22 janvier 2017

150 ans

Extraits de cet excellent article de MBC:

Nous y sommes. Ottawa célébrera toute l’année les 150 ans du Canada. Nous aurons droit à une orgie de propagande à même les fonds publics pour nous vanter les merveilles du «meilleur pays au monde».

Justin Trudeau fera des phrases en bilingue pour chanter la fierté canadienne. Mélanie Joly se mettra de la partie aussi. Comme à l’habitude, elle torturera la langue française avec des discours incompréhensibles.

On voudra nous faire gober ce bobard exceptionnel: que le Canada illuminerait la planète. Il représenterait la prochaine étape dans l’histoire de l’humanité, avec son multiculturalisme joyeux et ses accommodements pseudo-raisonnables.

Qu’on me comprenne bien: il est normal qu’un pays commémore ses grands anniversaires. Mais le problème, c’est qu’on vend aux Québécois un pays qui n’est pas le leur.

Un peu d’histoire: notre histoire comme nation ne commence pas en 1867 mais en 1608, avec la fondation de Québec. Nos vraies origines sont en Nouvelle-France.

Notre histoire bascule en 1763, avec le traité de Paris. Nous sommes alors arrachés à la France, notre mère-patrie, pour être soumis à la Grande-Bretagne.

Dès lors, notre destin sera lié à notre conquérant, qui finira par voler notre nom. Car à l’origine, les Canadiens, c’était nous. Au fil du temps, Ottawa nous volera aussi nos symboles et notre hymne national.

Le Canada a cherché à nous assimiler. Nous avons défendu nos droits linguistiques, culturels et politiques.

(...) Que représente 1867 dans tout cela? Pour le Canada anglais, c’est effectivement une naissance.
Pour le Québec, au mieux, c’est le moment où, après l’Acte d’Union de 1840, nous retrouvons un semblant de gouvernement, même si les vrais pouvoirs sont concentrés à Ottawa. Dans les frontières de la province, nous serons une majorité.

(...) Faut-il rappeler que le multiculturalisme canadien fait de nous non pas un peuple fondateur, mais une communauté parmi toutes les autres issues de l’immigration?

Faut-il rappeler que le Canada fragilise le français au Québec et favorise l’anglicisation des immigrants?

En 2017, les Québécois ne devraient pas avoir le cœur à la fête. Ce n’est pas la leur.



Aucun commentaire: