11 octobre 2016

"Les boys, on a besoin de se parler"

Messieurs, j'espère que vous ne portez pas votre plus belle chemise, parce que le moment est venu de se faire vomir dessus par un féministe.

Il s'appelle Will Prosper, c'est un preux chevalier vertueux qui galope au secours de la veuve et de l'opprimée afin de la défendre contre la horde de mâles néandertaliens barbares qui souhaite l'assujettir et la violer.

Will veut qu'on se parle. Très bien, parlons-nous, entre boys. Je suis prêt.

Voici son merveilleux texte:

Au Québec, une femme sur trois âgée de plus de 16 ans a été victime d’agression sexuelle. Une femme sur trois, cela signifie qu’il y a un nombre tout aussi choquant d’agresseurs.

Es-tu bien sûr de ça mon p'tit Will?

Tu n'as pas envie de te questionner sur la provenance de ce chiffre faramineux? Tu n'as pas le goût de faire usage d'un peu de pensée critique? Parce que, tu vois, moi je me poserais de sérieuses questions à ta place.

Aucun exemple de questions ne te vient à l'esprit? Qu'à cela ne tienne, je vais te donner un coup de main.

Les répondantes à ce sondage sont-elles représentatives de la population du Québec? Les gens qui ont fait ce sondage ont-ils posé des questions biaisées qui invitent la réponse affirmative? Quelle est la définition "d'agression sexuelle" qui est utilisée par les répondantes? Parce que, pour certaines de ces dames, le simple fait de leur faire des avances ou même de les REGARDER constitue une agression, tu savais ça?

Ces chiffres proviennent-ils de la police? Ou s'agit-il simplement de femmes qui affirment, sans preuve, avoir été agressées? Parce que, malheureusement mon Will, et contrairement à ce que tu sembles croire, les femmes ne sont pas toutes des merveilleuses petites princesses dépourvues de défauts. Crois-le ou non, les femmes sont des êtres humains! Exactement comme nous! Il leur arrive même de mentir!

Je t'entends d'ici t'insurger contre cette remarque! Je t'entends déjà hurler à la misogynie! Je t'entends crier qu'il faut croire les victimes! Que remettre leur parole en question est un crime haineux! Tu peux t'insurger tant que tu veux mon coco, ça ne change absolument rien. La réalité est là, que tu acceptes de la voir ou pas. Des femmes qui mentent, ça existe. Et beaucoup plus souvent que tu penses.

Difficile à croire, je sais, mais c'est pourtant vrai. Tu veux un exemple récent, mon Will? Aucun problème, en voici un qui date à peine d'une semaine:

Carole Thomas plaide coupable d'avoir inventé une histoire de viol et s'excuse

Carole Thomas, qui avait accusé les policiers de négligence dans le traitement de sa plainte pour viol, a plaidé coupable aux accusations de méfait, de fabrication et usage de faux documents. Elle a également présenté dans une lettre ses excuses au Service de police de Longueuil. (...) Le ministère public l'accuse de :
-méfait pour avoir fait commencer une enquête;
-de fabrication et d'usage de faux documents;
-de fraude à l'endroit de la direction de l'Indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC).

Pas très édifiant, n'est-ce pas mon Will? Ça ne cadre pas trop avec ta vision du monde féministe, pas vrai? En passant, si tu as envie de me dire que c'est un cas isolé, ben je suis désolé de te l'apprendre, mais ça n'en est pas un. En voici les preuves:

Pourquoi des femmes mentent-elles à propos d'agressions sexuelles?
CriminELLES
Ghomeshi non coupable
La gaffe du magazine Rolling Stone

Et tu sais à qui ces fausses accusations font mal, mon p'tit Will? Qui sont les victimes de cette diffamation? Qui sont ceux qui voient leur vie basculer à cause de mensonges et de calomnies? Ouais, ce sont des hommes. Ce sont eux qui sont accusés d'agressions sexuelles, de harcèlement et de pédophilie. Et souvent, c'est sans le moindre fondement. Je sais malheureusement de quoi je parle.

