25 août 2016

Trudeau croit que la pauvreté est sexiste

Extrait de la fascinante nouvelle:

Le premier ministre Justin Trudeau s'est joint à une campagne sur les médias sociaux exhortant les leaders mondiaux à reconnaître que la pauvreté a un impact plus important sur les femmes que sur les hommes.

Dans une lettre publiée jeudi, M. Trudeau affirme que les femmes et les filles sont moins susceptibles de faire des études, plus susceptibles de vivre dans la pauvreté et courent un plus grand risque d'être atteintes par la maladie et d'avoir des problèmes de santé.

Quel grand homme ce Juju!

Malheureusement, il a encore tout faux.

Allons-y une affirmation à la fois.

La pauvreté affecte-t-elle plus de femmes que d'hommes?

Voici les statistiques officielles du Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion (CEPE):



On voit bien qu'au Québec, la pauvreté affecte les hommes et les femmes à peu près également.

L’Institut de la statistique du Québec nous offre les chiffres suivants dans le cadre d'une étude sur l'itinérance:


Ah, tiens donc. La très vaste majorité des itinérants sont des hommes. Comme c'est étrange. Ça ne cadre pas trop avec les propos du grand Juju, ça...

Les femmes et les filles sont-elles moins susceptibles de faire des études?

Lorsque l'on consulte les Statistiques de l'enseignement supérieur du Québec, on voit ceci:


Les femmes sont plus nombreuses dans presque tous les groupes d'âges et dans tous les cycles d'étude! 

Tiens donc... encore une fois, ça ne cadre pas trop bien avec les déclarations de Juju-le-grand-féministe, ça!

Les femmes courent-elles un plus grand risque d'être atteintes par la maladie et d'avoir des problèmes de santé?

Consultons les chiffres de l'Enquête québécoise sur l'expérience de soins de l'Institut de la statistique du Québec:


On constate que, si les femmes sont effectivement plus nombreuses à consulter un médecin à l'urgence, la différence est tout à fait négligeable pour tous les groupes d'âge.

Et lorsqu'il est question de consultation d'un médecin spécialiste, on voit que, encore une fois, la différence entre les hommes et les femmes est généralement négligeable, à part pour le groupe d'âge 25-49 ans où la différence est plus marquée (il y a fort à parier que cette différence est due aux grossesses et non pas à des maladies plus prévalentes):


Les statistiques de la CSST nous apprennent ceci à propos des accidents de travail au Québec:


L'IRSST nous apprend ceci à propos des décès survenus suite à un accident de travail dans trois provinces canadiennes:


Terminons avec ces statistiques à propos de l'espérance de vie des Québécois selon le sexe:


C'est extraordinaire, n'est-ce pas?

C'est comme si la réalité était exactement l'inverse de ce que prétend notre premier ministre, le bon et grandiose Juju Ier.

Il faut dire que les féministes ne s'embarrassent pas trop de la réalité... c'est chiant, la réalité, quand ça vient constamment contredire nos croyances... alors aussi bien l'ignorer et dire des bêtises pendant que les médias, béats d'admiration, nous citent sans jamais nous remettre en question...