29 octobre 2016

Donalda Trumpette Goldwater

Je ne regarde pas TLMEP. Mais quand j'ai entendu parler de l'entrevue avec Anne-France Goldwater, j'ai eu envie de savoir ce qu'elle avait dit exactement.

Et c'était encore pire que ce que je croyais.

Extraits:

«On enlève les couches des garçons à 30 ans»

Imaginez si une personnalité québécoise masculine avait tenu de tels propos en parlant des femmes. Imaginez s'il avait infantilisé les femmes dans la vingtaine en les traitant de "filles" ou de "fillettes". Vous croyez que les gens auraient ri et applaudi?

Pourquoi les féministes ne s'objectent-elles pas à de telles déclarations sexistes? Je croyais qu'elles se battaient pour l'égalité? Tiens donc...

Les beaux gars sont des «p’tits morceaux» qu’on attire en claquant la langue

Imaginez si une personnalité québécoise masculine avait comparé les belles femmes à des "morceaux" qu'on attire en sifflant. Vous croyez que les gens auraient ri et applaudi?

«Les hommes sont utiles pour quelque chose, mais pas nécessairement grand-chose»

Imaginez si une personnalité québécoise masculine avait laissé entendre que les femmes sont juste bonnes à baiser. Vous croyez que les gens auraient ri et applaudi?

Lors d’un précédent passage (...), elle avait dit que les hommes étaient des «bâtards» et des «petites têtes», et avait déclaré que si les hommes ne voulaient pas s’engager à long terme avec une femme, ils n’avaient qu’à rester chez eux et à se servir de leur main gauche.

Imaginez si une personnalité québécoise masculine avait affirmé que les femmes étaient des bâtardes et des connes. Imaginez s'il avait dit que les femmes qui ne souhaitent pas de relations sérieuses avec des hommes devraient rester chez elles et se rouler la bille. Vous croyez que les gens auraient ri et applaudi?

Et si un homme tenait de tels propos, croyez-vous qu'il pourrait sincèrement caresser le projet de devenir maire de Montréal?

C'est ça le climat au Québec. On vit dans une société où les femmes sont devenues une classe privilégiée et protégée et où les pires ignominies peuvent être proférées à propos des hommes sans que personne ne s'en offusque. 

Pire, on applaudit et on rit.


"Come Be PC" - Social Justice: The Musical

Le chef-d'oeuvre de Chris Ray Gun:





10 raisons de croire à un complot dans l'assassinat de JFK



10- Le médecin affirme que la balle provenait de l'avant

9- Oswald était un mauvais tireur

8- Pourquoi tout le monde se pointe au cinéma?

7- Pas de notes et pas d'avocats lors de l'interrogatoire d'Oswald

6- Les empreintes digitales sur l'arme d'Oswald

5- Le corps de JFK est déplacé illégalement par les Services secrets

4- Les témoins affirment que les coups de feu proviennent de l'avant

3- La position des véhicules dans le défilé et l'arme d'Oswald

2- Tests acoustiques et un deuxième Oswald

1- Les fragments de balles



"Beaver Wars"

Il est assez rare de voir les Américains discuter de la guerre de la conquête, qui fut pourtant d'une importance capitale. En voici une intéressante exception:





Anthony Geoffroy

dALilithiel II




D'autres oeuvres ici.

Trouvé ici.


Joe Quinones

Jeff Langevin (jmlan)

Jamal Campbell

24 octobre 2016

Le futur du Canada trudeauiste

Lorsqu'ils critiquent le projet souverainiste, les fédéralistes brandissent toujours la menace de l'incertitude. "Qui sait ce qui va se passer si on se sépare?"

Il est temps pour les souverainistes de contre-attaquer en utilisant l'argument de la certitude. Car tout indique que, si le Québec demeure une province canadienne, cela mènera à une marginalisation du Québec et à la mort inéluctable du français.

Voyez par vous-mêmes ce qui attend le Québec d'ici l'an 2100:

Imaginez le Canada avec une population de 100 millions d'habitants - ce qui représente trois fois sa taille actuelle. Ce n'est pas une prédiction fantaisiste, c'est l'objectif réel de deux conseillers économiques importants du gouvernement de Justin Trudeau.

Un comité de 14 personnes a été formé par le ministre des Finances, Bill Morneau, pour lui fournir des conseils «audacieux» afin d'orienter l'économie vacillante du Canada et de donner un élan à la croissance économique.

L'une des premières recommandations, publiée la semaine dernière, est d'augmenter graduellement le seuil d'immigration à 450 000 personnes par année d'ici 2021 - avec une concentration particulière sur les immigrants avec une expertise en affaires et les étudiants étrangers. Ce serait une hausse de 50 pour cent par rapport au seuil actuel d'environ 300 000 immigrants.

Les membres du comité - comme plusieurs, dont le ministre du Développement économique, Navdeep Bains - estiment que cette ouverture aux nouveaux arrivants est un ingrédient essentiel pour stimuler la croissance à l'avenir.

Est-il nécessaire de préciser qu'un tel projet, émanant d'un gouvernement aussi dogmatiquement multiculturaliste, est purement idéologique? En effet, il ne s'appuie sur absolument aucune donnée scientifique. Au contraire, les experts s'accordent pour dire que l'immigration massive n'est pas la solution:

La vérité à propos de l'immigration



De plus, pour le Québec, une telle décision serait catastrophique. Au sein du Canada, notre peuple qui fut jadis la majorité et qui fut jadis considéré comme fondateur, n'est plus qu'une minorité quelconque parmi d'autres. Des niveaux d'immigration aussi élevés nous priveront de tout poids politique digne de mention. Le Canada anglais tente de nous noyer démographiquement depuis plus de deux siècles et ceci sera la concrétisation finale de ce projet d'effacement de notre peuple.

De plus, sans pays, les Québécois seront incapables d'intégrer tous ces gens qui deviendront massivement anglophones. C'est d'ailleurs déjà le cas:

L'inéluctable déclin se poursuit...






Des millions pour angliciser les immigrants francophones

L'immigration sous Charest


L'immigration est souhaitable et bénéfique, mais seulement dans une certaine mesure. Les projets des libéraux fédéraux tiennent du délire multiculturel.

Demeurer dans le Canada, c'est signer l'arrêt de mort du Québec français.

Jamais cela n'aura été aussi clair que maintenant.




The Masked Arab

J'ai déjà parlé du Masked Arab, l'un de mes Youtubeurs préférés. Il s'agit d'un ex-musulman qui jette un regard clair, franc et impitoyable sur son ancienne religion. Il démontre clairement que les atrocités qui sont commises par Daech et les autres groupes islamistes ne sont pas des gestes aléatoires perpétrés par des malades mentaux qui n'ont rien à voir avec la religion, comme on tente désespérément de nous le faire croire. Ce sont plutôt des gestes qui sont motivés, enracinés, permis et explicitement encouragés dans les textes sacrés de l'Islam.

Bref, il est le pire cauchemar des multiculturalistes.

Dans ce billet, j'ai partagé ses premiers vidéos de la série "Islam & ISIS" dans lesquels il démontre que ce qui est qualifié d'extrémisme, le meurtre de civils innocents, le djihad offensif et les attaques-suicides sont tous clairement et expressément permis et encouragés par les écrits religieux.

Si vous avez envie de voir cette religion pour ce qu'elle est réellement, plutôt que la version aseptisée et édulcorée que les multiculturalistes et les apologistes essaient de vous vendre, alors je vous invite à consulter ses autres vidéos:

L'esclavage et les concubines

L'exécution de prisonniers

La décapitation et la mutilation

La brutalité

Le meurtre d'homosexuels

La lapidation et le fouet

Les amputations

Les enfants-soldats

Le meurtre de membres de sa famille

Le takfîr et les combats entre musulmans

La pédophilie et le mariage d'enfants

Le meurtre de blasphémateurs

Sept raisons pour lesquelles j'ai quitté l'Islam





Les délires racistes de Black Lives Matter

Maintenant que le mouvement BLM tente de s'implanter au Québec et que sa théorie du "racisme systémique" est adoptée par plusieurs politiciens, il est judicieux de le regarder de plus près. Si certaines de ses demandes initiales pourraient être considérées raisonnables dans le contexte des USA, le mouvement s'est rapidement transformé et sa rhétorique est devenue profondément raciste et haineuse.

Je vous propose deux vidéos fort intéressants. Le premier est de Sargon of Akkad et traite des demandes du mouvement BLM:



Celui-ci, de AIU, expose un texte écrit par Yusra Khogali, l'une des fondatrices de BLM Toronto dans lequel elle déclare que les Noirs sont supérieurs aux Blancs et que ces derniers sont des défectuosités génétiques et des sous-humains:



Comment on appelle ça déjà des zigotos qui affirment que les gens qui n'ont pas la même couleur de peau qu'eux sont génétiquement inférieurs?



Âge glaciaire nord-américain



"America's Ice Age", un documentaire intéressant à propos d'une époque qui modifia radicalement nos paysages.



Préhistoire du Témiscamingue

Comment a été votre enfance?

Avez-vous eu une bonne ou une mauvaise enfance? Gracieuseté de School of Life:





Nicolas Raymond III




D'autres magnifiques oeuvres ici et ici.

Trouvé ici.


David Kelavey II





D'autres oeuvres ici.

Trouvé ici.


Martin Amm II


D'autres photos ici.

Trouvé ici.


Richard L. Dixon V

Denis Chernov

23 octobre 2016

Deuxième anniversaire de l'attentat d'Ottawa

Il y a deux ans, un islamiste fanatique armé tuait un soldat avant de pénétrer dans le parlement fédéral pour perpétrer un attentat. Par chance, il a été abattu avant de pouvoir perpétrer sa tuerie.

À l'époque, comme à leur habitude, les médias et les politiciens ont tenté de noyer le poisson afin d'éviter de nommer le problème. On a parlé de santé mentale, de toxicomanie, de pauvreté, etc. Toutes les justifications étaient bonnes pour éviter de parler de l'Islam.

L'assassin, lui, a laissé un enregistrement dans lequel il expliquait clairement quelles étaient ses motivations. La police a d'abord tenté de cacher une partie de ce vidéo, ne rendant public qu'un extrait amputé. Que contenait la séquence qu'on a voulu nous cacher? Deux prières à Allah en arabe.

Les mensonges et les manipulations des autorités pour tenter de cacher la vérité sont scandaleuses. Et deux ans plus tard, la campagne de désinformation se poursuit avec l'aide de notre très honorable premier ministre, le grand Juju Trudeau en personne.

Lisez par vous-mêmes la déclaration officielle faite à l'occasion du deuxième anniversaire de cette tragédie et comptez le nombre de fois où on mentionne la véritable motivation derrière cette attaque: le fanatisme islamique.

La voici:

«Il y a deux ans, les Canadiens ont été choqués par l’attaque brutale survenue à l’intérieur et aux environs du Parlement, au cours de laquelle le caporal Nathan Cirillo a perdu la vie et d’autres personnes ont été blessées.

Oui, Juju. Choquant. Mais qu'est-ce qui a motivé cette attaque "brutale"?

«Cette attaque méprisable, au cœur même de notre démocratie, avait pour but de susciter la peur et diviser les Canadiens. Cependant, elle a eu exactement l’effet contraire puisqu’elle nous a rapprochés et rendus plus forts. Suite à cet assaut mortel, les parlementaires et les Canadiens se sont ralliés pour condamner le terrorisme et apprécier encore davantage notre diversité.

L'assassin avait pour objectif de susciter la peur? Oui, cela est en partie vrai. Mais une simple menace aurait fait l'affaire si cela avait été son unique objectif. Ce zigoto ne voulait pas simplement susciter de la peur, il était prêt à sacrifier sa propre existence et à massacrer des gens pour une cause. Laquelle? Il ne le dit évidemment pas.

L'assassin voulait diviser les Canadiens? C'est faux et le fait que Juju évoque cet argument en dit plus long sur sa propre idéologie tordue que sur celle du tueur.

Voyez-vous, Juju voit le Canada comme une espèce de grande fourmilière dans laquelle les citoyens sont tous frères et soeurs et où tout le monde travaille ensemble dans l'harmonie, mais sa vision Disney-esque tient plus du fantasme utopique que de la réalité.

Premièrement, cette idée que toute forme de "division" personnifie le mal incarné est ridicule. Dans une démocratie, toutes les questions devraient être débattues ouvertement et, inévitablement, il devrait y avoir des gens qui ont des opinions opposées. Il n'y a rien de malsain là-dedans, au contraire. Je sais que Juju préférerait vivre en Chine communiste où les opinions sont dictées par l'état, mais malheureusement pour lui, on n'est pas encore complètement là. Et tant qu'il n'aura pas le droit de jeter des gens en prison pour délit d'opinion, il va devoir composer avec la soi-disant "division".

Deuxièmement, cette obsession de la "division" trahit une vision manichéenne du monde dans laquelle sa vision est la seule vision valable et digne d'être prise en considération et dans laquelle quiconque possède une opinion contraire à la sienne est un ennemi. Ce n'est pas l'idéal que devrait poursuivre un état démocratique. L'idéal devrait être une société capable de débattre ouvertement de toutes les questions, sans diaboliser les gens qui ont un point de vue contraire.

Troisièmement, lorsqu'il accuse ce terroriste de vouloir "diviser les Canadiens", qu'est-ce qu'il est en train de dire exactement? Il voulait les diviser comment? Veut-il dire que l'assassin souhaitait encourager d'autres musulmans à commettre des attentats? Si c'est le cas, alors pourquoi ne pas le nommer clairement? Pourquoi ne pas dénoncer une idéologie qui justifie et encourage de tels actes?

Ou, comme Juju est un multiculturaliste qui a une vision angélique de toutes les cultures sauf la sienne, peut-être qu'il croit que ce terroriste voulait "diviser les Canadiens" en nourrissant la haine des méchants islamophobes racistes qui détestent les musulmans? Son raisonnement débile irait-il jusque là? Serait-il tordu au point de penser que ce terroriste s'est sacrifié en pensant: "Gniak! Gniak! Grâce à cette attaque, les Canadiens vont se mettre à haïr les musulmans et ils seront enfin divisés!"

Ça semble ridicule, mais compte tenu de son aveuglement idéologique et de son peu d'envergure intellectuelle, je ne peux pas complètement éliminer cette dernière possibilité. Et cela est terrifiant.

D'ailleurs, je ne peux m'empêcher de remarquer que, à la fin de son paragraphe, il affirme que cet attentat a eu comme effet de nous "faire apprécier encore davantage notre diversité". C'est quand même hallucinant. Oui mes amis, rien de mieux qu'un bel attentat meurtrier pour nous faire apprécier la diversité! Après cet attentat, pendant que vous étiez encore sous le choc, Juju se disait déjà: "Cet attentat démontre bien à quel point la diversité est bénéfique pour le Canada!" Il est complètement timbré ce type.

«Le pays entier a rendu hommage au courage des premiers répondants – les services de protection du Sénat et de la Chambre des communes, la GRC, l’ex-sergent d’armes de la Chambre des communes, Kevin Vickers, le personnel médical et d’autres – qui n’ont pas hésité à affronter le danger pour des Canadiens de tous les horizons et de toutes les religions.

Les services de sécurité, le type qui a abattu le tireur et le personnel médical ont affronté le danger pour qui? Pour des Canadiens DE TOUS LES HORIZONS ET DE TOUTES LES RELIGIONS? Mais qu'est-ce qu'il déblatère cet hurluberlu?

Si le feu pogne chez moi, les pompiers vont-ils se précipiter sur place pour des Canadiens de tous les horizons et de toutes les religions?

Si je dévalise la dépanneur au coin de ma rue, la police va-t-elle me poursuivre et m'appréhender pour des Canadiens de tous les horizons et de toutes les religions?

Ça n'a absolument aucun sens. C'est une vomissure de mots qui ne veut rien dire.

Les gens qui sont intervenus l'ont fait pour venir en aide à des blessés et pour stopper le tireur, point final! Qu'est-ce que les Canadiens de tous les horizons et de toutes les religions viennent faire là-dedans?

Se pourrait-il que Juju tente simplement de taire les motivations religieuses du tueur et, pour pousser l'odieux à son ultime limite, mentionner le mot "religion" du côté des sauveteurs afin de le dissocier du problème et de l'associer à la solution?

Belle tentative de manipulation, mon p'tit Juju. Tes amis multiculturalistes ont dû adorer.

«Le monde entier a vu que le Canada n’allait pas se laisser intimider par la haine et par la violence, qu’il allait plutôt affronter ces gestes avec force et conviction. J’ai aussi constaté, encore une fois, que notre diversité et à notre attachement collectif à la démocratie fait la force de notre pays et la grandeur de notre nation.

Hahahahaha! Oui, nous allons l'affronter avec tant de force et de conviction que, quelques minutes seulement après avoir été élu, il annonçait que les forces canadiennes ne participeraient plus aux bombardements contre Daech!

Et il répète encore que cet attentat démontre à quel point la diversité est bénéfique.

Vous savez quoi? Je pense que la diversité culturelle est effectivement bénéfique à certains égards. Au cour de ma carrière, j'ai travaillé avec des enfants et des adultes issus de tous les continents de la planète et j'ai généralement beaucoup aimé l'expérience. Mais cette "diversité" n'a pas que des avantages et il faut être complètement fou pour profiter de l'anniversaire d'un attentat islamiste meurtrier pour chanter les louanges de la diversité.

«Je me joins aujourd’hui à tous les Canadiens qui pleurent la perte du caporal Cirillo et de l’adjudant Patrice Vincent, tué deux jours auparavant lors d’une attaque survenue à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

Par qui? Pour quels motifs? Il ne le dit pas. Comme d'habitude.

Ces deux membres des Forces armées canadiennes ont fait le sacrifice ultime de leur vie pour le pays qu’ils aimaient. Le plus bel hommage qu’on puisse leur faire est de défendre les valeurs qu’ils incarnaient si bien.»

Ces deux victimes n'ont pas choisi de faire "le sacrifice ultime". Ils n'étaient pas déployés en territoire ennemi lorsqu'ils ont été sauvagement exécutés. L'un d'eux était dans un stationnement à Saint-Jean-sur-Richelieu et l'autre montait la garde devant un monument sur la colline parlementaire à Ottawa. Ce ne sont pas des activités particulièrement dangereuses. Du moins, pas habituellement.

Et maintenant, le premier ministre du "pays qu'ils aimaient" les trahit en protégeant leur assassin de toute critique et en détournant le débat avec un charabia multiculturaliste à demi incompréhensible.

Lâche pas, mon Juju...



Les nouvelles guerres d'Hillary

Sargon analyse les déclarations (publiques et privées) d'Hillary, dont certaines ont été rendues publiques grâce à Wikileaks, afin de mieux comprendre ses projets de politique étrangère et démontre que ceux-ci amèneront à de nouvelles guerres:





Du carburant au CO2?

Quelle découverte intrigante:

Scientists in Tennessee claim that, somewhat serendipitously, they converted carbon dioxide into ethanol.

The researchers, who work at the Department of Energy's Oak Ridge National Laboratory, developed a process that adds "nano-spikes" — essentially tiny bursts — of carbon and copper to CO2 to transform it into ethanol, the type of alcohol found in hand sanitizer and alcoholic drinks.

Ethanol can also be turned into fuel — gasoline in Brazil contains more than 25% ethanol — which is why the scientists are calling the discovery a "twist to waste-to-fuel technology."

(...) The discovery is a major breakthrough, considering the process turns carbon dioxide — one of the air pollutants contributing to climate change — into fuel, which in turn generates more CO2 that could be turned into more fuel. 

(...) If the technology becomes cost-efficient and widely available, it could provide a new carbon-neutral alternative to fossil fuel production.



Le cerveau dépressif

Peut-on physiquement détecter la source d'une dépression dans le cerveau? Il semblerait bien que oui!

