3 octobre 2016

La lutte pour empêcher le Québec d'avoir LE DROIT de se séparer

Les Anglos ont beau se réjouir que la souveraineté du Québec n'éveille plus les passions et que les francophones sont enfin sur la voie de l'assimilation, cela ne les empêche pas de s'attaquer à une loi adoptée il y a 16 ans.

Extrait de la nouvelle:

It has been more than 20 years since Quebec’s last sovereignty referendum nearly tore the country apart, and most of the political players from that time have faded from view.

Portez attention au choix des mots. It "nearly tore the country apart". Le référendum a presque "déchiré le pays". On pourrait aussi utiliser le verbe "écartelé". On est juste dans la première phrase de l'article et déjà, l'absence de neutralité et d'objectivité est totale.

But in a Montreal courtroom this week, the tumultuous post-referendum period will be revisited as a challenge of a Quebec law asserting its right to unilaterally secede finally comes to trial.

Une loi qui OSE affirmer que le Québec a le droit de se séparer unilatéralement? Ces frogs ont le CULOT d'affirmer qu'ils peuvent décider de leur avenir eux-mêmes? That is unacceptable! It will not stand!

The passage of Bill 99 — an Act Respecting the Exercise of the Fundamental Rights and Prerogatives of the Quebec People and the Quebec State — was a last gasp of Parti Québécois premier Lucien Bouchard as he tried to rekindle the sovereigntist passion that brought the Yes side so close to victory in 1995.

Hahaha, the "last gasp"! La dernière respiration laborieuse et haletante du parti québécois! Ce n'est plus de l'actualité, c'est de la poésie!

Bouchard was livid after Ottawa, in the wake of the 1995 close call, introduced the Clarity Act setting ground rules for any future referendums. The Clarity Act gave Parliament the power to judge whether a referendum yielded a clear majority on a clear question. Only then could negotiation begin on secession, on subjects mandated by the act.

Bouchard était "livide"! Un choix de mot qui vient renforcer l'éternel mythe du Bouchard colérique, enragé et violent... une espèce de Hitler détraqué et rageur! Cet article me rappelle des souvenirs. Vous vous souvenez des articles vitrioliques que publiaient la presse anglo contre Bouchard à l'époque? Vous vous souvenez du livre qui avait été publié par un psychologue pour diffamer Bouchard en affirmant qu'il était une espèce de dangereux psychopathe? Moi, je m'en souviens...

L'article passe très très vite sur la question du Clarity Act de Stéphane Dion, car cette loi est une abomination. Ce n'est pas à tous les jours qu'une loi a l'audace de CHANGER LES RÈGLES LES PLUS ÉLÉMENTAIRES DE LA DÉMOCRATIE! En effet, cette loi infâme affirme qu'une simple majorité n'est pas suffisante pour se séparer du Canada, il faut une majorité CLAIRE (qui n'a d'ailleurs jamais été chiffrée). De plus, elle exige que la question référendaire soit approuvée par Ottawa. Une des plus odieuses gifles que le gouvernement fédéral a asséné au Québec dans son histoire...

Bouchard’s government responded with Bill 99, which declared that the Quebec people alone could determine the political regime and legal status of the province. A majority of 50 per cent plus one is enough for victory in a referendum, the Quebec law said, adding that no other government can “impose constraint on the democratic will of the Quebec people to determine its own future.”

Oui mes amis, au Canadâ, nous sommes obligés de voter des lois qui affirment que les règles les plus élémentaires de la démocratie doivent être respectées. Dans le reste de l'Occident, c'est le genre de trucs qui va de soi. Pas ici.

Before Bill 99 passed in 2000, there were warnings that it flew in the face of the Supreme Court of Canada’s 1998 decision “Reference re Secession of Quebec” and would not survive a constitutional challenge. “The only thing I can say to you is: ‘We’ll see you in court. Have a good day,’ ” English-rights lawyer Brent Tyler said after he and Equality Party leader Keith Henderson appeared before a legislature committee studying the bill.

Ce que disent Brent et Henderson, essentiellement, c'est: Fuck les lois qui sont votées par les représentants élus du peuple québécois qui siègent à l'Assemblée nationale du Québec! Fuck them! Fuck democracy! Vous ne faites pas ce qu'on veut? Très bien, on va se voir en cour. La Cour suprême du Canadâ s'il le faut... elle, au moins, sert nos intérêts!

(...) The relative political calm has not tempered their rhetoric. “This is an opportunity to drive a stake through the heart of the separatist mythology, in the sense that separatists have been asserting these rights for years,” Tyler said in an interview. “We kind of live on the edge of a volcano in Quebec,” Henderson said. “We don’t know when the eruption’s going to happen and what would cause it, so better to be prepared.”

Hahahahaha! Aucune envolée verbale et aucune métaphore n'est trop forte lorsque vient le temps de pourfendre du séparatiste! Voici une opportunité D'ENFONCER UN PIEU DANS LE COEUR DE LA MYTHOLOGIE SÉPARATISTE! Ici, les pauvres petits Anglos opprimés vivent À LA LISIÈRE D'UN VOLCAN! Ils ne savent pas quand l'éruption peut survenir, alors ils se préparent!

Oui, la souveraineté de tous les pays du monde, du plus grand au plus petit, doit être scrupuleusement respectée. Mais celle du Québec, c'est l'équivalent d'une épouvantable catastrophe naturelle. Ils ont même déjà dit que c'est un crime contre l'humanité!

Le référendum écossais? Ah! Lui, il est légitime. Celui sur le Brexit? Même chose. Mais celui sur la souveraineté du Québec? It's not the same thing AT ALL!

Their case, which has taken so long because it twice went to the Court of Appeal on preliminary matters, got a major boost in 2013 when the federal government decided to intervene. 

Oui, une autre écoeuranterie répugnante du gouvernement canadien dont j'ai parlé dans ce billet: «C'est une attaque hypocrite, sournoise.»

(...) In arguments filed with the court last March, Tyler and Scott say provisions of Bill 99 “give carte blanche to Quebec’s electorate and legislative institutions to adopt by themselves any and all constitutional changes they might choose.” The law, they write, is in defiance of the Supreme Court secession reference.

Cette loi donne carte blanche aux électeurs québécois et à leur Assemblée nationale pour qu'ils choisissent eux-mêmes de leur avenir et cela est inacceptable.

Rarement les forces en présence ont-elles été aussi clairement visibles.

D'un côté, les Québécois et leur petit parlement à qui ont laisse croire qu'ils ont de l'importance mais qui ne constituent qu'un sous-peuple, une curiosité régionale, une attraction touristique locale.

De l'autre, on a les Anglos qui, eux, ont le puissant et souverain gouvernement fédéral et par dessus tout, les cours de justice qui possèdent le pouvoir ultime dans ce pays. Ajoutez à cela toutes les autres juridictions provinciales anglophones et on voit très bien quel est le rapport de force dans ce pays. Et c'est rarement aussi transparent que dans cette situation.

Généralement, on laisse le sous-peuple faire ce qu'il veut avec ses petites politiques locales sans importance. Mais lorsque la tribu locale parle de décider de son avenir elle-même, le système fédéral se réveille et se met en branle pour mieux les écraser. Pour leur rappeler de rester tranquilles à leur place et de fermer leurs gueules.

C'est ainsi que fonctionne le Canada. Il en a toujours été ainsi. Il en sera toujours ainsi... à moins qu'on en sorte.

(...) Henderson is used to being dismissed as an “angryphone” stirring up trouble. He said having the federal government on his side has given greater legitimacy to what some considered a pointless battle. “It raised the credibility of what our side was saying considerably,” he said. “Otherwise we would be treated as fringe malcontents who can’t really be taken seriously, that kind of attitude.”

Oh! Le pauvre! Ce grand héros canadien est qualifié de "angryphone" qui cherche le trouble! Quelle horreur! Comment osent-ils? Ah! les bastards! Ils ne respectent vraiment rien ces salopards de frogs!

Mais grâce au prestige, au pouvoir et à l'argent du gouvernement fédéral, ces grands hommes seront vus pour ce qu'ils sont vraiment: d'héroïques sauveurs du Canadâ qui ont le courage de fouler au pied les droits de tout un peuple pour faire triompher le pouvoir dominateur, colonisateur et assimilateur de la très britannique fédération royale canadienne!

Je vous invite maintenant à vous lever, à placer votre main sur votre coeur et à entonner avec nous l'hymne nationale du Canadâ, ironiquement volée à ces sales traîtres de frogs et traduite dans la langue civilisée de Shakespeare.

Je suis si envahi de fierté et de patriotisme canadien que je sens que je vais laisser échapper une larme...



Aucun commentaire: