1 juillet 2016

Une victime innocente de plus

La vulnérabilité des hommes qui travaillent auprès des enfants et des jeunes est telle... et la société diabolise tellement les hommes, comme je l'explique dans mon livre, qu'il faut s'attendre à ce que des histoires comme celle-ci soient de plus en plus fréquentes:

Un animateur à la vie étudiante accusé d’agression sexuelle et d’attouchements sur une élève s’est effondré en larmes lorsqu’un juge l’a déclaré non coupable, jeudi.

«Mon fils a été détruit, s’est exclamée la mère d’André Bordeleau à sa sortie de la salle de cour du palais de justice de Saint-Hyacinthe, jeudi. Ça ne se pouvait pas. Je n’ai jamais douté de mon fils, jamais.»

En 2013, l’animateur à la vie étudiante de la polyvalente Monseigneur-Euclide-Théberge de Marieville, en Montérégie, a été accusé d’attouchements sexuels en situation d’autorité et d’agression sexuelle sur une victime de moins de 16 ans.

(...) «Je le savais tellement que ce n’était pas vrai, j’étais présente lors des événements, je n’ai jamais douté d’André», a renchéri, émue, une ancienne élève qui a témoigné en faveur de l’animateur au procès.

(...) «C’est une grande journée aujourd’hui parce que tout le milieu scolaire a été ébranlé et est toujours ébranlé», l’enseignante Mariane Moisan, qui a exprimé sa peine et sa sympathie pour l’élève amoureuse.

Vous voyez ça? Elle exprime sa peine et sa sympathie pour la personne qui a déposé cette fausse accusation et qui a anéanti la vie d'un homme innocent! Même quand elles sont démasquées et que le système de justice met au jour leur malhonnêteté, leurs mensonges et leur cruauté, les femmes continuent d'attirer la sympathie. Exactement comme dans l'affaire Ghomeshi. Hallucinant...

Sans commenter le cas de M. Bordeleau en particulier, le sexologue clinicien Mario Larivée Côté estime qu’il serait important qu’une personne qui dépose une fausse plainte soit poursuivie en justice pour méfait public.

La réputation des hommes accusés à tort d’agression sexuelle est à rebâtir de A à Z. Certains douteront toujours de leur innocence.

«En 2016, les enseignants doivent absolument se garder une distance avec les adolescentes ou s’assurer d’être dans un endroit où il y aura des gens autour», prévient-il.



3 commentaires:

Prof Solitaire a dit…

A LIRE ÉGALEMENT:

http://olivierkaestle.blogspot.ca/2016/07/fausses-allegations-encore-un-proces.html

Guillaume a dit…

Ça me fait penser au collègue de mes parents. Pour trop de monde encore, "il y a un doute". Mais au moins il a tenu son bout et après avoir été acquitté a poursuivi la victime prétendue et elle a été condamnée au criminel.

Anonyme a dit…

Dans de nombreux pays, les faux accusateurs sont systématiquement poursuivis. Pas au Québec, malheureusement!