29 août 2016

Le musée est "plate"

Ma merveilleuse collègue Brittany frappe à nouveau.

Ce matin, nous nous réunissions afin de discuter des sorties scolaires de l'année. C'est à peu près le seul sujet sur lequel nous sommes obligés de coopérer.

On commence pas mettre des idées sur la table. Brittany propose une espèce de "Laser Quest". Je réponds que j'aimerais faire une sortie éducative où les élèves apprennent quelque chose.

Elle réplique alors: "Tu vas probablement vouloir retourner à ton musée des beaux-arts encore une fois? Il est plate ton musée!"

Contexte: Je visite effectivement le musée des beaux-arts de Montréal avec mes élèves depuis des années. Ce lieu est extraordinaire pour leur faire découvrir des oeuvres magnifiques et variées et ouvrir leurs horizons sur des époques et des cultures qui leur sont complètement étrangères. Habituellement, nous faisons une visite des galeries et, par la suite, nous allons en atelier pour réaliser une oeuvre d'art. Avec mes élèves, c'est toujours un grand succès. Et, à mon éternelle surprise, ils n'y sont jamais allés avant, ce qui me renverse à chaque fois.

Mais voilà, Brittany a autant de culture, de sophistication et d'ouverture d'esprit qu'une botte de caoutchouc. Ça ne l'intéresse pas une miette et elle est donc bien incapable de transmettre le moindre intérêt à ses élèves. De plus, comme son approche est exclusivement basé sur la discipline et la domination des enfants, elle est obligée de les superviser comme un faucon, de les menacer de punitions et de les avertir constamment sans quoi ils sont intenables. Et malgré cela, dès qu'elle tourne le dos, ils déconnent.

Je ne peux pas les blâmer. À cet âge et dans ce contexte, j'aurais probablement fait exactement la même chose.

Mes élèves apprécient parce que je les prépare avant la sortie. Nous discutons de l'histoire de l'art, des techniques, des courants artistiques, etc. Je leur explique que ce musée n'est pas un magasin dans lequel on retrouve des objets qui ont été fabriqués à la chaîne à des milliers d'exemplaires, mais que chaque oeuvre a été réalisée à la main et est absolument unique au monde. Bref, je réussis à allumer leur curiosité et à leur transmettre mon enthousiasme.

J'ai donc essayé de mettre de l'avant des arguments pour essayer de la convaincre que ce musée est un véritable joyau et qu'il serait très triste que les élèves ne puissent pas le visiter. Elle m'a répondu que je voulais seulement le visiter parce que ça m'intéresse MOI, pas pour les élèves.

J'étais complètement estomaqué.

Elle m'accuse de vouloir amener les enfants au MBAM pour des raisons purement égoïstes.

Je n'en revenais pas.

Je lui ai répondu que ce n'est pas le cas, que je visite ce musée avec mes propres enfants à chaque année, que je n'ai absolument pas besoin d'avoir ma classe avec moi pour y aller et que je profite beaucoup plus de ma visite lorsque je n'ai pas des dizaines d'élèves à la traîne!

Non mais quelle tarte!

Bref, elle a gagné. Nous n'irons pas au musée des beaux-arts cette année. C'est trop "plate" à ce qu'il paraît!

Calvaire d'épaisse...

Et c'est ça qui va enseigner à 25 enfants cette année!



6 commentaires:

PJ a dit…

Dans mon jeune temps, il y avait une randonnée à bicyclette ent cinquième année, 20km aller et 20km retour, avec une petite armée de parents volontaires pour aider à coordonner. On apprenait plein de trucs sur le vélo en préparant cette activité. Deux groupes sur trois y participaient, parce que la prof de l'autre groupe refusait catégoriquement d'y aller ("d'un coup qu'il y a quelqu'un qui se blesse, d'un coup qu'il y a quelqu'un qui se fasse mal" qu'elle donnait comme excuses à sa classe). La grande majorité de ses élèves la haïssait juste pour ça, et personne ne voulait se retrouver dans sa classe en cinquième année à cause de ça.

Ta collègue me rappelle un peu cette chipie, mais un manque de culture, c'est autre chose que d'avoir peur de faire du bicycle.

Guillaume a dit…

Je me rappelle de la vieille folle dont parle mon frère. La raison véritable, c'est qu'elle ne voulait pas se faire mal au dos et qu'elle n'était pas sportive pour deux cennes. Je n'ai jamais été sportif moi même, mais j'ai vraiment adoré la randonnée en bicyclette. La maniaque donnait aussi ses cours avec un micro, afin de se reposer la voix. Même les parents et ses collègues la détestaient.

Et je suis outré tant de sa suggestion (Lazer Tag, vraiment? Bravo pour la valeur éducative!) que d'avoir rejeté de manière aussi péremptoire et mesquine ta suggestion. Un musée, ça devrait être LA place où l'on veut envoyer les élèves. Et ça les intéresse! On allait au Musée du Saguenay lors de nos sorties scolaires, ce n'était pas le gros char, mais on adorait.

Prof Solitaire a dit…

On est sur la même longueur d'ondes, messieurs...

Et Guillaume, tu seras charmé d'apprendre que la vaste majorité de mes merveilleuses collègues utilisent des micros... je suis vu comme un hurluberlu parce que je refuse d'en utiliser un! Votre vieille folle était une pionnière finalement! ;-)

Anonyme a dit…

Des micros? PTDR elles parlent à un amphi ou quoi?encore elles auraient la voix cassée je comprendrais mais limite on dirait ça les fait ch*** de devoir hausser la voix pour se faire entendre.Sinon j'imagine pas à quel point le lazer tag va être un plaisir avec une dictatrice MDR alors interdit de courir ,de crier,d'aller au toilette,c'est sur les gosses vont s'amuser avec elle,ils vont s'amuser à foutre le bordel j'imagine et elle va se casser la voix à crier

Anouk B a dit…

L'an dernier j'ai accompagné la classe de ma fille au musée des beaux arts. Le discours des préposées était adapté aux 1e années et centré sur les différences entre les époques. Les enfants ont adoré, ils ont fait de belles oeuvres d'art et ce n’était pas trop statique. Au contraire, c'est le seul bémol de la journée, on perdait beaucoup de temps à se déplacer d'un secteur à l'autre. c'était une belle initiation et c'est pour ça qu'ils y vont a chaque année malgré le voyagement.

je crois que vos groupes perdent une belle activité. Surtout que ça doit être beaucoup plus intéressant à leur age qu'à 6-7 ans

Anonyme a dit…

Et ta direction accepte ça?!?

Cette année, j'ai une nouvelle directrice. Elle exige les détails de toutes nos activités complémentaires, payantes ou non, à l'école ou à l'extérieur. Elle veut s'assurer que les activités choisies soient éducatives. Je comprends sa demande. Je crains toutefois un refus de sa part, car même si nous choisissons soigneusement nos activités en lien avec notre enseignement, elle n'a peut-être pas la même vision que mon équipe du 3e cycle…

C'est désolant que tes élèves ne puissent pas aller au Musée des Beaux-Arts cette année. C'est effectivement une belle sortie et les élèves adorent l'atelier de création. C'est tellement important de développer les intérêts de nos élèves et de leur faire découvrir des lieux qu'ils ne visiteraient probablement pas avec leurs parents. Quel dommage que tu aies cédé pour satisfaire cette « germaine »...!!!

En ce qui concerne les micros, j'ai un système « champ libre » dans ma classe. Toutes les classes en sont équipées. Je crois que l'idée vient d'une maman d'élève ayant un problème d'audition. Il paraît que c'est vraiment bénéfique pour les profs, évidemment, mais surtout pour les élèves. Personnellement, je déteste. Et comme j'aime faire des blagues, je suis parfois gênée que tout le monde puisse entendre... ;) Bref, je ne l'ai pas du tout utilisé l'an passé (pour moi, c'est zéro convivial ce machin). On verra pour cette année. Je me questionne quand même pour la transition primaire-secondaire si les enfants y sont habitués du préscolaire à la 6e année.

En tout cas, bonne chance avec ta germaine-control-freak.

A.