24 juin 2016

Gagner un référendum, c'est POSSIBLE!

Extrait de la nouvelle:

Dans un référendum historique sur le «Brexit» jeudi, les électeurs du Royaume-Uni ont voté en faveur de quitter l’Union européenne. Dans une lutte serrée, les partisans du camp du «leave » ont eu gain de cause. 

Les Britanniques ont voté pour une sortie de l'Union européenne, selon les projections de la BBC et de Sky News vendredi, après dépouillement des bulletins dans 302 des 382 centres. Aux premières heures de la matinée, le Brexit, ou British Exit, réunissait 52 % des voix. La participation au scrutin a été forte, avec 72,2 % selon le chiffre officiel.



9 commentaires:

Guillaume a dit…

Ça a été une décision très difficile, mais j'ai finalement voté Out. L'UE est trop arrrogante, trop peu démocratique, quand elle n'est pas carrément antidémocratique, trop technocrate, elle ne respecte pas assez les peuples des pays qui la composent.

Prof Solitaire a dit…

J'aurais probablement voté comme toi, bien que je dois avouer que je ne me suis intéressé à ce référendum qu'assez superficiellement. Je pense que plus un gouvernement est gros, plus il s'éloigne des intérêts et des aspirations de la population.

En tous cas, félicitations pour ta victoire! Tu as gagné un référendum! La dernière fois que ça m'est arrivé, c'était celui sur l'accord de Charlottetown en 92! :-P

Fylouz a dit…

Paradoxalement, je pense qu'il s'agit d'une victoire pour tous ceux qui croient à l'Europe. l'Europe telle qu'elle est aujourd'hui, c'est pas mal du aux accommodements exigés et obtenu par les anglais qu'ils s'en aillent je leur tiendrais la porte.

Prof Solitaire a dit…

Point de vue intéressant... tu crois donc que l'Union ne sera que renforcée par ce départ?

fylouz a dit…

L'Union Européenne reste un rêve inachevé. A bien des égards, c'est devenu une énorme usine à gaz, et ce, en grande partie à cause de la Grande-Bretagne pour laquelle le projet européen est un mal nécessaire. Elle y est entrée à reculons et s'est efforcée, depuis, de la saboter de l'intérieur. Même là, elle continue dans cette voie car Cameron s'est refusé à entériner le résultat du référendum en annonçant la sortie officielle de son pays de l'UE. Cela devrait se faire en novembre, après sa démission. Même là, ils font chier. Comme j'ai pu le lire par ailleurs, la GB, c'est les chats de l'Europe : ils ont fait chier pour entrer, ils font chier pour sortir !
Leur départ, je l'espère, obligera l'UE à se réformer en renforçant ses pouvoirs décisionnels de façon plus démocratique et, je le souhaite, en poussant en avant des gens motivés qui croient en celle-ci au lieu de tous ces technocrates incapables pour qui l'UE est le gros épouvantail qu'ils rendent responsable de leur ineptie et de leur médiocrité. Il est quand même extraordinaire de constater que Cameron a basé la campagne du "oui" sur la peur alors qu'il aurait pu et du avancer l'avantage des concessions qu'il a réussi à obtenir il y a quelques mois. C'est typique de nos politiques, ils sont incapables d'expliquer l'Europe, d'en vanter les mérites. Ils ont une position frileuse et réactionnaire par rapport à celle-ci. Et après on s'étonne que les gens pensent tant de mal de l'UE. Si leurs élites n'y comprennent rien elles-mêmes...

fylouz a dit…

Rectificatif : Cameron a l'intention de faire lanterner les 27 jusqu'en septembre, date de sa démission. Et d'après ce que je lis, son successeur probable est dans la même ligne : "À Londres, le premier ministre conservateur démissionnaire n'est pas seul à temporiser. Le chef de file des partisans du Brexit, Boris Johnson, qui vise sa place, joue désormais la conciliation, assurant que le Royaume-Uni fait «partie de l'Europe» et que sa sortie de l'UE n'interviendra «pas dans la précipitation».
Heureusement, il y a Merkel : "« On s'assurera que les négociations (sur la relation future entre l'UE et Londres) ne se déroulent pas selon le principe du «choix à la carte». Cela doit faire une différence d'être membre ou non de la famille qu'est l'Union européenne », a martelé la dirigeante allemande.
« Celui qui sort de la famille ne peut pas s'attendre à ce que tous ses devoirs disparaissent et que ses privilèges soient maintenus », a martelé Mme Merkel."

http://www.lapresse.ca/international/europe/201606/28/01-4996066-les-europeens-refusent-a-londres-un-divorce-a-la-carte.php


Prof Solitaire a dit…

Pierre Falardeau disait des Anglais quelque chose à l'effet de: "C'est une race de boss qui doit tout contrôler, tout dominer, tout le temps."

Peut-être devrait-on s'inspirer de l'Europe et trouver un moyen de faire sortir les Anglais du Canada? ;-)

Filouz a dit…

Pourquoi pas ? Les canadiens français sont les vrais canadiens, alors pourquoi pas un référendum pour savoir si les canadiens anglais veulent rester ou partir ? Peut être prend on le problème à l'envers ?

Prof Solitaire a dit…

Il est malheureusement trop tard pour ça... tout est à eux maintenant. Londres a accepté de nous donner un système démocratique seulement une fois que les anglophones ont représenté la majorité.