26 juillet 2016

Le Québec: une province fermée et raciste!

Extrait de cet excellent article de Tania Longpré:

Selon un texte signé Danny Braün sur le site web de Radio-Canada le 30 juin dernier, chronique accompagnant un reportage radio diffusé à Désautels le dimanche (...), le Québec aurait de la difficulté à retenir ses immigrants francophones.

Ah bon !

L’auteur, se basant sur 3 ou 4 témoignages, conclut que le Québec peine à retenir ses immigrants francophones sélectionnés.

C’est pourtant faux.

Une simple petite recherche de routine aurait permis au « journaliste » de vérifier que les 3 ou 4 témoignages, qu’il a montés en épingle, n’étaient pas représentatifs de la réalité.

En effet, selon les statistiques compilées par Citoyenneté et Immigration Canada à partir des fichiers administratifs d'impôt et d'immigration qu’on peut facilement trouver ici, c’est plus de 95 % d’immigrants francophones que le Québec garde et qui ne quittent pas pour d’autres provinces. C’est aussi le cas de 90 % des immigrants qui parlent les deux langues officielles du Canada. La rétention des immigrants francophones au Québec est en fait un énorme succès et non un échec, comme tente de nous faire croire Radio-Canada. Ces chiffres sont supérieurs à ceux de l'Ontario et de la plupart des autres provinces.

Le reportage indique aussi qu’« Au total, près du quart des immigrants québécois partent vers d'autres provinces canadiennes, principalement l'Ontario » sans mentionner que ce ne sont pas les immigrants francophones, mais ceux qui ne parlent pas français et ne se sont pas francisés qui quittent le Québec, et non les immigrants francophones ou francisés.

J’ai l’impression qu’une fois de plus, Radio-Canada utilise des cas anecdotiques et non représentatifs de la réalité afin de faire passer le Québec pour un mauvais joueur, une province fermée et raciste alors que ce n’est pas le cas.

N’importe quel chercheur scientifique sérieux qui aurait été appelé par le journaliste s’il avait fait une recherche, que ce soit un démographe ou autre spécialiste, aurait pu lui dire qu’au contraire, le Québec réussit très bien à garder ses immigrants francophones et francisés.

On ne peut pas ici parler de « peiner » à retenir ses immigrants. Ce qui est dommage avec ce type de nouvelles, c’est que les gens qui la liront y croiront. Non seulement il s’agit donc d’une situation inventée pour ce reportage, mais de plus, ce journaliste suggère aussi des pistes qui seraient en cause de cette « fausse » situation, qui selon lui, serait la difficulté «  à trouver un travail, une situation et une culture qui les intègrent. » Encore une fois, sur quoi se base-t-il ? On ne sait pas, mais on peut penser que c’est sa propre idée et celle des quelques personnes sur lesquelles il a bâti son reportage.

Ce qui manque de sérieux, c’est que Radio-Canada publie ce type de texte sans vérifier une seconde la réalité de la situation, et permet le « Quebec bashing » sans une minime vérification. Ça laisse croire et perpétue le mythe du Québec "fermé et xénophobe" chez les bien pensants qui ne jurent que par le média d'État

Le pire là-dedans, c’est que d’autres journalistes et chroniqueurs le croiront et relayeront la même information, c’est le cas de Francine Pelletier, du Devoir, qui est tombée dans le panneau sans contre-vérifier sa source. Dans cette chronique, elle dénonce la même « fausse » situation, sans avoir vérifié les informations à la source. (...)

Dommage que Radio-Canada soit écoutée religieusement alors que cette information est en fait un travail bâclé qui fait injustement passer le Québec pour un demeuré.



Aucun commentaire: