17 avril 2016

Réaction d'un lecteur

J'ai reçu quelques réactions à mon livre depuis sa publication, mais celle-ci est la plus longue. J'ai donc décidé de la partager avec vous. G.C. écrit:

J'ai terminé ton livre hier. ça m'a pris un peu de temps parce que tu es la cinquième personne que je connais qui a publié un livre depuis quelques temps, en plus de mes lectures habituelles.

Tu remarqueras que je dis personne que je connais, parce que je lis ton blogue depuis tellement longtemps que j'ai l'impression de te connaître.


J'ai toujours apprécié tes idées. Même lorsque je ne suis pas d'accord avec toi. Je ne partage pas tous tes intérêts non plus, mais je consulte ton blogue tous les jours. Quand il a fermé abruptement, ça m'avait fait un petit deuil. C'était l'époque où tous les blogues que j'appréciais fermaient. J'y retournais par hasard de temps à autre et un jour j'ai réalisé que le prof solitaire était de retour.


J'ai 3 filles, tu sais. J'essaye de les élever et de leur donner des valeurs. On dirait que je suis le seul dans ma gang parfois. J'essaye de les aider à se construire ouvertes, allumées et enthousiaste de la vie. Après 3 écoles, je réalise que celles-ci détruisent mes 2 plus vieilles. Chaque matin, je les envois à l'école et j'imagine un abattoir. Je déteste les envoyer là-bas. Je dis là-bas parce que je n'ai aucune appartenance avec ces édifices et leur personnel.


J'ai protesté cette année contre plusieurs règles et l'école a essayé de monter une cabale contre moi. Ils ont même appelé ma femme pour leur dire qu'elle souhaitait que je ne passe plus à l'école prendre mes filles!!!


Bref, je lis tes textes et j'aimerais tellement quelles tombent sur un prof comme toi.


Pour en revenir à ton livre. C'est ton style. C'est la plume que j'aime irrévérencieuse, méthodique et raisonnée. Tu y sembles comme toujours transparent, idéaliste et engagé.  Par contre, je vais t'avouer une chose. Je suis déçu.


Je m'étais fais tout une histoire avec ton livre. Je ne sais pas ce que j'en espérais... De l'espoir...  Je ne veux pas que tu prennes mon commentaire comme négatif. 


Ce que j'espérais, c'est que tu passes beaucoup de temps sur ta méthode d'enseignement. Sur les cas problématique que tu as aidés. Sur tes bons coups. Sur ce que tu fais de différent. J'espérais que tu nous prouve par A et par B que tout les emmerdeurs, ils ont torts. J'espérais que tu dénonces un peu plus le système. J'espérais que tu aies des solutions. Que tu parlerais des CS. J'en attendais beaucoup parce que tu avais la chance d'être publié sur un sujet qui n'intéresse personne. Les Québécois n'aiment pas l'intelligence, la culture et l'éducation. Bref, j'espérais un coup de masse. Peut-être que j'ai rêvé de toi en messie, faisant les tournées des émissions de radio et de télévision. Devenant le Bock-Côté de l'éducation.  J'ai fantasmé. :-p


Ton histoire toute personnelle m'a révolté, ému et rendu furieux. Donc, je ne te reproche rien là-dessus. C'est bien raconté. Tu t'es exposé et même mis en danger et c'est tout à ton honneur.


Tu vois j'ai un deuxième cycle en pédagogie de l'éducation supérieur, parce que je rêvais d'enseigner au CEGEP. J'y ai fais quelques incursions, mais pas assez à mon goût et j'y ai entrevu un peu, même à ce niveau, ce que tu dénonces. J'ai sorti et habité avec deux conjointes 4 et 5 ans qui étaient des profs au secondaire. J'ai encore des amis profs. Les plus allumés aussi parlent comme toi. J'en ai rencontré plusieurs qui sont des petits Mussolini amateurs à l'esprit étroit.

Tu sais ce que j'avais comme projet? Acheter plusieurs copies de ton livre et les envoyer aux 20 profs de l'école de merde que fréquentent mes enfants. Je me dis encore que ce livre mérite d'être lu, mais comme je te dis, je rêvais un peu trop mes propres aspirations.  Je pense tout de même envoyer quelques copies à l'école. Ton éditeur pourrait me faire un prix de gros :-P


Bref, bravo pour ton livre. Ton courage. Je suis aussi content de connaître le fond de l'histoire.  Bravo aussi pour ton honnêteté.


Si jamais tu as l'idée d'un deuxième livre. Je t'y encourage!


* * * * * * * * * * * *

C'est moi qui remercie G.C. d'avoir pris le temps de m'envoyer ses impressions! C'est très apprécié.

Je suis très heureux que le livre lui ait plu, malgré quelques déceptions.

Ses critiques sont tout à fait valides. Il a raison lorsqu'il dit que je ne parle pas (ou très peu) de ce que j'ai accompli de bien dans ma carrière et que je n'offre pas beaucoup de pistes de solutions.

Ça a été un choix conscient, d'ailleurs. Je ne voulais pas tirer dans toutes les directions avec ce livre. Je me suis dit qu'il fallait que je maintienne le focus sur l'essentiel, c'est-à-dire les difficultés que vivent les hommes qui travaillent auprès des enfants et les perceptions négatives qui existent à notre égard.

Pour ce qui est des pistes de solutions, j'ai décidé de ne pas pousser trop loin dans cette voie en me disant que la première étape, c'était de prendre conscience du problème, de le nommer et d'en parler.

J'aurais pu ratisser plus large. J'aurais peut-être dû. Je ne sais pas.

Ce que G.C. écrit à propos de ses enfants me rejoins beaucoup. J'ai souvent entendu des commentaires similaires de parents qui appréciaient mon travail auprès de leur jeune et qui étaient emballés par mon approche. On m'a souvent dit que les enfants s'épanouissent dans ma classe et qu'ils développent un enthousiasme qui était complètement absent avant. Je ne compte plus les parents qui m'ont dit: "Mon fils ne lisait jamais et depuis qu'il est avec vous, il lit à tous les jours sans qu'on le lui demande" ou encore: "Mon fils pleurait pour ne pas aller à l'école le matin et avec vous, il part le sourire aux lèvres et a plein de choses à raconter à son retour." 

C'est ça ma vraie paye. C'est ça qui me fait retourner au front malgré tout le reste. J'aurais probablement pu en parler davantage. Je n'ai jamais été très doué à faire de l'auto-promotion, c'est pourtant quelque chose qui m'aurait sans doute bien rendu service dans la vie. J'imagine que ça va de pair avec mon estime de moi-même déficiente.

Pour ce qui est de me voir faire la tournée des émissions de radio et de télé, ça tient effectivement du fantasme. Je savais qu'en publiant ce livre anonymement, je me tirais un peu dans le pied. D'ailleurs, cela semble se confirmer. La plupart des médias traditionnels n'ont fait aucune mention de mon livre. C'est décevant, mais pas surprenant.

Mais encore là, c'est un choix très conscient et j'ai déjà expliqué sur ce blogue les raisons qui m'ont amené à privilégier l'anonymat.

Pour ce qui est d'un second livre, j'y réfléchis. Je songe justement à une suite qui exposerait tout ce qui ne va pas avec notre système d'éducation et qui proposerait des façons de le réinventer. Le courriel de G.C. me donne encore plus envie de m'y attaquer. Mais il faudrait d'abord que celui qui vient d'être publié se vende bien. On verra...

Je songe aussi à écrire un truc qui n'a rien à voir avec le monde de l'éducation et que je pourrais publier sous mon vrai nom. Et le paradoxe dans ce cas-là, c'est que je ne pourrai pas en parler sur ce blogue sans foutre en l'air mon anonymat. Pas facile d'avoir une double vie! ;-)

Bref, merci encore à G.C. pour son commentaire. Si vous avez lu mon livre et que vous avez envie de partager vos impressions, n'hésitez surtout pas. Avec votre permission, je le publierai ici et j'y réagirai, comme je viens de le faire.



2 commentaires:

Guillaume a dit…

Déjà que tu publies, c'est une victoire importante, je pense. Tes idées vont circuler. Et tu as de quoi être fier.

Prof Solitaire a dit…

Merci mon vieux...