8 septembre 2016

Féline collègue

La semaine passée, avant le début des classes, je me rends dans la salle du personnel pour me chercher quelque chose à boire. Il était très tôt et j'étais encore à demi endormi. Une collègue me suit sans que je la remarque, elle entre derrière moi et referme la porte. Nous sommes seuls dans la pièce.

Je me retourne et elle commence à imiter une chatte. Le spectacle qui s'est offert à mes yeux est difficile à décrire, mais je vais essayer d'être le plus clair possible.

Elle avait une passe sur la tête sur laquelle figurait deux oreilles de chat. Elle imitait des griffes avec ses mains et bougeait son corps et son bassin spasmodiquement, comme si elle faisait des vagues, vous voyez ce que je veux dire? Elle s'est également mise à grogner et à miauler. Puis, elle a pointé son postérieur vers moi et a dit: "J'ai déjà les oreilles, veux-tu être ma queue?"

Je ne suis pas particulièrement prude ou facilement choqué, mais là, sincèrement, j'étais sans voix. Ça sortait vraiment de nulle part, jamais je n'ai échangé de blagues du genre ni flirté de quelque façon que ce soit avec cette femme. J'étais planté là, hébété, à la regarder sans savoir quoi répondre. Qu'est-ce qu'un gars est supposé répondre à ça?

Face à mon visage de merlan frit, elle s'est sentie mal à l'aise, a balbutié je ne sais plus trop quoi... j'ai fait semblant de trouver ça drôle, j'ai pris mon jus et je suis retourné dans ma classe, abasourdi.

Je ne sais pas si elle jouait ou si elle me faisait de réelles avances et c'est sans importance. Pour tout dire, elle est plutôt jolie mais je suis marié et je ne veux rien savoir. Mais ce qui me jette à terre c'est de constater, encore une fois, avec quelle impunité et inconscience les femmes peuvent se comporter avec les hommes.

Imaginez si les rôles avaient été inversés. Imaginez si c'est moi qui avait refermé la porte derrière une collègue, qui avait imité un chat et qui lui avait demandé si elle voulait que je sois sa queue en me balançant le bassin.

J'aurais été accusé de harcèlement sexuel. Et probablement congédié.

Mais ce n'est même pas pour éviter de telles conséquences que je n'ai jamais agi de la sorte. En vérité, une chose pareille ne m'est jamais même passée par la tête! C'est tout simplement quelque chose qui ne se fait pas et que je n'imaginerais même pas...

Mais ma collègue, elle, n'a de tout évidence jamais considéré un seul instant que ce qu'elle faisait pouvait être inapproprié...

Complètement inconsciente... c'est comme si, pour certaines femmes, tous les comportements les plus subjectifs sont parfaitement acceptables. Les hommes, ces éternels obsédés sexuels, ne peuvent qu'apprécier et répondre favorablement. Pour elles, être accusée de harcèlement sexuel tient de la science-fiction...

Ce n'est pas la première fois que je subis des traitements inappropriés de collègues... me faire pincer les fesses, me faire des propositions explicites, il y en a même déjà eu une qui a descendu ma fermeture-éclair et qui voulait me faire une pipe dans ma classe...

L'inconscience de certaines femmes ne cessera jamais de me renverser. Il s'agit vraiment d'un privilège féminin qui m'est totalement étranger...

Et n'y a-t-il pas là-dedans un profond manque de respect et de considération à l'égard des hommes? Surtout quand on sait ce dernier marié? Je crois que oui...



8 commentaires:

fylouz a dit…

Il t'arrive des trucs vraiment hallucinants.

Guillaume a dit…

Je pense que dans son cas c'est psychiatrique.

Prof Solitaire a dit…

@ fylouz: Je sais! Et le pire, c'est que la plupart du temps, je raconte ça à d'autres gars et ils pensent que je suis chanceux et que c'est hot... mais dans la réalité, il n'y a rien de très affriolant là-dedans, c'est plutôt très inconfortable, désagréable et agressant. Et cette apparente inconscience féminine est très frustrante pour moi... ma règle d'or dans la vie c'est que je traite les gens comme j'aimerais qu'on me traite et les gens qui transgressent ceci m'enragent...

@ Guillaume: T'as peut-être pas tort...

Guillaume a dit…

Peut-être? Même fétichiste elle n'oserait pas faire un truc pareil sauf avec quelqu'un qu'elle connaît bien. C'est assez clair pour moi que c'est un cas de psychiatrie. Et t'es peut-être pas le premier à qui elle fait des avances.

Anonyme a dit…

Son impunité est surtout basée sur le fait que tu ne portes pas plainte.

fylouz a dit…

Je ne veux pas rajouter une couche, mais et si quelqu'un lui avait raconté que tu étais une sorte de chaud lapin ?

Prof Solitaire a dit…

@ Anonyme: Sans doute... mais porter plainte me coûterait très cher. Je suis (enfin) dans une école où je me plais plutôt bien et où mes relations avec mes collègues sont généralement pacifiques. Si je porte plainte, tout va chier et je vais devoir partir... et après ce que j'ai vécu, il me semble hautement vraisemblable que tout changement serait pour le pire... de toute façon, Mme la chatte est très mal à l'aise depuis ceci et garde ses distances, ce qui me convient parfaitement...

@ fylouz: J'en doute... mes collègues semblent plutôt me trouver froid, indépendant et distant, voire pédant.Tout le contraire d'un gars qui manifeste une ouverture à ce genre de chose... mais bon, c'est pas comme si je comprenais quoi que ce soit à la psychologie féminine... :-P

Anonyme a dit…

Prof: Tu es alors en mesure de comprendre pourquoi une femme se tait quand on la harcèle. La peur, la crainte, ça fait fermer sa gueule.