2 octobre 2016

"Voler, c’est pas si grave"

Voici un extrait de la meilleure chronique que Martineau a écrite depuis un bout de temps:

Un recherchiste caquiste qui a décidé de sauter la clôture afin d’aller travailler pour le PLQ vole des documents confidentiels à son ancien parti pour se rendre «intéressant» auprès de son nouvel employeur... et ça ne choque pas les libéraux?

Ça ne les scandalise pas?

(...) Il me semble que si j’étais Philippe Couillard, l’intégrité serait l’un de mes fers de lance. «Ma première priorité», comme on dit.

Après tout, l’ancienne vice-première ministre du gouvernement libéral n’est-elle pas accusée de fraude et de corruption?

Je remuerais ciel et terre pour prouver que mon équipe est blanche comme neige et au-delà de tout soupçon.

Au lieu de ça, Philippe Couillard minimise les gestes graves posés par sa nouvelle recrue, Frédéric Schautaud. Il défend même son jugement!

«Le jugement peut s’appliquer également dans le choix qu’une personne fait d’adhérer à une organisation qui correspond mieux à ses valeurs. Il faut regarder cet aspect», a-t-il dit.

Pardon? De kessé?

Oui, Frédéric Schautaud a volé des documents confidentiels à son ancien parti, mais le fait qu’il ait quitté la CAQ pour le PLQ montre qu’il a quand même du jugement?

(...) Dans le parti de Philippe Couillard, quand tu apprends que ton nouvel employé vedette est un voleur et un traître, tu balaies ce crime sous le tapis et tu hausses les épaules.

«Bof. Oui, il a volé des documents, mais au moins, il s’est joint au bon parti.»

Hallucinant. Et c’est comme ça que Philippe Couillard croit pouvoir rétablir la confiance des électeurs envers son gouvernement?

(...) Pendant ce temps-là, Nathalie Normandeau profite du fait qu’elle anime une émission de radio pour faire un show et défendre publiquement son «intégrité».
Comme si les accusations qui pesaient contre elle étaient un détail!

Au Québec, le nombre de stations de radio est limité. Animer une émission de radio est un privilège. Or, madame Normandeau utilise ce privilège pour défendre sa réputation, pour tenter d’influencer les esprits à la veille de son procès.

Coudonc, les libéraux sont-ils incapables de se garder une petite gêne?



Aucun commentaire: