel:

Un citoyen sans histoire apprend que des affiches sont placardées dans son village le décrivant comme «pédophile». Cela a toutes les apparences de fausses accusations. La vie de cet homme bascule, il s’en trouvera toujours pour penser qu’il «n’y a pas de fumée sans feu», les policiers sont obligés d’enquêter. Pendant qu’ils se consacrent à ce genre d’affaires, ils ne s'occupent pas des comportements vraiment dangereux.

La semaine dernière, un tribunal examinait le cas d'un jeune homme qui avait été alerté par deux jeunes filles qui criaient leurs craintes d’avoir affaire à un «pédophile». Il a donné un coup de poing mortel à un monsieur qui n’avait rien d’un agresseur. Il a écopé de trois ans de pénitencier.

(...) Voilà deux exemples récents de fausses accusations. Deux situations dans lesquelles les accusations étaient sans fondement. Deux exemples de vies brisées...par des accusations lancées à tort.

(...) Les personnes faussement accusées voient leur vie brisée, d'autres, comme la victime du coup de poing en meurent. Les victimes qui survivent auront à subir pendant de nombreuses années le regard suspicieux des uns et des autres. Certains perdent leur emploi et ne peuvent s'en trouver un autre. Il y a des étiquettes qui ne pardonnent pas. Elles collent à la peau et on connaît peu de moyens de les effacer. C'est pourquoi les accusations gratuites de crimes aussi graves que la pédophilie sont des gestes très irresponsables.

Certes, des recours en responsabilité civile peuvent être intentés contre les personnes qui auraient proféré de fausses accusations. Il est en effet évident que c'est une faute civile de lancer des accusations qui ne sont pas fondées. Mais hélas, de tels recours sont longs et onéreux et ne sont envisageables que s'il est possible de retrouver la personne qui a diffusé les propos.

(...) Dans certains milieux, il suffit de lancer le mot «pédophile» pour que l’on perde complètement la raison. L'horreur que ce type de crime inspire à certains les pousse à commettre eux-mêmes des crimes tout aussi odieux. Or, ce n’est pas parce qu’un crime est grave et engendre de lourdes conséquences pour les victimes qu’on est dispensé d’en faire la preuve au-delà du doute raisonnable. Condamner des innocents, surtout pour ce genre de crimes, n’aide en rien les victimes, bien au contraire.



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Les coupables de fausses accusations de viols, d'incestes et autres délits à caractères sexuels devraient être sanctionnés du même nombre de jours en prison que pour les vrais (es) coupables de viols, incestes etc, même pour les parents de ces enfants qui ont portés de fausses accusations contre un professeur. La peur de faire de la prison inciterait les parents auprès de leurs enfants à ne pas mentir impunément.



Prof Solitaire a dit…

Oui, il devrait définitivement y avoir des conséquences pour les gens qui font de fausses accusations. Ces gens-là causent un tort énorme à des gens innocents ainsi qu'à la crédibilité des réelles victimes d'agresseurs! Sans parler des coûts pour le système de justice!