Extrait de la nouvelle:

A recent breakthrough may have found the physical source of depression in the brain. The discovery could lead to some game-changing developments in the way we treat and perceive the mental illness, while also taking a bold step in understanding the physical root cause of depression. 

Research by the University of Warwick in the UK and Fudan University in China has shown that depression affects the lateral orbitofrontal cortex. This part of the brain becomes active when suffering punishment or when rewards are not received, suggesting depression could be associated with the sensation of not receiving reward.

(...) This imaging technique was able to show activity in the connections between different parts of the human brain affected by depression, namely the medial and lateral orbitofrontal cortex. The lateral orbitofrontal cortex, associated with non-reward, showed considerably stronger connectivity in those in the depressive group.

As the team notes, the lateral orbitofrontal cortex is also connected with the area that is associated with one's sense of self. Stronger connections were found between these two areas in those suffering from depression, perhaps explaining why people with depression often have thoughts of personal loss and low self-esteem.



Bibleman, les anges et une banane

Sergey Kharlamov

David Mishra

Ashley Wood

Uroš Begović

Sergi Brosa

Ferdinand Kreozot II




D'autres oeuvres ici.

Trouvé ici.


21 octobre 2016

"Voilà ce que les hommes font"

J'en ai une solide à vous raconter.

Hier, j'ai participé à une réunion de parents avec la directrice. Le but de celle-ci était d'élaborer le plan d'intervention d'une élève. Un P.I., pour ceux qui l'ignorent, est essentiellement la liste des mesures mises en place pour venir en aide à un élève en difficulté.

Et pour être en difficulté, la petite l'est vraiment. TDAH, dyspraxie, dyscalculie, dysorthographie, etc.

La directrice demande à me parler avant que les parents arrivent. Elle me dit qu'ils sont dans tous leurs états et qu'ils sont très inquiets. Le problème, c'est que la petite a subi des échecs importants dans les deux évaluations que j'ai données jusqu'à date en lecture et en maths. Les notes sont abyssales et oscillent autour de 40%.

J'étais à la fois étonné et pas du tout surpris qu'ils en soient si renversés.

Étonné parce que, au début de l'année, la mère m'a carrément dit qu'elle sait que sa fille est en grande difficulté, qu'elle ne s'attend pas à ce qu'elle réussisse son année et qu'elle prend pour acquis qu'elle n'ira pas au régulier l'an prochain. Je croyais donc avoir à faire à une famille qui a des attentes réalistes, ce qui n'est manifestement pas le cas.

Mais en même temps, je n'étais pas du tout surpris parce que ceci arrive à chaque année. Le problème, c'est que les enseignantes de 5e année ont tout le loisir d'être très généreuses et magnanimes dans leurs évaluations. Elles donnent généralement des notes trop élevées à leurs élèves et peuvent se permettre de le faire puisqu'il n'y a pas d'évaluation ministérielle à la fin de la 5e. Alors elles s'en donnent à coeur joie et lorsque les enfants arrivent dans ma classe, leurs notes plongent et c'est moi qu'on accuse d'être trop sévère, vous voyez le cirque?

Or, moi, je n'ai pas le choix d'être exact dans mes évaluations. Je connais le niveau des évaluations du ministère à la fin de l'année, je sais quelles notions doivent être maîtrisées pour les réussir et je n'ai pas de marge de manoeuvre. Si je me mets à corriger comme les p'tites Madames de 5e année, les élèves vont avoir de belles notes tout au long de l'année et se casser la gueule aux examens finaux.

De plus, j'ai toujours considéré que ce type d'évaluation artistique est malhonnête et mensonger. Moi, quand je corrige, je suis purement cérébral. L'émotif ne joue aucun rôle. Je ne regarde même pas le nom de l'enfant pour m'éviter tout biais positif ou négatif. Je suis analytique, cartésien et juste. Je ne me laisse pas influencer par des facteurs extérieurs, j'évalue froidement le travail qui m'est présenté et je lui accorde la note qu'il vaut, point. Aucune autre considération n'entre dans le processus. Peu importe que l'enfant soit sympathique ou pas, poli ou pas, serviable ou pas, travaillant ou pas. Rien de cela ne constitue un critère d'évaluation alors je n'en tiens pas compte.

Vous devinerez que mes collègues de 5e année font exactement le contraire.

Or, j'ai la profonde conviction que ce que je fais est dans le meilleur intérêt des enfants. Si je donne une mauvaise note à un élève, je suis en train de tirer la sonnette d'alarme et de lui dire que quelque chose ne va pas. Il doit faire mieux pour rectifier la situation. Peut-être que le jeune doit se présenter en récupération, peut-être que ses devoirs sont mal faits, peut-être qu'il ne pose pas assez de questions... et c'est un signal pour l'école aussi qui doit voir quelle aide extérieure peut être donnée à cet élève, que ce soit de l'orthopédagogie ou des aides technologiques.

Si je booste les notes pour que tout le monde ait de beaux résultats, les élèves qui ont besoin d'aide ne la reçoivent pas et ceux qui ne font pas du bon boulot n'apprennent pas à mieux travailler.

Comprenez-moi bien, je ne suis pas un fan de l'évaluation. Pour être honnête, elle me fait royalement chier. Elle prend une quantité déraisonnable de mon temps, mais dans le système actuel tel qu'il est, je n'ai pas le choix, alors aussi bien le faire correctement.

Il me semble que ce que je fais est honnête, transparent, consciencieux et juste. Il me semble que, s'il y a un ajustement à faire, c'est du côté de mes collègues de 5e année qu'il faudrait regarder.

Mais, évidemment, vous devinez que ce n'est pas ce qui s'est passé hier.

Essentiellement, on m'a accusé d'être insensible. On m'a reproché D'ÉCRIRE LA NOTE sur le test! La directrice a pris une de mes évaluations sur laquelle j'avais (évidemment) écrit la note et elle a dit: "Regardez ça. Les femmes font plus attention pour être plus douces et compréhensives. Voilà ce que les hommes font."

J'étais estomaqué.

La directrice m'a ensuite questionné, DEVANT LES PARENTS, à propos de ma façon d'enseigner. Elle m'a demandé comment j'introduisais des nouvelles notions de maths. Parce que, voyez-vous, je fais seulement ce putain de métier depuis 20 ans alors il est parfaitement envisageable que je sois un incompétent qui ne sait pas enseigner.

On m'a demandé si j'aidais la petite. J'ai répondu qu'en 6e année, j'aide les enfants qui le demandent parce que je veux leur apprendre à être autonomes, à être responsables et à prendre l'initiative de demander de l'aide lorsqu'ils en ont besoin. Les parents ont rétorqué que leur fille ne le ferait jamais. J'ai répondu que, au contraire, bien qu'elle ne le faisait effectivement pas au début de l'année, elle s'améliore beaucoup à ce niveau-là et elle fait appel à moi de plus en plus souvent. Il reste du chemin à faire, mais elle progresse.

La directrice m'a dit que je devais offrir mon aide à la petite même si elle ne le demande pas. Je lui ai dit que, dans son cas à elle, je le faisais à l'occasion, mais qu'elle me répond généralement qu'elle n'a pas besoin d'aide. La directrice a alors dit que je devais l'aider quand même. Bref, je suis en train de rendre cette élève plus autonome, mais on me demande de torpiller tout ça et de l'aider, même contre son gré s'il le faut!

Et au-delà de tout ceci, remarquez que la réaction des parents et celle de la directrice se rejoignent sur un point crucial: si la petite échoue, ce doit nécessairement être de ma faute.

Ce n'est pas parce que la petite a des difficultés colossales. Ce n'est pas parce que son prof de 5e a été trop généreuse dans ses évaluation et l'a placée dans une classe régulière de 6e où elle n'a quasiment aucune chance de réussir. Ce n'est pas parce que la petite pourrait faire ceci ou cela pour s'améliorer... non, c'est ma faute. Ce doit être moi qui n'enseigne pas bien ou qui ne l'aide pas assez. C'est moi qui suis sur la sellette.

Et en plus, m'a-t-on dit, les notes que je lui ai données l'ont fait pleurer et affectent son estime d'elle-même.

Décidément, quel esti de gros chien sale je suis...

