14 août 2016

SAGA vol.5 de Vaughan et Staples


En 2013, j'avais pondu un billet à propos de la série SAGA. Et depuis, silence radio.

Ce n'est pas par manque d'intérêt. Et ce n'est pas parce que j'ai arrêté de lire la série. En fait, je viens de dévorer le cinquième volume avec un intérêt toujours aussi élevé.

Si je n'ai pas reparlé de cette série, c'est tout simplement parce que je ne sais pas comment m'y prendre. C'est tellement bizarre et délirant, tellement fucké... et en même temps, c'est tellement terre à terre et crédible... c'est une série déroutante et très difficile à décrire.

Cette série me met dans tous mes états. Je suis tour à tour émerveillé et horrifié, atterré et crampé de rire.

Je ne sais tout simplement pas comment la décrire. Mais je vais essayer. Pis si vous n'y comprenez rien, ben j'm'excuse à l'avance...

Depuis le début, l'histoire tourne autour de Marko et Alana, deux membres de races qui se détestent et qui sont en guerre perpétuelle l'une contre l'autre. De leur union naît Hazel, une petite fille hybride qui est considérée comme une abomination par les deux races. Les dirigeants des deux armées veulent éliminer cet enfant qui pourrait servir de symbole pacifiste et mettre un terme à la guerre.

Les péripéties ont été nombreuses, imprévisibles et abracadabrantes depuis le premier tome. Le cinquième tome s'ouvre sur une planète glacée où un androïde appelé Dengo attend de rencontrer un groupe de révolutionnaires qu'il a contacté. Dengo est issu de la basse classe de la société féodale des androïdes. La télé qui lui sert de tête est un vieux modèle qui n'émet que des images en noir et blanc. Il a tué une princesse royale, s'est emparé de son enfant. Puis, il a kidnappé Alana et sa fille hybride, Hazel. Dengo est profondément bouleversé depuis la mort de son fils et il veut mettre un terme à l'éternelle guerre qui ravage l'univers en renversant la monarchie androïde. Ses intentions et son vécu le rendent sympathique, mais ses méthodes sont exécrables.

Les révolutionnaires se pointent et Dengo commence à réaliser que le fait de les contacter était peut-être une erreur. Mais que peut-il faire? Alana tente de le convaincre de se retourner contre eux et de l'aider à s'enfuir, mais Dengo hésite. Les révolutionnaires sont armés jusqu'aux dents et Dengo ne veut pas que les enfants soient blessés. Alana, elle, est complètement déjantée. Elle est prête à tout, se disant qu'elle préfère mourir que vivre sans sa fille. Tous les personnages ont des motivations et des intentions qui s'affrontent et s'entrechoquent. On n'est pas dans un monde manichéen avec les gentils d'un bord et les méchants de l'autre. Le lecteur est déchiré. Comme Dengo, il ne sait plus qui doit l'emporter et l'avenir est complètement incertain. Car si cette série nous a habitué à quelque chose, c'est que tout est possible et les dénouements sont complètement imprévisibles.


Pendant ce temps, sur Demimonde, une planète littéralement coupée en deux, d'autres personnages sont en mission. Gwendolyne, Sophie, The Brand et le Lying Cat ont besoin d'un ingrédient essentiel pour créer un remède qui sauvera le personnage qui les unit les uns aux autres: The Will. Ce chasseur de primes repose entre la vie et la mort et les médecins ne peuvent rien pour lui. Gwendolyne est sa plus récente cliente et elle est secrètement amoureuse de lui. Sophie est une fillette qui était exploitée comme esclave sexuelle sur une planète de dégénérés avant que The Will la libère. The Brand est la soeur de The Will et le Lying Cat, une espèce de gros chat chauve capable de détecter les mensonges, est son partenaire de fortune. L'ingrédient qu'ils cherchent n'a rien de bien banal: ils doivent collecter du sperme de dragon. Vous pouvez bien essayer d'imaginer comment ils feront pour mettre la main là-dessus, je vous garantis que la réponse ne manquera pas de vous surprendre.

Nous suivons également un troisième groupe formé d'ex-ennemis qui collaborent temporairement. Il y a Marko, le conjoint d'Alana et le père de Hazel, qui tente désespérément de retrouver sa femme et sa fille. Marko est un ancien soldat devenu pacifiste qui se refuse à utiliser la violence, mais les événements le forceront-ils à briser ce serment? Prince Robot IV veut venger l'assassinat de son épouse, tuer Dengo et secourir le bébé qui est né de leur union et qu'il n'a encore jamais vu. Ils sont accompagnés de Ghüs, un sympathique petit bonhomme avec une tête de bébé phoque. Il est mignon comme tout mais possède peut-être un "dark side" insoupçonné. Finalement, il y a Yuma, une créature végétale accroc à la drogue qui a trahi Alana et qui souhaite maintenant se racheter.

Je vous avais bien dit que c'était fucké.

Mais c'est tellement bon. À chaque fois qu'un nouveau volume sort, je me retape toute la série avec un plaisir jamais altéré. Les scénarios de Vaughan sont de l'or et les dessins de Fiona Staples sont géniaux. Avec les années, les dessins dynamiques, expressifs et étonnants de cette artiste en ont fait l'une de mes dessinatrices préférées.

Et comme si ce n'était pas assez bon comme ça, il faut en plus qu'ils nous fassent réfléchir. Car au-delà de ces personnages insolites, les thèmes exploités sont universels. Il y est question de la vie de couple et des responsabilités parentales. Les dilemmes moraux sont omniprésents et la situation politique de cet univers ne sont pas sans rappeler nos conflits, nos guerres et nos politiques ici, sur Terre.



Aucun commentaire: