22 novembre 2016

La guerre aux garçons

Ce qui est arrivé aujourd'hui est tellement renversant que vous ne me croirez pas. Vous allez penser que j'invente ça juste pour me rendre intéressant ou pour essayer de vous convaincre de la justesse des arguments que je mets régulièrement de l'avant sur ce blogue.

Malheureusement, ce que je m'apprête à vous raconter est bien réel est s'est véritablement produit aujourd'hui.

Avec le retour de la neige, comme à chaque année, les enfants se sont mis à construire des forts de neige dans la cour d'école. Et comme à chaque année, cela donne lieu à des petits conflits. Mais je n'ai jamais vu des enseignantes réagir de la sorte.

Vous ne me croirez pas.

Après la récréation de ce matin, la technicienne en éducation spécialisée de l'école a annoncé à toute l'école, via l'intercom, que lors le la récréation suivante (celle qui suit le dîner) seules LES FILLES auraient le droit d'aller jouer dans les forts de neige. Les garçons, eux, ne devaient plus s'en approcher.

Je ca-po-tais.

J'ai soulevé le sujet avec mes collègues féminines au dîner. Cela n'a choqué aucune d'entre elles. Une seule y a vu une légère injustice. L'un des forts, a-t-elle dit, a été construit pas deux gars et deux filles de sa classe et maintenant, seules les filles pourront y jouer. Malgré cela, elle jugeait cette directive acceptable. Les gars n'ont qu'à s'y faire, c'est comme ça.

Les autres enseignantes ne trouvaient absolument rien à redire.

J'étais sidéré.

Quel message les p'tits gars ont retenu de ce règlement, vous croyez?

Qu'ils sont la cause de tous les conflits et que les filles, elles, n'en provoquent jamais. Qu'ils sont méchants parce qu'ils sont des gars et que les filles sont meilleures qu'eux. Qu'ils sont potentiellement violents et que les filles, elles, sont douces et pacifiques. Qu'ils sont responsables des mauvaises actions des autres gars, même s'ils n'ont rien fait de mal et ce, simplement parce qu'ils sont du même sexe qu'eux.

Le coeur me lève.

Vous voyez pourquoi je passe mon temps à dénoncer la misandrie qui sévit dans nos écoles primaires comme une gangrène? Réalisez-vous ce que c'est que d'être un petit garçon dans un système pareil? Dans une école ou les adultes diabolisent systématiquement les petits garçons et idéalisent les petites filles! Un système de sexisme misandre institutionnalisé! Vous voyez de quoi je parle depuis des années sur ce putain de blogue?

Voici d'autres petites lectures si vous croyez que ceci est un cas isolé:

L'école est EN GUERRE contre les garçons



La controverse des casquettes

À la défense des p'tits monstres!

Enseignons aux petits garçons à ne pas violer!


AJOUT (25 novembre 2016) ***************************

Je cous invite fortement à lire les deux billets que j'ai publiés à la suite de celui-ci en cliquant sur les liens ci-dessous:

Forts de neige... la suite


Merci.


17 commentaires:

Eric Belisle a dit…

La joke s'écrit toute seule : en fait, ça prépare vraiment les garçons à la vraie vie. Quand ils vont être adultes, c'est eux qui vont construire/payer la maison, et c'est les filles qui vont la garder quand le couple va se briser ;)

Mais sérieux prof, je te trouve solide de garder ton sang froid avec tes collègues. C'est sûr qu'ils voient pas le problème : c'est programmé dans la société qu'il faut tout donner aux filles. Elles aussi ont grandi comme ça.

Bonne chance! Et continue ton bon travail!

Hans Georg Lundahl a dit…

"c'est programmé dans la société qu'il faut tout donner aux filles."

Tout sauf de mariages, grossesses et enfants, non?

Olivier Kaestlé a dit…

C'est une aberration. Un sujet super pour Richard Martineau, Sophie Durocher ou d'autres dénonciateurs d'un féminisme épais et misandre. Mais pourrais-tu les contacter sans risquer de de faire sauter ton anonymat ? Là est la question...

Prof Solitaire a dit…

Aucune chance... si je parle aux médias, ils vont automatiquement savoir que c'est moi et je serai cuit.

J'ai essayé d'affronter le problème à l'interne et tu devrais voir le psychodrame depuis ce matin! Beaucoup de gens me regardent de travers et la directrice m'a un peu varlopé, mais au moins, les garçons peuvent à nouveau jouer dans les forts.

Alors j'imagine que c'est un genre de victoire, en quelque sorte, mais comme d'habitude, c'est moi qui écope.

Daniel Gagnon a dit…

Complètement surréaliste! Mais quelle ėtait donc la raison "officielle" de l'école? Y a t'il quelque chose qu'on ne sait pas pour justifier ça sérieusement? La prochaine fois , il faudrait enregistrer le message ou la conversation en preuve. Les responsables auraient-elles le guts de rėpēter ça publiquement?

Prof Solitaire a dit…

Elles savent très bien que ça ne se défend pas... et comme vous pouvez le voir dans mon billet subséquent, la réaction de la directrice est que tout est dans ma tête...

Anonyme a dit…

Si vous vous faisiez un-e ou deux alliés ou deux chez les parents, ou mieux encore au conseil d'établissement, ce serait votre directrice au lieu de vous qui se ferait varloper. J'ai été président d'un CE, mais j'ai eu à travailler avec une très bonne directrice. Si toutefois un tel truc était venu à ma connaissance, je l'aurais menacée d'une plainte à la CDPDJ. Faites-vos des alliés!

Philippe a dit…

Bravo "Prof Solitaire" pour ce blogue, que je lis "anonymement" depuis un certain temps.
On ne se connaît pas (ou du moins, peut-être par personnes interposées dont voici les initiales: GC, OK, LB et d'autres encore..).
Entre autre parce que j'ai un "certain vécu" en termes de paternité, parentalité (et exclusion), etc.

J'ai aussi enseigné (au Cégep), temporairement (cycle régulier et aussi en éducation aux adultes) et j'en ai vues aussi, des vertes et des pas mûres.

Bonne continuation, bon (et grand) courage...

À un de ces jours peut-être


Philippe

Anonyme a dit…

Mais pourquoi? Je ne comprends tout simplement pas...
Pourquoi???
Moi je m'excuse, mais si mon petit garçon m'arrivait demain en me disant que l'école a dit qu'il n'avait plus le droit que xyz mais els filles oui, la vitesse à laquelle mon mari et moi on va débarquer à l'école, la direction ne croirait pas ça!
Franchement, c'est ... je n'ai même pas de mot!

Anonyme a dit…

Ben voyons donc! C'est quoi ce règlement de marde-là? Je suis féministe mais pour l'égalité homme-femme, gars-fille! Les gars ont besoin de se défouler eux aussi! Quoi de mieux que la récréation pour lâcher son fou, s'oxygéner pour être ensuite plus calme et dispo pour la classe? Ça nuit aussi aux filles car plus tard comment les deux sexes apprendront à régler les conflits? Faire des échanges? Une chance que le ridicule ne tue pas!

Nicolas Guindon a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Nicolas Guindon a dit…

En fait je vais être honnête, une telle situation ne me surprend même pas.
Cependant, d'un point de vue légal, une telle mesure est jugée discriminatoire, et de ce fait, est interdite par la loi. Si une telle situation se présente à nouveau, vous n'avez qu'à amener le cas sous forme de plainte (le plus anonyme possible) au conseil d'administration, qui à son tour devra trancher. S'il y a moindrement une personne, présente sur le conseil, qui connaît le code du travail, les normes ainsi que les différentes lois pouvant affecter l'établissement scolaire, alors la décision sera prévisible.

''Vous ne pouvez, sous forme de règlements ou autre forme que ce soit, décréter ou inciter un comportement discriminatoire, qu'il soit basé sur le sexe, la religion, la couleur de la peau, l'âge, etc. ''

Autrement dit, si cette mesure venait à être documentée, elle pourrait faire une belle tache sur le CV de la directrice en question. Essayer de rester anonyme ;)

Prof Solitaire a dit…

La suite de la saga est ici, si vous êtes curieux:

http://profsolitaire.blogspot.ca/2016/11/forts-de-neige-la-suite.html

Olivier Kaestlé a dit…

Je tiens à te dire qu'il n'y a aucune couardise à préserver ton anonymat, compte tenu de tes expériences passées et des conséquences sur ta santé physique et mentale. L'instinct de survie n'a rien à voir avec la lâcheté. Et puis, qui veut voyager loin ménage sa monture. À bon entendeur, cher Collègue !

fylouz a dit…

Mais ça n'a donc choqué aucun parent, cette histoire ?

Prof Solitaire a dit…

Seul un couple de parents m'en a parlé. Ils m'ont dit qu'ils avaient été choqués et qu'ils avaient eu l'intention de se plaindre, mais que j'étais intervenu plus vite qu'eux. Les autres, pas un mot.

raybanoutlet001 a dit…

yeezy boost 350
michael kors handbags
michael kors outlet
ed hardy clothing
longchamps
pandora jewelry
chicago bears jerseys
ralph lauren
michael kors uk
michael kors handbags outlet