C'est complètement exaspérant.

Vous vous demandez comment des analphabètes obtiennent des diplômes?

Ben c'est comme ça.

Quand tu ne veux pas te faire chier, tu boostes les notes des élèves, tu t'arranges pour que tout le monde passe et tu te la coules douce.

Si tu as le malheur de donner à un élève la note qu'il mérite, tu passes un très mauvais quart d'heure. Et tu te fais dire que tu es un gros sans-coeur parce que tu es un homme.

C'est ça l'école du 21e siècle.



20 octobre 2016

Chrétien et la dignité

Préparez-vous pour un grand moment de vaudeville, mes amis:

L'ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien estime que le candidat républicain à la présidence des États-Unis, Donald Trump, «enlève la dignité du service public».

Oui, parce que, évidemment, Ti-Jean a toujours été un parangon de dignité tout au long de sa carrière! Tout le monde sait ça!

En 80, quand tu as trahi les intérêts de ton propre peuple en diabolisant les "séparatisses" dans des discours délirants et malhonnêtes, cela était un bel exemple de dignité.

Le coup d'état du gouvernement dont tu faisais partie a également été une entreprise profondément ancrée dans la dignité.

En 1981, quand tu as fait ta tournée des chambres d'hôtel en plein milieu de la nuit pour faire signer la nouvelle constitution canadienne dans le dos du Québec, tu étais vraiment la dignité incarnée.

En 1990, quand tu as orchestré la mort de l'accord du lac Meech, tu as été d'une très grande dignité.

En 1993, tu as été élu en promettant d'abolir la TPS et en mettant fin au traité de libre-échange nord-américain. Une fois en poste, tu as changé d'idée et tu as accusé les électeurs de t'avoir "mal compris". Avec beaucoup de dignité, évidemment.

En 1995, tu as multiplié les manoeuvres frauduleuses pour tricher lors du référendum: le Conseil pour l'unité canadienne, Option Canada, le Committee to register voters outside Quebec et Opération Citoyenneté, pour ne nommer que celles-là. Toutes de magnifiques exemples de dignité.

Après le référendum, ta loi sur la clarté qui RÉINVENTAIT la règle la plus essentielle de la démocratie dans le but d'empêcher les Québécois de décider de leur avenir était un véritable monument de dignité.

Lorsque tu as officialisé le vol du Labrador par Terre-Neuve, tu as encore une fois fait preuve d'une très grande dignité.

Lorsque tu as fait pression sur les autorités mexicaines pour t'assurer que le premier ministre du Québec ne serait pas reçu par le président du Mexique, tu as démontré une fois de plus ta grande dignité.

Lorsque tu as empoigné un homme à la gorge devant les caméras de télévision et que tu as menti sur les circonstances de l'altercation, tu as fait preuve d'une très grande dignité.

Lorsque tu as donné ton accord à l'importation de plutonium russe au Canada et que tu as invité le président de la Chine, Li Peng (principal responsable du massacre de la place Tiananmen), tu as démontré une magistrale dignité.

En 1997, quand tu as invité le général Suharto, Président d'Indonésie et probablement le plus sanguinaire et le plus corrompu des dictateurs d'Asie, à assister à la conférence de l'APEC à Vancouver, plusieurs personnes s'organisèrent pour manifester contre sa présence. Afin de t'assurer que ton monstrueux ami ne serait importuné par aucune démonstration, tu as ordonné à la GRC de mettre fin à la protestation. Les policiers ont dispersé la foule violemment, aspergeant les manifestants de poivre de Cayenne. Tu te souviens de ton «Peppergate» mon Ti-Jean? Et lorsqu'on t'accusa d'avoir ordonné la suppression des droits civils pour permettre à un dictateur de se sentir chez lui au Canada, tu as rétorqué: «Le poivre de Cayenne est une méthode civilisée, la police montée avait même des serviettes pour aider. Ils auraient pu utiliser des bats de base-ball, comme ailleurs.» Quelle dignité!

Décidément, mon Ti-Jean, la prochaine fois qu'il sera question de dignité, peut-être serais-tu mieux de fermer ta gueule.