14 novembre 2016

La gauche n'a qu'elle-même à blâmer III

Sam Harris se désole de l'élection de Trump et craint pour l'avenir...

Toutefois, il croit également que la gauche est à blâmer pour cette défaite. Si elle avait accepté de parler franchement et de façon réaliste de la menace de l'Islam radical, du terrorisme, de l'immigration et de la crise des réfugiés, elle n'en serait pas là aujourd'hui. Si elle n'avait pas menti sans relâche à propos de l'Islam, tout en accusant de racisme tous ceux que ces questions inquiètent, on n'en serait pas là. Si elle n'avait pas dérapé avec ses délires multiculturalistes et féministes de Social Justice Warriors déjantés, on n'en serait pas là...





Aucun commentaire: