21 novembre 2016

Éducation sexuelle


J'ai donné mon traditionnel cours sur la puberté et la sexualité la semaine dernière, un cours qui me tient profondément à coeur. Je considère ce cours comme une priorité absolue tant au niveau de l'épanouissement personnel des jeunes qu'à celui de la santé publique. J'y crois tellement que je le donne à chaque année depuis presque deux décennies, malgré le risque que cela représente, particulièrement pour un prof masculin. J'ai d'ailleurs blogué à plusieurs reprises là-dessus, les liens sont au bas de ce billet.

Rassurez-vous, l'image ci-dessus ne représente pas mon approche. ;-)

Ça s'est plutôt bien passé, bien qu'il y ait eu plus de ricanements inconfortables que d'habitude. J'aurais dû attendre après les fêtes, comme je le fais généralement. Disons que j'ai un peu surestimé le niveau de maturité de mes présents élèves. Mais bon, l'atmosphère s'est progressivement calmé et les messages importants sont passés: oui ce que tu vis est normal, voici comment ton corps fonctionne et voilà ce que ça signifie.

Et comme d'habitude, j'ai donné l'opportunité aux élèves d'écrire des questions anonymes à la fin. C'est la seule façon d'avoir des questions sincères parce que la plupart d'entre eux sont beaucoup trop timides pour lever la main.

Il y en a toujours qui sont hilarantes. Cette année, mes questions préférées ont été:

- C'est quoi la menstrubation?

- Est-ce que le gars peut se tromper de trou?

- C'est quoi le 69?

- Pourquoi les adultes veulent faire du sexe?

Je me suis bien bidonné en lisant celles-là.

Et avouez que le terme "menstrubation" devrait totalement exister!

Mesdames, vous vous adonnez aux plaisir solitaires pendant vos règles? Grâce à un(e) de mes élèves, il y a maintenant un terme pour cela! ;-)

À lire également:

L'éducation sexuelle est d'une importance capitale

Parler de sexe à l'école

Les conservateurs et l'éducation sexuelle


Québec et Inde: même philosophie idiote

Voilà ce que ça donne...

Finie l'éducation sexuelle au secondaire!



2 commentaires:

Guillaume a dit…

Ça peut pas être plus difficile qu'en Angleterre.

Et la photo vient de Mean Girls. Pour une comédie romantique adolescente, c'était pas mal.

Prof Solitaire a dit…

Comme l'illustrent certains liens au bas du billet, le même problème existe chez leurs cousins ontariens. Pour ce qui est du film, jamais vu, alors merci de la référence...