9 novembre 2016

Président Trump!

OK, je l'avoue, je n'y croyais pas vraiment. Je pensais vraiment que Clinton allait gagner.

En ce qui me concerne, si j'avais été américain, j'aurais probablement voté Clinton. Sans le moindre enthousiasme. Mais voilà, nous en sommes là.

Je ne considère pas que ceci est une très bonne nouvelle. Pourquoi? Parce qu'à mon avis, la plus grande menace globale qui existe présentement est la crise climatique. Or, Trump ne croit même pas que cette dernière existe. Ceci m'inquiète profondément.

Cela étant dit, il faut se calmer le pompon. La victoire de Trump n'est pas la fin du monde. J'irais même jusqu'à dire que d'un certain point de vue, il y a du positif dans cette victoire.

Pourquoi?

La victoire de Trump est un désaveu des médias qui étaient profondément biaisés en faveur de Clinton. C'est la même chose qui s'est passé avec Brexit au Royaume-Uni. Les médias ont tout fait pour assassiner la réputation de Trump en le traitant de raciste, de misogyne, de monstre... et il a quand même gagné.

Ceci est encourageant pour le souverainiste que je suis parce que chez nous, le biais fédéraliste des médias est épique. Alors je ne peux que me réjouir en voyant que le contrôle des médias sur l'opinion publique n'est pas aussi grand que je le croyais. Et donc, qu'une victoire référendaire au Québec est parfaitement possible, même avec les médias contre nous.

De plus, une victoire de Trump est un énorme désaveu de deux idéologies abominables qui m'horripilent au plus haut point: le multiculturalisme et le féminisme. C'est une défaite du politiquement correct. C'est une défaite pour les sexistes qui croient qu'il fallait voter pour Clinton "parce qu'elle est une femme". C'est une défaite pour les fourbes hypocrites qui veulent nous faire croire que les attentats terroristes islamistes n'ont rien à voir avec l'Islam. C'est une défaite pour les multiculturalistes qui idéalisent l'immigration et méprisent l'Occident.

Comme le Brexit, c'est également une défaite des globalistes qui veulent nier les identités nationales. C'est une défaite pour les gens qui veulent agir comme si les frontières doivent tomber et dissoudre les souverainetés nationales. Ça aussi, c'est une bonne nouvelle pour un souverainiste.

Bref, je ne suis pas en train de vous dire que je me réjouis. Ce que je dis, c'est que ceci n'est pas la fin du monde et que la vie continue. Et que d'un certain point de vue, ce n'est peut-être pas une si mauvaise nouvelle.

Alors prenons collectivement une grande respiration, laissons la raison triompher sur l'émotion et laissons tomber les hyperboles et les craintes insensées de fin du monde.

Oui, le bonhomme a dit des conneries colossales pendant la campagne. Mais on connaît la musique: c'est une chose de se faire aller la gueule pendant une campagne et c'en est une autre de gouverner. Alors attendons voir.

Finalement, pour comprendre cette victoire et anticiper la suite des choses, je vous invite à lire ces billets:

Donald J. Trump





Si Mahomet remplaçait Trump



7 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est decevant de voir que tu aurais voter Clinton la supremaciste-feministe.
Il semble que pour toi la religion verte est plus importante que de combattre les idéologies les plus toxiques actuellement. C est particulier quand même.
Pourtant tu passe des centaines d'heures a écrire pour dénoncer le féminisme et le multiculturalisme...mais avec cette attitude, tu aurais continuer longtemps...
Mais bon, tu as le droit a tes opinions, mon but est surtout pas de t attaquer, mais juste d exprimer mon incompréhension totale et déception.

Je suis d accord avec la partie centrale de ton texte. Trump était le candidat anti-marxiste-culturel anti-supremaciste-feministe et anti-masse-multiculturaliste-immigrationniste et anti-politiquement-correct. Et c est pour ca que je suis son grand fan depuis le début été2015. Même si il ne fait pas d énorme coup de barre dans ce domaine, il va au moins freiner l'avancer de ces idéologies, car ca aurait été encore pire avec Clinton.

Trump a du se battre a peu près seul contre tout le système. Les medias, Hollywood, les corporations du 1%, le feminisme, les réseau sociaux, tous favorisaient Clinton

Trump a fait avancer la cause du nationalisme, de la liberté, de la masculinité.

Il a probablement sauvé l Occident hier par la peau des fesses.

Sa victoire d'hier est la plus grande victoire politique en occident
depuis plusieurs décennies.

Guillaume a dit…

L'élection de Donald Trump est potentiellement catastrophique quant à moi. On parle d'un homme qui a en campagne promis de mettre en prison une adversaire politique, museler la presse, a menacé de poursuivre ses détracteurs et ceux qui se moquent de lui. Il a aussi montré son ignorance crasse sur une série d'enjeux et un dédain de s'informer sur eux. Ou même de reconnaître ses erreurs factuelles. Et que dire de ceux qui l'appuient: la droite ultrareligieuse notamment. Son VP est un créationniste homophobe. Tu trouves que c'est pas catastrophique?

