23 août 2016

AVENGERS: ORIGIN de Casey et Noto


L'idée de cette mini-série de 5 numéros était d'offrir aux lecteurs une version modernisée et plus détaillée de l'histoire originale contenue dans le légendaire premier numéro de la série Avengers, publié en 1963.

Le coeur du récit est essentiellement le même: Loki se sert de ses illusions pour faire en sorte que Hulk endommage une voie ferrée. L'incident cause presque un déraillement et Hulk est blâmé par les autorités. On appelle les Fantastic Four pour intervenir, mais Loki fait en sorte que le message de détresse parvienne plutôt à Thor. Il est également reçu par Iron Man, Ant-Man et Wasp. Les trois héros tentent d'appréhender Hulk pendant que Thor confronte Loki. À la fin, tout ce beau monde se félicite de leur victoire et décide de faire de cette alliance une équipe permanente: les Avengers.

Le problème avec cette série, c'est que tout ce qui est ajouté pour mettre un peu de viande autour de l'os est complètement, mais complètement inintéressant. Les dialogues sont d'une lourdeur et d'un ennui mortel, au point où il m'est arrivé à plusieurs reprises de tomber dans la lune en le lisant. Il n'y a absolument aucune chimie entre les personnages et le lecteur n'a pas du tout l'impression d'assister à un moment important. On n'a même pas l'impression de voir des débuts de liens ou d'amitiés se former, les personnages parlent avec la passion d'une équipe de comptables.

À plusieurs reprises, loin de se comporter comme des héros, les Avengers donnent plutôt l'impression d'être des vrais cons. Ils défoncent des toits de maison sans la moindre crainte de blesser les occupants, ils provoquent Hulk au lieu d'essayer de le calmer, etc.

Les modifications qui visent à moderniser ou approfondir le récit sont insignifiants ou carrément risibles. Les ondes radio sont remplacées par des courriels. Une usine de voitures devient une usine d'armement (ne me demandez pas pourquoi, aucune idée). Et lorsqu'il travaille dans un cirque, Hulk se lie d'amitié avec... une femme à barbe.

J'adore Phil Noto, mais les planches de cette série sont carrément médiocres. Les décors sont parfois complètement absents: ses cases sont vides! On dirait qu'il n'avait tout simplement pas envie de dessiner. Il faut dire que le scénario est tellement plate qu'on peut difficilement le blâmer. Mais ce qui vient compléter le gâchis, c'est l'encrage qui est, très franchement, amateur. Noto repasse les lignes de ses croquis sans donner de texture, de profondeur ou de masse à ses dessins. On a l'impression de regarder un travail qui n'est pas encore terminé. Marvel aurait dû se payer un bon encreur pour sauver les meubles.

Le seul point positif de cette BD, ce sont les couvertures. Ça c'est du Phil Noto comme je l'aime! Si seulement les pages intérieures avaient reçu autant d'attention et d'effort...



2 commentaires:

fylouz a dit…

Le comportement des personnages tel que tu les décrit me fait penser à celui des personnages dans les "classics". Par exemple, je me souviens d'un épisode des FF (pas moyen de le retrouver) dans lequel la Torche travaille avec des amis sur un véhicule. Le signal FF apparaît dans le ciel et il s'enflamme, détruisant au passage la voiture. La réaction de ses amis ? Ils sont extasiés !
En fait, à te lire, j'ai l'impression que les auteurs ont vraiment "respecté" le style original des "classics" qui a - reconnaissons-le - un peu vieilli.

Prof Solitaire a dit…

Tu soulèves un argument intéressant, c'est vrai que l'éthique des super-héros des années 60 était parfois plutôt défaillante et peut-être qu'il s'agissait d'un choix conscient du scénariste qui souhaitait rendre hommage... peut-être...