Mais comme tu es un féministe, alors tu t'en fous probablement. Seules les femmes sont de pauvres petits êtres faibles et fragiles qu'il faut protéger, n'est-ce pas? Les hommes, eux, n'ont pas besoin d'aide, ni de soutien, ni de défenseurs et ni de compassion. Mais juste au cas où il te resterait un iota d'humanité, je t'invite à lire ceci:

Le silence est d'or
Paranoïa
Enseignants faussement accusés
L'histoire de Carl Adrian
Arrêté et soupçonné de pédophilie... pour avoir fait une promenade avec son fils!

Ce n'est pas l'fun quand on se rend compte que toute notre idéologie repose sur du vent, pas vrai?

La culture du viol existe bel et bien. Il y a les femmes meurtries à petites doses par les violences ordinaires, qui les obligent à changer la serrure de la maison, par peur que l’ex ne vienne les agresser ; celles qui, dégoûtées par le patron qui essaie constamment de les peloter, préfèrent démissionner ; les femmes qui n’en peuvent plus de se faire siffler dans la rue comme le chien du voisin ; celles droguées à leur insu au GHB.

Tout ce que tu viens de mentionner existe, malheureusement. Sauf une chose: la culture du viol.

Oui, il y a des femmes qui sont victimes des horreurs dont tu parles. Oui, il faut le dénoncer. Bravo! Mais il ne faut pas exagérer le problème et, surtout, cela ne signifie absolument pas que nous vivons dans une culture du viol.

Pourquoi? Ben tout simplement parce que ces gestes ne sont ni acceptés, ni applaudis, ni tolérés dans notre société. Au contraire, ils éveillent l'indignation. Ce sont des gestes criminels qui sont interdits et punis par la loi. Les gens qui se comportent ainsi ne sont pas la norme, ce sont des débiles marginaux. Nous ne vivons pas dans une culture du viol. Pas plus que nous vivons dans une culture du vol, du meurtre ou de n'importe quel autre crime.

Tu n'es pas convaincu? Tu as besoin de preuves? Ça m'étonnerait, les féministes préfèrent habituellement se boucher les oreilles et chanter: LALALALA à tue-tête! Mais juste au cas où je me tromperais, voici des textes à lire pour comprendre que cette notion de culture du viol est une sombre farce haineuse et misandre:

Paranoïa à Ottawa
Crise à l'UQÀM
Quelle culture du viol?
Mettons fin à l'hystérie du viol
Non seulement on ne vit pas dans une culture du viol, mais en plus, les crimes dont tu parles (violence, harcèlement, agressions, etc.) ne sont pas uniquement commis par des hommes et les gens qui les subissent ne sont pas exclusivement des femmes.

Je sais, tu viens de tomber en bas de ta chaise. Mais c'est pourtant vrai. Il y a des femmes qui agressent des hommes. Mais ça, tes amis féministes n'en parlent jamais. Si tu as envie d'enlever tes lunettes roses un petit moment et de faire passer la réalité avant ton idéologie sexiste et misandre, jette un coup d'oeil là-dessus:

CriminELLES
Harcèlement sexuel
Le viol, c'est drôle...
Le viol est cool!
Agressions au féminin
Une enseignante pédophile évite la prison
Une victime de viol doit verser une pension alimentaire à son agresseur...
"When Men Are Raped"
Harcèlement discriminatoire
Les périls d'être un prof mâle

Pas si parfaites que ça, tes petites princesses, hein?

Puis, l’histoire terrible d’une amie violée alors qu’elle était intoxiquée. Elle m’a tout raconté, froidement, replongée dans le même état psychique que pendant le viol, son esprit envolé, détaché de son corps qui ne lui appartenait plus parce qu’un homme avait décidé de se l’approprier violemment pour assouvir ses pulsions les plus obscures. Un récit à glacer le sang.

Horrible, je n'en doute pas. J'espère que tu l'as encouragée à porter plainte à la police. Je connais des victimes de viol, moi aussi. Leurs histoires m'arrachent le coeur également. Ce sont d'excellentes raisons d'être indigné, outré et ému.

Mais ce ne sont pas de bonnes raisons de faire des généralisations, de détester tous les hommes ou de parler de culture du viol.

Soudainement, les larmes ont surgi, non pas sur son visage, mais sur le mien. Moi, avec mes 6 pieds 4 pouces, ex-policier, coach de football, j’étais terrassé, impuissant devant ce qu’elle avait vécu. Une douleur si minime comparée à sa souffrance. Je prenais, une fois de plus, conscience de mes privilèges de mâle.

C'est là que tu démontres que tu es un sexiste, mon p'tit Will. Parce que tu prends pour acquis que seules les femmes sont des victimes et que seuls les hommes sont des agresseurs. Tu ressens toute la compassion du monde pour les femmes, mais absolument rien pour les victimes masculines. C'est ça qui fait de toi un sexiste.

Moi, tu vois, je suis horrifié et bouleversé par toutes les agressions, peu importe que la personne qui la subit soit une femme ou un homme. Je trouve ça également monstrueux dans les deux cas. Je n'idéalise personne et je ne diabolise personne sur la base de leur sexe. Je hais les agresseurs et les agresseuses également. C'est ça la différence entre moi et un sexiste comme toi, mon Will.

Cette culture du viol est intrinsèquement liée à celle du silence et nous y participons tous, particulièrement nous, les hommes. Toutes ces fois où nous offrons un verre à une femme avec l’idée de lui faire perdre la tête pour favoriser les rapprochements sexuels…

Tu as déjà fait ça, toi, mon Will? C'est ça qui te motive à écrire ta petite lettre? La culpabilité? Au lieu de diaboliser tous les être humains qui ont les mêmes organes génitaux que toi, va donc te rendre à la police! Vas-y! Rends-toi au poste de police le plus proche, assis-toi avec un policier et dis-lui: "Mon nom est Will Prosper et je suis un violeur. Voici les noms de mes victimes." Go, mon grand!

Ben quoi? Tu es sérieux dans ta démarche ou pas? Tu penses vraiment ce que tu écrits ou tu es juste une grande gueule qui souhaite diffuser sa vertu à qui veut l'entendre? T'es authentique ou t'es juste un esti d'hypocrite?

Une chose est certaine, tu me fais découvrir une autre différence importante entre toi et moi.

Sais-tu combien de femmes j'ai saoulées dans le but de les baiser, mon Will? Aucune. Ben non, aucune. Tu vois, les hommes ne sont pas tous des trous d'cul comme toi! Non seulement je n'ai jamais saoulé une femme dans le but de la sauter, mais en plus, sais-tu combien de filles déjà saoules j'ai repoussées à l'époque où je sortais dans les bars? Un esti de paquet.

Je me souviens d'une en particulier. J'étais dans un bar latino au centre-ville de Montréal. Je devais avoir 19 ans. Je revenais des toilettes quand cette jolie femme se lance à mon cou et m'enlace. Une belle brunette. Je n'ai d'abord vu que ses cheveux, puis elle a levé la tête vers moi et m'a dit: "Je te looooove you!" Elle était de toute évidence faite à l'os. Elle tenait à peine debout.

Sais-tu ce que j'ai fait mon Will? Tu penses sûrement que je l'ai amenée dans la ruelle pour la baiser entre deux conteneurs de vidanges, c'est ça? Parce que toi, c'est ce que tu aurais fait peut-être?

Ben non! J'ai ri et je lui ai demandé où étaient ses amies. Elles étaient sur le plancher de danse. Je l'ai ramenée à ses amies et je leur ai demandé de prendre soin d'elle. C'est ça que j'ai fait.

Tu n'es pas obligé de me croire, tu n'as que ma parole, évidemment. Mais c'est ce que j'ai fait. Et comme j'écris anonymement, je n'ai absolument aucune raison d'inventer une histoire pareille.

Tout ça pour dire que tu peux bien garder ta culpabilité pour toi et t'étouffer avec mon Will! Moi, je n'ai absolument rien à me reprocher. Toutes les femmes avec qui j'ai été intime étaient consentantes. Bien sûr, certaines avait un p'tit verre dans le nez, mais c'était leur choix, elles n'étaient pas saoules et elles étaient en pleine possession de leurs moyens.

Par contre, je connais des gars qui se sont réveillés dans le lit de filles qu'ils ne reconnaissaient même pas et qui avaient profité du fait qu'ils étaient complètement saouls ou gelés pour les sauter. Mais comme tu es un féministe, j'imagine que ceci n'éveille aucun sentiment outrancier en toi. Si ça arrive à une femme, tu as les yeux plein d'eau mais si ça arrive à un homme, au mieux tu t'en crisses et au pire tu trouves ça drôle, c'est ça?

Alors si tu m'inclues à nouveau dans tes saletés de généralisations sexistes, je vais malheureusement être obligé de t'envoyer chier et ça me ferait beaucoup de peine. Garde ta putain de culpabilité pour toi et arrête d'essayer de la faire porter aux autres!

N’est-ce pas le type de masculinité qu’on nous apprend depuis l’adolescence : pour devenir un homme, en plus d’être fort, il faut par tous les moyens perdre notre virginité pour éviter la honte et être enfin un homme, un vrai? Les mâles multipliant les conquêtes sont vénérés et enviés, alors qu’on diabolise les femmes qui en font autant.

Tu offres un portrait bien incomplet de l'éducation qui est donnée aux garçons, mon p'tit Will. Tu gardes ce que tu veux bien garder pour valider ton idéologie sexiste du mâle agresseur et de la femme victime, puis tu ignores tout le reste. C'est de la mauvaise foi, ça, mon Will.

C'est vrai que les petits garçons se font dire qu'ils doivent être forts, toughs et ne jamais montrer de signe de faiblesse ou d'émotions. Et tu sais qui souffre le plus de cela, mon Will? Les gars. Et tu sais qui sont majoritairement les gens qui élèvent les petits gars? Des femmes.

Voici une autre phrase que tous les petits garçons se font dire: "Frappe pas les filles." Tous les petits gars se sont faits dire ça. Est-ce qu'on dit aux filles de ne pas frapper les gars? Jamais. Je sais de quoi je parle, je travaille dans des écoles primaires depuis 20 ans. Lorsque je dis à une fille de ne pas frapper un gars, elle me regarde toujours avec un regard totalement ahuri. Je suis clairement la première personne à lui dire ça. À chaque année, je demande à mes gars de lever la main s'ils aiment frapper les filles. Personne ne lève jamais la main. Et quand je demande aux filles si elles aiment taper sur des gars, elles lèvent presque toutes la main. À chaque fois. Ça ne cadre pas trop avec ta p'tite vision du monde féministe ça, pas vrai mon Will? T'as la tête qui tourne, hein?

En fait, et ce depuis des siècles et probablement même des millénaires, on enseigne aux garçons à protéger les filles. La noblesse et l'honneur l'exigent. "Les femmes et les enfants d'abord!" La vie d'un homme a systématiquement moins de valeur que celle d'une femme. Les filles, elles, sont libres de mépriser les garçons à leur guise et cela les suit à l'âge adulte. Ça donne des féministes:

Enseignons aux petits garçons à ne pas violer!
“Girls are Smart, Boys are Stupid”
Un peu de sagesse féministe
Affiches féministes
Manif féministe interdite aux hommes
Le féminisme de Lise Payette
Et à l'école féministe où presque tous les profs sont des femmes, voici ce que ça donne:

Les garçons en difficulté: l'école fait la sourde oreille
Prioriser les filles!?!
La guerre aux garçons
L'école hostile aux garçons
Les enseignantes évaluent-elles injustement les garçons?
Discrimination des élèves masculins
Écoles: explosion du nombre de diagnostics
Une journée "sans garçons"
Doris Lessing: "Cessez de salir les hommes!"
C'est bien écrit! Pour un garçon!
Le fascisme de la casquette‏
Le règne des filles
Campus féministes

Voilà ce que c'est que d'être un p'tit garçon en 2016. Et en plus de tout ça, il y a des cons comme toi, mon p'tit Will, qui tentent de faire porter le blâme et la culpabilité d'une poignée de salopards à TOUS les garçon et à TOUS les hommes!

Et après tout ça, on s'étonne que les taux de suicide masculins soient si élevés. Mais comme tu es un féministe, ça ne te fait probablement pas verser de larmes, ça non plus. Ce sont juste des hommes, après tout...

Les films, les publicités, internet, la musique nous enfoncent dans la gorge l’objectification sexuelle de la femme. On colle aux femmes cette image à coup de milliards de dollars, invitant l’homme à les consommer comme une chose due, un corps procurant une gratification instantanée. Ce même corps dont sera si cruellement et violemment dépossédée mon amie. Les boys, réveillez-vous ! Nous avons tout faux !

Ben oui mon Will! Tu as mis le doigt dessus! Le problème, c'est le désir masculin! Comment osons-nous trouver les femmes belles? Comment osons-nous ressentir de l'attirance pour les femmes? C'est monstrueux! Le désir masculin est synonyme de violence et de viol, tout le monde sait ça! Vite, auto-castrons-nous tous!

De plus, comme chacun sait, seules les femmes sont "objectifiées" par les hommes! Les hommes, eux, ne le sont jamais! Les femmes sont tellement merveilleuses, elles font totalement abstraction de l'apparence physique des hommes! Elles ne s'intéressent qu'à leur personnalité, à leurs qualités intérieures, à leur âme! C'est magique!

Voici un peu de lecture pour te reconnecter à la réalité, mon p'tit Will:

«Mon cell, un pénis, ben des chips.»
"La masculinité toxique"
abuseurs = hommes
"Toi, le gros!"
La censure du désir masculin
La vérité sur la "guerre contre les femmes"
Conversation à propos de la sexualité masculine
33 raisons de ne PAS être féministe
Pauvres femmes...

Les articles et les commentaires sur les réseaux sociaux alimentent le préjugé qui veut que les femmes «auraient dû prendre les bons moyens» pour se protéger : promenez-vous avec vos clés bien hérissées entre vos doigts au cas où, ayez une amie alerte lors de soirées trop arrosées, soyez accompagnée pour un premier rendez-vous, ne vous habillez pas de manière trop suggestive, comme des policiers l’ont récemment conseillé à des élèves du collège Villa-Maria.

Comment? Des gens ont OSÉ recommander aux femmes d'être prudentes? Ah! les salopards! Ah! les pourris! N'ont-ils rien compris? Il ne faut JAMAIS dire à des femmes d'être prudentes! Jamais! C'est sexiste! Encourager une femme à adopter des comportements sécuritaires, c'est EXACTEMENT la même chose que de la blâmer en cas d'agression! Oui, oui, c'est très précisément la même affaire.

Dans la même logique, il ne faut jamais recommander à nos enfants de regarder des deux côtés avant de traverser la rue et il ne faut pas les encourager à porter des casques de vélo! Si on fait ça, c'est exactement la même chose que leur faire porter le blâme s'ils sont frappés par une voiture!

Il ne faut surtout pas émettre des consignes de sécurité sur les chantiers de construction! Arrêtez d'encourager les travailleurs à porter des casques protecteurs, des gants et des bottes à caps d'acier! Abolissons les campagnes de sensibilisation de la CSST! Parce que, quand on dit à des travailleurs d'être prudents, c'est exactement la même chose que les blâmer lorsqu'ils se blessent! C'est l'évidence même!

Le droit de cuissage du Moyen-Âge existe encore tandis que les hommes bénéficient toujours d’un passe-droit ! Comment s’étonner que plus de 90% des victimes d’agressions ne portent pas plainte et se culpabilisent à tort, ébranlées à vie par le traumatisme subi ? Et je n’aborde même pas la violence du système judiciaire à l’égard des victimes d’agression sexuelles.

LE DROIT DE CUISSAGE DU MOYEN-ÂGE EXISTE ENCORE! HAHAHAHAHAHAHAHAHA! Ça ne s'invente pas des inepties pareilles, mes amis! Calvaire...

LES HOMMES BÉNÉFICIENT D'UN PASSE-DROIT! Ben oui! Allez-y les boys, ne vous gênez surtout pas! Baisez, harcelez, agressez et violez tout ce qui bouge! Vous avec un passe-droit! La prochaine jolie femme que vous croiserez, n'hésitez pas! Plaquez-la contre un mur et violez-la! En plein jour et dans un lieu public, même, il n'y a aucune inquiétude à avoir! Si elle appelle la police, vous n'aurez qu'à dire au policier que vous avez un passe-droit! Ou mieux, invoquez le droit de cuissage qui est inscrit au code criminel!

Non mais sans blagues... voyez-vous à quel point ces gens-là ont complètement, mais alors là com-plè-te-ment perdu tout contact avec la réalité? C'est hallucinant...

Pour ce qui est de ta statistique du 90% des victimes qui ne portent pas plainte... comment peux-tu le savoir si elles ne portent pas plainte, mon p'tit Will? Tu lis dans leurs pensées, c'est ça? Ah! oui, j'oubliais que les féministes sont dotés de pouvoirs magiques...

Et tu pousses l'audace jusqu'à affirmer que le système de justice est VIOLENT à l'égard des victimes d'agression! Ben oui! Comment ces juges et ces avocats OSENT-ILS remettre en question la parole de femmes qui affirment avoir été agressées? Tout le monde sait que les femmes ne mentent jamais et qu'il faut automatiquement les croire sur parole! Fuck la présomption d'innocence! Fuck les procès! Fuck la justice! N'importe quelle femme devrait pouvoir faire câlisser n'importe quel homme en prison automatiquement, sans qu'on examine ses allégations! C'est ça la société féministe qu'on veut!

Moi, je pense à ma petite fille. Si j’infuse constamment en elle l’idée qu’elle peut se défendre contre les agresseurs, ne suis-je pas en train de lui dire qu’ultimement, elle sera l’unique responsable d’une possible agression ?

Mais non, calvaire! Tu es en train de lui montrer à être prudente et à se défendre. C'est la même chose que lui apprendre à traverser la rue, à faire du vélo, à survivre en forêt...

Laisse-la donc jouer autour d'une piscine creusée sans lui parler de sécurité et sans lui montrer à nager tant qu'à y être! Après tout, s'il fallait qu'elle passe à deux doigts de se noyer, il ne faudrait surtout pas qu'elle se sente responsable!

La culture du viol a plusieurs visages. Nous avons tous un rôle à jouer : écouter les victimes, sermonner nos chums de gars qui font des blagues sexistes ou adoptent des comportements à la Marcel Aubut. Comprendre la véritable nature d’un consentement. Arrêter de nier l’existence de la culture du viol qui, bien sûr, ne fait pas de nous tous des agresseurs.

Écouter les victimes n'est pas suffisant. Il faut encourager les victimes à porter plainte à la police.

Les blagues sexistes ne sont que des blagues! Ce sont juste des jokes! C'est tout! Si je raconte la joke de "Pète pis Répète se promènent en bateau", est-ce que je suis en train d'encourager les gens à lancer des gens à l'eau? Est-ce que je suis en train de dire que la noyade, c'est correct? Voyons donc, calvaire!

Les comportements à la Marcel Aubut ne sont pas acceptés dans notre société! Le meilleur exemple de cela est... MARCEL AUBUT! De simples allégations ont été formulées à son endroit, il n'a subit aucun procès et il a perdu sa job, a été humilié publiquement et est complètement ostracisé. Dans son cas, c'était peut-être mérité, mais il arrive que ça ne le soit pas, parce que des fausses accusations, ÇA EXISTE!

N'importe quel être humain non-déficient comprend parfaitement bien la notion de consentement. Le problème n'est pas là. Le problème, c'est qu'une poignée de trous d'cul (comme toi apparemment) choisit ne l'ignorer. Mais tu sais quoi, il y a des lois contre ça aussi.

Et pour ce qui est de ta culture du viol, ELLE N'EXISTE PAS! Et si tu crois qu'elle existe, ça en dit pas mal plus long sur tes propres déviances sexuelles que sur notre société!

Mais arrêtons d’utiliser notre passe-droit, les boys, nous avons besoin d’assumer notre responsabilité en tant qu’homme et d’avoir cette conversation. Comme celle que je vais avoir avec mon petit bonhomme d’amour, un véritable superhéros en devenir.

IL N'Y A PAS DE PASSE-DROIT! Il n'existe pas!

Tu ne veux pas avoir une conversation! Tu veux juste te disculper publiquement, diffuser ta vertu à qui veut l'entendre et t'attirer l'admiration et l'approbation de tout le monde! Tu veux montrer que tu es tellement un homme merveilleux et rempli de compassion!

Tu ne veux pas avoir de conversation parce que tu n'écoutes pas, tu n'es pas intéressé à entendre des points de vue contraires et tu rejettes la réalité du revers de la main! Tu veux prêcher ton évangile féministe, c'est tout!

Libre à toi de fucker ton fils à vie en lui inculquant que son pénis fait de lui un monstre potentiel, que ses désirs sexuels sont malsains et dangereux, que les filles sont plus précieuses et ont plus de valeur que lui! Inculque-lui une bonne dose de haine de soi! Enseigne-lui que sa raison d'exister est d'être au service des femmes et de les idolâtrer!

Je suis passé par là et je le plains.





6 commentaires:

Anonyme a dit…

Parfois, tu en fais trop. Il t'aurais suffi de montrer l'origine particulière» de ces chiffres.

Pour ton information, cet extrait du livre Manifeste d'un salaud de Roch Côté:
http://www.philo5.com/Mes%20lectures/CoteRoch_ManifesteD'UnSalaud_1990.htm

Plus sujet à caution, ce texte dont il faudrait vérifier certaines affirmations.
http://www.lapresrupture.qc.ca/Manifeste.html

HLeBel a dit…

Excellent !

Le mensonge féministe à l'effet que 300 000 femmes subissaient de la violence conjugale chaque année au Québec a servi de prétexte dans le milieu des années '80 à l'adoption, sans la moindre discussion publique, de la 'politique d'intervention en matière de violence conjugale' qui autorise les mesures arbitraires, les incarcérations illégales et les sentences avant jugement.

Cette 'politique', qui n'est pas une loi, est inconstitutionnelle et illégale dans la mesure où elle contrevient aux dispositions explicites du code criminel, le seul texte de loi ayant autorité en matière criminelle au Canada. Combien de temps allons-nous collectivement encore endurer cette imposture ?

Il faut impérativement interpeller l'actuelle ministre de la justice et lui demander de reprendre contact avec la réalité car manifestement. elle vit dans le déni. Lire sa réponse à cette lettre ouverte : http://bit.ly/2dcTBir

Prof Solitaire a dit…

@ Ano: Merci pour les liens. Très intéressants.

@ HLebel: Merci pour les bons mots. Et merci pour le lien.

Hénèm a dit…

Pas vrai que le Code Criminel est la seule loi avec des dispositions criminelles. Beaucoup de lois contiebnent des dispositions pénales pour non-respect des dispositions de la loi.

Prof Solitaire a dit…

Ok, merci de la précision... mais avais-je dit le contraire?

Hénèm a dit…

Non je répondais au commentaire de HLebel :)