Qui plus est, ton billet commet des inexactitudes: les médias ont souvent été trop indulgents avec lui afin d'être balancés envers son adversaire. Tu fais une fausse équivalence avec notre propre histoire politique: le PQ a reçu un certain respect de certains médias, dont l'Empire Quebecor ainsi que du Devoir, LE journal de plus haute tenue au Québec. Dans tous les cas si Trump a été vilipendé par les médias sauf Fox News... c'est parce que justement ils avaient des raisons pour le faire. Son anti-intellectualisme est un fait avéré. Sa malhonnêteté aussi. Son manque de transparence. Sa démagogie. Ses appels à la violence ET ses délires conspirationnistes. Sa vanité même chose. Ah oui et ses désirs incestueux également. Il tient pas mal plus de Caligula, de Néron ou Mussolini que du leader de la plus grande démocratie au monde.

Mais bon, au moins on n'a pas une méchante féministe comme présidente. Pauvre Amérique!

Hénèm a dit…

L'an passé dans un épidode de South Park, Mr. Garisson s'est retrouvé à parodier Donald Trump. Un flot de réfugiés canadiens l'entrainait à proposer de construire un mur entre le Canada et les States. Sauf que le président canadien (!) s'est avéré lui-même une émule de Trump et l'a fait construire avant, ce qui fâche Mr. Garisson!

Hâte de voir ça va prendre combien de temps avant que le bordel pogne. Mince consolation Keystone XL va vraisemblablement se faire, ce qui rend Énergie Est moins nécessaire.

Je suis prêt à parier avec toi Prof qu'il ne terminera pas son mandat, qu'en dis-tu? ;)

Guillaume a dit…

Si Trump ne termine pas son mandat c'est pire: Mike Pence devient président!

Prof Solitaire a dit…

@ Ano: Ouais, j'aurais probablement voté Clinton en me pinçant le nez. Pas pour la "religion verte", mais plutôt pour la science. C'est l'enjeu le plus important actuellement, je n'ai vu aucune preuve crédible du contraire. Évidemment, comme tu le dis si bien, je considère que le multiculturalisme et le féminisme sont des poisons. Mais le simple fait de voter pour Trump ne constitue pas une défaite de ces idéologies. Cela pourrait même avoir l'effet contraire. Je crois qu'une opposition intelligente et des arguments réfléchis sont nécessaires pour discréditer ces idéologues. Or, Trump n'est pas très fort sur les arguments réfléchis et intelligents. Ses déclarations malhabiles pourraient donner des munitions aux féministes et aux multiculturalistes. Dans la vraie vie, l'ennemi de ton ennemi n'est pas nécessairement ton ami, tu vois ce que je veux dire?

Pour le reste, je suis plutôt d'accord avec plusieurs de tes arguments. À part quand tu parles de "la cause" de la masculinité. Je ne considère pas que la masculinité est une cause et je ne veux pas devenir l'équivalent masculin d'un féministe. Ce qui m'intéresse, c'est la justice et l'équité pour tous, peu importe le contenu de leurs sous-vêtements.

Prof Solitaire a dit…

@ Guillaume: Trump a dit beaucoup de conneries. Mais il a également dit des choses parfaitement sensés et raisonnables. Les médias n'ont mis l'emphase que sur les premières. Je ne suis pas un catastrophiste, j'observe le bonhomme et on verra. La seule catastrophe que j'appréhende pour l'instant est la destruction des efforts internationaux pour combattre le réchauffement climatique.

Pour ce qui est de mon analogie avec la souveraineté, je pense qu'on peut affirmer que plusieurs des médias les plus consultés (Radio-Can et La Presse) ainsi qu'une grosse partie de l'establishment politique et des élites financières s'y sont opposés férocement dans le passé. Ce que je dis, c'est qu'il est encourageant de voir qu'il est tout de même possible de gagner même quand on a des ennemis aussi puissants et que leur contrôle de l'opinion publique n'est peut-être pas aussi total que je le croyais.

D'un autre côté, un référendum est crissement plus dur à gagner qu'une élection. Trump n'a pas obtenu 50% plus 1 des votes... loin de là!

@ Hénèm: Qu'est-ce qui te fait croire qu'il ne terminera pas son mandat?

Guillaume a dit…

Il a peut-être dit des choses sensées, parmi un océan de conneries, d'ignorance impardonnable, d'idées destructrices, d'antidemocratie, de vanité, sans compter de grossièretés et de mesquineries. Dans le lot, ça veut dire que ses bonnes idées sont superfétatoires et non sequitur. Quand on analyse la contribution de Mussolini à l'histoire italienne (et oui je comparé Trump à Mussolini), les trains qui étaient à l'heure sous sa dictature c'est au mieux une considération anecdotique. Quand Trump veut limiter la liberté de presse et jeter en prison ses adversaires, quand il s'est prononcé contre la vaccination, quand son VP est créationniste et a déjà voulu criminaliser le mariage gai, il y a pas mal plus de catastrophes à craindre que le réchauffement climatique. Et s'il n'y en avait qu'une... ça serait quand même suffisant pour être catastrophique!