26 novembre 2016

"Se tenir debout pour les garçons"

Dans ce billet qui traite de la problématique des garçons dans nos écoles, Mario Asselin parle de moi et de mes récents billets. En voici un extrait:

(...) Étant toujours à l’affut des témoignages d’enseignant(e), c’est sur le blogue du prof solitaire que le sujet a continué de se développer.

Dans deux billets récents, cet autre enseignant du primaire qui a choisi de conserver une relative discrétion sur son identité témoigne d’un récit qui touche justement la construction des forts de neige dans une cour d’école. Minoritaire en tant qu’enseignant masculin, il raconte sa frustration vécue à vouloir aider les jeunes garçons. J’attire l’attention sur les deux billets du prof solitaire non pas pour critiquer indûment l’école dont il est question dans sa gestion de l’évènement, mais pour exprimer une certaine solidarité envers ceux qui se tiennent debout pour que les garçons trouvent leur place dans cet univers perfectible qu’est l’école.

Je vous invite donc à lire La guerre aux garçons et Forts de neige… la suite dans un esprit où il faut continuer notre réflexion sur ce qu’il y a à faire pour comprendre jusqu’à quel point il y a du travail pour arriver à se comprendre et favoriser la réussite de tous – garçons et filles – dans l’école québécoise.

Le prof solitaire se demande s’il ne viendrait pas de se « peindre une cible sur le front » et j’avoue que c’est ce qui me perturbe le plus dans son témoignage.

Si « les garçons peuvent de nouveau jouer dans les forts » au terme de sa mésaventure, moi j’espère que l’enseignant pourra continuer d’éprouver du plaisir et de la satisfaction dans son travail.

J’aimerais tellement que ces profs solitaires cessent de se trouver seuls et parfois isolés dans « leurs chamaillages » pour s’affirmer au nom de la réussite des garçons.

J’offre tout le soutien possible aux messieurs Éric et aux profs solitaires, mais surtout, je voudrais que vous restiez en contrôle de ce qui peut être fait pour vous soutenir.



Merci du fond du coeur à M. Asselin pour son intérêt et ses mots de soutien.



3 commentaires:

Mam'Enseignante a dit…

Je me bats pour ça aussi... je suis la seule à sortir (bon avec la venue de la salopette: qui sortait) avec mes élèves quelques minutes quand j'ai 2 périodes collées. C'est bon autant pour les gars que pour les filles, cette pause et oxygénation dû cerveaux!

Guillaume a dit…

Tu es un futur Frère Untel!

Prof Solitaire a dit…

@ Mam: Bravo! Il est important de rappeler que de nombreuses femmes sont des alliées dans ce combat!

@ Guillaume: Tu me flattes. Jusqu'à maintenant, l'intérêt pour ce que j'écris m'a semblé assez petit, mais peut-être que c'est en train de changer...