26 novembre 2016

La vomissure féministe de Rosalie Bonenfant



Ce sont des amies à moi qui ont fièrement partagé ceci sur Facebook. J'ignore qui est cette femme, mais préparez-vous pour une belle vomissure haineuse comme il s'en fait trop souvent! Voici ma réplique à son texte:

"J'aimerais porter un toast aux hommes."

Ouais, pendant une fraction de seconde, j'ai cru qu'une Québécoise avait enfin trouvé quelque chose de positif à dire à propos des hommes sur les ondes d'une station de radio. Mais rassurez-vous, ma balloune a été pétée assez vite:

"C'est un toast que j'ai rédigé avec le corps en origami à force de me plier de douleur de crampes menstruelles. Fait que j'aimerais ça qu'on l'apprécie, ok?"

Combien de fois a-t-on entendu des commentaires semblables? J'ai toujours été fasciné par ce type de commentaires fielleux et hostiles adressés par des femmes mesquines qui semblent croire que je devrais me sentir coupable parce qu'elles sont menstruées. Ou encore que cela devrait me rendre béat d'admiration.

Dites-moi, Mesdames. Si la douleur est une raison valide de respecter quelqu'un, alors pourquoi ne ressentez-vous que le mépris le plus total envers un homme malade en parlant avec sarcasme de "grippe d'homme"? Pourquoi la souffrance d'un homme après une vasectomie est-elle, pour vous, le paroxysme de l'humour? Vous n'y voyez même pas l'ombre d'une contradiction, je suppose?

Si vous voulez que je vous respecte, Mme Bonenfant, alors accomplissez quelque chose d'admirable. Vos crampes, je n'en suis pas la cause et vous ne les avez pas choisies. Ce n'est pas un accomplissement. Et ce n'est pas votre petit discours rempli de mépris qui éveillera en moi le moindre respect. Bien au contraire.

"Aujourd'hui, je lève ma Divacup à vous les gars, sans qui on serait tellement démunies."

Si vous êtes comme moi et que vous n'avez jamais entendu parler d'une Divacup de votre vie, alors cliquez ici. J'aimerais vous l'expliquer, mais la vie est trop courte et je n'ai pas de temps à perdre. J'en perds bien assez à répondre à des conneries comme ceci.

Disons simplement que ça a l'air d'être un récipient dans lequel s'accumule les décharges menstruelles. Et c'est ceci que Mme Bonenfant "lève" comme on le ferait une coupe de vin. Même moi qui n'ai jamais été le moindrement dégoûté par les menstruations de mes compagnes, même moi je trouve la comparaison de très mauvais goût.

Pour ce qui est d'être démunies, c'est évidemment dit avec sarcasme, mais si tous les hommes disparaissaient demain matin, les femmes seraient effectivement dans le trouble. La contribution des hommes à la société est exceptionnelle et indéniable. Mme Bonenfant le verrait si elle n'était pas aveuglée par son propre mépris sexiste.

"Parce que c'est bien connu, nous les filles, on est un peu nunuches, fait qu'on a souvent besoin de votre aide pour savoir quoi faire avec notre corps."

Jolie déclaration vide qui vise à éveiller la honte et la culpabilité. Et ça marche, c'est ça le pire. Même moi, qui suis antiféministe et qui suis conscientisé à ce type de manoeuvre, même moi je ressens cette honte se pointer. Comme si toute une vie dans cette société féministe m'avait programmé jusque dans mes gènes à avoir honte d'être un homme et à voir les femmes comme de tragiques êtres opprimés qui sont constamment les victimes des salauds comme moi, elles qui sont pourtant des êtres en tout point si sublimes et extraordinaires! Même moi qui pourfends cette idéologie de merde sur ce blogue depuis des années, je la ressens encore dans mes tripes cette honte et cette culpabilité. C'est ahurissant.

Alors je ne m'étonne pas quand des idiots qui sont complètement dépourvus du moindre sens critique et de la moindre introspection, comme c'est apparemment le cas de Dominique Arpin, sont béats devant de telles déclarations. La honte et la culpabilité les aveuglent et ils ne voient pas la haine qui est en dessous.

Posez-vous la question, Messieurs, de quoi êtes-vous supposés avoir honte exactement?

Quand avez-vous dit à une femme ce qu'elle devait faire avec son corps? L'avez-vous déjà fait?

Parce que moi, je n'ai jamais dit à une femme ce qu'elle pouvait faire ou pas avec son corps. En fait, je ne suis même pas certain de comprendre ce que c'est sensé vouloir dire!

Est-ce que Mme Bonenfant croit que les hommes disent aux femmes comment s'habiller? C'est plutôt le contraire qui est vrai. Je connais même des hommes qui ne portent que les vêtements que leur femme leur a achetés. Je n'ai jamais entendu parler de l'inverse, à part en Arabie saoudite et en Iran!

Est-ce que Mme Bonenfant parle de sexe? Elle croit vraiment que toutes les femmes obéissent aux ordres de leur conjoint au lit? Je n'ai pas couché avec des centaines de femmes dans ma vie, mais dans mon expérience personnelle, les femmes qui faisaient preuve de soumission au lit le faisaient parce que c'est ce qui les allumait. Ce n'est certainement pas moi qui en faisait la demande!

Alors de quoi parle Mme Bonenfant exactement? A-t-elle UN exemple pour illustrer que les hommes québécois dictent aux femmes ce qu'elles doivent faire de leur corps? Juste un? Non? Ah...

"J'ai remarqué que quand on cherche le mot "féminine" dans le dictionnaire, on nous renvoie automatiquement à féminin. Pis ça, c'est pas pour rien. C'est juste parce que les hommes sont plus intelligents que nous. Quoi? C'est vrai! Ils arrivent à nous faire croire que notre féminité nous appartient."

Est-ce que c'est moi, ou elle débloque complètement, là? Sérieusement, elle s'en va où avec ses skis? Son "argument", si on peut l'appeler ainsi, ne va nulle part! Le dictionnaire est un complot des hommes? Et la preuve qu'elle met de l'avant est que la définition du mot "féminine" renvoie à "féminin"? Et les hommes font cela pour faire croire aux femmes que leur féminité leur appartient? Ça n'a ni queue, ni tête.

Peut-être a-t-elle mal lu son texte? Est-ce qu'elle était supposée dire: "Ils arrivent à nous faire croire que notre féminité LEUR appartient?"

Et si c'est ce qu'elle voulait dire, réfléchissez à ça un petit moment. Voici une personne qui est en train d'affirmer que le fait que la définition des adjectifs féminins renvoie à son correspondant masculin dans les dictionnaires est une démonstration de la domination de ces salopards d'hommes qui se croient supérieurs et plus intelligents et qui oppriment les femmes en s'emparant de leur féminité.

La seule théorie plus ridicule que celle-là que j'ai entendue dans ma vie, c'est la théologie des scientologues qui croient que des tétans, âmes d'extra-terrestres morts dans des volcans il y a des millions d'années à cause du dictateur intergalactique Xenu, hantent leurs corps et ne peuvent qu'être chassés avec un appareil appelé un E-meter.

Dois-je m'inquiéter pour la santé mentale de cette jeune femme? Mais non, rassurez-vous, elle est simplement féministe. Au Québec, cela n'est pas une maladie mentale, c'est simplement la normalité. Ce sont les femmes qui ne sont pas des féministes haineuses qu'on traite de folles! Après tout, nous sommes en 2016, que diable!

"Saviez-vous que c'est des hommes, mes chéries, qui ont inventé le talon aiguille, le rouge à lèvres et les augmentations mammaires?"

Le sexe de l'inventeur de quoi que ce soit n'a absolument aucune esti d'importance. La vraie question qu'il faut se poser, c'est pourquoi les femmes en font-elles usage?

Mme Bonenfant veut-elle nous faire croire que les femmes qui portent des talons aiguilles le font contre leur gré? Ce n'est jamais leur choix à elles? Elles y sont forcées par "les hommes"? Elles passent des heures dans des boutiques de souliers et lorsqu'elles achètent spécifiquement ces souliers-là, ce n'est pas parce qu'elles les aiment, mais plutôt parce qu'un homme leur tord le bras?

Mme Bonenfant veut-elle nous faire croire que les femmes qui portent du rouge à lèvres le font contre leur gré? Ce n'est jamais leur choix à elles? Elles y sont forcées par "les hommes"? Elles passent des heures dans des boutiques de cosmétiques à regarder les milliers de teintes disponibles même si ça les répugne, mais elles n'ont pas le choix parce que les hommes les y obligent?

J'enseigne à des enfants de 11 et 12 ans depuis 20 ans et savez-vous qui amène ces fillettes se faire coiffer à chaque semaine, s'acheter du rouge à lèvres et du mascara et se faire manucurer? Ben oui, LEURS MÈRES!

Mme Bonenfant veut-elle nous faire croire que les femmes qui ont des augmentations mammaires le font contre leur gré? Ce n'est jamais leur choix à elles? Elles y sont forcées par "les hommes"? Aucune femme ne le fait jamais parce qu'elle en a tout simplement envie? Aucune femme n'a jamais désiré de plus gros seins? Celles qui subissent ces opérations sont amenées de force à la clinique par des hommes?

Si Mme Bonenfant croit vraiment de pareilles sornettes, alors elle a perdu tout contact avec la réalité depuis très, très longtemps. Je doute qu'il y ait encore de l'espoir pour elle.

Est-il complètement inimaginable pour elle que des femmes puissent porter des talons aiguilles parce qu'elles aiment ça? Est-il complètement inconcevable que les femmes qui se maquillent le font parce qu'elles aiment être coquettes? Cela dépasse-t-il l'entendement que les femmes qui désirent des chirurgies plastiques le fassent d'abord et avant tout pour elles-mêmes?

Les femmes ne peuvent-elles jamais être des gens entiers, des adultes à part entière, des personnes capables de déterminer par elles-mêmes ce qu'elles veulent et ce qu'elles ne veulent pas dans la vie?

Voyez-vous que derrière le féminisme se cache un profond mépris pour les femmes? Plus particulièrement, pour les femmes qui font des choix avec lesquels la féministe est en désaccord?

Pour cette féministe, les femmes qui portent des talons aiguilles, qui se maquillent et qui ont des augmentations mammaires sont toutes des connes qui se font manipuler. Des idiotes naïves qui sont aussi faciles à influencer que des petits enfants. Des tartes qui sont les victimes de ces chiens d'hommes et qui ne s'en rendent même pas compte.

C'est pas du mépris pour les femmes, ça? Ce n'est pas les sous-estimer systématiquement que de dire des choses pareilles? Le temps est venu de se rendre à l'évidence: les féministes sont les nouvelles misogynes.

Et moi, l'antiféministe, je suis celui qui refuse de diminuer et d'infantiliser les femmes dans cette conversation.

"T'sais, une chance qu'on a les hommes pour nous rendre belles! Comment on ferait pour leur plaire, sinon?"

Mme Bonenfant devrait peut-être passer moins de temps et d'énergie à se soucier de ce que les autres pensent d'elle. Elle serait plus heureuse et moins frustrée dans la vie.

"Alors chin-chin et merci d'abord à Jean Héroldi. Merci de nous faire brailler dans des boîtes en Plexiglas. Sans toi, qui est-ce qui nous dirait qu'on est trop vieille pis trop laide?"

Je n'ai aucune câlisse d'idée qui est Jean Héroldi et je n'ai aucune envie de le découvrir, alors je ne peux pas commenter. Mais je suis prêt à parier que, peu importe ce qu'il a fait, les actions de ce type ne peuvent pas être généralisées à tous les hommes.

Oui, il s'agit là d'un concept qui semble être extrêmement difficile à comprendre pour les féministes, mais TOUS les hommes ne sont pas responsables lorsqu'un homme spécifique se comporte mal.

C'est un concept révolutionnaire, je sais...

"... en nous faisant payer une fraction du salaire de nos collègues masculins pour la même job plate."

Voici le mensonge féministe qui ne mourra jamais, mes amis. Aucun fait n'en viendra jamais à bout.

Je l'ai écrit à maintes reprises et je le répète, les femmes NE SONT PAS MOINS PAYÉES QUE LEURS COLLÈGUES! Ce serait illégal de le faire! Cliquez l'un de ces liens si la réalité vous intéresse davantage que des délires disjonctés de féministes enragées:

L'iniquité salariale est un mythe
Il n'y a pas d'inégalités salariales entre hommes et femmes
Entrevue avec Christina Hoff Sommers
Iniquités
Warren Farrell explique la soi-disant "iniquité salariale"

"Merci les boys de toujours assumer d'emblée qu'on est en syndrôme prémenstruel quand on se fâche ou quand on est émotives. Une chance que vous faites ça parce que ça justifie le fait qu'on a des réactions ou pire, des opinions."

En fait, si j'utilisais cet argument dans ce billet, ce serait un geste magnanime de ma part.

C'est vrai. Imaginez si, au lieu de décortiquer les fabulations déjantées, décousues, sexistes et mensongères de Mme Bonenfant afin de démontrer qu'elles sont erronées, je les balayais simplement du revers de la main en disant qu'elle déconne parce qu'elle est menstruée.

Imaginez si je faisais ça. Ce serait plus gentil de ma part, au fond. Parce qu'en l'affirmant, je serais en train de dire qu'elle n'est pas vraiment responsable des âneries qu'elle déblatère, que c'est la faute de ses hormones. Et quand celles-ci vont se calmer, elle va retrouver son état normal et sensé, comme quelqu'un qui dégrise après une brosse.

Mais ce n'est pas ce que je dis, parce que je suis impitoyable avec les sexistes qui me méprisent dans les médias comme elle l'a fait. Rien ne pardonne ses excès et sa haine. Rien ne la justifie. Elle mérite que je déconstruise ses propos stupides et que j'expose au grand jour ses préjugés méprisants et son abyssale ignorance.

"Merci d'avoir inventé les crèmes rajeunissantes pis les crèmes anti-vergetures. Sans vous, on aurait eu l'air humaines pis, niaiseuses qu'on est, on aurait cru que c'est correct de même!"

Mme Bonenfant veut-elle nous faire croire que les femmes qui consomment ce type de produits le font contre leur gré? Ce n'est jamais leur choix à elles? Elles y sont forcées par "les hommes"? Aucune femme ne le fait jamais parce qu'elle en a tout simplement envie? Aucune femme n'a jamais désiré avoir l'air plus jeune? Toutes les femmes qui consomment ces produits sont des connes?

Encore et toujours ce même mépris pour les femmes.

Et encore cette même haine des hommes, ces éternels salauds qui contrôlent les femmes, qui les humilient, qui les dominent, qui les forcent à agir contre leur gré...

Encore et toujours cette même haine...

"Merci à vous, les mansplainers, de chiâler pour nous rappeler qu'on a trop de demandes pis de caprices, qu'on ne fait pas si pitié que ça. On a besoin que vous nous rameniez sur terre une fois de temps en temps."

C'est la première chose qu'elle dit qui est sensée. Oui, effectivement, elle a urgemment besoin que quelqu'un la ramène sur terre.

En passant, pour ceux qui ignorent ce qu'est un "mansplainer", c'est un terme inventé par les féministes américaines pour qualifier des hommes qui, face aux discours féministes, OSENT être en désaccord, OSENT avancer des arguments contraires, OSENT exprimer une opinion divergente et OSENT remettre en question l'évangile des féministes. C'est un homme qui refuse de baisser la tête, de prendre son trou, de fermer sa gueule et d'obéir.

Bref, venant d'une féministe, c'est à prendre comme le plus beau des compliments.

Mme Bonenfant, le problème n'est pas la quantité de vos demandes. C'est la qualité et la validité de celles-ci qui font défaut.

Pout ce qui est de vos caprices, ils sont effectivement bien réels et exécrables. Allez passer quelques années en Arabie saoudite ou au Yémen. Je vous garantie qu'à votre retour, le Québec va vous sembler paradisiaque et vous n'aurez plus jamais envie de vomir votre mépris sur les hommes québécois.

"Hey! On a déjà le droit de vote, qu'est-ce que ça va être après? On va commencer à se sentir en sécurité quand on marche toutes seules la nuit? On va développer notre esprit critique pis tenir des propos féministes à la radio? T'sais? Un moment donné, là, wô!"

La tactique qu'utilise Mm Bonenfant est extrêmement malhonnête. En anglais, ils appellent ça un "strawman", un épouvantail.

Au lieu de s'attaquer à de véritables arguments qui sont mis de l'avant par ses adversaires (comme je le fais sur ce blogue), elle invente des arguments fictifs ridicules et veut nous faire croire qu'ils sont couramment utilisés par ses détracteurs.

Personne ne s'est sérieusement opposé au droit de vote des femmes depuis des décennies. Être antiféministe ne signifie pas qu'on soit contre le droit de vote des femmes. Je suis un ardent antiféministe et je serais furieux que les femmes soient privées du droit de voter.

Pour ce qui est de se sentir en sécurité la nuit, je serai bref:
1- L'inquiétude de sortir le soir est fondée, il faut être prudent sans tomber dans la paranoïa. Les agressions nocturnes par des inconnus demeurent rarissimes au Québec;
2- Les hommes aussi peuvent être attaqués. D'ailleurs, beaucoup plus d'hommes que de femmes sont victimes de meurtre, mais ça on n'en parle jamais;
3- La très vaste majorité des hommes n'attaquera jamais une femme de sa vie, alors il faudrait peut-être arrêter de faire peur au monde et de diffamer les hommes sans relâche.

"Merci de nous pogner une fesse quand ça vous tente même si on ne se connait pas."

Mme Bonenfant a-t-elle composé son texte dans les années 50?

Parce qu'en 2016, il faudrait qu'un homme soit carrément suicidaire pour se comporter de la sorte.

Les femmes, par contre, peuvent le faire impunément. je l'ai moi-même vécu. Et la vieille enseignante qui me pognait le cul n'a provoqué que l'hilarité générale chez mes autres collègues féminines.

"Merci les gars d'avoir inventé un vernis à ongles anti-viol pour nous permettre de rester élégantes malgré le fait qu'on est toujours bien juste un morceau de viande à qui on n'a pas besoin de demander son consentement pour lui passer dessus."

Donc, si je comprends bien cet argument, Mme Bonenfant blâme les hommes pour l'invention d'un vernis à ongles anti-viol... et affirme qu'ils l'ont fait parce qu'ils considèrent que les femmes sont des steaks qui peuvent être baisées sans qu'on leur demande la permission.

Ça n'a absolument aucun sens.

Si des hommes ont inventé cela, c'est évidemment dans le but de protéger les femmes.

S'ils avaient eu la perception que décrit Mme Bonenfant, ils auraient inventé un vernis à ongles qui les endort, qui leur fait perdre tout contrôle ou qui leur donne l'envie irrésistible de baiser le premier venu.

Cet argument n'a ni queue, ni tête.

Et, en passant, est-il vraiment nécessaire de spécifier que la vaste majorité des hommes ne traitent pas les femmes de cette façon? À moins d'être une féministe misandre, vous le savez déjà...

Ses élucubrations deviennent aussi insupportables que puériles.

"C'est sûr que grâce à l'invention du super-kutex, on peut prévenir un peu le danger, mais ça serait quand même pas pire qu'on prenne tout le temps qu'on passe à inventer des cossins pour nous protéger pis qu'on l'investisse à éduquer la menace."

Ah! Le chat sort du sac! Elle arrête enfin de tourner autour du pot et elle prend le taureau par les cornes!

LES HOMMES SONT UNE MENACE ET IL FAUT LES ÉDUQUER POUR QU'ILS ARRÊTENT DE NOUS VIOLER!

Tout le sexisme, toute la haine, toute l'horreur du féminisme se trouve là, dans ces mots. Et ils mettent encore et encore cet argument monstrueux de l'avant aveuglément, sans la moindre honte.

Comme j'ai déjà consacré tout un billet à anéantir cet argument, je vous invite à aller y jeter un coup d'oeil en cliquant ici.

"C'est le Cosmopolitan qui l'a dit, il y a un article qui nous expliquait 10 façons de vous plaire oralement, pis aucune façon ne comportait un seul mot, fait que ça a le mérite d'être clair."

Et je suppose que l'article du COSMOPOLITAN était écrit par un homme, c'est ça? Hahahahaha!

Vous voyez, Mme Bonenfant, si vous passiez moins de temps à lire des turpitudes comme le Cosmopolitan et plus de temps à lire des publications sérieuses, vous diriez moins de conneries.

Cet argument est tellement ridicule, c'est tout simplement extraordinaire.

Pour en illustrer la stupidité, inversons-le.

Imaginez que je critique un article qui donne 10 façons d'avoir une conversation intéressante avec une femme et que je me plaigne qu'aucun de ses conseils ne suggère que je câlisse mon pénis dans sa bouche. Trouveriez-vous que je mets de l'avant une critique valide?

Je vais essayer de l'expliquer en utilisant des mots simples.

L'article du Cosmopolitan ne parle pas de conversation parce que ce n'est pas le sujet dont il traite! C'est un article qui parle de pipes!

Tout comme mon article fictif sur la conversation ne parle pas de blow jobs parce que ça n'a rien à voir avec le sujet traité!

C'est si difficile à comprendre?

Il faut vraiment être sérieusement timbrée pour y voir une "preuve" que les hommes ne veulent pas parler aux femmes et qu'ils ne souhaitent qu'une chose: qu'elles les sucent.

Calvaire...

"Pis juste une petite parenthèse à vous les hommes qui disent respecter la femme et qui consommez des heures et des heures de porn décadente avec des filles habillées en écolières qui se font faire des affaires pas possibles, mais qui ne comprenez pas pourquoi, après ça, on a moins le goût d'avoir des sexy times avec vous."

Bienvenue au festival des affirmations gratuites.

Mme Bonenfant affirme que les hommes qui consomment de la porno ne respectent pas les femmes. Sur quoi se base-t-elle pour l'affirmer? Est-il complètement impossible d'aimer regarder des films de cul tout en respectant les femmes qu'on connait? Sur quelles données se base-t-elle pour l'affirmer?

Et si c'est le cas, il paraît que la porno est de plus en plus populaire chez les femmes, alors serait-elle prête à dénoncer ces femmes et à les accuser de manquer de respect envers les hommes? Et si non, pourquoi?

Mme Bonenfant affirme que le fait de regarder de la porno enlève le goût aux femmes d'avoir du "sexy time". Est-ce un phénomène bien réel? Sur quelles données se base-t-elle pour l'affirmer?

Mme Bonenfant semble particulièrement choquée par la porno où les femmes sont habillées en écolières. S'il s'agissait de personne mineures, je partagerais sa révolte, mais si ce sont des adultes qui s'y adonnent, quel est le problème? Et, en passant, s'agit-il vraiment d'un thème fréquent dans la porno? Parce que je l'ignore sincèrement...

Personnellement, si des adultes se déguisent en mineurs pour tourner des films de cul, ça ne m'intéresse pas une seconde, mais aucun crime n'est commis. Qui suis-je pour dire que ça ne devrait pas exister? Mme Bonenfant a-t-elle des données scientifiques pour nous démontrer que ce genre de porno encourage la pédophilie et est la cause d'agressions sur des mineurs?

Qui l'a nommée à la tête de la police des bonnes moeurs? Moi, je n'impose mes valeurs à personne. Le sado-masochisme m'écoeure, mais qui suis-je pour pointer un doigt accusateur en direction de ses adeptes pour tenter de leur faire honte?

Est-ce que c'est moi ou les féministes commencent à ressembler étrangement aux prudes catholiques des années 50?

Je passe par dessus le bout où elle dit "aux gars" que les filles n'ont pas toutes envie de se faire éjaculer dans la face. Au-delà de la stupidité de l'argument, de son sous-entendu sexiste et de sa vulgarité, remarquez le ton condescendant et méprisant de Mme Bonenfant.

Portez-y une attention toute particulière.

Parce que c'est ça que ressentent les féministes pour vous: du mépris. Pour elles, vous êtes tous et toutes méprisables.

"T'sais les gars, on a beau se battre bien fort pour prouver qu'on peut faire tout autant que vous, qu'on a autant de valeur, qu'on est aussi fortes, mais pour l'instant, c'est encore vous qui avez le gros bout du bâton. Alors s'il vous plaît, faites attention à nous."

En quoi les hommes ont-ils POUR L'INSTANT le gros bout du bâton? Expliquez-moi ça.

Pas d'exemples à donner? Aucun? Ah...

On vit dans une saleté de patriarcat sexiste et il faut juste la croire sur parole sans protester, sans quoi on est un "mansplainer".

N'en déplaise à Mme Bonenfant, sa vision de la société est fausse. Les femmes sont les égales des hommes et elles n'ont plus rien à prouver. Leurs droits sont inscrits dans la loi. Nous vivons dans une société où l'idéologie féministe a été largement acceptée et même élevée au statut d'évangile sacré qu'il ne faut jamais remettre en question. Une société où les garçons et les hommes font face à des problématiques très sérieuses qui, malheureusement, n'intéressent absolument pas des féministes comme elles. Des exemples, ce blogue en déborde, vous n'avez qu'à cliquer sur le libellé "sexisme" et vous en aurez pour des heures et des heures de lecture instructive.

Mme Bonenfant veut que les hommes fassent attention aux femmes.

Et si elle donnait l'exemple en se souciant un peu des hommes au lieu de les diaboliser, de les ridiculiser, de les dépeindre comme une menace et de leur vomir son infâme mépris par la tête?

Si elle donnait l'exemple en faisant preuve d'un peu de respect et d'empathie? Ça serait pas beau, ça?



8 commentaires:

Sébastien a dit…

Un gros "rant" qu'on pourrait simplement résumer comme une femme qui en a assez de chercher à plaire, comme si seul les femmes cherchaient à plaire...

fopoët a dit…

Quel mépris de la part d'une femme qui, avec ses arguments non-fondés, m'apparaît comme une jeune fille bien endoctrinée par ses matriarches féministes. Les prochaines années seront difficiles pour nos petits garçons qui devront faire face à cette menace.

Anonyme a dit…

C'est la fille de Mélanie Maynard!

Prof Solitaire a dit…

@ Séb: Le tout généreusement arrosé de sauce haineuse.

@ fopoët: Oublie les prochaines années, c'est difficile maintenant et ça l'est depuis trop longtemps. Et ça va faire!

@ Ano: Qui? C'est une vedette? Une preuve additionnelle que, dans le petit star système québécois, le succès n'est pas synonyme de talent mais de connections?

Anonyme a dit…

C'est écoeurant tout ce vômi féministe. En tant que femme, je n'en peux plus de ce discours VICTIMAIRE, culpabilisant les hommes d'être des hommes, leur faisant porter la culpabilité de LEURS PROPRES LUBIES ET OBSESSIONS FÉMININES.

L'objectif est terrible: culpabiliser les hommes d'aimer les femmes belles. Comme si les femmes n'aimaient pas, elles-mêmes, se sentir plus belles que les autres, et au moins que plusieurs autres. Comme si les femmes, elles, ces êtres supérieurs moralement, n'aiment pas, elles, les hommes beaux. Comme si jamais une femme n'avait regardé avec mépris un homme moche qui la complimentait, avec ce dédain qui dit "Comment un mec aussi ordinaire que toi peut se permettre de tenter de me complimenter, moi, qui suis si haut au-dessus de toi? Je suis insultée de ton attention!". Allez, dites-le! Combien de fois j'ai vu des femmes avoir ce comportement envers les hommes ordinaires?

Anonyme a dit…

Pour votre info, Jean Airoldi, je ne l'aime pas particulièrement, mais je regarde chaque semaine son émission. Je suis une femme, de 48 ans. J'ai aimé plaire aux hommes toute ma vie (je suis une vraie aliénée, vous voyez? ;) ). Le concept de l'émission de Jean Airoldi est de choisir une femme (un seul homme à date) qui souhaite améliorer son apparence. Bien souvent, ces femmes font plus âgées que leur âge. Elles ont eu des épreuves (maladie, divorce, deuil, abus de drogues, violence conjugale, etc.), et ces épreuves ont laissé leurs marques dans le visage, et le corps de ces femmes. Pour changer leur vie, ces femmes font appel à Airoldi et son équipe: dentisterie, dermatologie, choix de vêtements approprié, cheveux, maquillage. À la fin de l'émission, les femmes passent dans la boîte en plexiglass, et on demande à des passants d'estimer l'âge de la dame. Chaque fois, bien sûr, elles ont clairement rajeuni en apparence.

Qui est-elle, cette petite privilégiée, bien nourrie, bien éduquée, bien aimée, jeune, mince et jolie, pour juger du désespoir d'une femme qui ne se sent plus belle? Qu'est-ce qu'elle sait de ça, elle? Que comprend-elle du désir totalement féminin de se sentir séduisante, et qui n'est pas le fait d'une pression des hommes, mais nettement plus le résultat de la pression que se font subir les femmes elles-mêmes, et ENTRE ELLES ??

Prof Solitaire a dit…

@ A1: Je partage votre colère et votre indignation. Et vous avez parfaitement raison, c'est de l'hypocrisie.

@ A2: Quoi? Une femme hétérosexuelle qui ne vit pas dans la honte et qui ne déteste pas les hommes? Quelle horreur! Vite! Appelez l'escouade féministe! Il faut la remettre dans le droit chemin et lui faire réaliser son oppression! Vite! ;-)

En tous cas, Mesdames, merci de vos commentaires, vous me redonnez foi en l'humanité!

raybanoutlet001 a dit…

michael kors outlet
hugo boss sale
cheap michael kors handbags
dolce and gabbana shoes
carolina jerseys
michael kors handbags clearance
titans jersey
jordan shoes
nike huarache
oakland raiders jerseys